Avis sur

France Gall : Evidemment

Evaluation générale (5): Evaluation totale France Gall : Evidemment

3 annonces provenant de marchands référencés à titre payant entre 7,00 EUR à 14,56 EUR  

Tous les avis sur France Gall : Evidemment

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


 


♫ De Michel à France ♫

5  25.11.2004

Avantages:
tous

Inconvénients:
aucuns

Recommandable: Oui 

Détails:

Textes

Chant/voix

Musique

Arrangements

Créativité


Bridget

Plus à mon sujet: De retour pour une petite série d'avis puer... Vais peut etre y reprendre gout

Membre depuis:07.11.2000

Avis:246

Lecteurs satisfaits:206

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 38 membres de Ciao en moyenne: très intéressant

Evidement, est le dernier best of de France Gall. Il se décline en quatre produits :
- un édition classique contenant deux cds (24,50euros)
- un édition limitée contenant un dvd en plus des deux cds (28,90).
- une édition longbox avec un packaging plus étudié, trois cds (36,92).
- Une édition intégrale contenant 13 cds !!! (143,90).

L’édition dont je vais vous parler ici est l’édition classique. Elle contient 39 chansons sur deux cds. Parmi ces chansons on comptera quatre duos avec Berger, un duo avec Elton John et deux titres inédits.
Tous les morceaux de cet album, à l’exception de « besoin d’amour », « donner pour donner » et de « message personnel » ont pour auteur et compositeur Michel Berger…
A la lecture des titres figurant sur cet album, je suis déçue. J’adore France Gall, et le répertoire que lui as composé Berger, mais j’aime aussi deux titres de Gainsbourg « poupée de cire, poupée de son » et « les sucettes » qui ne figurent pas sur l’album.
Apres écoute de l’album, la déception causée par l’absence de ces titres s’efface : ils auraient « cassé » le ton « berger » de ce magnifique album.

La pochette de l’album est à dominante blanche, et sur la couverture figure un simple portrait de France Gall. Il contient un livret d’une vingtaine de pages avec quelques photos mais surtout les paroles des titres inédits et un petit commentaire de France Gall pour décrire chaque chanson. Très sympa.

Il s’agit d’un cd « opendisc ». Cela signifie, d’une part, que vous ne pourrez en copier la musique sur votre ordinateur (et donc la transférer sur un lecteur mp3) facilement. La solution a été pour moi d’utiliser le logiciel Itunes pour pouvoir un jour écouter cet album sur mon Ipod. Mais si j’utilisais encore mon vieux baladeur mp3 128Mo, je l’aurais eu dans le ….
Cela signifie, d’autre part, qu’on vous donne accès à un contenu internet exclusif grâce à ce cd. Effectivement le cd1 ouvre sur l’ordinateur une fenêtre d’information à remplir, qui donne ensuite accès à un site internet. Ce site contient des vidéos, une chanson audio live. Au manuscrit du livret (notes de France Gall sur chaque chanson), un message audio de France Gall au sujet de son intégrale, des fonds d’écran…

Au final, même dans sa version la plus simple, le best of de France Gall est un bel objet, tres bien travaillé. Quant à son contenu, il est tout simplement sublime, et rien ne semble vraiment manquer, le plus « gros » (de berger) est là.


