Google Earth

Avis sur

Google Earth

Evaluation générale (23): Evaluation totale Google Earth

 

Tous les avis sur Google Earth

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


 


La Terre vue du ciel

5  27.09.2005

Avantages:
découvrir la terre autrement

Inconvénients:
nécessite une bête de course et une bonne connexion, pas suffisament de lieux en haute résolution

Recommandable: Oui 

Détails:

Installation

Convivialité

Fonctionnalités

Fiabilité

plus


jculos

Plus à mon sujet: Premier diamant, tout finit par venir. Merci à tous. Rendez-vous dans 10 ans pour le second ;-) ...

Membre depuis:09.04.2001

Avis:690

Lecteurs satisfaits:150

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 53 membres de Ciao en moyenne: très intéressant

Je sais, je ne me suis pas foulé pour trouver un titre. Mais celui-ci, imaginé par Yann Arthus-Bertrand me paraît tout à fait adapté au sujet !

Qu'est ce qui vous permet de continuer à voyager alors que vous êtes rentrés chez vous, au chaud dans votre salon ? Qu'est ce qui vous permet en un instant de survoler tous vos lieux de vacances ? Qu'est ce qui vous permet en un claquement de doigts de survoler le monde ? Qu'est qui vous permet en quelques secondes de vous déplacer de l'Ayers Rock à la Maison Blanche en passant par les Pyramides du Caire et la Tour Eiffel ? Tout cela sans le moindre passeport ni visa, sans même le moindre vaccin !

Certains vont me dire que ce miracle est impossible et pourtant, c'est la réalité. Grâce à Google, on peut désormais accomplir tous ces tours de force. Et la solution s'appelle Google Earth. Comment ne pas en avoir entendu parler au cours de l'été ? Tout a commencé par l'annonce dans quelques médias ou programmes spécialisés de la sortie par l'incontournable Google d'un nouveau logiciel, toujours gratuit. Petit à petit, le bouche oreille fonctionnant à plein régime, de plus en plus de personnes l'ont téléchargé, ne serait ce que pour voir leur maison depuis le ciel. Et puis cela s'est poursuivi par la polémique dans quelques journaux prétendus intellectuels. Google Earth nuirait à notre liberté, Google en ferait trop ! Mais quel mal y a-t-il à proposer aux gens du monde entier de découvrir leur belle planète depuis le ciel ? J'avoue ne pas comprendre cette polémique qui s'est développée ! Faisons fi de ces récriminations et passons à ce fameux outil.

Vous aurez deviné sans peine que ce logiciel se télécharge sur le site de Google. Mais pour l'instant, il n'est accessible que depuis le site américain, dans la partie outils. Le plus simple est d'utiliser le lien suivant : http://earth.google.com . Dans le menu Download, vous dénicherez le lien permettant le chargement. Cela pourrait prendre un certain temps puisque le logiciel fait tout de même un peu plus de 11 Mo. Mais attention, avant de vous lancer, il est préférable de vérifier que votre ordinateur convient pour faire tourner Google Earth, car celui-ci est particulièrement gourmand en ressources. Par exemple, il ne tourne que sur des PC récents, et pas encore sur Mac, du fait de l'utilisation de fonctions 3D, qui plus est en diffusion. A titre d'information, Google recommande l'utilisation de Windows XP sur un ordinateur tournant au moins à 2.4 GHz, 512 Mo de RAM, une carte graphique supportant la 3D, au moins 2 Go d'espace disque, et une connexion Internet haut débit. Si tout est réuni, vous pouvez vous lancer dans l'installation qui se révèle particulièrement simple. En fait, il s'avère que seule une faible partie du logiciel est installé sur votre machine : l'interface qui vous permet de survoler le monde. Les images sont rapatriées sur votre poste, par streaming, au moment où vous observez une zone du globe. Précisons que pour l'instant, l'interface n'existe qu'en anglais.

