Neverwinter Nights (Mac)

Images de la communauté

Neverwinter Nights (Mac)

Apres Baldur's Gate, le développeur Bioware décide de passer a la 3D avec ce nouveau jeu de rôle basé sur les regles de Advanced Dungeons & Dragons. T...

> Voir les caractéristiques

92% positif

49 avis de la communauté

Désolé, nous n'avons pas trouvé d'offre correspondante

Avis sur "Neverwinter Nights (Mac)"

publié le 11/09/2002 | Luthyen
Membre depuis : 30/11/-0001
Avis : 43
Lecteurs satisfaits : 0
Plus à mon sujet :
Super
Avantages Pouvoir fabriquer son scénario et jouer à celui des autres
Inconvénients Répétitivité à long terme
très intéressant

"Créer votre propre jeu de rôles"

Bonjour à tous, me revoici avec mes tests critiques (dans le bon sens comme dans le mauvais) sur les jeux vidéos d'aujourd'hui.

L'heureux élu est donc Neverwinter Nights, attendu par les nombreux joueurs de la communauté Baldur's Gate depuis quelques années. Sa sortie a provoqué beaucoup de controversions étant donné que chacun s'était fait sa petite idée sur ce à quoi allait ressembler le jeu. Fans de Baldur, ce jeu n'est donc pas une suite mais bel et bien une innovation dans le monde du jeu de rôles que nous connaissons tous.

Le jeu débute tout d'abord avec une cinématique qui n'a rien à voir avec le scénario de la campagne solo mais qui en dit beaucoup sur l'ambiance du jeu (affronter un Minotaure dans un cimetière, c'est un peu comme manger une choucroute dans un restaurant savoyard, mais tant qu'on aime y a pas de gêne).

On choisit ensuite son personnage. Pour la première fois depuis bien longtemps (sauf Morrowind), nous avons enfin une feuille de personnage complète et qui respecte les règles de la troisième édition de Donjons et Dragons). Il faut bien avouer que dans Baldur's, la fiche de personnage que l'on ne gère quasiment pas était le gros défaut du jeu (je dirais même le seul défaut). Hormis le côté esthétique et visuel de votre personnage, qui ne révolutionne pas le genre et qui ne donne pas des frissons, l'intégration de multiples compétences nous permet enfin de nous immerger dans notre personnage. Comme toujours vous aurez le choix entre Barbare, guerrier, magicien, voleur, etc... Bref les vocations classiques et indémodables. Vous déterminerez aussi votre total en force, endurance, sagesse, etc à l'aide d'un compteur de points à répartir. Mais là où se forge tout l'intérêt, c'est que l'on respect les règles du jeu de rôles papier et donc que l'on intègre des compétences de combat à sa guise (parade, esquive, crochetage, piégeage, concentration ,discipline, identification, coups localisés, coups puissants, charme animal, haine envers une race, etc...). Le choix est capital car il va orienter votre façon de jouer. Vous pourrez favoriser grandement des compétences sur d'autres et vous servir de la complémentarité de certaines pour contrecarer certaines faiblesses de votre personnage. D'ailleurs, il vous faudra sûrement recommencer le jeu une fois ou deux pour trouver le personnage qui vous conviendra le mieux. Moi j'adore le ranger car je suis un lâche qui se sert toujours d'un arc (on m'appelle la Pute lors des réseaux parce que je suis un planqué vicieux... Allez savoir pourquoi... tant que ça rapporte). En tout cas, on a déjà une excellente première impression sur le jeu et on a hâte de voir évoluer son personnage dans le jeu.

A chaque niveau d'expérience (vous serez limités au niveau 20 et devrez répartir cette limite si vous choisissez d'être multi-classés, mage guerrier par exemple), vous augmenterez vos caractéristiques primaires tous les 5 niveaux (force, intelligence, etc...) et vos compétences à chaque niveau (améliorer votre capacité à désamorcer les pièges, acquérir une nouvelle compétence pour compléter votre panel d'aptitudes, ou tout simplement choisir une nouvelle compétence qui ne vous était pas accessible jusqu'alors).

