Boule de Suif - Guy De Maupassant

Avis sur

Boule de Suif - Guy De Maupassant

Evaluation générale (12): Evaluation totale Boule de Suif - Guy De Maupassant

54 annonces provenant de marchands référencés à titre payant entre 0,90 EUR à 25,80 EUR  

Tous les avis sur Boule de Suif - Guy De Maupassant

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


 


Psycanalyse d'une nouvelle

5  22.11.2005

Avantages:
Court et super intéressant

Inconvénients:
J'en vois pas

Recommandable: Oui 

hcisab

Plus à mon sujet:

Membre depuis:10.10.2004

Avis:90

Lecteurs satisfaits:23

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 22 membres de Ciao en moyenne: exceptionnel

Voilà pour ceux qui se demande ce que je fais en ce moment voici un avis comme réponce.
En effet j'écris une thèse sur les rhèmes de psychanalyse dans l'oeuvre de Maupassant. Donc je vous propose ma textanalyse de la nouvelle de "Boule de suif". Et puis s'il y a toujours de la place je mettrai aussi celle de "La femme de Paul" (Plus tard). Quant à la textanalyse de "La chevelure" elle est tellement connue avec le thème du fétichisme que je ne perdrais pas votre temps avec.

¤¤¤¤¤¤¤
L'auteur
¤¤¤¤¤¤¤
Guy de Maupassant, vit et écrit à la fin du 19 ème siècle. Il vivra avant Freud mais a aussi eu Charcot comme proffesseur.
Autrement Maupassant écrit pendant les courants de romantisme (Ami et élève de Flaubert) et du social-réalisme (Zola).
Il est connu pour mélanger avec réussite le réalisme et le romantisme mais aussi comme un des premiers auteurs psychologue par ses descriptions de personnage.
Sinon Maupassant aimait les femmes et allait voir les filles dans les bordels.
Il attrappera la syfilis et en mourra malgrès ses traitements au mercure.
Bien que le mercure traite en partie la syfilis il laisse des traces et à la particularité de rendre fou...
Les derniers écrits de Maupassant seront très étudié par les médecins aliènistes car ils sont les premières documents écrits par un fou...

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Boule de suif, le livre
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
C'est un receuil de nouvelle et de contes car Maupassant écrivait des nouvelles au dos du journal Gil Blas sous le pseudonyme de Maufrigeuse et a écrit plus de 2000 nouvelles qui font entre 2 et 30 pages.

Dans mon livre de chez Folio le receuil comporte les nouvelles:

Boule de suif
La maison Tellier
Les tombales
Sur l'eau
Histoire d'une fille de ferme
En famille
Le papa de Simon
Une partie de campagne
Au primptemps
La femme de Paul

Et les contes:
Madame Batiste
Auprés d'un mort
La serre
La moustache
Un duel
L'ami patience
Une soirée
Une vendette
Le vengeur
L'attente
Premiere neige
Coco
Rose
Le protecteur
La parure
Le bonheur
La chevelure
Le crime au père Boniface
Le lit 29
L'aveu
La dot
Le port

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Boule de suif, l'histoire
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Voici un petit résumé sur cette nouvelle qui fait 41 pages.

Elle commence avec le replit des troupes francaise et l'envahissement de Rouen par les Prussiens. Quelques marchands et personnes avec de l'argent arrivent à avoir l'autorisation de quitter la ville en diligence pour le Havre.
C'est très tôt le matin et la diligence emmènent 10 personnes.
Des marchands et leurs femmes, un comte deux bonnes soeur set puis une fille...
La plus part des voyageurs ne se sont pas très bien préparés au voyage et personne n'a prévu à manger sauf Boule de suif.
Vers 15h elle craque et sort son panier plein de victuaille. Elle mange et en offre à tout le monde. A la fin il ne lui reste plus rien elle qui n'aime pas manger dans les auberges. A la nuit tombée on n'a toujours pas atteint le Havre donc on dort dans une auberge. L'auberge est occuppée par un officier Prussien et avant le souper elle est appellé mais refuse d'y aller. Elle est Bonapartiste et sa seul fierté est de ne pas coucher avec l'ennemi.
Le lendemain matin ils sont interdit de départ par l'officier Prussien. Ils restent toute la journée à l'auberge et tous essayes de savoir pourquoi l'officier à refusé leur départ et comment ce qu'ils doivent faire pour pouvoir partir le lendemain.
Quand on en viens à la conclusion que l'officier les laissera partir quand Boule de suif sera passée à la casserole. Tous le monde la motive pour qu'elle se sacrifie.
Elle passe la nuit avec l'officier et ils partent au petit matin.
Quand viens le moment du repas tous se sont fait préparé des petits plats sauf Boule de suif qui n'a eu le temps de rien préparer ou acheter. On se régale mais personne ne donnera quoi que ce soit à la fille qui sanglotte au fond de la diligence en direction du Havre.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Pourquoi faire une textanalyse de l'œuvre de Maupassant ?
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Et bien comme le dit Jean Bellemin-Noël dans son livre « Interlignes, Essais de Textanalyse » Maupassant est en sorte un de nos premiers psychologues. Et c'est sa façon de décrire les problèmes de ces personnages d'une manière très détaillé avec parfois toutes leurs pensées même celle qu'ils ne diront jamais qu'il est intéressant de faire une textanalyse de certains de ses livres ou simples nouvelles.


