La Sardaigne, une destination pour toute la vie

5  17.06.2003 (24.06.2003)

Avantages:
La beauté sauvage, une île paradisiaque en pleine méditerrannée

Inconvénients:
il faut bien préparer son voyage pour éviter les prix élevés et les pièges à touriste

Recommandable: Oui 

Neuropean

Plus à mon sujet:

Membre depuis:03.05.2003

Avis:54

Lecteurs satisfaits:15

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 31 membres de Ciao en moyenne: très intéressant

J'avoue, je suis partial. Je suis Sarde.

Non, attendez, il ne s'agit pas ici de vous faire la pub de ma région d'origine, juste par fierté. Je connais probablement mieux que la majorité des touristes les aspects positifs ET négatifs qu'il faut prendre en compte si on envisage un voyage en Sardaigne.

Je n'ai jamais habité en Sardaigne, mais toute ma famille s'y trouve. Je m'y suis rendu, à quelques exceptions près, au moins une fois par an, toute ma vie.

Même avec une approche objective, je ne peux pas m'empêcher de dire, sans exagérer, que c'est un des plus beaux endroits au monde. J'ai voyagé beaucoup, en Europe, en Afrique, un peu aux USA et aux Caraïbes. Malgré ces expériences, la Sardaigne reste ma destination préférée. Même sans ma famille. Même sans la facilité du logement et de la langue.

La raison est simple: chaque destination considérée comme féérique par la plupart l'est souvent pour un aspect ou deux (plages, culture, géographie, climat, prix...). La Sardaigne a ceci de particulier qu'elle est très haut dans la liste pour plusieurs de ces facteurs. Je vais essayer de vous le démontrer.

Par exemple: en 2000 je suis allé à Villasimius, un village sur le coin sud-est de l'île. On surnomme la région "petite polynésie" pour la collection de plages fantastiques qu'on y trouve sur de petites distances, et pour la beauté de la mer environnante, qui est d'ailleurs un parc marin protégé.

Plein d'activités y sont possibles sant oublier les besoins nocturnes des jeunes, ni les besoins de confort des moins jeunes.

Certains hotels sont parmi les plus chers du pays et proposent un confort de nabab, mais ils sont hereusement isolés et distants. Par contre, cette région n'a pas trop été ravagée par l'immobilier sauvage qu'on trouve, par exemple, sur les côtes les plus fréquentées d'Espagne ou même d'Italie.

Le charme de l'endroit est incroyable. J'y ai passé une semaine seul avec ma copine et pas une seconde d'ennui. Le tout pour un budget très raisonnable, si on compare avec les prix que d'autres payent pour des plages en béton et des coulées de touristes.

La Sardaigne offre de nombreuses attractions, très variées, pour le tourisme qui est son industrie principale. Un paysage et une variété géographique incomparable en méditerrannée, en considérant que la Corse est une Sardaigne en miniature, donc moins variée. Toutefois, la Corse reste un bon point de référence pour imaginer quelques paysages typiques de la Sardaigne.

Les besoins des plus exigeants seront donc sans doute assouvis, surtout si vous ne désirez pas être juste une crêpe sur une plage.

Les Sardes sont difficiles d'accès car introvertis et méfiants: historiquement et économiquement, cette nation a souffert de multiples invasions, d'innombrables pillages et d'épidémies mortelles. Ce peuple est maintenant victime d'une industrie minière agonisante et d'une administration à l'italienne. Il est très difficile de vivre en Sardaigne. C'est une des régions les plus pauvres d'Italie. Toutefois son peuple est fier de ses acquis, de son autonomie, de sa culture millénaire et surtout de sa terre, qu'il n'aime pas du tout voir souillée par des touristes qui ne la respecte pas. Mais il suffit de montrer que, comme eux, on aime l'endroit et qu'on respecte ses habitants pour obtenir un accueil véritablement émouvant de sincérité.

Je considère un fait irréfutable que tout européen ne devrait pas mourir sans avoir vu au moins une fois la Sardaigne pour se rendre compte de ce que le paradis sur terre n'est pas forcément, une atoll palmé, ensoleillé, et ennuyeux au bout de quelques jours. La Sardaigne est le meilleur cadeau qu'on puisse offrir à ceux qui aiment la nature.

