Homme de la Mancha (L') - Jacques Brel

Avis sur

Homme de la Mancha (L') - Jacques Brel

Evaluation générale (2): Evaluation totale Homme de la Mancha (L') - Jacques Brel

 

Tous les avis sur Homme de la Mancha (L') - Jacques Brel

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


 


Rêver d'un impossible rêve...

5  19.07.2002 (18.03.2003)

Avantages:
Brûler d'une possible fièvre .  .

Inconvénients:
Porter le chagrin des départs .  .  .

Recommandable: Oui 

Détails:

Textes

Chant/voix

Musique

Arrangements

Créativité


sacregaillard

Plus à mon sujet:

Membre depuis:01.01.1970

Avis:234

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 53 membres de Ciao en moyenne: très intéressant

« Rêver un impossible rêve, porter le chagrin des départs. Brûler d'une possible fièvre, partir où personne ne part »

Je ne peux pas rester en place, je ne peux pas comprendre les sédentaires. Ce n’est pas parce que tu es né quelque part que tu dois te sentir obligé d’y rester. Un type qui te dit moi je suis cadre supérieur et je suis sur d’avoir réussi ma vie n’a rien compris. Réussir sa vie ne veut rien dire, puisque ce n’est qu’un simple passage. Réussir sa mort, je comprendrais, mais réussir sa vie qu’est-ce que cela signifie ? Quand j’ai quitté la scène, je n’avais pas le sentiment d’avoir achevé de goûter aux choses, mais simplement la sensation d’avoir fait le tour d’un sujet. Les gens se foutent que Jacques Brel soit parti, pour eux ce n’est pas moi le centre du monde, c’est eux, Brel c’est un cd que l’on écoute point à la ligne. Chacun est le héro de lui même, chacun se bat sans vraiment savoir pourquoi. Tu paies une maison toute ta vie et le jour où elle t’appartient, tu es trop usé pour en profiter. La vie n’a qu’un but : c’est la disparition finale de chaque être. Alors qui sommes nous sinon tous des Don Quichotte ?

« Aimer jusqu'à la déchirure, aimer, même trop, même mal. Tenter, sans force et sans armure,
d'atteindre l'inaccessible étoile »

J’ai bien envie de monter cette comédie musicale, pour une raison majeure, le cinéma m’ennuie un peu. Une nouvelle expérience, pourquoi pas ? Les producteurs semblent regarder mon projet d’un bon œil, pensant qu’un retour sur scène de Brel ne peut que leur rapporter de l’argent. Le problème c’est que je n’ai pas songé un seul instant faire partie du spectacle, je veux le monter voilà tout. Vous serez Don Quichotte ou rien ne se fera ! Sacré piège, mais à quoi bon se battre, je veux ce spectacle alors oui je serai « L’homme de la Mancha ! »

« Peu m'importent mes chances, peu m'importe le temps ou ma désespérance. Et puis lutter toujours sans questions ni repos. Se damner pour l'or d'un mot d'amour »

Les textes ne sont pas de moi mais ils sont formidables, je suis presque jaloux de ne pas les avoir écrit. Et puis il y a cette reflexion ultime, celle que je pense être la meilleure. On ne voit la vie que telle que l’on veut la voir. Je le redis nous vivons comme si il n’y avait pas de fin, nous nous faisons un monde de faux semblants. Demain c’est quoi demain ? tu le sais toi ? non par contre tu sais déjà ce que tu seras dans dix ans. Et pourquoi tu le sais ? Parce que nous vivons dans une société qui nous aseptise dés l’enfance. Nous savons qu’il y a une fin logique mais nous refusons d’y penser. L’homme est illogique et Don Quichotte l’a compris. Il se réveille un jour et décide de devenir chevalier. Qui peut l’en empêcher ? Toi ? Les flics ? Qui est le fou, celui qui se scinde d’une armure au xxème siècle ou celui qui va pointer tous les jours à la chaine pour préparer sa propre petite mort ?.

« Je ne sais si je serai ce héros mais mon cœur serait tranquille et les villes s'éclabousseraient de bleu parce qu'un malheureux brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé. Brûle encore, même trop, même mal, pour atteindre à s'en écarteler. Pour atteindre l'inaccessible étoile !!!! ».

L’inaccessible étoile ? superbe non ? mais qu’est-ce qui est superbe, l’inaccessible ou l’étoile ? Moi je pense que personnellement ce qui fait avancer l’homme c’est le mystère, l’inaccessible. L’Homme n’est pas fait pour rester dans un carcan, il a un cerveau c’est pour s’en servir, donc plus que l’animal il se doit d’essayer d’atteindre ce que les bêtes ne pourront jamais toucher. Sinon autant être le chat ou le chien et attendre que cela se passe.Tenez pour vous démontrer ma théorie je vous propose de rentrer avec moi dans le monde de Don Quichotte, suivez moi.