♫ Disque 1 ♫

►1. Il jouait du piano debout. ◄
C’est d’abord une soirée improvisée qui débute devant d’énormes plats de pâtes et s’achève dans un bar karaoké où l’on tête les cocktails dans des biberons. Noémie ne connaît pas parfaitement les paroles, mais elle chante, elle hurle presque, et le rythme aide, et elle aime la chanson, et elle t’invite à faire comme elle.
« Il jouait du piano debout
C'est peut-être un détail pour vous
Mais pour moi, ça veut dire beaucoup
Ça veut dire qu'il était libre
Heureux d'être là malgré tout
Il jouait du piano debout
Quand les trouillards sont à genoux
Et les soldats au garde à vous
Simplement sur ses deux pieds,
Il voulait être lui, vous comprenez »
►2. Résiste. ◄
C’est ensuite moi, plus jeune, qui écoute à fond la cassette de France Gall dans le salon. Les chansons défilent, je les connais toutes. Celle-là, ce n’est pas ma préféré, elle ne signifie pas (encore) grand chose pour moi, alors les paroles je ne les retiens pas, ça viendra (hélas) mais je ne le sais pas encore. Je fredonne quand même, parce que le rythme est là, la mélodie reconnaissable entre mille. Et ce mot qui reviens toujours, fort.
« Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va,
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n'est pas le tien, viens,
Bats-toi, signe et persiste
Résiste »
►3. Le meilleur de soi-même. ◄
C’est parfois l’horreur. La mélancolie vous envahit d’un coup. Vous rappelle que vous avez pleurer sur cette chanson, parce que le texte et la mélodie s’y prêtent. Le cafard s’installe, mais la volonté de zapper la chanson manque. Se souvenir c’est aussi ça.
« Et j'ai pleuré pour des bêtises
J'ai aimé pour moins que rien comme vous
Et j'ai voulu faire mes valises
J'ai veillé jusqu'au matin comme vous
Comme vous »
►4. Je suis une femme tu sais. ◄
C’est de l’inédit, mais toujours du Berger pour les paroles et la musique, et toujours France en interprétation. On se laisse surprendre, des bons inédits je n’en ai pas vus beaucoup sur des best off. Pourtant celui-ci, même placé au plein milieu de titres plus connus ne casse en rien l’ambiance dans laquelle nous berce l’album.
« Je suis une femme tu sais
Et je vis comme une femme tu sais
Je suis une femme tu sais
Et j’aime comme une femme tu sais »
►5. Ça balance pas mal à Paris. ◄
C’est la voix du compositeur qui se mêle à celle de sa muse le temps d’un duo rythmé.
« Ça balance pas mal à Paris
Ça balance pas mal
Ça balance pas mal à Paris
Ça balance

