Les années Pop !

5  04.08.2010 (18.12.2012)

Avantages:
une époque "colorée"

Inconvénients:
le choc pétrolier

Recommandable: Oui 

jacquesherve

Plus à mon sujet: Passionné d'art et d'architecture, marié

Membre depuis:25.11.2003

Avis:798

Lecteurs satisfaits:61

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 17 membres de Ciao en moyenne: très intéressant

Les années 70 ou "années Pop'' auront été un tournant par rapport aux deux décénies précédentes que ce soit au niveau de la mode ou sur le plan musical.
Il y avait une volonté de rompre avec les décénies précédentes, avec certains courants conservateurs ou rabat joie qu'on jugeait passés de mode et de rompre avec le quotidien des générations précedentes.

Les revendications de Mai 68, le mouvement "hippies" arborant le logo "Peace and Love" et le concert de Woodstock de 1969 firent partie des tendances qui allaient influencer celles de cette décénie.

1) La Mode :

Il y avait une volonté de rompre avec la grisaille et de mettre en avant les couleurs vives et notamment l'orangé . Le développement de la mode du "Jean" et du "tee shirt" allait marquer aussi le début de la décénie, de même que le courant "Flowers power" avec des fleurs très colorées ou géométriques qui entrèrent dans les motifs des robes ou jupes longues empruntées à la mode "Hippie", maillots de bains ou chemises à fleurs.

De nombreux vêtements en "Jean" furent adoptés , que ce soit robes, jupes, pantalons ou salopettes qui étaient aussi portées par des garçons dont certaines avec des motifs brodés.

Avec la mode du tee shirt, les transferts en vue de les personnaliser se développèrent avec des motifs représentant des personnages de bandes dessinées, des Smileys ou autres motifs colorés, voire des motifs pailletés plastifiés à la fin des années 70.

On pouvait aussi trouver des transferts dans certains magazines. La découpe des vêtements changea au profit des pattes d'éléphants pour les pantalons (bas évasé) , des larges revers pour les vestes et cols "pelle à tarte" pour les chemises. La mode devenait exubérante et se démarquait des vêtements classiques des décénies précedentes.

Les chaussures à semelles compensées dont certaines étaient vivement colorées se développèrent , de manière à s'éloigner des formes classiques. Le costume cravatte classique avait même tendance à devenir occasionnel. Vive l'orangé !
Les tendances ne se limitèrent pas aux tenues vestimentaires.

Les décorations murales, le mobilier, l'électroménager et les ustenciles n'échappèrent pas à la règle avec une tendance aux couleurs vives dont l'orangé. Des kits de couverts en plastique pour pique - nique très design furent commercialisés et le blanc laissa la place aux tons jaune d'or, orangé ou vermillon pour les robots électro-ménagers. Certains logos d'entrerprises adoptèrent l'orangé.

Ce coloris alla jusqu'à décorer certaines stations du métro parisien (appelé parti décoratif "Mouton" en raison du nom de la première station rénovée en orangé : Mouton Duvernet) . Vingt cinq d'entre elles reçurent en 1970 un carrelage orangé (comme Trocadéro sur la ligne 6 ou Havre Caumartin sur la ligne 9). Ce carrelage aux trois tons (jaune d'or, orange & corail) fut même utilisé pour les rénovations des salles des billets lors de la disparition du poste de poinçonneur à quai. L'orangé était perçu comme une couleur gaie à l'époque.

Les tapisseries aux tons bruns ou avec motifs de couleurs vives ornèrent certaines pièces des maisons avec du mobilier à formica coloré en blanc ou dans les tons orangés allant du jaune d'or au rouge vermillon.

Le mobilier était quant à lui recherché. Des poufs gonflables colorés, des fauteuils en forme d'oeuf ou de casque , voire des coussins souples en forme de poire faisaient souvent partie du décor. Les meubles de forme épurée laissèrent souvent leur revêtement en bois verni au profit d'un formica satiné aux teintes très en vogue à l'époque. Les luminaires orangés ou de forme sphérique se développèrent et les premières lampes avec effets de cire fondue ou à fibre optique à couleurs variables apparurent.

2) La musique :

Deux grandes tendances allèrent dominer chacune une partie de la décénie : la tendance "pop" puis après 1974 la tendance "Disco".

a) La tendance "Pop" et la variété française avant 1974 :

Durant la première moitié de la décénie, c'est un courant musical déjà développé à la fin des années 60 qui allait dominer le paysage musical. Les Rolling Stones poursuivirent leur carrière avec succès tandis que les Beatles se séparèrent après la parution de leur album "Let It Be" en 1970.

