Honda 650 NX Dominator

Avis sur

Honda 650 NX Dominator

Evaluation générale (16): Evaluation totale Honda 650 NX Dominator

 

Tous les avis sur Honda 650 NX Dominator

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


 


Superbe avis trouvé sur le net !!!

4  17.08.2003

Avantages:
Plaisir de conduite

Inconvénients:
Entretien

Recommandable: Oui 

Détails:

Prise en main / Position de conduite

Manœuvres en ville / Maniabilité

Stabilité / Tenue de route

Suspensions

Freinage / Transfert des masses

Performances / Reprises

plus


sebbartur

Plus à mon sujet:

Membre depuis:17.08.2003

Avis:2

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 6 membres de Ciao en moyenne: intéressant

histoire

La Dominator apparaît sur le marché français dans le courant de l'année 1988. Le marché du trail (essentiellement monocylindre) qui avait connu une belle envolée à la fin des années 70 et au début des années 80, s'est stabilisé. La Dominator vient alors remplacer les Honda 600 XLM et XLRM. Moins orientée TT que ses aînées, elle confirme la tendance du marché à se tourner vers des machines bien équipées et très efficaces... sur route (bien que le TT ne soit pas proscrit comme c'est aujourd'hui le cas avec les gros trails multicylindres). Elle tente ainsi de redonner du souffle à la catégorie des trails classiques tout comme la DR 750 (et l'année suivante la DR 650) et la Kawa Tangaï.

Par rapport aux 600 XLM et XLRM, la cylindrée a été portée à 650 cc, le cadre a été renforcé, le freinage a été amélioré par l'adoption d'un disque à l'arrière et l'échappement a été dédoublé. Le monocylindre RVFC (Chambres de combustion à quatre soupapes radiales) a donc gagné un peu plus de 50 cc (644 contre 591 cc) et deux chevaux supplémentaires (46 contre 44 ch). Mais c'est surtout au niveau du couple maximal (5,8 mkg contre 5mkg), disponible à plus bas régime (5000 tr/min contre 5500 tr/min), que la différence est la plus sensible. Parmi les autres modifications, on note une chaîne de distribution allégée à tension automatique, un gros carburateur de 40 mm de diamètre et un décompresseur automatique pour réduire l'effort à produire sur le kick. Un système dont l'intérêt est cependant limité par la présence - fort appréciable - du démarreur électrique.

Lignée
A son apparition la Dominator est présentée comme la nouvelle référence de la catégorie. Elle est rouge, noire ou dorée (bouh la couleur moche !), et affiche un gros Dominator sur ses flancs, à la Goldorak. Le phare est caché derrière une petite grille pour rappeler ses origines TT. Le démarrage se fait grâce au bouton magique, mais le kick est toujours là, pour celui qui voudrait faire l'intéressant en ville. En 90 elle perd sa grille de phare, et en 91, 92, Honda change les stickers. Le "Dominator" se fait plus discret sur les flancs. Apparaissent par la même occasion quelques coloris assez dégueux... blancs et bleu turquoise, bleu foncé et bleu turquoise, bleu turquoise et bleu foncé... Le kick disparaît.
En 1993 arrive la première vraie évolution de la machine. Elle change un peu de face, sans perdre son identité, les clignotants s'intègrent au carénage, le moteur perd un peu de sa niak (mais ça ne se sent presque pas). Fini les couleurs de chiottes, il reste le noir, le rouge et c'est tout (ou presque). La décoration s'améliore. C'est cette même année que BMW sort la Funduro. La Dominator vascille sur son trone. C'est la première fois qu'un trail arrive à faire mieux qu'elle, cependant, il faut quand même débourser près de 5000 F supplémentaire pour se payer la BMW. En fait, là où la NX commence à perdre du terrain, c'est sur l'aspect routier. En effet, la BM protège mieux, est plus comfortable, et surtout est à refroidissement liquide, ce qui est un net avantage, même si la Dominator est extrèmement fiable. Qui plus est, son comportement est aussi sain que celui de la Honda. Qu'à cela ne tienne, la Dominator continue sa carrière avec succès, jusqu'en 1997.
Cette fois ci, l'optique change. La Dominator est chère : près de 40000 F. L'objectif de Honda est de la faire se rapprocher du prix de la XT (30000 F) pour la concurrencer, plutôt que d'aller titiller BMW et Aprilia qui font mieux qu'elle. Ainsi la production des Dominators se fait en Espagne, l'esthétique change un peu, de sorte que l'on en revient un peu aux premiers modèles : clignotants non intégrés, carénage un brin moins enveloppant. Signe de sa nouvelle orientation, les jantes ne sont plus dorées, mais de couleur argenté. Malgré les changements, la selle est toujours aussi dure, le moteur toujours aussi sympa, le comportement toujours aussi sain... Depuis il n'y a pas eu de grands bouleversements, la Dominator continue tranquillement sa carrière dans la gamme Honda (depuis 12 ans quand même), au gré, de nouveaux stickers et de nouveaux coloris.