Photos pour France Gall : Evidemment
  • France Gall : Evidemment Photo 106777 tb
  • France Gall : Evidemment Photo 106778 tb
  • France Gall : Evidemment Photo 106779 tb
  • France Gall : Evidemment Photo 106780 tb
France Gall : Evidemment Photo 106777 tb
un couple ....
aussi »
►6. Ce soir je ne dors pas. ◄
C’est l’accompagnement d’une simple guitare, et la mélodie qui berce. Oui, une berceuse presque. Une chanson tendre…
« Quand j'étais enfant, mon prince charmant
Était si différent de toi
Quand j'étais enfant, mon prince charmant
Était bien autrement, pourquoi
Ce soir je ne dors pas
C'est la toute toute première fois
Que je te sais loin de moi
Et le vide n'en finit pas »
►7. Besoin d’amour. ◄
C’est signé… Le rythme, les intonations de voix. La signature de Berger, le timbre de Gall…
« Au secours
J'ai besoin d'amour
Comme la terre a besoin du soleil
(Besoin d'amour)
Comme les étoiles ont besoin des étoiles
(Besoin d'amour
Comme le ciel a besoin de la mer
(Besoin d'amour)
Comme l'été a besoin de l'hiver
(Besoin d'amour) »
►8. Diego, libre dans sa tête. ◄
C’est le chef d’œuvre… Est-ce la mélodie ? Est-ce le texte, qu’on connaît et qui y est lié ? Dès les premières notes : le frisson. Diego, c’est toute une histoire. Un texte, une mélodie assez douce traversée de roulements de tambours… Diego est un incontestable chef d’œuvre. Inoubliable.
« Derrière des barreaux
Pour quelques mots
Qu'il pensait si fort
Dehors il fait chaud
Des milliers d'oiseaux
S'envolent sans effort »
►9. Quand on est enfant . ◄
C’est une courte mélodie, douce, prenante… touchante.
« J'ai voulu porter la terre
Sur mes épaules fragiles
J'ai voulu plier le fer
Des monstres géants de la ville
Au diable que je me repose
Au diable d'attendre d'être grand
On n'a pas notion des choses
Quand on est enfant »
►10. Musique. ◄
C’est encore un rythme, toujours un tube. Un hymne… pas celui de la star’ac non…
« Musique
Déposons nos armes à nos pieds
Renvoyons chez elles nos armées
Jetons à terre nos boucliers
Claquons des doigts et frappons du pied »
►11. Si l'on pouvait vraiment parler. ◄
C’est une mélodie douce, encore. Un piano, derrière lequel on imagine aisément Berger…
« Si l'on pouvait vraiment parler
Je dirais que la vie s'est elle-même chargée
De me fabriquer un bonheur
Dont je ne sais pas profiter
Et que mes rêves me font peur »
►12. Bébé comme la vie. ◄
C’est moi, jeune encore, la musique à fond toujours. Et ce poupon noir qu’on m’avait donné. Mon bébé. Déjà je comprends. Le bonheur de l’auteur. Et je m’imagine, bercer plus tard un enfant en lui chantant … C’est une chanson qui par magie vous fait ressentir un sentiment pas encore né…
« Y a des moments où on s'abîme
Où le hasard nous assassine
Y a des moments où ça fait mal là
Et toi qui es un peu de moi
Mon histoire, tu la continueras
Ce sera plus facile de tout laisser là
Comme comme bébé comme la vie
Passe vite avec ses amis
C'est l'heure de dire bonjour
Comment ça va
Et c'est fini déjà
Comme comme bébé comme la vie
Passe vite avant qu'on ait compris
C'est l'heure de dire où suis-je
Quel est ce monde là
Et adieu déjà »
►13. Aime-la. ◄
C’est un rythme interrompu par un refrain tour à tour suave et énergique.
« Aime-la
Et garde-la tout auprès de toi
Aime-la
Et garde-la au creux de tes bras
L'amour est capricieux, il est difficile
Il passe et il se casse, il est si fragile
Est-ce que tu sais quand il est là
Tu sais quelle chance tu as »