*****Un peu d'histoire*****

Voici un résumé d'un texte disponible sur le site officiel de la Région Sardaigne (http://www.regione.sardegna.it/francese/historie.htm).
------------
L'histoire de la Sardaigne a pour origine le Paléolithique Inférieur (100.000 av. J . C.).
La civilisation nuragique est la première civilisation qui présente une physionomie et des caractères définis ; elle remonte à l'âge du Bronze Ancien (1.500 av. J . C.) et s'éteint progressivement à la fin de l'âge du Fer (500 av. J . C.). Elle doit son nom à sa construction architecturale la plus emblématique : le "nuraghe", édifice en forme de tour constitué de gros blocs de pierres appareillées, qui assume une forme complexe et articulée à l'époque où cette civilisation atteint son apogée .

Les riches ressources minières de l'île éveillent l'intérêt des populations situées à l'est du bassin méditerranéen, comme par exemple les Mycéniens et les Cypriotes ; mais ce sont les Phéniciens qui, au VIII s. av. J.-C., implantent les premières colonies le long des côtes où il est possible d'aborder aisément, ce qui facilite les échanges et le commerce. Par la suite l'occupation carthaginoise (500-238 av. J.-C.) privilégie outre la production minière, celle du blé et celle du bois ( l'ensemble de l'île était pratiquement recouvert de forêts). Ces exploitations s'affirment sous la domination romaine (238 av. J.-C., 476 après J.-C.). La décadence de l'empire romain bouleverse l'île. Pendant environ 80 ans (476-530 après J.-C. ), abandonnée à elle-même, sans défenses, la Sardaigne est envahie et saccagée par les Vandales d'Afrique; l'île passe alors sous la domination byzantine.
Au IX s. après J.-C., lors de la conquête des Arabes dans l'ensemble du bassin méditerranéen, -Afrique du Nord, Espagne, Sicile et une partie de la France - les côtes sardes sont soumises à leurs attaques et pillages.

Du fait du désintéressement de Byzance et de l'absence de pouvoir qui en découle, l'île prend en main son destin. Elle s'organise sur le plan administratif et militaire dans les quatre Giudicati - Arborea, Cagliari, Gallura et Torres - , royaumes souverains et indépendants les uns des autres. Les Giudicati survivent jusqu'au XIII s., époque à laquelle ils passent sous le contrôle des républiques italiennes de Pise et de Gênes. Le Giudicato d'Arborea résiste de façon autonome jusqu'en 1478, date à laquelle la Couronne d'Aragon conquiert définitivement l'ensemble de l'île, qui, par ailleurs, lui avait été donnée en fief, en même temps que la Corse, par le Pape Boniface VIII, en 1297. Le nouveau Regnum Sardiniae fera partie des possessions d'outremer de la Couronne d'Espagne, jusqu'au début de 1700.

Après une brève parenthèse autrichienne (1708-1718), le Regnum Sardiniae est cédé à la Maison de Savoie, princes du Piémont. C'est ainsi qu'est constitué le Règne de Sardaigne, jusqu'en 1847, date à laquelle elle devient partie intégrante du Royaume du Piémont. A la fin des guerres d'indépendance et une fois l'Unité proclamée, le Règne de Sardaigne devient Règne d'Italie (1861). Actuellement, dans les limites nationales de la République italienne, la Sardaigne est une région autonome, régie par un statut spécial où sont stipulées les raisons de son autonomie. Sur le plan administratif, elle est divisée en quatre provinces : Cagliari - chef-lieu - Sassari, Oristano, Nuoro. A elles quatre, elles comprennent 377 communes et une population de 1.660.000 habitants.

*****Transport*****

On arrive en Sardaigne par air ou par mer, y a pas le choix.

Par bateau:
Les ports principaux assurant une liaison internationale, ou avec le continent sont: Cagliari, Arbatax et, Porto Torres. D'innombrables solutions à des prix raisonnables s'offrent à vous. La Tirrenia se taille la part du lion pour le transport marin à partir des ports italiens, mais il y a mieux et parfois moins cher. La liaison à partir du port de Civitavecchia, près de Rome, peut se faire en 8h avec le jetfoil. Sinon, en partant de Gênes à 20h vous serez à Porto Torres 12 heures plus tard. De nombreuses liaisons partent de France, mais je ne les ai jamais prises. Renseignez-vous et n'hésitez pas à utiliser Internet pour vos recherches, ça regorge de possiblités "inconnues" par les agences de voyage.

Par avion, il y a deux solutions:
Les aéroports principaux se trouvent à Cagliari, Alghero et Olbia.