J'ai lu de nombreuse fois la nouvelle de Maupassant: « Boule de Suif » et je me suis toujours demandée pourquoi en lisant on plaint toujours le personnage principal. Car même si Maupassant décrit une histoire déplorable qui s'est passée pendant l'occupation. Ce n'est pas seulement le style mais encore beaucoup plus qui dirige notre jugement.
Ce n'est qu'en faisant une textanalyse de la nouvelle que l'on peut découvrir encore quelques détails qui nous pousse à considérer le personnage principal comme une victime et non pas comme une personne détestable. Malgrès la façon dont Maupassant la décrit, malgrès tout ce qu'il lui arrive elle est sans doute la personne la plus aimable dans la diligeance qui se dirige vers Le Havre.

Le titre
Nous commencerons donc l'étude de cette nouvelle par son titre : « Boule de Suif »
Même si de nos jours la suif ne décrit que la poussière de charbon. Au XIX ème siècle la suif était aussi synonyme de la saleté et il n'y a qu'un pas pour en déduire que notre personnage est associée aux défections anales.
C'est une fille de joie sans status social et donc une moins que rien, ou plutôt rien que de la merde. Et à la fin de la nouvelle on verra comment les autres voyageurs oublirons que c'est une personne et que la seule chose qu'il faut faire c'est d'éviter de se salir à son contact. On ne l'aidera plus et ne lui parlera plus.

L'avarice
Mauppassant commence sa nouvelles en nous décrivant la fuite des troupes Françaises devant les Prussiens. La peur de la population qui attends l'envahisseur puis comment elle essayes de s'habituer à l'occupation. Mais elles ne peut pas vraiment s'habituer car l'occupation donne un goût amère à la vie. Ensuite il décrira les raisons pour lesquelles les gens de la diligeance veulent quitter la ville de Rouen. La plupart des personnages veut voyager pour ne pas perdre d'argent et fuir l'ennemi. Ils ont d'ailleurs payés cher pour leur laissé passé. Et de la façon dont le décrit Maupassant au début de la nouvelle tous partent à cause de l'argent.
Maupassant insiste beaucoup sur l'avarice des personnages. Aprés avoir fait une description générale:

« Les vainqueurs exigeaient de l'argent, beaucoup d'argent.
Les habitants payaient toujours ; ils étaient riches d'ailleurs.
Mais plus un négociant normand devient opulent et plus il souffre de tout sacrifice, de toute parcelle de sa fortune qu'il voit passer aux mains d'un autre. » ( p.19, Boule de Suif )

Il en vient aux détails de tous ces personnages.
M. Carré-Lamadon est d'abord rester plus que nécessaire à Rouen pour gagner plus d'argent mais quand il ne peut plus combattre les Prussiens par la diplomatie ( par des armes courtoises, p.24, Boule de Suif.) Il partira donc lui aussi.
Le comte et la comtesse Hubert de Bréville sont les plus nobles et les plus riches de la région.
Mr Loiseau est négotiateur en vin et en voyant l'armée prussienne arriver il a vendu tous ces stocks à l'Etat. Il a la grande réputation d'un filou trés malin, toujours prêt à gagner de l'argent. Mr et Mme Loiseau ont beaucoup d'argent sous forme de bon d'Etat qu'ils pensent toucher au Havre.
L'avarise du comte est souligné quand les hommes commencent à parler argent.