►14. Si, maman, si. ◄
C’est culte. Une mélodie, une mélancolie. Ici aussi j’ai pleuré. Qui ne s’est pas un jour reconnu dans ce texte ?
« Et le temps défile comme un train
Et moi je suis à la fenêtre
Je suis si peu habile que demain
Le bonheur passera peut-être
Sans que je sache le reconnaître
Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi »
►15. Tout pour la musique. ◄
C’est encore un hymne à la musique. Un tempo identifiable entre milles, et un texte qui le souligne… un petit bijoux.
« Ils donnent tout pour la musique
Et ils répètent ces mots
Sans suite et sans logique
Comme on dit des mots magiques
Tout pour la musique
Et ils balancent leurs têtes
Comme de vraies mécaniques
Comme des piles électriques
Tout pour la musique
Et ils tapent dans leurs mains
Comme des doux hystériques
Comme des fous fanatiques
Tout pour la musique »
►16. Donner pour donner. ◄
C’est la présence inattendue d’Elton John, pour un duo magique. Une mélodie impeccable, quasi magique, deux voix magnifiques… Et bien sur le grand Elton en français …
« La vie c'est déjà si difficile
Donner pour donner
Tout donner
C'est la seule façon d'aimer
Donner pour donner
C'est la seule façon de vivre
C'est la seule façon d'aimer »
►17. Samba mambo. ◄
C’est moi petite, qui m’excite comme une puce sur cette musique métissée, dont les paroles semblent donner autant de rythme que la musique.
« La samba samba s'en va
Quand le mambo mambo est là
La samba samba sans toi
Tu changes, tu changes, peut-être pas »
►18. Amor también . ◄
C’est le mélange du rythme et de la mélodie mélancolique, dans lequel France excelle.
« Tout le monde chante
Tout le monde a de la peine
La vie n'est jamais la même
Amor también
Tout le monde aime
Tout le monde a de la haine
La vie n'est jamais la même
Amor también »
►19. Comment lui dire. ◄
C’est un rythme encore. Un texte que je n’ai pas oublié, et un refrain dans les tons aigus inoubliable.
« Comment lui dire, comment lui dire
Comment lui faire comprendre d'un sourire
Comment lui dire, comment lui dire
S'il peut m'attendre, s'il peut m'apprendre
S'il peut m'atteindre qu'il vienne à moi
S'il peut comprendre, s'il peut m'entendre
Et me rejoindre qu'il vienne à moi
Qu'il vienne à moi »
►20. Viens, je t'emmène. ◄
C’est les oreilles qui s’éveillent dès les premières notes, encore. Ce rythme il est comme encré sous ma peau. Ca semble si vieux, comme si on se connaissait depuis toujours…
« Toi qui as posé les yeux sur moi
Toi qui me parle pour que j'ai moins froid
Je te donnes tout ce que j'ai à moi
La clé d'un monde qui n'existe pas
Viens, je t'emmène
Où les étoiles retrouvent la lune en secret
Viens, je t'emmène
Où le soleil le soir va se reposer
J'ai tellement fermé les yeux
J'ai tellement rêvé
Que j'y suis arrivée »
►21. La déclaration d’amour. ◄
C’est presque inutile de l’écouter. Elle fait partie de moi. Ca me reviens souvent. Cette petite mélodie, et ce texte, encore une fois gravé en moi. C’est comme si c’était moi, l’auteur de ses mots et de cette mélodie, tant je me les suis appropriés…
« Quand je suis seule et que je peux rêver
Je rêve que je suis dans tes bras
Je rêve que je te fais tout bas
Une déclaration, ma déclaration (…)
Juste deux ou trois mots d'amour
Pour te parler de nous
Deux ou trois mots de tous les jours
C'est tout
Je ne pourrai jamais te dire tout ça
Je voudrais tant mais je n'oserai pas
J'aime mieux mettre dans ma chanson
Une déclaration, ma déclaration »