A) Vous partez pour un séjour tout inclus dans un hotel genre club animé incluant le vol. Vous allez probablement prendre un charter et vous n'aurez probablement pas le choix du trajet. C'est une bonne formule pour découvrir l'endroit une première fois. Mais c'est cher et, franchement, laissez cela aux touristes poltrons qui ne verront que très peu du pays.

B) Vous n'incluez pas l'hotel dans le billet d'avion: là tout est possible. En considérant que les vols Charter coûtent environs 400€ par personne aller-retour, ce n'est pas une bonne solution. Personnellement, je prends Virgin Express à partir de Bruxelles (à partir de 90 € et même moins pour Rome FCO) et de Rome FCO à Cagliari, je paye 128€ avec Alitalia. Bref, Bxl-Cagliari pour deux personnes aller-retour pour le même prix d'un charter pour une personne.

RyanAir offre aussi des solutions moins chères mais ils atterrissent à Roma Ciampino où il n'y a pas de vols pour Cagliari. Il faut prévoir le transfert à Fiumicino.

La société VolareWeb propose des vols à des prix absolument ridicules via Milan ou Venise et aterrit en France à Paris Beauvais.

L'usage de la voiture est presque indispensable en Sardaigne. L'idéal est donc d'y aller en bateau avec sa voiture. Toutefois, la location d'un véhicule peut être une alternative conseillée si vous n'envisagez pas trop de mouvement. Le transport en commun (bus ou train) est mal organisé. Il fonctionne, mais n'offre pas une alternative comparable à la voiture ou la moto.

A l'arrivée, ruez-vous dans un point d'information touristique. Souvent gérés par des bénévoles (!!!) ceux-ci vous permettront de transformer votre séjour en aventure inoubliable par la masse incroyable de brochures, de cartes et d'itinéraires disponibles.

*****Logement*****

Le Camping sauvage est interdit en Sardaigne. Respectez strictement cette règle qui permet de combattre un tant soit peu l'énorme problème des incendies. Si vous resquillez en pensant que la police n'interviendra pas, attendez vous à rencontrer des Sardes très mécontents qui vous feront regretter votre manque de respect et de bon sens. Il y a des centaines de Camping offrant tout le confort imaginable dans des endroits de rêve. Ceux-ci sont répertoriés dans toutes les cartes.

Chez l'habitant: de plus en plus de Bed & Breakfast ouvrent en Sardaigne. C'est la meilleure solution avec l'Agriturismo: des propriétés agricoles ou fermières qui proposent un gîte souvent très confortable, mais surtout convivial. C'est le meilleur moyen de découvrir la Sardaigne et ça permet de bouger plus grâce aux prix plus raisonnables.

L'hotel est une solution viable si vous avez réservé longtemps à l'avance. Mais préparez vous à une note salée, surtout en haute saison. Il y a des hotels partout en Sardaigne. Ce sera plus rare dans un village de montagne, bien sûr.

Louer un logement. C'est cher, mais si vous avez décidé de savourer un endroit précis quitte à faire des excursions en étoile ET que vous êtes nombreux (min. 4 personnes), il y a un choix délirant d'appartements et de villas à louer en Sardaigne.
Exemple: comptez à partir de 500€ par semaine pour un petit appartement pour 4 personnes (une chambre à coucher plus divant-lit dans le living) fin Août à Villasimius, un des plus beaux endroits de la méditerrannée.

*****Gastronomie*****

Contrairement à ce qu'on pourrait croire d'une île, le poisson n'est pas à la base de la gastronomie Sarde. Les envahisseurs venaient de la mer, donc la population Sarde a passé plus de temps dans la montagne qu'en mer.
Les plats Sardes sont typiques d'une cuisine de terre, de montagne. Le cochon de lait et l'agneau seront souvent accompagnés de pâtes et de légumes. N'hésitez pas à chercher un dîner traditionnel Sarde pour complêter votre découverte. Sauf si vous êtes végétarien...

Mais le poisson est devenu aujourd'hui un plat abordable, n'hésitez pas à demander ce qui est frais du jour, ça change souvent.

Le dîner italien commence tard, et dure longtemps: les restaurants sardes proposent des quantités de fuits de mer à couper le souffle, proposés souvent en hors d'oeuvre. Suivra le Primo Piatto (souvent des pâtes) et vous prendrez les pâtes sardes, bien sûr, ces "Maloreddus" ressemblant à des gros grains striés de riz. Ensuite le Secondo Piatto sera très probablement un plat de viande ou de poisson. Le fromage (Sarde bien sûr) ou les fruits termineront ce repas arrosé d'un vin Sarde au choix parmi les centaines disponibles dans cette région. Une grappa Sarde (Fil'e ferru) ou une liqueur de baies (Mirto) achèveront les estomacs les plus résistants. Malgré cela jetez un oeil sur les patisseries sardes, à base de miel et d'amandes, vous en prendrez certainement un paquet quelque part...