John Lennon avec ''Imagine" et "Instant Karma", tout comme George Harrison avec "My Sweet Lord" démarrèrent leur carrière solo. Ringo Star en 1973 interprèta "You're sixteen" et Paul Mac Cartney fonda le groupe "The Wings" et participa à l'écriture d'une musique pour un film de James Bond "Leave and let die".

Certains titres de l'Opera Rock Jesus Christ Superstar adapté en film en 1973 devinrent des succès avec la participation de Ian Gillan de Deep Purple et de Yvonne Elliman qu'on redécouvrira dans la bande son de la Fièvre du Samedi soir.

Certains artistes ayant marqué la fin des années 60 disparurent en pleine gloire au début des années 70 : Jim Morrison des Doors, Jimmy Hendrix et Janis Joplin dont les courants musicaux influenceront d'autres artistes.

De nombreux artistes qui avaient démarré à la fin des années 60 devinrent populaires comme le groupe "Led Zeppelin" , Crosby Stills & Nash (albums "Déjà vu et "4 way Street") , Status Quo ou Santana , ce dernier marquant l'essor de la musique latino.

N'oublions pas les Who, autre formation datant de 1964 avec Peter Townsend et Roger Daltrey qui avaient composé "Tommy" et que leur album allait faire l'objet d'un film avec des artistes comme Tina Turner ou Elton John.

Notons que la notion de musique "Pop" fut souvent assimilée à une tendance "hard rock", bien que le terme englobe d'autres styles de musiques comme Paul simon & Art Garfunkel voire Crosby Stills & Nash.

Des groupes ou artistes comme Gary Glitter ("rock'n roll" ou ''Do you wanna touch") , Deep Purple ( dont le célèbre titre "Smoke on the water" en référence à un incendie à Montreux) , Black Sabbath ou Alice Cooper - qui développa le "Shock rock" avec de superbes arrangements musicaux dont le titre "Halo Of flies" de 1971 - marquèrent la tendance, et il en fut de même pour David Bowie avec son style androgyne à l'époque qui apportait un nouveau son musical , Genesis avec le rock progressif ou Pink Floyd avec sa musique planante dans "Dark side of the moon" et le titre "Money. La pop musique englobait aussi le glam rock à travers le groupe britannique Slade.

Notons aussi de nombreux succès de Elton John, dont "Good bye Yellow brick road", ou "Crocodile Rock", avec un répertoire pouvant comprendre des titres de type Slow comme ''Sorry seems to be the hardest words" ou Rock comme "Pinball Wizard" (reprise des Who) ou "Saturday night alright for fighting".

Elton John rencontra également le succès avec "Don't Go breaking my heart en 1976 en duo avec Kiki Dee. Cette dernière se fit connaître avec le titre ''I Got the music in me" en 1974 avec une certaine richesse musicale.

Karl Douglas avec "Kung fu fighting", The Hues Corporations avec "Rock the Boat" et George Mc Crae avec "Rock your baby" firent aussi partie des succès de 1974, sans oublier les Rubettes avec "Sugar Baby Love" repris par Dave.

N'oublions pas non plus Gerry Rafferty à travers son groupe "Steeler wheels" en 1973 et en solo en 1978 avec "Baker Street" qui connaîtront le succès, de même que Mungo Jerry qui après "In the summer time " en 1970 adaptera un classique de Jacques Dutronc "Et moi Et moi Et moi" devenant "Alright Alright, Alright" en 1973.

Parmi les autres tendances, les chansons de type "variétés" continuaient à se développer en France et allèrent connaître le succès avec le duo Stone et Eric Charden (L'aventura/ Made in Normandie) tout en nous offrant de sympathiques ballades, Mike Brandt , C Jérôme, Frédéric François, le groupe "Il

Photos pour Années 70
  • Années 70 CCF12122012_00002 - Années 70
  • Années 70 CCF12122012_00006 - Années 70
  • Années 70 CCF12122012_00001 - Années 70
  • Années 70 CCF12122012_00003 - Années 70
Années 70 CCF12122012_00002 - Années 70
Années 70
était une fois", Martin Circus qui reprit certains titres des Beachboys, Serge Lama , Patrick Juvet, Daniel Guichard ou Michel Sardou.