Toutes ces images sont issues d'images satellitaires ou prises de vues aériennes, en général datant d'au maximum deux à trois ans. N'espérez pas pouvoir obtenir des images en temps réel, ce n'est pas le cas. Néanmoins, du fait de la conception du système, vous bénéficiez en permanence des dernières images disponibles sans même la moindre mise à jour. Vous imaginez assez facilement que l'ensemble du globe ne peut pas être couvert en haute résolution. La couverture s'améliore de semaine en semaine mais pour l'instant Google assure résolution moyenne de 15 mètres pour l'ensemble du globe. Etant donné les origines de la société, ce sont les villes américaines qui sont en plus haute résolution, ainsi que les principales villes du monde, capitales et autres comme Toulouse, Lyon, Marseille ou Bordeaux en France. D'ailleurs, sur le site, il existe une page permettant de découvrir, continent par continent, l'évolution de la couverture haute résolution. Ces zones présentent la particularité d'être présentées en relief, et on réussit à les voir nettes jusqu'à une altitude d'environ 300 mètres (il faut la dernière version pour disposer du choix entre les mètres et les pieds !). Vous repérerez les zones en haute résolution à leur couleur brune qui tranche avec le vert dominant utilisé pour la majorité de la surface du globe. Les couleurs apparaissent en zoomant suffisamment. Et pour ceux que cela intéresse, les océans ont aussi été considérés et on peut observer toutes les lignes de fractures sous-marines, dont la dorsale atlantique. On peut être surpris que certains endroits soient cachés par les nuages, à croire que ceux-ci sont présents en permanence. Mais en général, il fait toujours beau sur la terre de Google, et c'est tout le temps le jour !

Passons enfin au survol proprement dit. Et pour commencer, recherchez sur votre bureau la bille bleue et blanche : un double-clic et Google Earth s'ouvrira. Bien évidemment, il vous aura fallu auparavant vous connecter à Internet. Après s'être connecté au serveur, le logiciel finit par s'ouvrir. Globalement, il se décompose en cinq parties différentes. La plus grande est occupée par le globe terrestre, dans ses couleurs bleues et vertes, sur un fond noir étoilé. Une boussole vous permet de connaître en permanence l'orientation de l'image. Juste en dessous, vous connaissez la position précise du curseur ou, à défaut, le centre de la zone visualisée. En maintenant le clic gauche, vous pourrez faire pivoter le globe. Mais attention, si vous y mettez trop d'énergie, il se met à tourner en continu !! (à vrai dire, il suffit de cliquer une nouvelle fois pour l'arrêter). Le clic droit et la roulette vous permettront, quant à elles, de zoomer dans un sens ou dans l'autre. Ainsi vous pouvez tout à la fois prendre de la hauteur pour avoir une vue d'ensemble ou bien descendre en piqué pour observer un détail de la zone survolée. Mais attention, lorsque vous modifiez le zoom, vous devez patienter quelques secondes avant d'avoir une image nette. En effet, il faut le temps que la bonne image vous soit envoyée par le serveur. Il suffit d'attendre que le champ « Streaming » atteigne la valeur de 100%. Et pour faciliter les déplacements lorsque le zoom est important, vous pouvez faire afficher dans le coin supérieur droit une carte générale qui permet de vous déplacer rapidement sans au préalable avoir dézoomé.

Sous le globe, vous retrouvez les principales commandes sous la forme d'une sorte de télécommande. Au centre, un pad vous permet de commander la rotation du globe suivant l'axe vertical et horizontal. De part et d'autre, deux boutons permettent la rotation dans un sens ou dans l'autre autour de l'axe de votre regard. Sur la gauche, un petit curseur permet d'affiner le zoom, tandis qu'un petit bouton marqué d'un N permet de réorienter automatiquement le globe en replaçant le Nord vers le haut. En vis à vis, on retrouve la fonction dite « tilt ». Il s'agit en fait de l'angle de vue. Par défaut, vous observez à la verticale. Mais grâce à cette commande, vous pouvez aller jusqu'à la vue rasante. Cela est particulièrement plaisant pour les zones montagneuses en haute résolution. On peut ainsi suivre les vallées comme au si on était un oiseau, ou plus sûrement, aux commandes d'un hélicoptère. Comme pour la remise au Nord, vous disposez d'une remise automatique à la verticale. Autour de ces commandes de bases sont réparties quelques options dont la possibilité d'afficher ou non quelques calques de base (dont je vais parler plus loin) et aussi l'ajout de « favoris » ; vous pouvez ainsi retrouver très facilement vos endroits préférés.