Le dîner Sarde traditionnel est plus simple car caractéristique d'une vie de paysan ou de berger. Il n'empêche que peu réussissent à faire tout le parcours en une soirée. La gastronomie Sarde s'est fortement enrichie depuis un siècle. N'hésitez pas à chercher un livre de cuisine Sarde en Français, ça existe.

Le Vin sera un coup de coeur pour les amateurs: du vin blanc de table pétillant et léger au rouge corsé à 13,5° au goût de bois, le choix est immense. Des vins comparables à de très grands crus classés se trouvent à moins de 3€ dans un supermarché. Mais si vous voulez en ramener une caisse, rendez-vous à la fin de votre séjour dans une "Cantina Sociale" (coopératives locales de fabricants de vin), où vous trouverez certainement un de vos choix préférés.

Mes préférences vont au Cannonau di Jerzu (rouge corsé), à "la Cala", un Vermentino blanc de la région de Alghero, parfait pour les fruits de mer et les poissons, et au Nuragus de Cagliari, blanc léger de table.

Vous trouverez le long des routes sardes d'étranges plantes ressemblant à des cactus, très épineuses, avec des fruits rouges, tout aussi épineux. Ce sont des Figues de Barbarie. Attention les mains si vous en cueillez, et surtout, épluchez-les! ;-).

Les distributeurs de billets sont assez répandus.

Deux adresses dont je suis très content:

Cagliari: Da Franco

C'est une très bonne surprise. Je m'y suis rendu avec mon cousin et sa femme qui habitent pas loin. La déco est basique voire inexistante. Je ne pense pas que les cartes de crédit soient acceptées.

Il vaut mieux réserver à l'avance, vu le succès de l'endroit. La spécialité de la maison est le poisson, pêché dans le golfe en façe. Ne vous attendez pas à un menu fixe, vous serez conseillés sur la disponibilité du jour, bien visible sur l'établi grouillant de faune marine, souvent encore vivante.

Vous y choisirez votre poisson. N'hésitez pas à demander un "antipasto di mare misto", un "best of" de fruits de mers succulents. La "grigliata mista" de poisson vous laissera un bon souvenir.

Le service est Sarde, donc aimable mais discret. Si les sourires sont rares, c'est aussi parce que ces gens travaillent très dur et très longtemps. Je ne pense pas qu'il y ait de l'air conditionné, en tout cas vous n'aurez aucune vue ou panorama, à part votre assiette, ce qui finalement est très bien, vu la qualité des plats. Comparé à d'autres adresses, on a ici une qualité et une fraîcheur impressionnante pour le prix demandé. J'ai payé, pour ce repas qui a duré facilement trois heures, vin excellent compris, 100€ pour trois adultes.

DA FRANCO
184, VL. MONASTIR
09122 Cagliari
Italia
Tel +39 (070) 530546

A Villasimius: Il Ragno Blu

"Il Ragno Blu" est un très grand restaurant spécialisé en gastronomie de mer. Réservez bien à l'avance car c'est souvent plein. Appelez le jour avant pour réserver une place près de la terrasse panoramique et allez-y assez tôt, vers 20h pour admirer le coucher de soleil sur Capo Carbonara.

La cuisine est excellente et les prix honnêtes pour l'endroit, très touristique. Nous avons payé, pour deux personnes, 30€ avec l'antipasto les primo et secondo piatto, le dessert, le café et le vin.

Pour le trouver, dirigez vous vers le port de Villasimius, dépassez-le et suivez les panneaux du restaurant: il faudra tourner à droite pour aller vers "Santo Stefano". En venant de Cagliari, il faut tourner à droite juste avant Villasimius en direction du port et de Capo Carbonara.

Restaurant "Il Ragno Blu", Loc. Santo Stefano tel.+39 070 797061

*****Les Sardes et la langue Sarde*****

Il y a une dizaine d'années, la langue italienne a pris définitivement le dessus en Sardaigne. Un italien vous dira très probablement que la langue Sarde n'a rien à voir avec l'Italien, et que la région compte des dizaines de dialectes.