Qualités
Lorsque l'on découvre la machine, la première qualité que l'on remarque est sa grande agilité, caractéristique commune à tous les trails de moyenne cylindrée. En effet, malgré une hauteur de selle conséquente, qui aurait pu la pénaliser, elle reste extrèmement agile. Cela se remarque tout d'abord lors des évolutions citadines. Maniable, dotée d'un rayon de braquage très court, d'une bonne garde-au-sol (pour escalader les trottoirs), et d'un moteur ayant de la "niak", la ville est son grand terrain de jeu, elle se faufile entre les voitures (attention les protèges-mains sont à la hauteur des rétros des fourgonnettes) et s'extrait du trafic avec une grande aisance. Cette agilité se remarque aussi sur petites routes. Les épingles sont "avalées" avec une facilité qui ferait pâlir bien des "sportives" ! Son moteur énergique permet de ressortir comme un avion de ces virages serrés. Par contre, trail oblige, la roue avant de 19 pouces est assez pénalisante dans les enchaînements rapides, et il faut la forcer pour la faire passer vite (avec quelques dandinnements à la clé. Les changements d'angles ne sont donc pas sa spécialité, même si elle s'en sort avec les honneurs.
Non seulement la Dom' est agile, mais en plus elle a un moteur très vivant (c'est ce coktail qui fait d'elle une machine redoutable en montagne). Bien qu'assez peu souple (difficile de descendre sous les 3000 tr/min en 5e), son comportement est très énergique. De 3000 à 4500 tr/min les reprises sont bonnes et en tout cas offrent de bonnes sensations de reprises (à défaut de faire pêter le chrono...). De 4500 tr/min à 5500 tr/min, le moteur commence à bien se réveiller, pour vraiment s'énerver de 5500 à 7000 tr/min. Là on est dans la plage de régime maximal, et ça se sent, le moteur gronde furieusement, et le tachimètre s'affole... relativement, soyons clair, il s'agit d'un trail, pas d'une sportive ! Jusqu'à 140 ça va. Au delà, c'est plus difficile, et il faut bien s'élancer pour dépasser le 150 compteur et atteindre la vitesse maxi (160 au compteur d'une Super T).
Pour continuer d'en faire une machine de petite route, la Dominator est équipé d'un excellent freinage. Il n'y a qu'un seul disque à l'avant, mais il est suffisamment puissant compte tenu du poids de la machine. En plus il est facilement dosable. La poignée n'est pas spongieuse, et le transfert de masse n'est pas excessif sur les gros freinage, à condition de se servir quand même un peu du frein arrière pour stabiliser le tout. Ce dernier n'est pas transcendant, mais il rempli son office. Et puis au moins vous ne risquez pas de bloquer la roue arriè trop facilement !
La tenue de route de la machine, est assez bonne, en tout cas il n'y a pas de problème de stabilité ou de tenue de cap. Quand on la met sur l'angle elle y reste, mais il est assez facile de rectifier sa trajectoire si l'on a mal évalué la courbe ou si un danger se présente. Ca en fait une très bonne machine qui permet d'improviser un peu. Les Dunlop Trailmax sont assez bien adaptés à la machine, bien qu'ils s'usent un peu en escalier, et il contribuent sans doute au bon comportement de l'ensemble.

Défauts
Eh oui la Dominator a des défauts, même si elle a longtemps été considéré comme la meilleure de sa catégorie. Tout d'abord, le confort... ou plutôt l'inconfort. Dès que l'on pose ses fesse sur la selle on se rend compte qu'elle est bien ferme, et comme sur ce genre de machine tout le poids du pilote repose dessus, les fourmis vous guettent une fois passé le cap des 80 kilomètres, ensuite plus vous roulerez et plus vous aurez mal (on fini par faire des pauses tous les 50 Km ! Si si je vous jure !). La position de conduite est plutôt agréable, mais il ne faut pas craindre de s'en prendre plein la figure. En effet, le petit saute-vent vous renvoie tout le flux d'air dans les &eacuta;paules et dans le casque, si bien qu'il est difficile de rouler longtemps au dela de 120 (de toute façon le moteur n'aime pas).
Tiens le moteur, parlons-en du moteur. C'est sûr il est sympa ce moteur, mais c'est un mono, alors l'autoroute vous oubliez tout de suite ! La vitesse de croisière sur ce genre de machine, c'est 110, pas 130 ! Non, 110, ce qui correspond à 5000 tr/min. Au dela, la vitesse linéaire du piston devient trop importante, et le moteur se fatigue. En plus; c'est un refroidissement par air, donc mieux vaut ne pas trop lui en faire voir ! Bien que le moteur de la Dominator soit réputé pour sa fiabilité (à condition de le laisser chauffer, comme toutes les motos d'ailleur).
Au sujet des défauts, et toujours dans le rayon confort : le duo ! Le bout de selle accordé au passager est encore plus dur que celui du pilote ! Votre copine n'y reviendra pas à deux fois pour faire des virées de plus de 200 bornes dans la journée. D'ailleurs il n'est pas dit que vous en aurez l'envie non plus... En plus le moteur devient vraiment limite avec deux personnes sur la machine. Bref pour dépanner, ça va, mais sorti de cette utilisation, ce n'est pas le top, en plus la machine devient beaucoup plus lourde à emmener dans les virages.