« Le comte Hubert disait les dégats que lui avaient fait subir les Prussiens, les pertes qui résulteraient du bétail volé et des récoltes perdues, avec une assurance de grand seigneur dix fois millionnaire que ces ravages gêneraient à peine une année. »
( p.27, Boule de Suif )

On peut parler franchement d'avarise quand rien ne s'est encore passée et qu'ils fuient avant que le moindre dégât négligeable ne soit arrivé.
Les quatres derniers voyageurs ne doivent pas être si avares car on ne nous dit pas au premier abord pourquoi ils veulent quitter Rouen. Mais deux d'entre eux sont des religieuses. Cornudet est un sabotteur et Boule de Suif une fille.
Pendant que les autres voyageurs sont décrits par leur avarise, on se contentera d'une description physique pour Boule de Suif qui s'avèrera être grasse et donc au XIX ème siècle attirrante.
En suivant les explications sur le caractère anal dans « La psychanalyse de Freud à aujourd'hui » de Dominique Bourdin.
La description des personnages corresponds tout à fait :

« Ordonnées, économes et entêtées, certaines personnes correspondent à ce que l'on peut attendre d'un caractère anal. Celui-ci se forme à partir des pulsions partielles de type anal. L'attirance pour les matières fécales est inversé par formation réactionnelle en souci obsessionnel du rangement et de la propreté, voire de la pureté. La résistance à la demande maternelle lors de l'éducation à la propreté se maintient dans la capacité d'entêtement. L'équivalence entre les fêces (C'est à dire les excréments) et l'argent est manifeste dans le glissement de la rétention anale vers les tendances à l'épargne, le souci de l'économie, voire l'avarice »
(La psychanalyse de Freud à aujourd'hui, Dominique Bourdin, p.50).

Ainsi si au début les personnages sont décrits par leur avarice à la fin de la nouvelle le caractère anal est maintenu par leur peur d'être salit par contact avec la fille grasse donc sale et impure.
« Elle semblait un peu troublée, honteuse ; et elle s'avança timidement vers ses compagnons, qui, tous, d'un même mouvement, se détournèrent comme s'il ne l'avaient pas aperçue. Le comte prit avec dignité le bras de sa femme et l'éloigna de ce contact impur....Tout le monde semblait affairé, et l'on se tenait loin d'elle comme si elle eût apporté une infection dans ses jupes...On semblait ne pas la voir, ne pas la connaître mais Mme Loiseau, la considérant de loin avec indignation, dit à mi-voix à son mari : « heureusement que je ne suis pas à côté d'elle. »
(Boule de suif, p.61)
D'ailleurs dans la conversation les femmes s'empresserrons de parler de Mme d'Estrelles « une femme parfaite » quant aux hommes ils reprendrons leur sujet favorit l'argent.

Une petite blague
Après avoir bu un peu de rhum Mr Loiseau fait une petite plaisanterie:
« L'alcool le mit en belle humeur et il proposa de faire comme sur le petit navire de la chanson : de manger le plus gras des voyageurs.Cette allusion indirecte à Boule de Suif choqua les gens bien élevés. »
( p.29, Boule de suif )
Maupassant a détourné un peu la chanson pour la circonstance car dans « Il était un petit navire » c'est « le plus jeune bien qu'il ne soit pas très épais » que l'on pense manger.
Cependant il en profite pour montrer que Mr Loiseau n'est pas indifférent aux charmes de la fille et qu'il la mettrai bien dans son lit. En français nous avons pleins d'expressions lié à la nourriture ou à manger qui sont à connotations sexuelles.
«On dévore quelqu'un des yeux » quand il nous plait beaucoup.
Après avoir lu toute la nouvelle tous ceux qui sont dans la diligeance nous font bien penser à un groupe de loup féroces qui sont près à manger le petit agneau dodu.
Ils seraient donc près à manger Boule de Suif corps et âme. Ils mangerons d'abord son panier à provision puis plus dificillement il consommerons son esprit par mille compliments et tournures bien calculées et la décider à faire ce qu'elle ne veut pas faire. Quand tout sera fini il ne restera donc plus rien à consommé et on ignorera Boule de Suif car elle n'existe plus pour eux.

L'envie, la jalousie et la haine.
Comme personne n'a prévu de provision à l'exception de Boule de Suif. L'envie apparaitra parmis les voyageurs. Quand Boule de Suif sort son panier et commence à manger tout le monde est tenté, et jaloux car ils n'ont pas pensé eux même à faire des provisions. Enfin il en viendrons à la détester car ils ne peuvent pas se pardonner de n'avoir pas fait de provision alors qu'une simple fille, qu'il croyait certainement bête, avait tout mieux prévu qu'eux. Bléssés dans leur orgeuil, ou bien doit-je écrire dans leur narcissisme, il commencent à la détester.