Un Sarde vous dira que, d'après les plus récentes études linguistiques, il n'y a pas une langue Sarde.
Il y en a cinq, avec leurs règles grammaticales distinctes. On compte jusqu'à 250 dialectes et régionalismes.

Entre ces deux visions extrèmes, il suffit de comprendre que les Sardes ont une langue indépendante de l'Italien, et que leur culture n'a rien en commun avec le continent. Les langues Sardes sont plus proches d'un mélange de latin et d'arabe. Dans la région de Alghero on parle catalan. Sur l'île de San Pietro on parle gênois! Le nom du port Arbatax signifie "quatorze" en Arabe. Le premier nom de la ville de Cagliari était "Karalis" un nom provenant d'Asie Mineure.

Mes parents parlant leur dialecte respectifs ne se comprendraient guère plus qu'un portuguais parlant à un espagnol.

Aujourd'hui les jeunes connaissent moins leur dialecte, connaissent assez bien une langue Sarde généralisée et "officielle", mais parlent plus l'italien qu'un idiome local.

Le peuple Sarde a donc subit toutes les influences imaginables, et celles-ci étaient souvent accompagnées de périodes de guerre, de famine, d'épidémie. L'histoire des Sardes est un longue liste de cas d'exploitation sauvage et destructrice d'une région et de son peuple. Ne soyez donc pas surpris par leur méfiance et leur introversion. Mais leur fierté pour leur terre dépasse l'entendement, tant qu'on a pas visité l'île et observé toute sa beauté. Seulement alors on comprendra qu'il ont de quoi être fiers.

En matière de communication, je dirais que si vous devez demander des renseignement ailleurs qu'à un point touristique, l'anglais est plus parlé par les 10-25 ans, le Français par les 25-60 ans, et les autres vous feront un aimable sourire si vous ne parlez pas italien. Attention, les visites guidées dans les zones archéologiques sont rarement en langue étrangère, sauf pour les plus fréquentés (Nora, Tharros et Barumini) . Téléphonez toujours à l'avance pour vous renseigner, ils organisent très souvent des visites en français ou en anglais à partir d'un nombre de personnes minimum. Pour cela, un bon guide de voyage et une visite à un point d'info touristique seront indispensables.

Ah oui, les Sardes sont petits. Très petits. Mais ne vous moquez pas de leur taille, ils courent très vite et sont facilement vexés. Le Sarde est de loin le plus buté des Italiens, vous n'aurez jamais le dernier mot. N'insistez pas.

*****Astuces et conseils de bon sens*****

- Evitez la mi-Août. Les amateurs de trekking préfèreront la période du printemps, où la végétation est encore verte. On commence à se baigner à la mi-mai, jusqu'en septembre.

- Renseignez-vous à l'avance sur les horaires d'ouverture

- Les prix des souvenirs et de l'artisanat peuvent varier du simple au double selon l'endroit et la période de visite. Comparez.

- Il fait très très chaud en Sardaigne, et l'auto-stop n'est pas très pratiqué. Prévoyez donc d'avoir toujours de l'eau avec vous et soyez bien au courant de vos possibilités d'assistance qu'elle soit médicale ou relative à votre véhicule.

- Comme partout en Italie, ne montrez pas de signes extérieurs de richesse. Une voiture s'ouvre en 10 secondes. Toutefois, les sardes sont honnêtes: j'ai perdu mon GSM pendant une excursion à cheval et un joggeur l'a retrouvé. Je l'ai récupéré sans qu'il accepte une quelconque récompense.

- La drague est un sport national en Italie, mais draguer une Sarde implique l'acceptation d'une forme de respect qu'on oublie parfois au Nord. Même si vous ne cherchez pas la bagarre, vous risquez d'avoir les proches de la demoiselle qui vous observent de très très près. Vous êtes sur une île où il est difficile de se cacher. Soyez donc courtois et respectueux et tout ira bien.

- Ne jetez JAMAIS votre cigarette, même éteinte dans la nature. Idem pour les bouteilles en verre. N'allumez jamais de feu dans un endroit où cela est interdit, c'est à dire presque partout.

- L'eau est un luxe dans l'île, ne la gaspillez pas.

- Si vous vous baignez, regardez attentivement les drapeaux de signalisation de permisison de baignade dans les plages officielles. S'il n'y en a pas ne prenez pas de risque irréfléchi. Si le vent souffle vers la mer, le risque est plus grand. Le vent tourne vite et les courants sont forts. Il est facile de se laisser emporter dès qu'on a dépassé la limite des deux extrémités d'une crique.

