Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin

Avis sur

Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin

Evaluation générale (1): Evaluation totale Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin

 

Tous les avis sur Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


L'Argent fait le bonheur

3  22.07.2008

Avantages:
Le trésor de Marengo est magnifique .  .  .

Inconvénients:
.  .  . et le reste plus anecdotique .

Recommandable: Oui 

madmike

Plus à mon sujet: 02/12/14... Il y a 209 ans Napoléon Ier remportait la plus belle de ses victoires à Austerlitz, un a...

Membre depuis:16.06.2000

Avis:4168

Lecteurs satisfaits:60

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 30 membres de Ciao en moyenne: très intéressant




Préambule



Turin fut la capitale du royaume de Piémont, puis, une fois que la dynastie de Savoie eut unifié l'Italie et transféré sa capitale à Rome, elle devint une métropole bourgeoise et industrielle, satisfaite de sa richesse proclamée par les somptueux immeubles de pierre édifiés le long des vastes avenues qui constituaient le nouveau quadrillage de la cité.

La ville fut longtemps la parente pauvre d'une Italie très culturelle, et son patrimoine culturel pourtant loin d'être négligeable était assez ignoré, confiné en des musées poussiéreux aux ouvertures très limitées. Les choses ont changé avec le nouveau millénaire, et la cité piémontaise se dote désormais de musées aptes à rivaliser avec les autres villes européennes, tout en organisant des expositions de prestiges dignes de celles qui passent à Paris ou Londres , les deux métropoles de référence en la matière.

C'est ainsi à l'occasion d'une magnifique exposition consacrée au Céleste Empire que j'ai découvert un musée récent et attenant au site de cette exposition, à savoir les Collections archéologiques du musée antique


Au cœur de la ville royale



Turin fut cité royale jadis, et a gardé de cette époque un fort intéressant Palazzo Reale , dont l'origine remonte au XVIIème siècle. Le palais en question était déjà fort vaste, mais la monarchie piémontaise le dota au XIXème siècle d'une aile nouvelle, extension vers le Nord du quadrilatère d'origine.

Cette aile du XIXème siècle possède un sous-sol récemment aménagé, et semble-t-il destiné à devenir un nouveau musée, après avoir hébergé durant l'été et l'automne 2008 une exposition splendide consacrée à la Chine des Qin aux Tang. Et c'est au bout de ce sous-sol que se trouve l'entrée des collections antiques du musée archéologique, une entrée pour le moins discrète puisqu'elle se fait via une rampe inclinée qui conduit dans cette espèce de cave voûtée de brique.

Il ne s'agit là en fait que de l'entrée, et passé la caisse et une ou deux salles de service (consigne notamment), l'on ressort du sous-sol par un passage vitré, pour gagner le musée lui-même, installé dans une sorte de serre édifiée dans ce qui était jadis le parc du palais royal. Le musée est de ce fait quasiment enterré, seul la verrière sommitale dépassant du sol, et donc extrêmement discret, tout en offrant un espace d'exposition non négligeable, aménagé dans l'excavation créée pour lui…



Le butin de Marengo

La collection du musée s'ouvre sur une vitrine dédiée au trésor de Marengo , vitrine qui est assurément le clou de la collection , et justifierait à elle seule la visite du musée. A la limite je pense qu'un visiteur pressé peut rentrer dans le musée, voir cette vitrine, et repartir en ayant vu l'essentiel, même s'il y a d'autres choses à voir par la suite.

L'ensemble d'argent antique exposé dans cette vitrine fut découvert fortuitement en 1928, bien après la bataille de Marengo , et l'on ne sait guère quel était le but précis de cette accumulation hétérogène d'argent, sans doute dissimulé au IVème ou Vème siècle, à l'époque de la décadence de l'Empire Romain. Certains ont supposé qu'il s'agissait de la réserve de métal précieux d'un orfèvre, et que donc ces pièces étaient appelées à être fondues, alors que d'autres ont pensé qu'elles avaient été cachées afin de les soustraire à la convoitise de quelques barbares pillards, mais quel que soit la raison de cette cache, cela nous a valu de voir nous parvenir intacte de véritables merveilles , des pièces uniques.

La pièce majeure est assurément le buste de Lucius Verus , un empereur peu connu, en raison de la brièveté de son règne (161-169 après JC), de la dynastie des Antonins , cette dynastie qui vit l'âge d'or d'une Rome au fait de sa puissance et pas encore menacée sérieusement sur sa périphérie. L'empereur est portraituré avec réalisme, et la finesse des détails de son armure, dont le plastron s'orne d'une divinité protectrice, est assez révélatrice du talent des orfèvres de l'époque, et de l'importance d'une telle pièce d'apparat, destinée à montrer le successeur d'Auguste dans toute sa grandeur ! La pièce est exceptionnelle, et je ne suis même pas certain qu'il en existe un équivalent dans le monde, les objets en argent ayant très largement été fondus pour en récupérer le précieux métal à une époque où ils n'étaient point encore des trésors archéologiques.