« Enfin, à trois heures, ..., Boule de Suif, se baissant vivement, retira de sous la banquette un large panier couvert d'une serviette blanche.
Elle en sortit d'abord une petite assiette de faïence, une timbale en argent, puis une vaste terrine dans laquelle deux poulets entiers, tout découpés, avaient confi sous leur gelée, et l'on apercevait encore dans le panier d'autres bonnes choses enveloppées, des pâtés, des fruits, des friandises, les provisions préparées pour un voyage de trois jours, afin de ne point toucher á la cuisine des auberges. Quatres goulots de bouteilles passaient entre les paquets de nourriture. Elle pris une aile de pouletet, délicatement, se mit à la manger avec un de ces petits pains qu'on appelle « Régence » en Normandie.
Tous les regards étaient tendus vers elle. Puis l'odeur se répandit, élargissant les narines, faisant venir aux bouches une salive abondante avec une contraction douloureuse de la mâchoire sous les oreilles. Le mépris des dames pour cette fille devenait féroce, comme une envie de la tuer, ou de la jeter en bas de la voiture, dans la neige, elle, sa timbale, son panier et ses provisions. »
(Boule de Suif, p.29-30)

Maupassant nous décrit ici tous les sentiments dont sont traversés les voyageurs. Le mépris et la haine venant du plus profonds de leur inconscient, du Ça. Ces sentiments seront refoulés et les voyageurs utiliserons la politesse et la flatterie pour obtenir ce qu'il veulent.
Mr. Loiseau commence par flatter Boule de Suif. Il flatte son narcissisme pour obtenir un peu de nourriture en remboursement.

« Mais Loiseau dévorait des yeux la terrine de poulet. Il dit : A la bonne heure, madame a eu plus de précaution que nous. Il y a des personnes qui savent toujours penser à tout. » Elle leva la tête vers lui : « Si vous en désirez, monsieur ? C'est dur de jeûner depuis le matin. » Il salua : « Ma foi, franchement, je ne refuse pas, je n'en peux plus. A la guerre comme à la guerre, n'est ce pas , madame ? » Et, jetant un regard circulaire, il ajouta : « Dans des moments comme celui-ci, on est bien aise de trouver des gens qui vous obligent. »
(Boule de Suif, p.30)

Mais ce n'est pas tous les voyageurs qui sont prêt à flatter pour obtenir de la nourriture. La femme de Loiseau résistera longtemp et c'est lui qui devra demander « à sa charmante compagne » (Boule de suif) un morceau pour sa femme car elle ne veut pas s'abaisser. De la même manière les nobles et riches du fonds de la diligeance ne voudrons pas flatter Boule de Suif et c'est seulement quand Mme Carré-Lamadon s'évanouie que Boule de Suif leur proposerons quelque chose à manger.
Avec beaucoup de difficulté les nobles accepterons sans perdre la face :
« On hésitait, personne n'osant assumer la responsabilité du « oui ». Mais le comte trancha la question. Il se tourna vers la grosse fille intimidée, et, prenant son grand air de gentilhomme, il lui dit : « Nous acceptons avec reconnaissance, madame. »
(Boule de Suif, p.32)
Tous ces exercices de flatterie leurs demandent un peu d'effort, ils discuterons avec elle par politesse et quand le panier sera vide, la conversation se refroidira. Maupassant l'écrit noir sur blanc pour montrer la malice des voyageurs, qui sont prêt à peu pour obtenir ce qu'ils veulent de la fille.

Le narcissisme du personnage de Boule de suif.
Comme nous le verrons plus tard le narcissisme est très important dans cette nouvelle. Alain Corbin dans son introduction de « La condition des filles de joie au dix neuvième siècle » nous rapelle que les personnes équilibrés se composent à part égale de narcissisme et de compassion envers les autres.
Le personnage de Boule de Suif est décrit assez brièvement mais nous savons dès le début qu'en dehors de son métier Boule de Suif est une personne charitable qui a de la compassion pour ses camarades de voyage. Mais elle a aussi ses idées politiques auquelles elle tiens énormément. Elles sont sa seule fièrté et c'est à cause d'elles qu'elle quitte Rouen. Comme elle ne peut pas vraiment contrôler sa rage qu'elle éprouve face à l'énnemi et qu'elle a faillit tuer un allemand par patriotisme. Maupassant résume un peu le narcissisme de la fille à ses convictions politiques et religieuses.
On notera tout de même qu'elle est présentée en premier et principalement par son bon cœur et ce n'est qu'ensuite que Maupassant nous présentera sa fièreté politique et enfin son respect pour la religion.
Ainsi très rapidement l'on comprends pourquoi elle est révoltée par les demandes de l'officier allemand et en perd tout de suite le goût pour son métier et le soir même elle se refusera à Cornudet.