♫ Disque 2 ♫


►1. Ella, elle l’a. ◄
C’est un redémarrage en trombe. C’est intemporel, ce rythme, ce chant, ces cœurs… Hommage à Ella Fitzegerald.
« Ella, elle l'a
Elle a …
Elle a ce tout petit supplément d'âme
Cet indéfinissable charme
Cette petite flamme
Tape sur des tonneaux
Sur des pianos
Sur tout ce que dieu peut te mettre entre les mains
Montre ton rire ou ton chagrin
Mais que tu n'aies rien, que tu sois roi
Que tu cherches encore les pouvoirs qui dorment en toi
Tu vois ça ne s'achète pas
Quand tu l'as, tu l'as
Ella, elle l’a »
►2. Cézanne peint. ◄
C’est un rythme lent, une batterie qui se fait douce… Une mélodie incroyablement belle encore…
« Cézanne peint
Il laisse s'accomplir la magie de ses mains
Cézanne peint
Et il éclaire le monde pour nos yeux qui ne voient rien
Si le bonheur existe
C'est une épreuve d'artiste
Cézanne le sait bien »
►3. La seule chose qui compte. ◄
C’est le second inédit de l’album. Toujours dans la continuité car toujours signé Berger. Particulièrement attachant ce titre… Un inédit très réussi sur un best of, ça se fête : repeat.
« Ecoute,
Le bruit de la vie.
Regarde,
C'est de la magie.
Mille façons de mourir, qu'une seule façon d'être heureux.
C'est la seule chose qui compte »
► 4. Papillon de nuit. ◄
C’est la voix qui se durcit pour s’accorder au rythme de la guitare et à la cadence de la batterie.
« Comme une étoile amarante
Comme un papillon de nuit
C'est la lumière qui m'attire
La Flamme qui m'éblouit
Je sens mon corps qui chavire
La chaleur qui m'envahit
Et mon désir qui me brûle
Qui va consumer ma vie
Comme un papillon de ...
Comme un papillon de ...
Comme un papillon de nuit »
► 5. Laissez passer les rêves. ◄
Ce sont deux voix qui se font douces pour ne faire qu’une. Le second duo avec Berger de l’album.
« Laissez passer les rêves
Celui de Thérésa, et de Charly Chaplin.
Que nos visions enlèvent
Le poids de l'inconnu, le futur qu'on devine.
On a besoin d'agrandir le mystère
On a besoin de regarder la Lune pour oublier la Terre. »
► 6. Message personnel. ◄
C’est une version que je découvre… Le passage « parlé » auquel on est habitués lorsque la chanson est interprétée par Françoise Hardy est supprimé. La partie instrumentale est plus « dure »… ou moins douce. Le texte, amputé se fait moins fort.
« Mais si tu crois un jour que tu m'aimes
Ne le considère pas comme un problème
Et cours, cours jusqu'à perdre haleine
Viens me retrouver
Si tu crois un jour que tu m'aimes
N'attends pas un jour, pas une semaine
Car tu ne sais pas où la vie t'emmène
Viens me retrouver
Si le dégoût de la vie vient en toi
Si la paresse de la vie
S'installe en toi
Pense à moi »
►7. Les princes des villes. ◄
C’est la version Gall d’une chanson interprétée en premier lieu par Michel Berger. Un rythme assez soutenu et un refrain efficace.
« Mais les princes des villes
N'ont pas besoin d'armure
Dans les grandes voitures
Les rêves sont faciles
Et leur nuit de vinyle
Sont collées sur les murs
Mais rien n'est vraiment sûr
Et l'avenir fragile
Pour les princes des villes »
►8. Evidement. ◄
C’est l’évidence. Mélodie, musique, et voix. Une chanson sublime en hommage à un artiste sublime (Balavoine) et qui lui rends parfaitement hommage.
« Et ces batailles dont on se fout
C'est comme une fatigue, un dégoût
A quoi ça sert de courir partout
On garde cette blessure en nous
Comme une éclaboussure de boue
Qui ne change rien, qui change tout
Evidemment
Evidemment
On rit encore
Pour les bêtises
Comme des enfants
Mais pas comme avant
Pas comme avant »
►9. Les élans du cœur. ◄
C’est deux voix qui se fondent encore, de façon à ce qu’on ne puisse plus distinguer Berger de Gall. Pas ma préférée …
« Ça continue un peu comme une salsa
On avance on retourne sur ses pas
C'est dans le noir qu'on est ébloui
Quelle importance on ne sait plus où ça va
On balance entre tout et n'importe quoi
Entre le zéro et l'infini
« a.m.o.u.r.
Descendre aux enfers
Si c'est nécessaire
a.m.o.u.r.
Pour plus toucher terre
Y a qu'à laisser faire »
►10. Calyspo. ◄
C’est une mélodie inspirée, rythmée, lancinante et mélancolique tour à tour …
« Il me disait y a que le look qui compte
Et moi bien sûr je me suis pas rendu compte
Qu'il regardait par dessus mon épaule
Cette fille lui a fait le coup du sang chaud
Et moi j'avais pas la couleur de peau
Pour le calypso
Besame mucho
