Aide soignant

Avis sur

Aide soignant

Evaluation générale (30): Evaluation totale Aide soignant

 

Tous les avis sur Aide soignant

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


L'autre côté de la barrière... pour vous mes petits vieux :-)

5  24.02.2012 (11.03.2012)

Avantages:
je me pose encore la question

Inconvénients:
Voir texte

Recommandable: Oui 

Détails:

Épanouissant

plus


jade494

Plus à mon sujet: www.au-sable-fin.com / Facebook : Au sable fin

Membre depuis:15.01.2010

Avis:373

Lecteurs satisfaits:66

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 31 membres de Ciao en moyenne: exceptionnel
Introduction


Cet avis, je l’écris parce que j’en ai besoin et parce que je veux faire passer un message, un message important pour moi. Je vous demanderai donc de ne le lire que si vous en avez envie et de ne l’évaluer que si vous l’avez lu. Merci.


Cet avis c’est en quelque sorte un bilan que j’ai pu faire au cours de mes années de travail en tant qu’aide-soignante en maison de repos.

Plutôt que de vous détailler mon métier, je préfère l’aborder de cette manière. Je pense qu’il est grand temps que quelqu’un prenne la peine de se mettre de l’autre côté de la barrière, du côté des « petits vieux » comme on les appelle souvent et de souligner les problèmes dont on n’a pas toujours vraiment conscience quand on y est pas confronté directement.


Vous comprendrez mieux en lisant la suite ou je veux en venir. Je vais essayer de commencer chaque chapitre par une petite histoire, basée sur des faits vécus personnellement ou sur des faits qui m’auront été relaté par les pensionnaires eux-mêmes. Rien ne sera inventé ou exagéré, tout est vrai.Vous me trouverez peut être dur mais cet avis est le reflet de plusieurs années d’un sentiment d’impuissance face à la détresse de mes petits vieux que j’aime tant.
.
.
La vie en institution ….

.
.

*´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) La décision tu ne prendras pas
(¸.•´ (¸.•´ .•´ :(´¸.•*(´¸.•*´¯`*•*¸.•´´¯`*•*¸.•´*

.
.

« Julienne a 82 ans, il lui arrive de perdre un peu la tête et d’être désorientée. Elle se débrouille encore à la maison mais ce n’est pas facile, parfois, elle oublie qu’elle a mis cuire son repas et le laisse bruler. Ses enfants considèrent donc qu’elle ne peut plus rester seule et envisagent de la placer en maison de repos. Oui mais ils savent bien qu’elle ne sera pas d’accord et ils ne lui en parlent donc pas. Un jour de beau temps, ils lui proposent d’aller faire une promenade. Julienne trop heureuse de sortir en famille accepte. Et les voilà parti. Au bout d’un moment, ils arrivent devant une maison de repos, ses enfants lui proposent alors d’aller la visiter, juste comme ça, pour voir.

Bien qu’elle n’en voie pas l’intérêt, Julienne accepte pour leur faire plaisir. A leur arrivée dans la maison, la directrice les accueils avec un grand sourire : Bonjour Mr et Mme X, je suis heureuse de vous revoir. Tiens c’est bizarre, ils se connaissent se dit Julienne, ils sont déjà venus. La visite de la maison de repos commence et ils arrivent aux chambres. Ils entrent dans une chambre et là, Julienne se rend compte que dans la chambre, se sont ses affaires qu’elle trouve !

Ses enfants lui expliquent alors, qu’elle va rester là et qu’elle ne rentrera plus chez elle, qu’ils ont apporté ses affaires et rempli son inscription car elle ne peut plus vivre seule. »

´°¸.•*´¯`*•-

Voilà malheureusement comment se passent certaines entrées en institution. Face à la peur du refus, les enfants préfèrent trahir la confiance de leurs parents et faire leur coup en douce comme on dit. La personne âgée se retrouve alors devant le fait accompli, elle se sent trahie, perdue. Elle se retrouve seule dans un endroit inconnu, avec des personnes qui lui sont étrangères et démunie devant la trahison de ses enfants qu’elles aiment pourtant tellement.