« Je vais tenter de personnifier un homme, venez, suivez le cheminement de mon imagination et vous le verrez … il conçoit le projet le plus fou que l’on puisse imaginer, devenir chevalier errant et jaillir dans le monde pour en effacer tous les torts ».

Un fou ce Don Quichotte ? peut être mais réfléchissons. De quoi parlons nous le soir à nôtre table ? Nous sommes scandalisés par des terroristes tuant des centaines de personnes, par des politiciens se servant sous notre nez et notre barbe. Nous refaisons le monde mais nous ne bougeons pas. Seuls les Don Quichotte firent avancer les choses, reprenez tous les grands pacifistes de l’histoire et vous verrez que chacun un jour ou l’autre se retrouva devant son propre moulin à vent. Imaginez qu’un jour nous décidions d’être tous ce chevalier. Chaque homme rêve de la même chose, la paix et le respect alors pourquoi tant de guerre ? Simplement parce que nous ne voulons pas passer pour ce fou de Don Quichotte. Qui est le plus stupide, lui ou nous ?.

« Ecoute moi pauvre monde, insupportable monde, c’en est trop, tu es tombé trop bas. Tu es trop gris, tu es trop laid abominable monde. Ecoute moi un chevalier te défie !!!!! Oui c’est moi Don Quichotte de la Mancha, pour toujours au service de l’honneur. Car j’ai l’honneur d’être moi sans peur et le vent de l’histoire chante en moi…. »

Le soi disant fou croit dur comme fer en lui. On ne sait si l’on doit rire ou pleurer, si l’on doit l’applaudir ou le huer pour son orgueil. « Car j’ai l’honneur d’être moi ». Chacun de nous le pense un peu mais l’honneur ne s’arrête t’il pas lorsque que l’on accepte la soumission ? Oh je sais vous allez me dire, moi je ne me suis jamais soumis, je suis un type fier. Est-ce une fierté d’accepter la misère des autres, de crier au scandale lorsqu’un avion s’écrase sur une tour et de tourner ensuite la page pour regarder le film de 21 h ? Bien sur nous nous disons tous, mais que veux tu que je fasse seul ? Pourtant nous ne sommes pas seuls, il y des milliards de Don Quichotte a travers le monde alors pourquoi n’arrivons nous pas à tourner le vent de l’histoire ?.

« s’il te dit que c’est de l’or pourquoi vouloir le contrarier ? »

Don quichotte se crée un monde, comme nous nous crééons chacun nôtre propre univers. Pour les uns c’est une superbe maison meublée avec tout le confort, pour les autres c’est une cabane pleine de poussière. Les uns comme les autres diront que c’est eux qui possèdent les vraies valeurs. Pourtant chacun peut vivre à sa manière sans que cela ne gène l’autre le moins du monde. Oui vous êtes d’accord ? Alors expliquez moi pourquoi le conformiste cherche toujours à balayer le réfractaire et vice versa ? « s’il dit que c’est de l’or pourquoi vouloir le contrarier ? »

« Pourquoi fait il toutes ses choses, pourquoi voit il pousser la rose la où elle ne poussera pas. Pourquoi veut il bruler sa vie… »

Quand on ne sait pas répondre à une question on a peur, on a peur parce que l’on ne comprend pas. Si l’on ne comprend plus nous disons que l’autre une fois de plus est fou. C’est ainsi que se crée le racisme. Parce que l’on ne comprend pas l’autre et que l’on ne se donne pas la peine d’essayer. Le racisme c’est l’incompréhension de l’autre, une forme de bêtise que l’on ne contrôle pas. Le racisme c’est en fait le cancer de la surdité un simple mot suffirait à l’enrayer, « Pourquoi »

«- Y a t’il ici quelqu’un qui prétende s’appeler Don Quichotte de la Mancha ? S’il ose supporter le poids de mon regard qu’il avance.
- Je suis Don Quichotte, chevalier à la triste figure
- Ecoute moi charlatan, tu n’es pas un chevalier mais un véritable imposteur.Tes jeux ne sont que des jeux d’enfants et tes principes ne valent guère mieux que la poussière qui tremble sous mes pieds.
- Manque de courtoisie, fausse courtoisie, donne moi ton nom avant que je ne te chatie !
- Arrête Don Quichotte, tu voulais connaître mon nom, je vais te le dire. Je m’appelle le chevalier au miroir. Regarde Don Quichotte, regarde dans le miroir de la réalité. Regarde Don Quichotte, que vois tu, rien qu’un vieux fou… »

