Dernière Ville Bananière avant la prochaine

3  28.02.2012

Avantages:
Un lieu de passage facile

Inconvénients:
Rien à voir

felis

Plus à mon sujet: Je ne crois pas a l'existence de mes vrais-faux lecteurs. J'ai exposé la ciao-team le problème de f...

Membre depuis:05.05.2002

Avis:2402

Lecteurs satisfaits:309

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 8 membres de Ciao en moyenne: exceptionnel

Le Guide (Lonely Planet) ne m’avait pas trompé, Changuinola a la frontière panaméo-costaricienne, mais du côté atlantique (plus près de chez nous donc) est située au milieu des bananiers.
J’arrive en avion, l’hôtesse indique à ses deux occupants restants (trois, on va dire qu’il y a surement un pilote) que nous atterrissions à l’aéroport de Changuinola.

Elle n’a pas osé accoler abusivement le mot de international comme elle vient de le faire il y a quinze minutes (oui, nous faisons des sauts de puces avec notre ATR42, c’est très marrant) à Bocas del Toro, qui est tout sauf grand.

D’accord, les deux pistes sont bitumées, mais l’ile de Bocas del Toro fait cinq kilomètres de long sur deux de large, et la seule denrée internationale ici à part le coca-cola, c’est le touriste.
A Changuinola il n’y a pas de touriste, il faut être fou pour se perdre ici.

D’ailleurs, je suis fou.
Il fait très chaud en ce mois de février et je sue a grosses gouttes, l’humidité n’est pas que dans l’eau marine, et je ne sais pas si les moustiques attaquent dès cinq heures.

De l’avion, nous avons vu les iles (L’archipel de Bocas del Toro dont nous venions de décoller, l’archipel formant une barrière à l’océan pour la côte), puis re-la mer, puis le bord de terre, puis un premier champ de banane, puis un second, un troisième, et ça n’en finissait pas quand enfin est venue la route principale sur laquelle est bâtie la ville, puis a nouveau des bananes.

Ca m’étonnerait qu’à Changuinola on mange de la choucroute.

.

La ville en chiffre

Un aéroport, deux routes parallèles distantes de trente mètres, deux groupe d’hôtels (j’en ai comptés cinq dont deux sont régulièrement nommés dans les guides) quelques restaurants (que du local, donc vous ne êtes pour la comida casada, le repas ordinaire), une paire de dizaine de milliers d’habitants (Oui, quand même, ca en cache du monde les champs de banane !), la frontière costaricienne à moins de quinze kilomètres, la mer a moins de quatre, je crois avoir à peu près résumé.

Changuinola est à l’écart du gros passage touristique puisque ceux-ci s’arrêtent à Bocas del Toro, à trente kilomètres et quinze minutes à peine d’avion comme dejà mentionné, puisque ce sont plusieurs iles (un petit archipel) avec des plages intéressantes, mais surtout un amas de petits hôtels et de nombreux restaurants à des prix très abordables pour les américains, mais délirants ici qui attirent le monde, et de ce fait les prix deviennent d’ailleurs de moins en moins abordables.

Sur cette large frontière avec le Costa-Rica dont nous sommes très proche (elle doit faire près d’une centaine de kilomètres de l’Atlantique ou nous sommes jusqu’au Pacifique) la montagne est également touristique, c’est vrai, mais de l’autre côté de la cordillère de la Talamanque, côté Pacifique, autour de Boquete et Volcan, quand on redescend du volcan Baru dont j’ai déjà parlé à moults reprises, et commenté deux tentatives de montées dont une réussie. Le Baru culmine a 3475 mètres, ce n’est pas négligeable.

.

Pourquoi je passe ici

Pour aller au Costa Rica par une des frontières que je ne connais pas, la seule officielle du côté caraïbe (atlantique en français de chez nous) et pour aller visiter surtout un parc naturel en bord de mer, dont j’espère vous parler prochainement (Parque de la humedad San-San, un parc protégeant les marais humides positionnés près de l’estuaire de la rivière San-San)

En entrant au Costa Rica je rejoindrais Porto Limon sur la côte caraïbe, pas très loin d’ici, puis il me faudra rejoindre la Capitale San Jose par la seule route qui passe de part et d’autre dans cette région de l’isthme pour re-entrer au Panama par Paso Canoas sur l’autoroute panaméricaine, ou San Vito et Siseola si je préfère aller visiter à nouveau des plantations de cafés, très réputées dans cette zone.