Il n’y a pas de pire façon d’entrer en institution. C’est un moment douloureux pour la personne et ça, qu’on le fasse de n’importe quelle façon. Elle doit dire adieu à beaucoup de chose comme vous le verrez par la suite mais aussi quitter sa maison, ses habitudes, ses biens personnels…alors autant faciliter ce changement en le faisant de manière correcte non ?Certains enfants, plus « malins » font placé leur maman ou leur papa suite à un accident comme une chute ayant entraîné la pose d’un plâtre par exemple. Ils leur disent alors qu’ils ne resteront à la maison de repos que le temps de retrouver une mobilité complète mais en réalité, l’inscription est définitive et ils ne rentrent plus jamais chez eux.

C’est tellement plus simple de se dégager de ses responsabilités en plaçant nos parents dans une maisons de repos quand ils deviennent une charge pour nous plutôt que de leur rendre la monnaie de leur pièce, eux qui souvent se sont sacrifier pendant des années pour nous élever et s’assurer qu’on ne manque de rien !
.

.*´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) Ton libre arbitre tu perdras
(¸.•´ (¸.•´ .•´ :(´¸.•*(´¸.•*´¯`*•*¸.•´´¯`*•*¸.•´*

.
.
« Julienne avait pour habitude de se lever à 10h00 tous les jours et de déjeuner avec un bol de corn flakes ! Ensuite elle allait faire sa toilette »

´°¸.•*´¯`*•-

En maison repos les horaires sont réglés comme de papier à musique. Les déjeuner sont servis à une certaine heure (entre 7 et 8h en général) et ensuite ce sont les toilettes qui commencent. Pas question donc de faire la grasse matinée, quand c’est l’heure, on entre dans votre chambre, on ouvre les tentures et on vous fait lever !

Ensuite c’est déjeuner, des tartines car des corn flakes on n’a pas ! Et si vous n’êtes pas content, c’est le même prix. Vous comprenez, si on doit faire les caprices de tout le monde, on ne s’en sort plus. Et puis, on doit refaire les lits, on ne peut pas attendre que vous vous leviez à 10h00 car à 10h30 on doit avoir fini.

Et oui c’est ça la vie en maison de repos, levé tous les jours à la même heure que vous en ayez envie ou pas. Le déjeuner c’est du pain avec confiture, choco, fromage à tartiner la plupart du temps. Le dimanche on a droit à des petites douceurs (cramique, pain au chocolat) et si vous n’aimez pas ou que vous êtes diabétique et bien ce sera tartine comme les autres jours. Faire sa toilette c’est à telle heure, manger le midi c’est à midi et le soir c’est à 17h. Les coucher commencent vers 18h00 !!!!!! Si vous avez la chance de savoir encore aller vous coucher seul, vous pourrez y aller à l’heure que vous voulez sinon tant pis, ça sera quand on vous le dit.

Et puis la douche c’est une fois par semaine et c’est obligatoire. Grand nombre de personnes âgées n’aiment pas la douche (souvent parce qu’ils n’en

Photos pour Aide soignant
Aide soignant massage_personne_agee - Aide soignant
Aide soignant
ont pas l’habitude ou parce qu’ils sont tombé une fois et qu’ils ont peur de refaire une chute) mais on les y oblige quand même.
C’est ça la vie en maison de repos, celle qu’on impose à nos parents. Adieu le libre arbitre !

.
.

*´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) En bébé on te traitera
(¸.•´ (¸.•´ .•´ :(´¸.•*(´¸.•*´¯`*•*¸.•´´¯`*•*¸.•´*.

.
« Nestor à 85 ans, il vient d’arriver à la maison de repos. Nous sommes au matin, il a déjeuné et l’aide-soignante lui a dit d’attendre qu’elle vienne le chercher pour sa toilette.

Après 1 bonne heure, elle arrive enfin. « Allez viens Nestor ON va aller prendre une douche ». Nestor n’aime pas la douche mais elle a dit « on » ça veut dire qu’elle va prendre sa douche avec lui alors Nestor est content, très content même. Prendre sa douche avec une jolie fille… pensez donc, quel bonheur !