Elle avait l'air indignée et répondit :
« Non mon cher, il y a des moments où ces choses-là ne se font pas ; et puis, ici, ce serait une honte. »
Il ne comprenait point, sans doute, et demanda pourquoi. Alors elle s'emporta, élevant encore le ton :
« Pourquoi ? Vous ne comprenez pas pourquoi ? Quand il il y a des Prussiens dans la maison, dans la chambre à côté, peut-être ? »
Il se tut. Cette pudeur patriotique de catin qui ne se laissait point caresser près de l'ennemi dut réveiller en son cœur sa dignité défaillante, car, après l'avoir seulement embrassée, il regagna sa porte à pas de loup.
(Boule de suif, p.41)

On notera que notre personnage principal est plus sensible que les autres et se laisse plus porter par ses sentiments que les autres personnages qui eux se retrouvent résumés par leur côté narcissique, (avarise, fortune personnelle, triomphe politique) sans un brin de sentiment. Elle est sensible est Maupassant nous le montre quand Boule de Suif se décide à aller au baptème d'un enfant inconnu car cela lui rappelle qu'elle en a un et elle va donc prier pour lui. Pendant ce temps les autres personnages en profitent pour conspirer et s'organiser pour la faire changer d'avis.
« Une cloche tinta. C'était pour un baptème. La grosse fille avait un enfant élevé chez des paysans d'Yvetot. Elle ne le voyait pas une fois l'an, et n'y songeait jamais ; mais la pensée de celui qu'on allait baptiser lui jeta au cœur une tendresse subite et violente pour le sien, et elle voulut absolument assister à la cérémonie.
Aussitôt qu'elle fut partie, tout le monde se regarda, puis on rapprocha les chaises, car on sentait bien qu'à la fin il fallait décider quelque chose. »
(Boule de suif, p.51)

Pour Boule de suif si on reprends l'expression de « L'idéal du Moi » utilisé par Jean Bellemin-Noël.
« L'idéal du Moi, c'est bel et bien la figure idéale intériorisée d'un Autre auquel le Moi cherche à s'identifier
(Psychanalyse et littérature, p.57 » :
Voici le personnage que Boule de suif veut être : Une femme de vertue qui ne se donne pas à l'énnemi, une mère aimante et religieuse dont les enfants sont baptisés.
Ainsi l'on comprends que le Moi de Boule de Suif est tiraillé entre son idéal et la réalité. Ce qui affaiblit assez son narcissisme et la rends plus vulnérable que les autres personnages.
Quant aux autres personnages la seule chose qu'ils leur importe est de décider la fille à coucher avec l'officier et pour cela ils seront près à lui proposer une alternative à son idéal du Moi : Tout d'abord être une héroïne comme Cléopatre qui avait couché avec César pour épargner des souffrance à l'Egypte (p.53). Mais comme cela n'a pas l'air de très bien marcher ils travaillent un peu sa compassion, car les bonnes sœurs étaient parties pour soigner des malades (p.54).

Le narcissisme chez les autres personnages
Bien que tous les autres personnages soient très peu décrits Maupassant a choisit de les résumer par leur narcissisme. Ils sont au début préoccupés que de leur argent, puis de leur succés qui se trouve compromis dans la ville de Rouen. Donc ils quittent la ville. Ensuite Boule de suif est la seule personne qui décide de leur destin et il feront tout pour la faire accepter les propositions de l'Allemand et ainsi sauver leur peau, et quitter l'auberge.
Pour montrer l'importance du narcissisme cela n'est pas suffissant de livrer Boule de suif à l'ennemi physiquement. Ce qui est encore mieux est de faire preuve d'intelligence et trouver un moyen par lequel on arrive à la décider. Ainsi personne n'est responsable directement et on peut ensuite se féliciter de son intelligence qui a poussé la fille dans les bras de l'ennemi.