- Les routes Sardes sont souvent étroites. Soyez prudents et étudiez bien vos parcours.

*****Les points forts*****

Où que vous soyez, il y aura toujours un endroit fabuleux à visiter dans le coin. Si ce n'est une structure géographique, une ville, un village ou une église romaine, ou un site archéologique, il vous restera certainement une plage de rêve que vous n'oublierez qu'après avoir vu une autre plage de rêve un peu plus loin. Le tour de l'île en bateau prendra deux ans si on s'arrête dans deux criques différentes chaque jour. Certaines ne sont accessibles qu'à pied en traversant le maquis par les chemins de mules. Ne tentez pas de faire du hors-piste avec une voiture de tourisme. J'en ai fait la douloureuse expérience.

- Les plages sont certainement l'attraction première en Sardaigne. On pourrait écrire une encyclopédie sur ce foisonnement de plages dont certaines dépassent en beauté ce que les caraïbes ont de mieux. N'hésitez pas à vous déplacer pour voir Cala Sa Figu près de Muravera ou Punta Molentis près de Villasimius. Même le Poetto, la plage communale de Cagliari est exceptionnelle, dans le style grande autoroute de sable fin avec les salines et les flamants roses à l'arrière.

Cala Luna près de Cala Gonone ou de Dorgali, et Stintino au nord-ouest près de Porto Torres sont plus touristiques mais valent le coup d'une visite. La Costa Smeralda et l'archipel de la Maddalena sont plus rocheuses et seront le lieu privilégié des amateurs de criques solitaires. Mais les prix dans cette région (nord-est) sont astronomiques. A côté, St. Tropez c'est la Costa Brava après une marée noire. Vous pouvez passer par Porto Cervo si vous chercher des stars ou des milliardaires arabes, mais le coca-cola à 10€ risque de vous renvoyer vers la nature sauvage bien plus honnête et photogénique, qui se trouve à proximité.

Si vous passez à la Maddalena, ne ratez pas l'ours en pierre à Capo d'Orso, formation géologique naturelle qui surplombe le port de Palau.

- Archéologie: commencez si possible par l'excellent musée d'archéologie de Cagliari. Ensuite filez à Barumini pour voir une cité nuragique, où se trouve le plus grand nuraghe de Sardaigne. Encore plus fascinant, le nuraghe Arrubbiu près de Orroli est moins fréquenté. Les Nuraghi, ces grandes tours de pierre tronquées se trouvent partout. La Sardaigne est un immense musée archéologique en plein air.

Ne ratez pas les villes de Nora et de Tharros: moins spectaculaires que les fora Romains, elles sont pourtant plus charmantes par leur dimension plus humaine. Tharros, en flanc de colline offre un spectacle inoubliable par sa position sur une péninsule battue par deux vents opposés. D'anciennes constructions, les "Domus de Janas" et les "tombes de géants" sont parsemées sur la carte géographique. Celle de Quartu Sant'elena est bien conservée et se trouve à Is Concias à proximité de Flumini près de la nationale S.S.125 qui va à Muravera.

- Sport: Que vous soyez passionnés d'équitation, de golf, de randonnées ou de sports nautiques, la Sardaigne offre tout le confort et la sécurité pour les sportifs. Les plongeurs trouveront un paradis pour faire des bulles et les cavaliers pourront voir ce que la grande majorité des touristes, italiens ou autres n'ont jamais vus.

Excursions notables:

De Cagliari à Orroli en passant par Escalaplano. Dépassé Escalaplano, nous cherchions un coin ombragé pour manger un en-cas. Je dit à ma copine qu'il faudrait un petit parc avec vue et marchand de glace mais ce serait impossible dans un endroit si reculé. Un panneau nous indiqua alors une petite église ancienne et une source d'eau potable. Quelle merveille! La source était bien là au dessus du petit parking, avec petit bancs et vue extraordinaire sur la vallée. Un moment inoubliable, suivi de surprises encore plus belles avec le Nuraghe Arrubbiu et le haut plateau de Orroli et l'incroyable panorama sur le flumendosa près de Nurri.

- Les chevaux nains de la giara: sur un haut plateau, absolument fabuleux, à proximité de Barumini, on peut aller observer les chevaux nains et sauvages de la Giara. Un grand moment pour les amateurs de nature.

- Les randonnées dans le sud-est, dans les monts des Sette Fratelli (sept frères) vous permettront de découvrir une région encore sauvage et peu habitée. Entre Villasimius et Muravera, un monde fascinant près de la mer.