Ensuite c’est au tour de Jeanne. L’aide-soignante va la chercher « Allez Mamy, on va aller se laver ».

Mamy, tient c’est étrange, est-ce que ce serait une de mes petites filles. Je perds la tête et puis j’ai tellement de petits enfants que c’est possible. C’est chouette, j’aurai l’occasion de la voir souvent ici »

´°¸.•*´¯`*•-

Lors de notre formation, on nous interdit de faire usage de ce genre de pratique. Nous sommes censé vouvoyer les personnes ou avec leur autorisation, les tutoyer mais toujours avec respect.

Donc les Mamy, pépé, mémé… sont bien entendu interdit et les « on va » sont tout à fait inapproprié. Malgré cela, si vous avez l’occasion de vous rendre en maison de repos, faites-y attention et vous verrez que c’est monnaie courante et que toutes les aides-soignantes (et infirmières) parlent de cette manière.

Cela enlève toute marque de respect vis-à-vis de la personne, ils sont traités comme des enfants. Ils sont infantilisés en fait comme si le fait qu’ils soient vieux et plus tout à fait autonome les rabaisse au statut d’enfant.

.
.*´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) Sur ta dignité tu t’assoira
(¸.•´ (¸.•´ .•´ :(´¸.•*(´¸.•*´¯`*•*¸.•´´¯`*•*¸.•´*

.
.« Julienne n’est pas incontinente, elle sait encore aller aux toilettes toute seule. Oui mais parfois elle doit y aller la nuit et ces derniers temps, sans trop savoir pourquoi, elle est tombée deux fois en deux semaines en se rendant aux toilettes la nuit.

On lui a alors proposé de mettre une protection pour la nuit et de faire pipi dedans.

Oui mais Julienne, elle ne voit pas pourquoi elle devrait faire pipi dans son lange alors qu’elle sait très bien aller aux toilettes. Donc Julienne continue de se lever la nuit et pas de chance, elle est retombée.Alors avec accord de sa famille, on lui a mis des barreaux à son lit. Julienne ne sait donc plus se lever et est bien obligée de faire pipi au lit.

´°¸.•*´¯`*•-

Voilà comment on rend incontinente une personne qui est continente et comme on fait l’impasse sur sa dignité juste par facilité.

Plutôt que de trouver une solution alternative comme déjà de chercher les raisons qui font qu’elle tombe et de voir si une solution existe (ça peut être un obstacle sur le parcours, un manque de lumière, une perte d’équilibre) on préfère mettre une protection (qui bien sûr sera facturée).

Il serait pourtant plus simple de proposer de mettre une chaise percée à côte du lit afin que Julienne puisse aller aux toilettes mais sans avoir à parcourir toute la chambre. J’ai rencontré un nombre important de personnes auxquelles on mettait des protections sans que ça ne soit vraiment utile. Certaines le disaient même elle-même mais bon, on obéi aux ordres !

Au niveau de la dignité, on pourrait aussi parler du fait que nombres des personnes âgées doivent être lavée par des aides-soignant(e)s et que pour la plupart ce n’est pas facile à gérer. Ceci dit, nous ne lavons nous-même que les personnes qui ne savent vraiment plus le faire et c’est donc malheureusement, une étape qu’ils doivent accepter, pour leur bien. Certaines dames refusent d’être lavées par un homme, souhait qui est généralement respecté.

Il est donc important que le personnel soignant soit attentif à ne pas mettre encore plus mal à l’aise la personne âgée, à ne pas faire de commentaire mal placé (ça arrive parfois) et idem, quand il s’agit de « changer » les protections. Des commentaires sur la quantité, la couleur, l’odeur ou l’aspect des selles ne sont pas vraiment indispensable mais on en entend parfois des pas mal du tout !Certaines personnes âgées réagissent avec humour mais d’autres font semblant de rien, signe pour moi, d’un malaise évident.

NB : Protection = lange ou pampers (termes que nous ne pouvons pas utiliser pour ne pas infantiliser la personne).
.
.