Deux bandeaux circulaires fragmentaires sont tout aussi exceptionnels. L'un est orné d'une frise de personnages, l'autre d'épis de blé, et l'on peu supposer, même si les cartels du musée restent totalement muets à ce sujet, qu'il s'agissait d'ornements de bases de colonnes, à une époque où les constructions romaines n'étaient point encore des ruines à la pierre nue, mais des bâtiments splendidement ornés…

Les autres pièces du trésor paraissent presqu'anecdotiques, et pourtant l'on y voit des fragments de statuettes visiblement d'une belle facture, mais elles sont éclipsées par la splendeur des pièces principales…



Un musée plus quelconque



La suite du musée présente des collections nettement moins exceptionnelles , et plus précisément une sorte de best of des fouilles archéologiques effectuées en Piémont , comme beaucoup de musées d'histoire locale. L'originalité réside dans une présentation antichronologique, c'est-à-dire à rebours, en partant des découvertes correspondant à des époques plus récentes. Le parcours remonte ainsi de la Renaissance au Paléolithique , et il faut bien avouer que c'est quelque peu déroutant de prime abord, même si ce n'est pas totalement illogique puisque cela correspond à la stratigraphie des fouilles, où les archéologues excavent d'abord les époques les plus récentes.

Les premières vitrines sont ainsi des céramiques de la _Renaissance , péniblement reconstituées à partir de fragments, puisqu'il est rare de retrouver au cours de fouilles des pièces totalement intactes, et elles sont assez banales, objets utilitaires d'art populaire plus que pièces d'exception. Le parcours à rebours conduit assez rapidement à une série impressionnante de tombes lombardes, un peu longuette même si les objets en or et argent issues de la tombe d'une princesse sont absolument splendides.

L'époque romaine propose des verres superbes, témoignant de la maîtrise du sujet par les romains, et des bronzes de bel aloi, statuettes d'une belle maîtrise ou tripode typique de l'antiquité, mais aussi une série de pièces de monnaie impressionnante, les plus amusantes en étant des pièces en argent de _Jules César_ ornées d'un éléphant.

Les objets plus anciens ne sont pas toujours très spectaculaires, mais les moules d'épées de l'âge du bronze sont assez uniques, et encore suffisamment bien conservés pour que les archéologues aient pu mouler deux lames d'épée à leur aide, tandis que les séries de haches polies ou de silex taillées ont comme un air de déjà vu, étant donné que l'on en croise dans des dizaines de musées de par l'Europe…

La visite de cette collection n'est certes pas inintéressante, mais les vitrines sont un peu trop nombreuses, sans doute aurait-il mieux valu faire une sélection plus rigoureuse, plutôt que d'exposer des objets communs souvent un peu redondants, qui n'intéresseront que les spécialistes. Il n'est d'ailleurs qu'à voir la vitesse à peu près stratosphérique à laquelle passent la plupart des rares visiteurs pour se rendre compte que cette présentation n'atteint pas complètement son objectif…



En conclusion

Les _Collections archéologiques du musée antique_ valent surtout pour le _trésor de Marengo_ .

Ce musée plutôt récent présente avec ce trésor d'argent un ensemble unique, dominé par quelques pièces exceptionnelles, et en particulier le superbe buste de _Lucius Verus_ , mais par ailleurs sa volonté d'exhaustivité est par moment un peu lassante, en conduisant à présenter des vitrines multipliant les objets banals et redondants.

La collection vaut certes le coup d'œil pour quelques objets vraiment intéressants, mais ce n'est certainement pas le plus intéressant des musées turinois, et, si cela vaut le coup de profiter d'une visite à une exposition voisine pour y jeter un coup d'œil comme je le fis, cela n'est point un musée exceptionnel…

Note : 6/10

* Museo di Antichita collezioni archeologiche (Collections archéologiques du musée antique)
- via XX Settembre, 88 C ; Torino
- tél : +39 (11) 521 22 51
- fax : +39 (11) 521 31 45
- du mardi au dimanche : 09h00 à 19h30
- 26,24 francs (soit 4 euros)
Photos pour Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin
  • Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin Turin, musée antique
  • Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin Turin, musée antique
  • Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin Turin, musée antique
  • Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin Turin, musée antique
Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin Turin, musée antique
L'entrée du musée est sous l'aile XIXème du palazzo Reale
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
willymax

willymax

25.03.2009 21:15

en fait il faut choisir ce que l'on va voir

solea66

solea66

30.07.2008 19:57

Dommage...

mamystar63

mamystar63

25.07.2008 23:09

excellent !

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin a été lue 2421 fois et a été évaluée:

exceptionnel (14%) par:
  1. mamystar63
  2. qedrif
  3. nelleling
et aussi par 2 autres membres

"très intéressant" (86%) par:
  1. willymax
  2. foliesage
  3. superphanie
et aussi par 28 autres membres

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Collections Archéologiques du Musée Antique, Turin
publicité