Vous entrez ensuite dans la campagne solo que je ne vais pas vous décrire parce que ce ne serait pas intéressant et parce qu'elle ne casse pas des briques. En effet, vous arrivez au gros point négatif de Neverwinter Nights. Des cinématiques sous forme de Bande dessinées des années 30, et un scénario où l'on n'accroche pas véritablement, il est assez linéaire (mais pas autant que la merde Dungeon Siege), bien que long, et ne fait pas preuve de nouveauté contrairement à Arcanum, Morrowind ou Baldur's. Le jeu possède peu d'énigme et se résume principalement à affronter des ennemis en pagaille sur fond d'honneur et de liberté. On se demande même parfois si il n'y a pas du Diablo ou du Dungeon Siege là-dessous. En ce sens, je pense qu'il est difficile d'être magicien au début étant donné qu'il faut dormir pour récupérer ses sorts (je vous dis pas le nombre de nuits qu'il va passer avant de traverser certains quartiers votre petit magicien chéri). Bref, on est envoyé au casse-pipe par des PNJ qui ne se remueront pas la rondelle une seconde pour vous aider. Déjà vu et revu. MAis ne nous attachons pas à ce détail ?? Détail ?? Oui oui j'ai bien dit détail car le jeu n'est pas axé sur CETTE campagne là, nous verrons pourquoi.

Ensuite, vous pouvez choisir un PNJ pour vous accompagner, ET UN SEUL !! L'idéal aurait été de le créer et de le gérer car finalement, on a très peu de choix (toutes les classes n'étant pas représentées), et l'ordinateur gère tout seul son inventaire et son évolution sans que vous puissiez intervenir. Le jeu regorge de coffres verrouillés, de pièges à désamorcer, etc..., on aura donc rapidement besoin d'un voleur sur les 2 personnages qui feront l'aventure (vous ou le Personnage Non Joueur dit "PNJ"). Il est possible de casser les coffres et les portes avec votre mage ou votre guerrier mais ce n'est pas toujours le cas et vous risquez de détruire le contenu. Quoi qu'il en soit, vous aurez peu de chance de détecter les innombrables pièges de Neverwinter Nights. De plus le PNJ possède une Intelligence artificielle déplorable et il ne sera pas rare de devoir finir un combat seul pendant que le PNJ se récure les doigts de pieds, ou de sacrifier votre santé sur un piège parce que votre PNJ n'ira pas le désamorcer car il a été interrompu par un combat. Bon ce n'est pas si gênant que ça mais c'est dommage car finalement, il est complètement autonome et vous ne pourrez rien faire d'autre que lui dire de tirer à distance ou se battre au corps à corps.

Mais ne soyons pas plus médisant sur ce très bon jeu. Les combats sont très bien faits. Vos personnages, parent, esquivent, bougent, et tombent sur un coup assommant... Les actions spéciales (coups critiques, opportunité, etc...) sont affichées au fur et à mesure. Le graphisme est très bon sans être fabuleux et les animations sont correctes. Le monde est vraiment cohérent puisque qu'il s'agit des royaumes oubliés. Le bestiaire est assez varié bien qu'il manque nos très chers Beholders (Nooooooonnnn, y a pas de n’œil... Snif prout). Il y a pas mal d'objets magiques (pas forcément très beaux dans l'inventaire, ça fait un peu cartoon, mais il vaut mieux favoriser l'intérêt à la beauté... cf le topic d'Anarinya sur Syberia) et on examine chaque objet avec nervosité pour voir si on aura mieux que notre armure de plates à la con.

Mais là où réside le vrai intérêt du jeu, et les développeurs l'ont conçu dans cette voie, c'est l'éditeur de scénarios. En effet, ils nous ont pondu une campagne très moyenne pour nous montrer les possibilités du jeu. Mais leur but réel était de satisfaire les vrais rôlistes papier. Pourquoi ?? Et bien tout simplement parce que l'éditeur est celui qui a creé la campagne et il nous offre donc les même possibilités. La créativité de chacun va donc être mise à l'épreuve. On pourra créer notre propre aventure Neverwinternesque en reprenant nos vieux scénarios joués entre potes, le soir à la lueur des bougies, la feuille de personnage baignant dans le jus de pizza, les yeux rivés sur les dés maudits qui viennent de vous faire foirer votre coup sous le rire hilare de votre maître de jeu favori !! Et l'éditeur est très simple d'utilisation. Les décors s'emboîtent avec une impensable facilité et chaque action que l'on veut faire (génération de monstres, de trésors, relation causes/conséquences) se traduit par une logique implacable et ouverte même aux non informaticiens. Je me modérerai cependant sur l'utilisation des scripts (création de dialogue, de quêtes, etc...) qui sont finalement la base du scénario. En effet, si vous ne voulez pas faire un Diablo-Like mais un scénario riche et plein de rebondissements, vous devrez maîtriser à merveille les scripts, et c'est loin d'être facile car il vous faudra quand même une logique algorithmique évidente et une connaissance sommaire du langage de programmation objet. Mais avec les nombreux tutoriaux que vous trouverez sur les sites Internet, vous devriez arriver à vous en sortir plus ou moins rapidement.