*´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) De ta famille, plus rien tu n’attendras
(¸.•´ (¸.•´ .•´ :(´¸.•*(´¸.•*´¯`*•*¸.•´´¯`*•*¸.•´*

.
.Ca c’est la partie ou je risque de me faire incendier lol Mais j’assume puisque je ne dis que la vérité.

Ceci dit, il ne faut pas faire une généralité de ce qui va suivre, certaine famille sont très présente et remarquable. Je connais des filles qui viennent chaque jour rendre visite à leur maman ou à leur papa, qui leur apporte pleins de bonnes choses, qui s’occupent de leur linge, bref qui sont parfaite mais elles sont malheureusement trop rare.

« René me racontait l‘autre jour qu’il avait travaillé toute sa vie et économiser le moindre sous. Il n’a pas eu facile car son fils était malade et sa femme aussi. Il avait néanmoins mis de côté un petit pécule. Souffrant de diabète, il a été placé en maison de repos. Peu de temps après, sa fille lui a demandé de signer des papiers et en toute confiance, il a accepté. Maintenant il regrette, il aurait dû se méfier et les lire car il s’agissait de procuration pour ses comptes que sa fille s’est empressée de vider. Le pire c’est qu’elle a aussi tout dépensé !

Andrée, elle, c’est sa maison qu’on a vendu. Et bien entendu, elle n’a jamais vu la couleur de l’argent de la vente. »

´°¸.•*´¯`*•-

Voilà qui arrive malheureusement souvent. Une fois les personnes placées en institutions, on leur demande de signer une procuration (soit pour un tuteur, soit pour un membre de la famille) pour plus de facilité. Il n’est pas rare de voir les enfants vendre la maison de leurs parents sois disant dans le but d’avoir les moyens de payer la maison de repos vu que les pensions sont souvent insuffisantes mais la réalité est toute autre, souvent, les enfants en profitent pour se remplir les poches.

Dans certains cas, lorsque la personne âgée n’a plus personne pour s’occuper d’elle, c’est la maison de repos qui gère l’argent. A ce moment-là, la personne âgée n’a plus aucun contrôle sur son argent, elle devra demander pour avoir le moindre centime à la comptable de l’établissement et c’est elle qui décidera si la dépense est justifiée ou pas.

Je me souviens notamment du cas d’un monsieur qui était venu demander de l’argent pour le donner à ses enfants et petits-enfants à l’occasion de la nouvelle année. La comptable a refusé de lui donner ce qu’il demandait car elle estimait que la somme était trop élevée étant donné que les fameux enfants et petits-enfants ne venaient le voir qu’une fois par an, justement pour avoir leur nouvel an ! On peut comprendre les raisons de la comptable car il est vrai que c’est inadmissible mais d’un autre côté, ce monsieur n’a-t-il pas le droit de disposer de son argent comme il l’entend ? D’autant plus qu’il avait les moyens financiers nécessaires et que, s’il ne donne plus rien, ne risque-t-il pas de ne plus voir sa famille même une fois par an ? Le plus important pour cet homme était surement de continuer à voir sa famille même si leur visite était intéressée.

Voici donc un des gros soucis, qui revient souvent quand on entre en institution, la famille et l’argent.Mais ce n’est pas tout, je dirais que 60% des personnes en institutions sont abandonnées par leur famille. Certains n’ont jamais de visite, d’autre en ont mais très peu ou alors seulement dans un but intéressé comme expliqué ci-dessus ou alors juste pour se donner bonne conscience à Noël ou pour l’anniversaire.

Ces personnes âgées ainsi abandonnées sont souvent vêtue de haillons ! Oui Oui de haillons. Combien de fois, je n’ai pas mis des robes déchirées, sans boutons, trop petite ou trop grande parce que je n’avais pas le choix et rien d’autre pour habiller ma petite dame. Je vous assure que ça fait mal au cœur et qu’on a souvent envie d’aller leur acheter des vêtements mais imaginez si on devait faire ça pour tout ceux qui en ont besoin, notre salaire n’y suffirait pas. Ne me dites pas que les maisons de repos ne pourraient pas mettre quelque chose en place pour régler ce problème.