Joe Dassin rencontra le succès avec un titre adapté d'une chanson de Toto Cuttigno, "Africa " qui devint "L'Eté Indien" en 1975.

Certains artistes de la vague "Yé yé " poursuivirent leur carrière comme Claude François , Michèle Torr ou Johnny Hallyday. N'oublions pas non plus Michel Berger qui allait devenir un auteur compositeur interprète à succès ainsi que Véronique Sanson et son tube "Besoin de Personne" (1972) et qui se mariera un an plus tard avec Stephen Stills de Crosby Stills Nash and Young après avoir quitté Michel Berger. Un choix très varié où de nombreux artistes participèrent au Hit Parade.

De son côté Sheila alla démarrer une carrière internationale à travers le titre "Les Rois Mages" qui fut chanté aussi en espagnol et tiré d'un tube du groupe écossais Middle of the Road 'Twindle Dim/ Twindle Dum en 1971 puis en 1977 avec le Disco.

Après avoir démarré brievement une carrière dans la chanson à l'âge de 15 ans, Michel Berger alla démarrer durant la décénie une véritable carrière musicale d'auteur compositeur et composera pour Françoise Hardy, France Gall ou Véronique Sanson qui fut sa compagne avant de se marier avec France Gall qui interprètera "Ma déclaration" parmi ses compositions en 1974 avant de faire une carrière ensemble et de composer avec Luc Plammondon "Starmania" en 1978.

Concernant la chanson italienne, Adriano Celentano connut le succès avec "Chi non lavore" ( On se demande si le chanteur n'aurait pas été influencé par le titre ''Instant Karma ''de John Lennon) , avec "Prisencolinenciusol" en 1973 (succès mondial repris pour un spot publicitaire d'une boisson aux fruits ) puis à travers une reprise de Ben E king (Step by me).

Mais d'autres titres italiens devirent des classiques comme "Tornero", ''Vado via'' de Drupi, et aussi quelques titres de Al Bano et Romina Powers (t'aimer encore une fois en 1976 - 7° place au concours eurovision).

Du côté de la Motown, la carrière des ''Jacksons 5'' (qui avaient pour concurrent le groupe Osmonds Brothers ) et celle de Stevie Wonder se poursuivit. Un artiste de la soul qui allait devenir précurseur du Disco rencontra le succès avec "Sex Machine", soit plus de cinq années après "It's a man's world : James Brown. Ce dernier comme les artistes de la Motown allèrent participer à l'essor du Disco (voir mon avis sur le Disco dans la rubrique "par D").

Les Osmonds Brothers en 1972/73, groupe visant à concurrencer Les Jackson 5 connurent quelques succès avec ''Crazy Horses" avec les accords de Denis Osmond à l'orgue et "Going home". Mais face aux nouvelles tendances musicales, le groupe tomba en désuétude, notamment avec l'arrivée du disco.

b) La période disco et son influence sur la variété française ou internationale :

La vague ''pop" en 1974 commença à s'essouffler au profit de la musique Disco, avec notamment Donna Summer, KC and the Sunshine Band, Earth Wind & Fire, les formations allemandes Silver Convention, ou Boney' M et Eruption avec Precious Wilson qui sont produits par Frank Farian , Cerrone avec "Supernature", Gloria Gaynor qui reprit le titre des Jacksons 5 "Never can say goodbye", Patrick Hernandez (Born to be alive) ou James Sylvester (You Make me feel).

La vague disco influença aussi la variété française, notamment Sheila (avec Black Devotion) et Dalida, allant jusqu'à exporter leurs titres en Europe voire Outre atlantique, ce qui fut notamment le cas de Sheila avec la reprise de "Singing the rain" entraînant une rencontre avec Gene Kelly puis avec le groupe "Chic" qui lui écrivit "Spacer".

Patrick Juvet fit de même avec Lady's night ou "I love America" après un titre écrit avec Jean Michel Jarre "où sont les femmes?". Claude François interprètera aussi des titres disco comme "Magnolias for ever", "Je Vais à Rio" ou "Alexandrie".

Deux producteurs français allèrent contribuer au développement du Disco : Jacques Morali et Henri Belolo. Deux groupes phares furent formés : Richie Family avec la reprise de "Brazil" et notamment "Village People" regroupant toutes les tendances américaines : l'indien, le cow boy, le policier etc..avec un des membres du groupe qui participait à l'écriture de la chanson : Victor Willis.