Vertige des pays chauds
Il disait : "let's go" »
J'ai besoin d'autre chose
►11. La chanson d’Azima. ◄
C’est un texte engagé que son auteur n’a pas voulu qu’on oublie, et qu’il a donc arrangé sur une musique assez rythmée et originale, qui tout en vous emportant, sait se faire oublier pour vous faire entendre mieux la voix, le texte.
« Mais toi qui vient de France
Où l'on oublie qu'on boit
Dis-leur ce que tu penses
Dis-leur ce que tu vois
Dis-leur quelle est leur chance
Et qu'ils ne la voient pas
Et qu'on meurt d'impuissance
Mais qu'on garde la foi
Que le désert avance
Et l'eau n'arrive pas
Sans cette délivrance
Nous n'avons plus le choix
Dis-leur que la nuit tombe
Sur cette affreuse urgence
Et que c'est sur nos tombes
Que le désert avance »
►12. C’est bon que tu sois là. ◄
C’est bizarrement un air de déjà-entendu. Berger je pense est pourtant un de ces compositeurs dont les chansons se reconnaissent facilement sans que cela soit dû à des chansons qui se ressemblent toutes ou trop.
« C'est bon que tu sois là
C'est comme une délivrance
Dans ce monde qui se bat
C'est bon que tu sois là
Dans cette indifférence
Où c'est chacun pour soi
Je remercie ma chance
En répétant tout bas
C'est bon que tu sois là »
►13. Babacar. ◄
C’est le rythme rapide, entraînant, si connu… A répéter ce nom, a fredonner sur ce rythme avec Gall, on oublierait presque le sens des mots, ce qui se cache derrière Babacar…
« J'ai ton cœur qui tape qui cogne
Dans mon corps et dans ma tête
J'ai des images qui s'entêtent
J'ai des ondes de chaleur
Et comme des cris de douleur
Qui circulent dans mes veines
Quand je marche dans ma ville
J'ai des moments qui défilent
De ton pays d'ailleurs où tu meurs
Babacar
Où es tu où es tu ?
Babacar
Où es tu où es tu ?
Je vis avec ton regard
Depuis le jour de mon départ
Tu grandis dans ma mémoire
Babacar …»
►14. Superficiel et léger. ◄
C’est un chant doux où s’entrelacent encore une fois les voix de Gall et de Berger. Le dernier album de Berger (album en duo avec Gall)
« Il faudrait naître
Superficiel et léger
Comme on voudrait certains soirs
Pouvoir un peu oublier
Les fils de notre histoire
Comme un bébé vient au monde
Redevenir fragile
Superficiel et léger »
►15. Honk Kong star. ◄
C’est une chanson rythmée au texte polémique.
« Dans ton uniforme de vedette
Tu fais des shows et des conquêtes
Tu t'es fait débrider les yeux
Mais comment faire pour qu'ils soient bleus
Hong-Kong star
T'es pas né là où tu voulais
T'as pas la peau qu'il te faudrait
Celle du vrai pays du dollar
Hong-Kong Star
Tu ne remercies pas le hasard
Dans ton Las Vegas de bazar
Tu fais tes rêves en blanc et noir
Hong-Kong Star
T'as un chinois dans ton miroir
Tu n'es qu'une Hong Kong Star »
►16. Jamais partir. ◄
C’est la voix qui redeviens douce et la melodie qui se fait suave. Un duo avec Berger encore.
« Si tout disparaît
Même si tout doit toujours finir bien
L'avenir n'a qu'à revenir demain
Retenir un peu le plaisir dans nos mains
Juste le temps de se souvenir au moins
Il ne faudrait
Jamais partir »
►17. Débranche. ◄
C’est un refrain qui nous transporte dans les années 80 dont il est imprégné sans s’en trouver vieilli pour autant…
« Le monde tient à un fil
Moi je tiens à mon rêve
Rester maître du temps et des ordinateurs
Retrouvons-nous d'un coup au temps d'Adam et Eve
Coupe les machines à rêves
Ecoute parler mon cœur
Si tu veux m'entendre dire
ce que mes yeux veulent te dire
Je t'en prie n'attends pas la fin de la nuit
Débranche, débranche
Coupe la lumière et coupe le son
Débranche, débranche tout
Débranche, débranche, débranche tout
Revenons à nous
Débranche tout »
►18. Plus haut. ◄
C’est une version pas si nouvelle, mais que j’ai connue, écoutée différente. Le fond est toujours doux, les paroles toujours aussi belles, mais la guitare se fait plus dure. Dans le livret France explique cette différence entre l’enregistrement des années 80 et celui plus récent de 1995 : « c’est la vie qui est passée par là et quand elle est dure, on ne chante pas pareil »…
« Plus haut,
Celui que j'aime vit dans un monde
Plus haut,
Bien en dessus du niveau de l'eau
Plus haut que le vol des oiseaux
Et si je lui dis oui
Il m'emmène avec lui (…)
Plus haut,
Celui que j'aime vit dans un monde
Plus beau
Bien au-dessus du niveau des mots
Dans un univers au repos
Et si je lui dis oui
Il m'emmène avec lui.