Refaire quelques couture et recoudre quelques boutons, ce n’est quand même pas si compliqué ! Et instaurer un système de cagnotte pour acheter des vêtements à ceux qui en ont vraiment besoin, serait-ce si difficile ?

Le pire c’est que souvent, ces personnes ont encore de la famille mais qui se désintéresse complètement d’eux. En effet, à quoi cela sert-il de venir rendre visite à une vieille dame qui ne vous reconnais pas et qui ne se souviendra même pas de votre visite ? Ca ne sert à rien on est bien d’accord. Après tout, ce n’est jamais que la personne qui vous a élevée, qui vous a consacré une bonne partie de sa vie et donné tout son amour.

Alors oui elle ne vous reconnaît plus parce qu’elle a la maladie d’Alzheimer, oui elle ne se souviendra plus de votre visite mais ceci justifie-t-il cela ? Je pense que pas mal de personne devrait se poser cette question. Et non je n’exagère pas, j’ai déjà entendu des familles dire « de toute façon ça ne sert à rien, qu’on vienne ou pas, elle ne voit pas la différence ». C’est pourtant faux, car même les personnes atteintes d’Alzheimer ont des moments de lucidité et j’en ai déjà rencontré qui me disait qu’elle ne voyait jamais personne ! (ce qui était vrai).

Et je ne parle même pas des problèmes d’hygiène que ces abandons provoquent comme lorsque nous sommes obligées d’avoir sur nous un peigne pour pouvoir faire les cheveux de tout ceux qui n’ont pas de brosse à cheveux. Un peigne pour 30 personnes… normal !

Je pourrais continuer encore longtemps sur ce chapitre mais je pense que vous avez compris l’idée.

.
.
*´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) A ta sexualité tu renonceras
(¸.•´ (¸.•´ .•´ :(´¸.•*(´¸.•*´¯`*•*¸.•´´¯`*•*¸.•´*.
.


Exceptionnellement, je vais vous retransmettre un passage d’une intervieuw que j’ai trouvé sur le site suivant : http://cec-formation.net.pagesperso-oran​ge.fr/sexualitemedecinco.pdf

Je vous invite à aller la lire en entier si ça vous intéresse.

« C’est Antoine qui est malade. On est bien obligé d’être là. Son Alzheimer a rendu la vie à la maison trop compliquée, trop risquée, notre médecin de famille, le docteur Dubout, non, je ne plaisante pas (éclat de rire), nous a trouvé cette place. Il a fallu se résigner à changer de vie, à quitter notre maison qu’on habitait depuis notre mariage, il y a 60 ans maintenant. On ne s’est jamais séparé, vous savez… À la maison, on dormait dans le même lit, malgré les ronflements d’Antoine, « mes petits pieds tout froids contre tes cuisses toutes chaudes », vous savez... Quelques fois, on faisait l’amour.
Antoine a toujours aimé cela, il était coquin, un vrai radiateur ! Je le traitais d’obsédé, mais en vérité, je me suis toujours sentie, comment dire…, fière, honorée, dans l’intimité, par son désir.

- Quand avait vous fait l'amour pour la dernière fois ?- À la maison, il y a 3 mois peut-être. Ici, ce n’est pas possible.

- Pourquoi ?- Ils rentrent sans arrêt, même la nuit. Vous vous voyez faire l’amour avec la pensée que quelqu’un peut vous surprendre à n’importe quel moment ?

Nous, on n’est pas comme ça. Et puis, on n’est pas dans le même lit. On a des lits électriques, mais étroits. Au début, j’ai demandé si on ne pouvait pas les rapprocher, mais j’ai vite senti que cela posait des problèmes. Une fois, le soir, Sandrine nous a donné la permission. Sandrine, c’est l’aide soignante du soir, elle est douce et gentille. Elle a collé les deux lits l’un contre l’autre, et on s’est endormi en se tenant pas la main, avec mon Antoine. Antoine, il ne me reconnaît plus des fois, mais je sais qu’il me reconnaît avec son coeur, et même avec son corps, il reconnaît ma main quand je tiens la sienne. J’en suis certaine, car quand je lui prends la main, il me la presse trois fois, comme avant, c’était un code entre nous, depuis toujours, c’est comme cela qu’il m’a fait comprendre qu’il m'aimait, la première fois. Il y a soixante ans… (long silence)