M. Marouani composa "Magic Fly" sous le pseudonyme de "Space" associant musique électronique et disco, et Cerrone fit de même en composant "Love in C minor", "Supernature" et "Give me love" qui devinrent de grands succès. Les Italiens suivirent le mouvement avec l'Italo disco.

On notera en 1975 le tube "Rumore" interprèté par Rafaella Cara. L'ère de l'Italo disco durera jusqu'au milieu des années 80.

Notons que ce fut en Italie que la chanson "Born to be alive" de Patrick Hernandez commença à devenir un tube avant que cela se produise en France et à travers le monde. La comédienne Claudia Cardinale de son côté interprèta "Love Affair" sous une musique Disco en 1977.

Un groupe espagnol, Barrabas, à travers des titres "funky" ou "disco" alla connaître quelques succès mondiaux comme le titre ''Hi Jack" en 1974. Il en fut de même pour Santana au début de la décénie et dont son style musical avait influencé le groupe.

La "Fièvre du Samedi soir" constitue une illustration de la vague Disco avec piste de danse lumineuse et sphère à miroirs. Les chansons extraites du film rencontrèrent le succès avec notamment les Bee Gees, déjà connus en 1967 avec le titre "Massachusset" qui firent un retour fracassant avec "Staying alive" ou "Night Fever", Tavarès, Kool and the Gang ou KC & the Sunshine band , sans oublier "Disco Inferno" interprèté par The Trammps. Le double album rencontra un énorme succès.

Notons que le style Disco influença la mode vestimentaire avec apparition des motifs pailleté sur les tee shirts et couleurs fluos. On ne reculait pas toujours devant les excès et des imperméables en plastique transparents colorés tout comme les disques couleurs étaient en vogue .

c) Les alternatives au disco :

Mais malgré l'effervescence Disco et un mouvement anti-disco, les autres styles de musiques ne furent pas en reste. En effet, il y a eu de nombreux titres rock à succès comme ceux du groupe Supertramp , de Fleetwood Mac , de Billy Joel, Dire Straits, Queen , Electric Light Orchestra ou Peter Frampton ., sans oublier Eagles (Hotel California) , Crosby Stills & Nash (album CSN en 1977) et "Police" avec "Outlands d'amour" en 1979.

D'autres artistes populaires au début de la décénie parvinrent à se hisser dans les hits tout en maintenant leur style de musique et il en fut de même en France avec le groupe Téléphone qui alla contribuer au succès du rock engagé chanté en français , et des titres plus classiques comme les chansons de Charles Aznavour, Claude Nougaro , Alain Souchon, Yves Duteil, Francis Cabrel ou Michel Sardou.

N'oublions pas non plus "La bande à Basile" qui interprèta deux compilations des chansons françaises ou "la Chenille" associant rythme disco et ambiance folklorique.

Notons aussi les succès du "pape du Reggae'' Bob Marley - dont Eric Clapton et Boney M avait repris chacun un de ses titres - et Serge Gainsbourg qui devint le premier artiste français à faire du Reggae avec la participation dans les choeurs de Rita Marley l'épouse de Bob Marley. L'album " aux Armes etc'' ( 1979) ...fut enregistré en Jamaïque.

La mode du Reggae alla à l'encontre du Disco, avec d'autres artistes dont la chanteuse allemande Nina Hagen (Afrikaan Reggae), et en 1980 le groupe UB 40 et Bernard Lavilliers.

Laurent Voulzy de son côté démarra avec "Rockcollection" en 1977 , un titre renouant avec les années 60, avec la participation de Alain Souchon aux textes qui deviendra son ami. Alain Souchon connut également le succès avec de nombreux titres comme "J'ai dix ans" ou "Allo Maman bobo".

On note aussi un retour en 1975 de Christophe (Aline en 1965) avec "Les Mots bleus" et en 1978 Daniel Balavoine avec de nombreus titres engagés et dans le rôle du chef des "zonards" dans Starmania.

Jean Michel Jarre quant à lui développa son style musical associant le côté futuriste au style planant ou envoûtant selon les morceaux apportant un nouveau souffle musical.

Notons que le compositeur fut aussi influencé par la musique de Pink Floyd et que certaines de ses compositions allèrent jusqu'à influencer en 1982 Prince pour la version longue de "A-u-t-o-matic'' de l'album 1999 (sonorités électroniques).