« Mais le comte, issu de trois générations d'ambassadeurs, et doué d'un physique de diplomate, était partisan de l'habileté : « Il faudrait la décider », dit-il.
Alors on conpira...
On prépara longuement le blocus, comme pour une forteresse investie. Chacun convint du rôle qu'il jouerait, des arguments dont il s'appuierait, des manœuvres qu'ils devrait exécuter. On régla le plan des attaques, lesruses á employer, et les surprises de l'assaut, pour forcer cette citadelle vivante á recevoir l'ennemi dans la place. »
(Boule de suif, p.52-53)

Les autres personnages sont très obsédés par ce qui leurs arrivent à eux et n'éprouvent aucune compassion pour la fille de joie. Quand elle passera enfin à la casserole et les libérera, ils n'auront aucun regret et aucun sentiment de compassion pour la fille. Ils ne penserons qu'a eux seuls et à leur victoire qu'ils fêterons au champagne, et avec les plaisanteries les plus déplacées.
Maupassant nous montre la jubilation des personnages qui va du plus discret chez Mr. le comte au plus grossier chez Mr. De Loiseau.
« Tout le monde dressa l'oreille. Le comte s'approcha de l'aubergiste, et tout bas : « Ça y est ? _ Oui. » Par convenance, il ne dit rien à ses compagnons, mais il leur fit seulement un léger signe de la tête ...Loiseau cria : « Saperlipopette ! je paye du champagne si l'on en trouve dans l'établissement »...Chacun était devenu subitement communicatif et bruyant : une joie égrillarde emplissait les cœurs. Le comte parut s'apercevoir que Mme Carré-Lamadon était charmante, le manufacturier fit des compliments à la comtesse. La conversation fut vive, enjouée, pleine de traits.
Tout à coup, Loiseau, la face anxieuse et levant les bras hurla : « Silence !» Tout le monde se tut, surpris , presque effrayé déjà. Alors il tendit l'oreille en faisant « Chut ! » des deux mains, leva les yeux vers le plafond, écouta de nouveau, et reprit, de sa voix naturelle : « Rassurez vous, tout va bien. »... « Pauvre fille !»... « Porvu que nous la revoyions ; qu'il ne l'en fasse pas mourir, le misérable ! »
(Boule de suif, p.57-58)

En résumant ainsi les personnages secondaires à leur narcissisme et en ne décrivant que Boule de suif comme une personne complète pourvue d'autant d'amour pour autrui que pour elle même. Maupassant nous démontre que Boule de Suif est une victime de ce qu'elle est. Parce qu'elle n'est pas aussi égoiste que les autres cela la menera à sa perte.
Cela apparaît comme une conclusion bien pessimiste mais Maupassant a été souvent inspiré des écrits de Schopenhauer


Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
kettia

kettia

23.11.2008 20:07

Une très bonne description du livre que j'ai déjà lu et étudié. Un commentaire vraiment excellent qui mérite un E.

bigup93

bigup93

26.04.2006 02:39

jador

loloeaz

loloeaz

12.01.2006 12:31

Une très bonne analysE

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire
Comparez les prix Trier par Prix
Boule De Suif - guy de maupassant

Boule De Suif - guy de maupassant

Achetez ce produit et cumulez des SuperPoints à dépenser sur PriceMinister! ...

plus

annonce

0,90 € PriceMinister 535 Evaluations

Frais de port: 3,05 EU...

Livraison: 2-​5 Jours

     Plus  

PriceMinister



publicité
En lire davantage sur ce produit
Boule de Suif - Guy De Maupassant - avis par philoclem Mot Passant
  très intéressant
Boule de Suif - Guy De Maupassant - avis par niniepg une tres bonne nouvelle
  très intéressant
Boule de Suif - Guy De Maupassant - avis par mouchoirlotus Boule de Suif
  très intéressant
Boule de Suif - Guy De Maupassant - avis par IIIMelusineIII Plus blanche que nombre d'autres...
  très intéressant
Boule de Suif - Guy De Maupassant - avis par Carlina Une jeunette s'interesse aux classiques
  très intéressant
Afficher tous les avis
Evaluations d'avis
L'avis sur Boule de Suif - Guy De Maupassant a été lue 39489 fois et a été évaluée:

exceptionnel (44%) par:
  1. kettia
  2. bigup93
  3. loloeaz
et aussi par 11 autres membres

"très intéressant" (53%) par:
  1. jesty
  2. valerybehar
  3. lastar1979
et aussi par 14 autres membres

"intéressant" (3%) par:
  1. edgar91

Comprendre l'évaluation de cet avis.
publicité