- Plongée à Villasimius dans le parc marin et vie nocturne locale. Toutes les écoles sont connues, les brevets CMAS Français sont équivalents en Italie. Les centres Padi et Naui sont aussi très nombreux dans la région.

- Les villages du centre et de la Barbagia

- Les criques de la Costa Smeralda, l'archipel de la Maddalena et la plage de Stintino

- La ville de Cagliari, ses musées, son amphithéatre Romain, sa Basilique, ses tours de garde, le quartier marin, la vue de San Michele et de Monte Urpinu, l'immense plage "il Poetto", et la promenade du soir après le resto au port de plaisance de Marina Piccola.

- La mine de Porto Flavia surplombant la mer, le Pain de Sucre et les falaises de Masua dans la région de Iglesias, le coucher de soleil sur l'île de Sant'Antioco.

-La ballade à cheval à Capo Carbonara, près de Villasimius. Le manège de Domenico, un véritable passionné, se trouve à l'entrée de l'hotel Tanka Village.

- Il y a plein d'itinéraires proposés par des sites web, par des centres d'info touristique, n'hésitez pas à les prendre en compte. Ne ratez surtout pas une "Sagra", fêtes de villages ou processions religieuses qui sont parfois extraordinaires et caractéristiques de la vraie Sardaigne. Sinon, localisez les vieilles églises romaines, très charmantes et parfois datant du 13e siècle.


*******Quelques repères sur Internet*******
www.sardiniapoint.it
www.festeinsardegna.it
www.voyagensardaigne.it
www.sardinia.net
www.fontesarda.it
www.vacanzesardegna.org
www.sarnow.com
www.sardiniatravel.it
www.rent-sardinia.com
www.paradisola.it
www.mclink.it/com/lol/sardegna/index.htm
digilander.libero.it/sardegnatour/Sardaigne/index.htm
www.villasimiusonline.it
http://www.coopsinis.it/fr/benni_ie_1024.html

***************Conclusion****************

La Sardaigne est un pays vaste et il est impossible de le visiter en vitesse. Il est possible de voir un minimum en deux semaines, mais une chose est sûre, si votre première visite se passe bien, vous risquez fort d'y retourner très souvent, ou, comme moi, toute votre vie. Comme pour l'Afrique, le mal de Sardaigne existe.

Pour conclure, je laisse la parole à mon écrivain Italien préféré, l'hilarant Stefano Benni, qui a déjà très souvent clamé que la Sardaigne est la plus belle île du monde. On trouve ses livres traduits en Français chez Actes Sud. Son texte sur la région du Sinis se trouve, en Français, sur le site http://www.coopsinis.it/fr/benni_ie_1024.html. Lisez-le et vous serez convaincus.

"Si vous êtes un touriste traditionnel,...
Trop dangereux, trop de soleil, trop de nature, trop de plages, trop de mer propre. Et puis il n'y a pas de barrière "camparina". On appelle barrière "camparine" cet alignement de yachts, de bateaux et de voiliers qui occupe entièrement l'horizon marin de certains lieux plaisants comme la Costa Smeralda. Cette barrière s'étend, blanche et saisie de tangage, sur des kilomètres. On la nomme "camparina" car sur chaque bateau il y a des groupes de personnes élégantes et ennuyées qui sirotent du Campari. C'est leur façon de vivre intensément la mer.

"Impossible de se baigner entre les amarres vous finiriez étranglé , et si vous vous approchez trop d'un bateau vous risquez une rafale de mitraillette. Dans le Sinis au contraire la barrière n'existe pas ( incroyable mais vrai!) vous pouvez vous baigner de long en large, l'eau est propre même si de temps en temps un coup de mistral amène quelques souvenirs d'Espagne.
Il y a des plages de légende comme Sa Mesa Longa, Is Aruttas, Is Arenas, Mari Ermi, il y a les dunes préhistoriques de Piscinas. Il y a du sable blanc comme du sucre et sa réverbération peut griller un Allemand en quarante secondes. Il y a des rochers d'où vous pouvez plonger comme à Acapulco, attraper des murènes par la queue et voir la quadrille des langoustes.