On note aussi comme autre alternative au Disco le Hard Rock (on n'utilise plus le terme "pop") avec le groupe australo - écossais AC/DC ou le groupe français "Trust".

d) concours eurovision

Quant au concours Eurovision, le groupe ABBA en 1974 contribua à apporter un nouveau souffle avec leur "look" qui se démarque des tenues vestimentaires strictes des éditions précédentes. Le groupe alla connaître le succès avec de nombreus titres comme "SOS" ou "Dancing Queen".

Olivia Newton John représenta la même année le Royaume Uni, mais ce sera le cinéma qui contribuera à l'évolution de sa carrière avec Grease.

La France fut absente en raison du décès de Georges Pompidou en 1974. On note cependant d'autres tubes issus du concours comme "Ding a Dong '' du groupe Teach In (Pays Bas-1975), Brotherhood of Man (Royaume Uni 1976) et aussi d'autres titres comme "1,2,3" de Catherine Ferry - qui fera une carrière grâce à Daniel Balavoine - ou la chanson italienne représentée par le couple Al Bano et Romina Powers. N'oublions pas la dernière victoire française avec Marie Myriam (L'Oiseau et l'enfant - 1977) et "Alleluja" (Milk and Honey - 1979).

3) Le Cinéma :

Le cinéma est durant la décénie très diversifié, que ce soit des films de Henri Verneuil comme "Peur sur la Ville" avec Jean Paul Belmondo sous une musique de Ennio Morricone où la séquence sur ligne 6 du métro parisien reste mémorable .

On note aussi d'autres films de Sergio Leone comme "il était une fois la révolution" et de nouveaux James Bond 007 dont le rôle est attribué à Roger Moore connu pour avoir joué le rôle de Simon Templar dans "Le Saint".

Du côté du cinéma français, il y eut quelques films incontournables comme Rabby
Jacob de Gérard Oury avec Louis de Funès ou "L'aile ou la cuisse" de Claude Zidi où on retrouve Louis de Funès aux côtés de Julien Guiomar et de Coluche qui démarrait sa carrière de comique. Un film engagé contre la malbouffe qui reste d'actualité !

Pierre Richard se fit connaître à travers "Le grand Blond" avec Mireille Darc et ''la moutarde monte au nez" aux côtés de Jane Birkin apportant une autre forme de comédie.

Le Soleil Vert avec Charlton Heston quant à lui évoque le futur sous un aspect sombre. On est loin des péplums ou des films de cape et d'épée des deux décénies précédentes.

Sur le plan musical, notons le film de Ken Russel Tommy, et surtout les films où John Travolta devient une vedette à part entière, que ce soit dans "La Fièvre du Samedi soir" ou "Grease" qui retrace la fin des années 50.

On note aussi deux films de Milos Forman comme "Hair" qui retrace les années 60.

Deux films en 1979 reçurent la Palme d'Or au festival de Cannes : Le Tambour (film franco allemand avec David Bennent dans le rôle du personnage principal et une brève apparition de Charles Aznavour ) et Apocalypse Now sur la guerre du Viet-Nam.

Notons également le premier volet de la série "Alien" avec Sigourney Weaver et aussi "Taxi Driver" de Martin Scorcese mettant en scène Jodie Foster. Le titre du film aura servi d'inspiration à Mirway pour le nom de son groupe "Taxi Girl" (Cherchez le garçon).

N'oublions pas non plus "Le Pullover Rouge" de Michel Drach avec Serge Avidekian évoquant l'affaire Chistian Ranucci. Le film fit l'objet de censure et la projection fut à sa sortie en salle interdite à Marseille. Un film qui constitue un réquisitoire contre la peine de mort tiré d'un livre de Gilles Perrault, qui fut un des avocats de Christian Ranucci.

4) L'automobile des années 70 :

Au début de la décénie, le constructeur Citroën lança la SM, véhicule dont la DS servit de modèle au niveau suspension équipée d'un moteur Maserati mettant en avant ses performances en matière de vitesse.

L'automobile évolua dans l'ensemble en matière de confort. Les automobilistes deviennent plus exigeant , ce qui fait qu'on dispose de véhicules plus finis ou mieux équipés comme les Simca 1307/1308, la Citroën GS (berline moyenne reprenant la suspension de la DS tout comme la CX) , l'Audi 80 , les FIAT 128 ou 131 & la Ford Escort.

Les berlines à hayon autrefois critiquées par certains finirent par être appréciées et le constructeur Chrysler Simca aura conçu un modèle réussi avec la 1307/1308, puis avec la Simca Horizon, remplaçante de très populaire Simca 1100.