Oui, donc, on a dormi comme cela, mais le lendemain, l’infirmière est passé pour les médicaments, et elle avait une prise de sang à faire à Antoine, alors elle a crié, enfin elle n’a pas vraiment crié, mais elle a dit « Qu’est-ce c’est cela, il faut que je pousse les lits en plus, et pour le ménage, cela ne va pas ». J’ai rien compris, mais je n’ai plus demandé de coller les lits, c’est vrai, je sens que cela les embête. J’ai vu aussi la psychologue, elle vient de temps en temps nous parler, elle m’a dit qu’il fallait que je m’habitue à la séparation. Comme si je ne le savais pas, que l’on va mourir. Mais pourquoi mourir avant, non ? »

´°¸.•*´¯`*•-

Bon, je crois que tout est dit dans ce passage de l’interview. Vous vous demandez peut être pourquoi je n’ai pas raconté ma petite histoire personnelle cette fois-ci ? Et bien tout simplement parce que la sexualité n’est pas un sujet que nous abordons avec nos pensionnaires. Le problème des couples qui se retrouvent séparé tout en étant dans la même chambre est très bien décrit dans cette interview donc je ne l’aborderai pas plus en détail.

Parlons plutôt des rencontres. Il arrive parfois que deux personnes qui ne se connaissaient pas, se rencontre à la maison de repos et se découvrent des affinités. Quoi de plus normal ?Et bien non, pour le personnel d’un home, ce n’est pas normal, c’est dégoutant ! Lorsque l’on s’aperçoit de ce genre de chose, on veille à ce que les deux personnes ne puissent pas « faire des choses » et on ne se gêne pas pour leur montrer notre dégoût.

Rares sont les maisons de repos qui acceptent la sexualité des personnes âgées et qui mettent en place des solutions. Je dirais même qu’elles ne sont pas rares, elles sont exceptionnelles !Il serait peut-être temps qu’on se rende compte que ce n’est pas parce qu’on est vieux, parce qu’on est malade, qu’on est devenu des robots incapables d’aimer et d’avoir des sentiments, vous ne croyez-pas ?
.
.
*´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) De la maltraitance tu subiras
(¸.•´ (¸.•´ .•´ :(´¸.•*(´¸.•*´¯`*•*¸.•´´¯`*•*¸.•´*.
.

Situation vécue il y a 1 mois par moi !« Marie a du mal à manger seule donc lorsque les repas sont tous distribué, je repasse voir si elle a besoin d’aide. Elle me dit qu’elle n’a plus faim mais elle n’a presque rien mangé. A ce moment-là, un de mes collègues arrive :

- Mais qu’est-ce c’est ce que ça ! Vous n’avez presque rien mangé ! Ca ne va pas ça, je vais le dire à votre fils ! Allez il faut manger…Marie se défend comme elle peut, non, elle n’est pas bien, elle n’a plus faim, elle mangera son dessert plus tard.

- Bon ben je téléphone a votre fils alors. Et mon collègue prend son gsm et fait semblant de téléphoner au fils de Marie pour se plaindre qu’elle ne mange pas.

Marie est en pleur, je suis là, impuissante devant le manque de professionnalisme de mon collègue, je ne sais pas quoi faire. Je pense qu’il s’en est rendu compte car il a fini par s’en aller. Seule avec Marie, j’essaie de la consoler. Je lui dis d’arrêter de pleurer, qu’il est parti, que c’est fini. Elle me répond « oui mais quand le chagrin il est là (elle me montre alors son cœur), il ne part plus ».

´°¸.•*´¯`*•-

Vous allez me dire que ce n’est pas trop grave, qu’après tout il ne lui a pas fait de mal, mais si… il l’a traitée comme une enfant qui ne veut pas finir son assiette, il lui a manqué de respect, c’est une forme de maltraitance « psychologique ».