De plus, vous pourrez héberger des parties depuis chez vous pour que les Internautes du monde entier viennent s'amuser sur votre scénario. Vous pourrez prendre le contrôle du Gobelin dans la grotte pour faire vous même le combat contre les autres joueurs ou pour instaurer un dialogue inattendu avec ces même joueur... Idée grandiose je trouve !!

Vous comprendrez donc que l’intérêt principal de Neverwinter Nights réside dans l’incorporation de tous ces modules que les joueurs créeront. Si la campagne solo vous donne un excellent aperçu des possibilités du jeu, vous ne serez limités que par l’imagination plus ou moins sadiques des créateurs de modules, c’est à dire vous, moi, votre chat ou votre hamster !! La durée de vie de NWN est quasi infinie. Vous pourrez essayer toutes les classes sans avoir à refaire les même scénarios à chaque fois… Et ceci justifie enfin son prix car au delà du côté amusement et détente, il y a ce côté ludique qui nous rapproche chaque jour un peu plus de notre machine !!

Côté configuration, 1 ghz de processeur, une Geforce 2 et 384 Mo de Ram suffiront à le faire tourner, sans que ça rame, avec les détails au maximum. Quelques petites saccades en extérieur mais rien qui ne justifiera l’acquisition toujours coûteuse de matériel en plus.

Neverwinter Nights est une révolution dans son genre même si certains préféreront le concept de Morrowind, qui lui ne s'adresse qu'au jeu solo par contre !! NWN c'est se donner rendez-vous un soir entre pote pour faire un petit jeu de rôle à distance alors qu'on n'a pas l'occasion de se voir pour toutes les raisons que nous connaissons (femme, enfants, meurtres à commettre, etc...). L'idée des développeurs est excellente et nous vous remercions d'avoir pensé à nous...


Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 1751 fois et a été évalué à
95% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
très intéressant

Commentaires sur cet avis

  • ghostwizard publié le 09/03/2004
    Bravo, je reste en admiration devant ton avis. Net, conçis, un must à mes yeux.
  • muse06 publié le 05/12/2003
    je ne connaissais pas mais ça a l'air vraiment pas mal!
  • telemac2001 publié le 01/12/2003
    Très interessant, j'y joue depuis 2, 3 jours et j'ai beaucoup de mal à maîtriser mon personnage. J'aime bien les sorciers mais c'est vraiment dur de mener les combats tout seul. D'un autre côté je deteste les guerriers, donc le choix est vite fait...Tu pourrais me dire comment on trouve des PNJ? j'en ai eu un seul en début de partie et il est mort (bouh), et en plus je l'ai payé ce con. Bravo pour ton avis. Ca m'a donné envie de m'y remettre ce soir ;-)
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Produits similaires les plus recherchés

Information produit : Neverwinter Nights (Mac)

Description du produit par le fabriquant

Apres Baldur's Gate, le développeur Bioware décide de passer a la 3D avec ce nouveau jeu de rôle basé sur les regles de Advanced Dungeons & Dragons. Tout en proposant une aventure solo, ils ont aussi décidé de se lancer dans le jeu online massivement multijoueurs... Voila qui promet !

Caractéristiques Principales

Nom: Neverwinter Nights

Genre: Action, Jeu de Rôle

Console: Mac, PC

EAN: 4041377001463, 3546430130674

Marque: Macsoft

Type de Public: 12+

Editeur: Atari

Date de sortie: 2002

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 06/04/2009