Le choix des teintes comprenait très souvent des couleurs vives comme le vert clair, le jaune, l'orangé ou abricot parmi les teintes classiques tandis que les couleurs métallisées se développèrent avec des couleurs comme le vert, le bleu, le gris ou le brun cuivré. La 2 CV citroën, la Volkswagen Coccinelle et la Renault 4 reçurent également de nouvelles teintes vives, tout comme dans la mode vestimentaire.

Quelques citadines rencontrèrent cependant le succès comme la Renault 5 , la Ford Fiesta , la Peugeot 104 ou la FIAT 127. Ces véhicules présentaient un confort honorable malgré leus dimensions , notamment la Renault 5 avec sa bouille sympathisue et ses larges portes dont les modèles à intérieur skaï orangé restent mémorables.

On notera cependant quelques berlines recherchées sur le plan technique mais remportant peu de succès comme la Renault 14. Le constructeur en accord avec Peugeot pour sa motorisation dérivée de la 104 avait conçu un véhicule à moteur transversal, traction avant et compact. La forme de la carrosserie faisant penser à un fruit accentuée à travers une publicité aura contribué au fiasco malgré les qualités du modèle. Toutefois d'autres constructeurs s'inspirèrent par la suite de sa carrosserie .

5) La Télévision en France :

Après l'apparition de la couleur dans les années 60, on notera d'autres innovations comme l'apparition d'une troisième chaîne en Décembre 1972, puis la création de quelques émissions comme "Les Chiffres et les Lettres" en 1972, "Trente Millions d'amis " en 1976 sur les animaux avec un générique mémorable, de nouvelles émissions de variétés présentées par Guy Lux dont "Ring Parade" suivi de "Système 2" le dimanche,

........et surtout le développement d'une longue série d'émissions de Jacques Martin comme "Le Petit Rapporteur" sur TF1 qui deviendra suite au changement de chaîne (passage sur Antenne 2) "La Lorgnette", "L'école des Fans" avec participation des enfants qui reprennent les chansons d'un artiste invité, avec une émission de variété qui clôture le ''Dimanche Martin".

Une personnalité de la télévision, Daisy de Galard participa à la mise en place d'une émission avec Jacques Martin en 1977 avec "Le Grand Album" qui nous renvoyait vers des époques antérieures, notamment les années 30 .

Une autre émission dans le Dimanche Martin fut créée en 1978 : "Blue Jean 78" dont le groupe Martin Circus adaptera le générique. L'émission ne durera que six mois malgré le public visé : les jeunes et avait pour but de rivaliser "Studio 3" de style assez voisin diffusée dans "Les Visiteurs du Mercredi'' sur TF1.

N'oublions pas les émissions de Gilbert et de Maritie Carpentier qui mettaient leur talent à la portée de nombreux artistes français ....et les Jackson 5 avec Michael Jackson à travers la création de spectacles et de décors où les chanteurs allaient jusqu'à devenir comédiens. Des variétés permettant de passer de très bons moments. Notons aussi "Les Rendez vous du Dimanche" présenté par Michel Drucker, ancêtre de "Vivement Dimanche".

Quant au programme des jeunes, l'année 1978 alla marquer un tournant avec l'arrivée du dessin animé japonais Goldorak qui malgré la programmation durant les vacances d'été connaîtra un énorme succès allant jusqu'à détrôner de nombreux dessins animés américains dont ceux des studios Hanna Barbera.

Cependant, une autre série française ''Il était une fois l'Homme" de Albert Barillé rencontra également le succès. Notons qu'avec les Visiteurs du Mercredi et L'île aux enfants sur TF1, Christophe Izard avait dès 1974/ 75 conçu des programmes spécialement pour les enfants que seule l'émission "Récré A2" parviendra à concurrencer dès 1978 avec comme présentatrice Dorothée.

De son côté , le marionettiste Yves Brunier avait créé en 1974 Casimir, le montre orange gentil qui ne pense qu'à son gloubi boulga, tout en s'inspirant des marionnettes de Jim Henson notamment celle de Kermitt la Grenouille.

Un programme anglo-saxon éducatif était inclus en seconde partie de l'Île aux enfants : bonjour Sésame incluant des passages mettant en scène les marionnettes de Jim Henson.