.

L’activité locale, la banane

Je vais de bon matin (il fait déjà plsu de 25 degrés) faire mon footing. Pas trop le choix, je dois suivre la rue principale, déjà en activité, avec profusion de taxis jaunes rutilants, au panama tous les taxis sont récents, ne vous attendez pas a trouver des bateaux américains des années cinquante comme au Mexique !

Je quitte le plus tôt possible cette route pour emprunter une route d’accès a une Finca (un complexe agricole), ils sont numérotés ici, je vais donc vers la Finca numéro 50.
La route goudronnée et en parfait état circule entre deux longues plantations de bananes. Comme c’est dimanche il n’y a personne, amis en semaine, ca grouille de monde.

La bananeraie n’est pas ni belle ni naturelle, je dirais qu’un champ de blé de la Beauce serait presque plus naturel.
Pourquoi ?
Parce que d’abord les régimes de banane sont protégés par des gros emballages en plastique bleuté, donc on voit de loin une foule de sacs en plastiques sortant des feuilles.
Parce que régulièrement il y a des sortes de petits funiculaires a banane, en fait dans la plantation, on n’envoie pas les camions de trente tonne ramasser les récoltes, mais des câbles parcourent tous les cent ou deux cent mètres les plantations, et lors de la récolte, des treuils actionnent ces câbles qui emportent les récoltes et les amènent en des endroits déterminés de la route ou les camions se chargent.
Je comprends mieux maintenant pourquoi régulièrement je rencontrais des panneaux avertissant d’un passage aérien. Il s’agit de ces lieux ou arrivent à droite et à gauche de la route deux ou plusieurs chemins de câbles.


Envie d’aller dans la bananeraie ?

Merci, pas vraiment. Outre que je viens de prendre une sacrée saucée, qui ne gêne pas trop par temps chaud tant qu’on reste sur le bitume, mais qui me parait peu compatible avec la terre, je n’ai pas envie de m’accrocher a une liane qui s’avèrerait un serpent liane, le quel tue en un quart d’heure, et d’autre part la bananeraie est irriguée régulièrement par des canaux de terre qui s’enfoncent de deux ou trois mètres dans le sol, et qu’il faudrait donc traverser non pas a gué, mais en ayant de l’eau chaude a hauteur du nombril.

.

Bilan de Changuinola

La ville n’a rien d’un lieu de passage intéressant le touriste, mais on peut s’y arrêter pour la nuit, l’hôtel Hawaï offre une chambre assez spartiate pour 24 dollars ou le wifi est censé fonctionner, et il fonctionnera bien le matin, la salle d’eau a normalement de l’eau chaude, et les wc sont privés mais pas de qualité. Le rapport qualité-prix reste assez moyen.

En ville, la comida casada vaut environ 4 dollars boisson incluse.
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
jacquesherve

jacquesherve

17.03.2013 21:19

Très bon avis

felis

felis

02.03.2012 03:05

la bananeraie est irriguée régulièrement par des canaux de terre qui s’enfoncent de deux ou trois mètres dans le sol, et qu’il faudrait donc traverser non pas a gué, mais en ayant de l’eau chaude a hauteur du nombril. ==> toi qui aimes les guerres de tranchées, tu aurait été servi! On y revient ;o) Une petite banane pour la route? ;o) <== J'aime pas me bananer

felis

felis

02.03.2012 03:04

pour aller visiter surtout un parc naturel en bord de mer, dont j’espère vous parler prochainement (Parque de la humedad San-San, un parc protégeant les marais humides positionnés près de l’estuaire de la rivière San-San==> ouahh tentant! Mais as-tu avec toi un antipaludeen? Tu conseilles pour aller au Costa Rica de passer par Tocumen au Panam, et faire le reste en bus, donc. <<== Nonnon, le parc de San San est au Panama, et je préconise de faire ce que j'ai fait: Prendre l'avion de Albrook jusqu'a Changuinola; C'est ben pour ca que je suis a Changuoinola, c'est parcer que l'avion attérit en fin de journée

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Changuinola a été lue 470 fois et a été évaluée:

exceptionnel (63%) par:
  1. parenthese
  2. thienhoang
  3. ViperGTSeb
et aussi par 2 autres membres

"très intéressant" (38%) par:
  1. jacquesherve
  2. peusoune
  3. newman01

Comprendre l'évaluation de cet avis.
publicité