Un double album tout simplement magnifique, rythmé, mélancolique, émouvant, où la beauté des mélodies est sublimée par la cohérence des textes…
Mythique…

► Pour finir ◄

J’ai entendu Ophélie Winter dire un jour qu’on ne pouvait pas faire sonner une chanson en français aussi bien qu’en anglais… Qui est-elle pour dire ça…
Tout est question de talent, sans doute, et Michel Berger fut un génie de la chanson française. Il a fait sonner ses mots sur des musiques inoubliables et intemporelles. France Gall lui doit énormément.
Sa voix est, comme celle de Véronique Sanson (autre muse de Berger) reconnaissable entre mille et ajoute une seconde signature aux chansons magnifiques qu’il lui compose.


Un must, un best of à posséder absolument, LE best of parmi tous ceux qui sortent à l’approche des fêtes de noël….
N’hésitez pas…


Bisous
.
R
.
I
.
D
.
G
.
E
.
T


Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
k_vin_03

k_vin_03

26.05.2012 22:28

Pour Noël 2004 j'ai sans doute reçu l'édition limitée (2 CD + 1 DVD) pour répondre à ma passion de la chanson française et surtout de cet(te) artiste.

misslaurie

misslaurie

12.04.2008 00:29

Moi, j'ai cette version et aussi l'Intégrale que mon chéri m'a offerte... Je ne peux pas être objective quant à la musique de Michel Berger (c'est pour ça que je n'ai jamais écrit d'avis sur le sujet, j'aime trop...) et à France Gall, mais je suis contente que tu aies écrit cet avis !

anne-so26

anne-so26

17.11.2006 11:55

Un E pour toi, pour Berger, pour France Gall et pour toutes ces chansons qui filent le frisson!!!! bizooos

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire
Comparez les prix Trier par Prix
Evidemment

Evidemment

EVIDEMMENT

annonce

6,99 € Amazon Musique 778 Evaluations

Frais de port: 2,79 EUR

Livraison: Habituellement expédié sous 24 h.​.​.

     Plus  

Amazon Musique

France Gall Evidemment

France Gall Evidemment

Achetez ce produit et cumulez des SuperPoints à dépenser sur PriceMinister! ...

plus

annonce

9,41 € PriceMinister 535 Evaluations

Frais de port: Gratuit

Livraison: 2-​5 Jours

     Plus  

PriceMinister

Evidemment

Evidemment

EVIDEMMENT

annonce

14,56 € Amazon Marketplace Musique 100 Evaluations

Frais de port: 2,49 EUR

Livraison: Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés.​.​.

     Plus  

Amazon Marketplace Musique



publicité
En lire davantage sur ce produit
Evaluations d'avis
L'avis sur France Gall : Evidemment a été lue 5733 fois et a été évaluée:

exceptionnel (38%) par:
  1. misslaurie
  2. anne-so26
  3. arj_zip
et aussi par 23 autres membres

"très intéressant" (62%) par:
  1. k_vin_03
  2. NeLeMy
  3. Pussy.Net
et aussi par 39 autres membres

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Produits intéressants pour vous
Vieillir avec toi – Florent Pagny Vieillir avec toi – Florent Pagny
(+) Que de jolies chansons, voix posée, musiques très soignées
(-) Je n'ai rien trouvé
1 Avis
Achetez-le pour seulement 10,49 €
Christophe Willem : Inventaire Christophe Willem : Inventaire
(+) la rhytmique parfois entrainante
(-) rien de revolutionnaire
50 Avis
Achetez-le pour seulement 2,69 €
Des roses et des orties - Francis Cabrel Des roses et des orties - Francis Cabrel
(+) textes et arrangements musicaux
(-) RAS
20 Avis
Achetez-le pour seulement 8,24 €
publicité