Avec la réforme audiovisuel en 1974 où l'ORTF est divisée en plusieurs entreprises, la gestion des chaînes devint autonome avec des appellations spécifiques comme TF1 qui commença à émettre en couleurs en 1975 en région parisienne, Antenne 2 et FR 3 à vocation régionale.

Ceci alla entraîner une concurrence entre trois chaînes pourtant nationales avec remodelage des grilles de programmes et aussi le maintien des émissions créees antérieurement comme "Les dossiers de l'Ecran" ou "Des Chiffres et des lettres".

Notons aussi une nouvelle émission le Samedi après midi remplaçant la télévision "à la carte" "Samedi est à Vous" qui alla propulser la carrière de Denise Fabre qui sera en compagnie du magicien Garcimore avec "Restez donc avec nous ". Denise Fabre présenta aux côté de Léon Zitrone la seule édition du Concours Eurovision se déroulant à Paris en 1978 suite à la victoire de Marie Myriam l'année précédente.

On assista à la première victoire d'un pays non européen : L'Israël qui gagna en 1979 avec "Alleluia" qui deviendra à la fois un succès mondial et un classique qui sera de nouveau interprêté en 1999 par tous les participants du concours Eurovision.

6) Quelques faits marquants :

En France, les affaires Buffet-Bontems (1972) et Ranucci (1976) commencèrent à soulever le débat sur la peine de mort. Robert Badinter - qui était avocat de Claude Buffet, de Roger Bontems et de Patrick Henry - commença à militer en vue de son abolition qui verra le jour en Octobre 1981 sous la présidence de François Mitterrand.

Le choc pétrolier de 1973 alla entraîner quelques changements d'habitudes avec le décalage horaire en été , l'obligation d'éteindre certains éclairages après 23 heures en France , le développement de l'énergie solaire et dans le domaine de l'automobile la mise au point de moteurs moins gourmands voire moins polluants ou compatibles avec du carburant sans plomb.

La production de la SM fut stoppée du fait de sa consommation de carburant. On commençait déjà à se soucier de la pollution. Notons aussi un spot publicitaire resté dans nos mémoires "on n'a pas de pétrole mais on a des idées".

Les jeux olympiques quant à eux n'échappèrent pas aux faits marquants que ce soit à Munich en 1972 avec l'attentat contre les athlètes israëliens ou les boycottages des deux olympiades suivantes à Montréal en 1976 ou à Moscou en 1980, entraînant un raz de marée au niveau des médailles du côté des pays d'Europe de l'Est.

Du côté de l'aviation, le Concorde commença son envol commercial et des accords européens furent lancés en vue de construire une série d'avions qui allait concurrencer Boeing : les Airbus. Entretemps en 1973, le Royaume uni , l'Irlande et le Danemark étaient entrés dans le marché commun , facilitant les échanges entre pays d'Europe.

A travers l'europe occidentale, deux pays passèrent à la démocratisation : le Portugal et L'Espagne et allèrent favoriser le développement des échanges. Mais cela ne fut pas le cas en Amérique du sud pour le Chili où le gouvernement de Salvador Allende fut renversé par le général Pinochet et ni en Argentine avec le général Vidala. La coupe du monde de football de 1978 échappa de peu aux boycottages.

Aux Etats Unis, La guerre du Viet Nam faisait rage au début des années 70 et le gouvernement de Nixon commença à retirer ses troupes. Sous son mandats des négociations furent entrepris avec l'URSS et la Chine.

Toutefois le scandale du Watergate en vue d'espionner les démocrates fit écourter son mandat en 1974 et entraîna l'élection du démocrate Jimmy Carter deux ans plus tard.

La France quant à elle prit le chemin de la modernité, avec le développement de nombreux ensembles modernes comme le programme de développement de villes nouvelles lancé sous Charles de Gaulle et qui se poursuit sous le mandat de Georges Pompidou.

On note une avancée aussi bien au niveau de l'aviation que du chemin de fer avec l'apparition du prototype de Train à grande Vitesse fonctionnant à turbines à gaz et l'expérimentation de l'aéro-train sur monorail de béton dont il reste quelques vestiges à quelques kilomètres d'Orléans.

Il y avait une volonté de mettre la modernité en avant, aussi bien sur le plan architectural que sur le plan technique ou industriel et aussi artistique, Georges Pompidou étant comme Hergé passionné d'art moderne. La construction du Centre Beaubourg regroupant architecture et art moderne fut lancée tout comme le chantier du RER en plein coeur de Paris.