Accessoires
Sur ma NX, je n'avais pas grand chose comme accessoire. Un top-case Givi qui permettait tout juste de rentrer un casque et puis c'est tout. C'est l'accessoire indispensable du trail, car il passe en général assez bien avec l'esthétique de la machine, et puis ça évite d'avoir à se trimballer un sac à dos. Bien sûr pour celui qui roule un petit peu, la bulle haute peut sembler une alternative intéressante, mais attention, il ne s'agit pas d'une routière ; si vous voulez faire des bornes, achetez-vous une R100GS ou une Africa Twin. Idem pour les valises. Les durits aviation ont peu d'intérêt, car le freinage est déjà plutôt bon sans.
Ce qui se fait assez souvent sur les Dominator, c'est de changer le pot d'échappement. Le résultat est séduisant, autant esthétiquement que musicalement. Par contre ne compter pas gagner de la puissance par ce procédé, ça ne marche que sur le papier. Il en existe chez de nombreux fabricants, entre autres : Mig (qui fait un très beau double sortie alu, avec un joli son, bien que manquant un peu de profondeur), Remus, Devil... Le plus dur c'est que souvent on installe un pot sans connaître le résultat à l'avance...
Assez fréquemment, les Dominator sont transformées en Super motard. L'idée est bonne, et assez dans l'esprit de la moto, cependant si vous voulez en acheter une préparée, allez bien l'essayer avant car souvent, le comportement de la machine est beaucoup changé, et pas forcément en bien !! Bien sûr les jantes font partie de l'attirail. Un vrai jeu de jantes vaut environ 5000 F. Mais en géral, cela bouleverse l'équilibre de la moto, donc il faut changer la fourche, quitte à faire une machine taillée pour l'attaque, mettre de gros disques à l'avant, faire une petite préparation sur le moteur, et là, et alors là seulement vous aurez une vraie préparation super motard digne de ce nom. Tout le reste n'est que poudre aux yeux. Inutile !

Entretien
Consommation : La Dominator est une machine très économique. Concernant la consommation d'essence, en roulant calmement, on peut atteindre les 4,5 L au 100 Km, mais comptez plus raisonnablement 5,5 L, ce qui laisse quand même une autonomie conséquente. La consommation d'huile est quasi-infinitésimale (comme sur la plupart des Honda), et à part un hypothétique appoint entre les résions, rien à dire.
Révision : Les résions ne coûtent pas trop cher, comptez environ 650 F tous les 5000 Km, mais attention, un monocylindre s'use plus vite qu'un autre type de moteur. Rapidement il faudra refaire la segmentation et la distribution (vers les 40000 Km), ce qui allourdi quand même sensiblement la note, et mérite quand même d'être pris en compte.
Pneus : Différentes montes pneumatiques sont envisageables sur la Dominator. Les T66 de chez Michelin sont sans doute l'une des meilleures montes possibles, les Dunlop Trailmax conviennent aussi assez bien à la machine (c'est ceux que j'avais). Ils durent peut-être même un peu plus longtemps que les Michelins. En tout cas les prix sont très voisins, et il faut tabler sur environ 650 - 700 F pour le pneu avant, et sur 850 F pour le pneu arrière.
Kit-Chaine : Malgré un prix assez élevé (1000 F), le kit-chaine ne dure pas très longtemps. 25000 Km est une bonne durée de vie pour un kit-chaine de Dominator. Il est sans doute assez facile de faire mieux, mais de toute façon il n'ira plus bien loin
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
microdoc

microdoc

06.09.2005 12:56

Presque d'accord avec l'auteur sur tout sauf : position de conduite, les repose pieds sont trop avancés en conduite assise et on fatigue des cuisses. Consommation d'huile à partir de 30.000 kms (j'en ai fait + de 90.000 kms sans panne) normal un mono (super carré) Dommage que ce ne soit qu'une copie importée Bonne route quand même

sebcom25

sebcom25

20.08.2004 20:49

terrible, super complet ton avis

xjmchi

xjmchi

18.08.2003 21:19

Petite info : Sur le site ciao , on doit mettre des avis personnels et donc pas un plagia d'un autre site ; en locurence : http://www.chez.com/ffmc39/moto/Hnx.html J'espère que ma note et mon commentaire t'aideront à mieux comprendre le fonctionnement du site

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Honda 650 NX Dominator a été lue 14907 fois et a été évaluée:

"très intéressant" (33%) par:
  1. sebcom25
  2. odesch
  3. noothomb

"intéressant" (22%) par:
  1. microdoc
  2. tulesais

"peu intéressant" (22%) par:
  1. mardellat
  2. djib73

"inintéressant" (22%) par:
  1. xjmchi
  2. Titi26

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Honda 650 NX Dominator
publicité