Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton

Avis sur

Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton

Evaluation générale (1): Evaluation totale Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton

 

Tous les avis sur Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


Osez Joseph in

3  04.02.2009

Avantages:
Une église charmante .  .  .

Inconvénients:
.  .  . sinon majeure .

Recommandable: Oui 

madmike

Plus à mon sujet: 02/12/14... Il y a 209 ans Napoléon Ier remportait la plus belle de ses victoires à Austerlitz, un a...

Membre depuis:16.06.2000

Avis:4168

Lecteurs satisfaits:60

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 20 membres de Ciao en moyenne: très intéressant




Préambule



Le cratère éteint d' El Valle de Anton , à environ 120 kilomètres de Panama City , serait le second plus grand du monde, selon des informations de source panaméenne qui restent à confirmer (et de toute façon j'ignore quel serait le plus grand du monde, ainsi que le troisième complétant le podium).

L'endroit est insolite, et je suppose que l'explorateur espagnol Anton Martin qui le découvrit il y a belle lurette fut assez surpris de ce paysage curieux. Le lieu avait été peuplé depuis bien longtemps par les indiens, dont l'on peut encore aujourd'hui voir les pierres gravées ou pétroglyphes témoignant de quelque culte païen oublié.

Les espagnols s'empressèrent donc d'effacer le souvenir du paganisme en construisant une église dédiée à Saint Joseph (pourquoi lui et pas un autre saint ?!). L'on peut supposer que le premier édifice construit fut bâti en bois, puis que lui succéda une église de pierre, église qui fut largement détruite à l'occasion d'une insurrection populaire (grosso modo une révolte des indiens contre les colons, mais je ne connais pas les détails de cet épisode historique).

L'on rebâtit alors l'église incendiée , et cette dernière église Saint Joseph , sans doute la troisième du nom, se trouve en plein cœur de la cité d' El Valle de Anton


Une église immanquable



Le fond de la vallée créée par le volcan éteint est à peu près parfaitement plat, et le gros village, à moins que ce ne soit la petite ville, d' El Valle de Anton , s'est largement étalé sur ce fond plat, se répandant tel une flaque. Il y a du coup quelques kilomètres d'un bout à l'autre, alors qu'à mon sens la population n'est point immense.

L' Avenida Central est d'ailleurs la seule rue digne de ce nom, véritable voie romaine bitumée qui traverse de part en part le bourg, et l'on ne peut manquer l'église, qui est à peu près le seul bâtiment notable ici, et découvre sa calme silhouette blanche sur le côté fauche de la route lorsque l'on vient de la Panaméricaine .

L' église est peu connue , et je n'avais d'ailleurs point planifié sa visite, mais comme elle se trouvait à proximité immédiate du fort intéressant Musée d'El Valle de Anton la curiosité m'a poussé à y jeter un coup d'œil…



Un édifice sobrement colonial



L' église blanche est simple et élégante , et sa silhouette immaculée n'a sans doute point été touchée depuis sa reconstruction, probablement au XIXème siècle si j'en juge par le style colonial sans fioritures inutiles, donc postérieur à la période baroque de la splendeur de la colonisation espagnole. Elle a de l'allure, et comme elle est d'une blancheur à faire la publicité pour une lessive elle présente d'autant mieux sous le ciel bleu du Panama (en saison sèche du moins).

L'intérieur est très simple, une vaste halle où s'alignent les bancs taillés dans je ne sais quel bois exotique, et dans cet univers dépouillé le fond de l'église, derrière le maître-autel, est des plus surprenants, tout en pierre grise. Il faut s'approcher un peu pour comprendre de quoi il ressort : il s'agit tout bonnement du porche de l'église précédente (la première église de pierre), qui est la seule portion subsistante après l'incendie de jadis et a été conservé, mais en devenant cette fois-ci le fond de l'église ! J'avoue que ce remploi est assez unique , puisque s'il advient parfois que l'on conserve une partie d'une église précédente, je crois bien que c'est la première fois que je vois un porche devenir retable d'autel ! C'est assez stupéfiant, et cette fantaisie architecturale, dont je ne sais si elle a été motivée par un souci d'économie en diminuant la partie à construire ou par un choix esthétique, est tout à fait bizarre…

La décoration de l'église est par ailleurs très simple : les objets anciens ont été déplacés dans le musée voisin, tout simplement sans doute pour ne pas trop tenter les pillards, et il ne reste que quelques statues assez récentes, sans doute du XXème siècle. Le saint patron de l'église, St Joseph, est représenté de manière traditionnelle, barbu à la façon du Christ et tenant l'enfant Jésus et le lys qui est son attribut - il est assez curieux d'ailleurs de voir que l'on prête souvent à Joseph des traits christiques, alors qu'en principe il n'est que le beau-père de Jésus, si du moins l'on croit à l'intervention du Saint Esprit !

La plus originale des quelques statues est celle représentant Saint Martin de Porres , représentation reconnaissable à la peau noire et au balai de ce saint sud-américain canonisé en 1962 et depuis lors très populaire en Amérique latine (où il est bien vu en tant que saint des pauvres, issu de racines locales) et à peu près inconnu en Europe. Ledit saint était un dominicain péruvien du XVIIème siècle, mulâtre né d'un espagnol et d'une négresse (comme l'on baptisait alors les esclaves noires), et dont la vie de vertu et d'humilité fut un exemple pour tous, au point de lui valoir sur le tard l'auréole de saint ! C'est à ce genre de détails iconographiques que l'on voit que l'on est sur un autre continent, et que l'église sait s'adapter aux divers pays…

L'on peut enfin jeter un coup d'œil en sortant au portail topiaire qui dessine une porte fictive devant l'église ou à la croix qui commémore le demi-millénaire de l'évangélisation du continent, avant de repartir à la découverte de cette surprenante caldeira d' El Valle de Anton



En conclusion



L' église Saint Joseph est charmante et surprenante .

Cet édifice colonial tout de blancheur et de simplicité a de l'allure en soi, et il stupéfie lorsque l'on s'aperçoit que le porche d'une église précédente est devenu une simple décoration murale derrière le maître-autel, en un remploi aussi original qu'unique.

L'on peut aussi noter la présence typiquement latino-américaine d'une représentation de Saint Martin de Porres , saint des humbles particulièrement prisé sur ce continent, et, même si cette église est vite vue, elle mérite un petit coup d'œil avant de continuer l'exploration d' El Valle de Anton

Note : 6/10


* Eglise St Joseph
- Avenida Central, Anton
- ouvert durant la journée
- entrée libre

Photos pour Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton
  • Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton El Valle de Anton, église St Joseph
  • Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton El Valle de Anton, église St Joseph
  • Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton El Valle de Anton, église St Joseph
  • Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton El Valle de Anton, église St Joseph
Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton El Valle de Anton, église St Joseph
L'église de trois quarts
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
willymax

willymax

04.04.2009 16:49

tu as du en faire des séjours pour tout visiter

PICHINOU

PICHINOU

13.02.2009 15:29

Zorro.............

solea66

solea66

11.02.2009 20:17

Osez Joseph in --> ah ben bravo! J'ai la musique en tête maintenant :D

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton a été lue 1801 fois et a été évaluée:

exceptionnel (19%) par:
  1. PICHINOU
  2. nelleling
  3. ViperGTSeb
et aussi par 2 autres membres

"très intéressant" (81%) par:
  1. willymax
  2. frolap
  3. robok
et aussi par 18 autres membres

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Eglise Saint Joseph, El Valle de Anton
publicité