Qu’y a t’il de pire que le regard des autres, que sa propre image vue au travers du miroir de la vie. Les rêves se brisent souvent devant la moquerie d’une foule, devant ses propres incertitudes. Combien de nous malgré d’excellentes idées n’ont pas continué dans le chemin souhaité par peur de se retrouver à l’index ? Souvent l’impuissance démonte par moquerie vos propres ambitions. Elle te fait douter au point que tu préfères toi aussi te fondre dans le moule, par peur ou plus simplement par lâcheté. « Rêver d’un impossible rêve » la masse te dit que c’est impossible, la masse se moque de toi, te prenant pour un fou lorsque tu oses briser un tabou mais parfois, si tu insistes, si l’un d’entre eux commence à réfléchir les autres doutent à leur tour et là tu n’es plus le fou, mais le précurseur d’une nouvelle pensée. Il ne faut pas se regarder dans le miroir des autres car sinon nous végèterons toute notre vie. La honte ou la perte d’un espoir n’a jamais tué personne, seuls les regrets de n’avoir pas essayé te brulent à petit feu.

« - mais alors, peut être ce n’était pas un rêve.
- Vous parliez d’un rêve, vous parliez de la quête
- La quête ?
- Je vous en supplie essayez de vous souvenir, vous m’avez regardé et vous m’avez appelé par un autre nom. Dulcinéa, si joli si doux …
- Les mots, dis moi les mots !
- Rêver d’un impossible rêve, se sont vos propres mots. Porter le chagrin des départs, vous ne vous rappelez pas ? Bruler d’une possible fièvre, vous devez vous rappeller ! Partir où personne ne part !
- Aimer jusqu'à la déchirure
- Oui
- Aimer même trop même mal
- Oui
- Tenter sans force sans armure d’atteindre l’inaccessible étoile
- Merci mon seigneur !
- Quoi ? princesse à genoux devant moi
- Seigneur vous êtes trop faible
- Trop faible mais qu’est-ce que la maladie ? Qu’est-ce que la blessure pour le corps d’un chevalier errant ? A chaque fois qu’il tombe voilà qu’il se relève et malheur au méchant ! Sancho, mon épée, mon armure ! Ecoute moi pauvre monde, insupportable monde… »

Don Quichotte est tombé blessé dans son orgueil mais dans la foule une petite flamme croyait à sa folie. Cette petite flamme réussit à réembraser son rêve, son utopie. Douter n’est-ce pas une fin en soi, il faut savoir passer au delà et faire fi des bien pensants. Toi qui me lis, tu es ce chevalier, ta jeunesse est ton armure alors, va combattre les moulins à vent pour ne pas gâcher ton passage sur cette terre. Rêve d’un impossible rêve, sois fou et moque toi de la masse, un seul mot doit être tabou de ton vocabulaire, il se nomme « Regret ». Le spectacle est fini, c’est un triomphe mais déjà mon message est passé et je ne veux pas le marteler. Mes producteurs veulent que je continue, mais à quoi bon ? une fois de plus je sens la routine venir, une fois de plus je veux mordre dans un autre registre. C’est un adieu définitif, une autre quête m’attend quelque part sur une île….
A SUIVRE…

L’homme de la Mancha reste une parenthèse dans la carrière de Brel. Pour beaucoup ce fut un rare plaisir que de le revoir sur scène. Hélas malgré le succés il abrège la tournée se faisant par là même mettre en procés par ses producteurs. Peut importe, Jacques n’en a pas encore fini avec la vie, d’autres expériences l’attendent, là bas …


Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
olivier.belfort

olivier.belfort

02.11.2004 17:12

Merci de faire partager votre amour pour cette oeuvre

maeva1

maeva1

09.02.2003 06:23

Très beau comme d'hab.../Bises/ maeva

saturne75

saturne75

07.08.2002 22:11

Je n'ai vu que 3 de ces films dans ma jeunesse.

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
En lire davantage sur ce produit
Evaluations d'avis
L'avis sur Homme de la Mancha (L') - Jacques Brel a été lue 5498 fois et a été évaluée:

"très intéressant" (100%) par:
  1. gast198
  2. olivier.belfort
  3. nemesis56
et aussi par 88 autres membres

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Produits intéressants pour vous
Amuse Bouches – Elodie Frégé Amuse Bouches – Elodie Frégé
(+) .....
(-) .....
4 Avis
Achetez-le pour seulement 7,75 €
Le déserteur - Boris Vian Le déserteur - Boris Vian
(+) Un chef d'oeuvre d'auteur de chefs d'oeuvres.
(-) ça plait pas aux troufions, et on ne l'entends pas à la radio.
2 Avis
Achetez-le pour seulement 1,50 €
Marche A L'Ombre - Renaud Marche A L'Ombre - Renaud
(+) du bon Renaud, les textes, la chanson "Où est ce que j'ai mis mon flingue?"
(-) on ne peut pas dire que ce soit un chanteur à voix !
2 Avis
Achetez-le pour seulement 1,50 €
publicité