Valéry Giscard d'Estaing symbolise une forme de renouveau : il est un des plus jeunes président de la République à son investiture à 48 ans , nomme Jacques Chirac premier ministre et Simone Veil au Ministère de la Santé.

On note parmi les avancées la majorité à 18 ans et le droit à l'avortement. Valéry Giscard d'Estaing tout en étant en exercice devint le premier président en exercice à publier un livre "Democratie Française", avant de s'attaquer dans l'écriture d'autres livres dont "Le Pouvoir et la Vie". Mais le mandat sera assez difficile vu que la France comme de nombreux pays furent confrontés à la crise.

En 1978, un tournant eût lieu au Vatican : à la succession des papes Paul VI puis Jean Paul I°, on assiste à la nomination d'un pape non italien : Jean Paul II, d'origine polonaise.

La Pologne étant un pays dépendant du bloc soviétique, cette élection déplaît aux autorités soviétiques qui seront responsables d'un attentat. Cependant, le Président Valéry Giscard d'Estaing recevra Jean Paul II en 1980.

Avec le choc pétrolier et la crise, une partie du patrimoine ancien échappa à la démolition, dont la Gare d'Orsay datant de 1900 qui finit par échapper aux bulldozers pour devenir un musée.

Il en fut de même pour le quartier latin du côté de la rue de la Harpe lors de la construction de prolongement de la ligne de Sceaux, ce qui rendit difficile la réalisation d'une correspondance à St Michel Notre Dame. Après l'ouverture du RER en 1977 à Châtelet les Halles, il fut décidé pour les lignes existantes de ne plus reconstruire les anciennes gares. La SNCF en 1979 mit en service son propre RER , le RER C tout en optant pour la réfection des gares existantes. Ainsi, certaines gares furent rénovées au lieu d'être reconstruites comme le terminus Versailles Rive Gauche.

-------------------------

Les années 70 restent une époque à part étant donné qu'il y a une vraie volonté de se démarquer des décénies précedentes avec une mode qui se veut exubérante et un répertoire musical varié avec deux tendances dominantes que sont l'ère pop et l'ère disco, cette dernière étant tantôt mémorable et tantôt critiquée. Toutefois, de nombreux titres disco sont aujourd'hui appréciés en discothèques malgré l'apparition des DJ comme David Guetta ou Marc Solveig ou de nouveau titres R'n b.

La mode des années 70 aura marqué son temps et nous sommes amené à avoir une opinion mitigée. On se demande si on n'est pas revenu à certaines choses en arrière ou si aujourd'hui on est moins tolérant qu'à cette époque. Cependant, on peut apprécier la présence de couleurs vives au détriment des teintes neutres en été. Une époque mémorable dans tous les domaines et qui mérite que l'on s'y intéresse.

Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
jacquesherve

jacquesherve

30.12.2013 15:44

Ah, le 45 de Topaloff je l'ai aussi ! Et la face b Topaloff à la coque ! excellent :o) ====> Excellente reprise de Chuck Berry pour la face a.

dany67

dany67

18.12.2012 21:53

Encore un superbe avis !

dany67

dany67

18.12.2012 21:52

"On se demande si on n'est pas revenu à certaines choses en arrière ou si aujourd'hui on est moins tolérant qu'à cette époque." <<< Je ne sais pas si on était plus tolérant, ce qui est sur c'est que l'on se posait beaucoup moins de questions. Le mot d'ordre était "profiter de la vie", et l'on pouvait encore se le permettre !

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
En lire davantage sur ce produit
Années 70 - avis par Lublalaby N'écoute plus aux portes !
  exceptionnel
Années 70 - avis par Yuli-Kuri 70' Brushing Party
  très intéressant
Années 70 - avis par megateuf83 Années oubliées
  très intéressant
Années 70 - avis par Clou1508 LIGHT MY FIRE S'EST ETEIND A JAMAIS....
  très intéressant
Années 70 - avis par plokton souvenirs ! souvenirs !
  très intéressant
Evaluations d'avis
L'avis sur Années 70 a été lue 2677 fois et a été évaluée:

exceptionnel (41%) par:
  1. dany67
  2. Fabinou57
  3. anneline
et aussi par 4 autres membres

"très intéressant" (53%) par:
  1. pascal171
  2. dodopaf
  3. Sbernie
et aussi par 6 autres membres

"intéressant" (6%) par:
  1. Parce_que

Comprendre l'évaluation de cet avis.
publicité