"Dans le Sinis, en effet, un des plus grands dangers pour le touriste traditionnel est le poisson frais.
Votre estomac, habitué aux loups octogénaires et aux bâtonnets Findus , réussira-t-il à supporter le délicieux choc des mulets de Cabras, des clovisses de Marceddì, des dentex et des langoustes de Su Pallosu? Réussirez-vous à aborder la fameuse Vasca delle Mille Chele de Zio Cuccu ( le bassin aux mille pinces), où des centaines de homards et de langoustes vivent en paix et dans lequel des dizaines de touristes sont tombés et ont été dévorés... ( c'est ce que dit la légende!). Résisterez-vous à la soupe de congre et à la "burrida" de raie? Et que direz-vous quand vous vous trouverez devant les colossaux nuraghes (attention ce ne sont pas des poissons!)?

"Ne parlons même pas des fleuves et des plaines où ont été tournés les plus beaux western spaghetti, vrais morceaux d'Arizona où à la place de Bill et Jack, chevauchent Collu et Puddu, cavaliers sardes considérés parmi les meilleurs du monde. Et le danger des animaux? Montez sur le mont de Seneghe et des dizaines de sangliers viendront à votre rencontre pour vous vendre la fameuse eau aux propriétés curatives.

"Dans les étangs, les flamants se laissent photographier dans des poses lascives. Dans le ciel et au ras de l'eau volent des cormorans, des grèbes, des fauconneaux, des échasses blanches, des marracau ( notre colibri) colorés. Des renards portent atteinte à votre pique-nique, les lapins sauvages pullulent ainsi que les cailles, les porcs-épis, les belettes, les fouines et le fameux hippopotame blanc des salines, toujours invisible car il trempe dans la boue, mais je vous jure qu'il existe. Et les parfums? La myrte, l'hélicryse, le genevrier, l'aneth, les grillades mélangées, le mouton au pot, les puissants fromages.

Et pour les amants du danger, les aventures extrèmes: faire son à midi dans les immenses salines de Sale Porcus, se lancer du haut des falaises de Capo Mannu et faire du surf dans la baie, chevaucher l'étalon Concheferru dans les dunes et les pinèdes de Is Arenas, parcourir les sentiers de Lago Omodeo à la recherche de la grande perche, rejoindre Su Pallosu, l'ile de la Tortue sarde, terre magique habitée par les pirates et les chercheurs de corail, les chasseurs de "camulli" et les cuisiniers de croquettes de murène.

"Il n'y a pas de VIP, mais vous rencontrerez des gens gais, sympathiques et fiers . J'y viens depuis 25 ans et je ne changerais pour rien au monde, je vous jure pourtant que j'ai vu les plus beaux endroits du monde de Cuba à Riccione, des Comorres à l'Hydrobase. Quand vous serez dans un hamac, au coucher de soleil tandis qu'une langouste joue pour vous des "launeddas" , que vous sirotez de la vernaccia en respirant le parfum de l'élicryse et du cochon de lait rôti et que dans le ciel un vol de flamants dessine le mot "bienvenue" ( ils ont été trés bien dressés!), vous verrez que tout à coup , comme par magie, vous ne sentirez plus la nostalgie de la barrière "camparina", des VIP et des boîtes de nuit bondées.

"Vous aurez alors envie de vous baigner dans l'eau cristalline. A condition de ne pas être allergique..."

*************BUON VIAGGIO!!!!!********************
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
jacquesherve

jacquesherve

17.09.2012 00:21

Un "E" bien mérité pour ce superbe avis sur l'île dont la forme fait penser à celle du territoire français métropolitain. Quant à la gastronomie, c'est un régal !

COUCHOUX

COUCHOUX

13.07.2007 16:29

c'est vraiment complet avec les points positifs et négatifs

vatiadju

vatiadju

25.05.2007 00:44

je trouve ton avis exceptionnel car moi meme étant sarde je n'ai pas de mots pour décrire la beauté de cette ile!grace a la lecture de ton avis je me suis replongée dans mes souvenirs de cet été.tout est tellement détaillé!!et réaliste!!moi je dis tout le temps qu'il n'y a pas besoin d'aller dans les caraibes,la sardaigne c'est le paradis sur terre.encore bravo et merci pour ton avis qui maintenant vient de raviver mon mal du pays!!

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Général Sardaigne a été lue 18372 fois et a été évaluée:

exceptionnel (29%) par:
  1. jacquesherve
  2. COUCHOUX
  3. vatiadju
et aussi par 6 autres membres

"très intéressant" (65%) par:
  1. Secular
  2. stevreb
  3. pfriedbe
et aussi par 17 autres membres

"intéressant" (6%) par:
  1. chicchira
  2. illowa

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Général Sardaigne
publicité