Sur la colonne de gauche, vous disposez de trois cadres. Le premier vous permet de trouver un lieu en saisissant son nom ; malheureusement, cet outil n'est vraiment efficace qu'aux Etats-Unis pour l'instant. En rajoutant après une virgule, le nom du pays, vous pouvez espérer une recherche plus efficace. Mais il y a des ratés comme avec Toulouse qui est signalée au Nord-Est de Lyon ; alors que mon village, en banlieue toulousaine, est bien trouvé ! De manière générale, il peut être préférable d'utiliser le survol pour retrouver un endroit en attendant que la base de données de Google s'améliore ! Le second cadre intitulé « Places » regroupe à la fois les résultats des recherches ci-dessus et les lieux que vous avez jugés dignes d'intérêt. Un simple clic vous suffira alors pour y retourner. Vous pouvez même vous payer un vol touristique gratuit au-dessus de ces différents lieux par la fonction « Play Tour » (F10) : les survols sont alors enchaînés, d'un favori à l'autre, avec une pause au-dessus de chacun. Si vous choisissez bien, vous pouvez même en faire un tour du monde en 80 secondes assis devant votre écran. Terminons par le dernier cadre intitulé « Layers ». Il vous permet de superposer différentes informations sur les vues brutes. Les plus courantes permettent de faire apparaître les frontières, les routes, les voies ferrées, les aéroports ou encore les cours d'eau. Cela fonctionne comme des calques qui seraient superposés les uns sur les autres, au-dessus de l'image. En plus de ceux déjà listés, Google vous propose un large choix très varié, mais surtout efficace sur le territoire américain : on peut ainsi faire afficher la plupart des types de commerces ou de lieux culturels. Néanmoins, l'accumulation peut rapidement rendre l'affichage illisible.

Je voudrais tout de même en signaler deux particuliers. Le premier, intitulé « Buildings », permet de faire apparaître les bâtiments d'une ville. Je vous arrête de suite : il s'agit juste des volumes, un peu comme les maquettes d'architectes. La ville s'élève alors d'immeubles grisés. Combiné avec une vue rasante, vous pouvez alors remonter les plus grandes avenues. Mais encore une fois, cette option n'est efficiente que pour les plus grandes villes américaines. La seconde option est toute récente. Elle est fournie par le National Geographic, et bien évidemment, se concentre sur l'Afrique ; d'où mon intérêt tout particulier. Ce calque permet de découvrir de nombreuses photos et vidéos de différentes contrées africaines !! D'ailleurs ce calque récent m'a permis de découvrir que Google Earth embarque aussi un navigateur web minimaliste mais utile. Et il met aussi à disposition une webcam qui diffuse en direct ce qui se passe sur le point d'eau situé devant : on peut voir les différents animaux venir boire et on entend en permanence les oiseaux!! On s'y croirait!!

Voilà globalement tout ce que peut vous proposer Google Earth. Pas de quoi nuire à votre liberté ! Alors bien sûr, si vous cherchez « White House », vous n'arriverez pas à la résidence de W. Bush mais à tous les commerces intégrant l'expression : cela prête à sourire, c'est tout !! Je vois ce logiciel comme un passe-temps permettant de revivre un voyage, mais sous un nouvel angle. Et puis la curiosité est telle qu'on commence par chercher sa résidence, puis son lieu de travail, puis la maison des parents, ainsi de suite. Cela peut se révéler prenant !

Si vous souhaitez augmenter les capacités de votre logiciel, pour 20 dollars, vous pouvez acquérir la version dite « plus ». Elle permet de récupérer des coordonnées GPS, d'imprimer des vues en haute résolution, de bénéficier de support par mail et d'annoter les vues. Et si vous souhaitez en faire un usage commercial, la version Pro à 400 dollars est faites pour vous. Vous bénéficiez alors de plus d'images en haute résolution, de nouveaux calques, des recherches plus poussées, la possibilité d'importer des cartes, de nouvelles options d'annotations. Il existe aussi une série d'options vendues à 200 dollars l'unité qui permettent, en particulier, de réaliser des vidéos à partir de vos survols, ou de réaliser des impressions de haute résolution. Mais tout ceci n'est vraiment utile pour des professionnels.

Dernière précision pour ceux qui n'aimeraient pas le relief : les mêmes images sont disponibles, à plat ( !!), dans les Google Maps, accessibles, elles-aussi directement sur le site Google.

Voici donc un superbe produit qui a l'immense mérite d'être gratuit et qui peut servir de support encyclopédique pour les plus jeunes.

Bon vol ! ;-)

Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
xavier.com

xavier.com

22.07.2008 00:39

cet outil est vraiment intérressant et il le serait davantage si les mises à jours étaient faites régulierement. Mais j'ai cru comprendre que cela était impossible pour des raisons de sécurité

jab83

jab83

16.05.2007 22:34

pas mal comme logiciel j'y ai vu ma maison, ma rue

yendi62

yendi62

30.03.2007 17:11

Un avis bien détaillé pour un bon produit

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
En lire davantage sur ce produit
Evaluations d'avis
L'avis sur Google Earth a été lue 12276 fois et a été évaluée:

exceptionnel (16%) par:
  1. stylobic
  2. lety
  3. porcelaine
et aussi par 12 autres membres

"très intéressant" (82%) par:
  1. yendi62
  2. suomi
  3. poutpout8688
et aussi par 76 autres membres

"intéressant" (2%) par:
  1. xavier.com
  2. DIMITRY27

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Google Earth