De la maltraitance, il y en a d’autre, des aides-soignantes énervées et pressée qui vous retourne comme une crêpe pour changer votre protection, qui vous engueulent parce que vous avez chier partout dans la salle de bain (comme s’ils le faisaient exprès), qui vous insulte (ben si ça arrive) et j’en passe et des meilleurs !Encore un souci qu’il faudrait prendre en charge.

.
.

Conclusion

Quand je dis que je suis aide-soignante, souvent, les gens me disent « Ha, ok » comme si je leur avais dit que j’étais éboueur ! (et je n’ai rien contre les éboueurs, y a pas de sot métier, juste des sottes gens comme dirait ma mère en Wallon).

La vision qu’on les gens de ce métier c’est qu’on lave des vieux qui puent et qu’on ramasse de la merde toute la journée ! (Désolée pour le vocabulaire mais c’est le meilleur moyen de vous faire comprendre lol).Alors oui c’est vrai, on les lave et ce n’est pas toujours très gai, oui on change les protections et parfois on a de la merde sur nous mais ce n’est pas que ça. On est aussi sensé les écouter, parler avec eux, faire en sorte qu’ils se sentent bien, c’est ça aussi notre métier mais malheureusement on ne nous laisse pas le temps de le faire.

Entre les toilettes, les repas, les lits et les petits soins (ongle, cheveux, …) que nous reste-t-il comme temps pour l’écoute et le partage ? Rien. C’est un métier qu’il faut faire avec passion, qu’il faut aimer. C’est un don de soi et non pas un job pour justifier un salaire à la fin du mois.

.
.

Des solutions ?

Oui il y en a (heureusement).

Déjà avant de mettre votre parent dans une maison de repos, étudiez les autres alternatives. Il existe de nos jours des aides à domicile. Ces femmes viennent chez votre parent et peuvent l’aider pour le ménage, les courses, les repas mais aussi passer du temps à discuter tout simplement. Ces aides existent et coûte généralement beaucoup moins cher que les maisons de repos.

Il arrive aussi de tomber sur des personnes incompétentes et malfaisantes dans les aides à domicile mais il est plus facile de changer d'aide à domicile que de maison de repos et au moins, notre parent est chez lui et conserve un minimum de liberté.Et si votre parent ne peut vraiment plus rester seul et bien il y a aussi les dames de compagnie qui viennent habiter sur place et ne demande qu’un seul jour de congé par semaine. Un jour où vous devrez vous occuper vous-même de votre parent, est-ce vraiment trop demander ?

Avant d’envisager la maison de repos, je pense qu’on devrait se demander ce qui est le mieux pour la personne qui va être placée et analyser toute les solutions avant de prendre une décision.Voilà, après 4373 mots, je vais m’arrêter. Je pense que le message que je voulais véhiculer passera chez ceux qui prendront la peine de me lire. Des choses à dire j’ai encore des tas mais mon but n’est pas non plus de vous saouler, je serai déjà bien contente si cet avis est lu et commenté par quelques personnes courageuses qui ne se seront pas arrêtée devant la longueur de mon texte.

Merci d’avance pour vos lectures, commentaires et évaluation
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
emceka

emceka

07.11.2012 15:49

pfiou. Là c'est un lâchage sur un sujet beaucoup plus important que "Les E et les sous de Ciao". Ca m'a fait revivre des moments passés avec mes grands-parents. T'as raison y'a des choses qu'il serait bien de changer.

marconet

marconet

05.11.2012 19:11

... "les récupérer" pour éviter la répétition !

marconet

marconet

05.11.2012 19:10

Juste, à côté de tous ces avis qui récoltent un E sans trop qu'on sache pourquoi et comment, celui-là mérite de tous les récolter :-)

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
En lire davantage sur ce produit
Evaluations d'avis
L'avis sur Aide soignant a été lue 3865 fois et a été évaluée:

exceptionnel (91%) par:
  1. emceka
  2. marconet
  3. Sensuality
et aussi par 26 autres membres

"très intéressant" (9%) par:
  1. Tovic
  2. jade85
  3. Arwena

Comprendre l'évaluation de cet avis.
publicité