Neverwinter Nights (Mac)

Images de la communauté

Neverwinter Nights (Mac)

Apres Baldur's Gate, le développeur Bioware décide de passer a la 3D avec ce nouveau jeu de rôle basé sur les regles de Advanced Dungeons & Dragons. T...

> Voir les caractéristiques

92% positif

49 avis de la communauté

Désolé, nous n'avons pas trouvé d'offre correspondante

Avis sur "Neverwinter Nights (Mac)"

publié le 21/08/2006 | Gerabeld
Membre depuis : 28/04/2006
Avis : 18
Lecteurs satisfaits : 1
Plus à mon sujet :
Excellent
Avantages D&D, le jeu infini
Inconvénients un peu répétitif, la gestion de la magie
très intéressant

"Le mieux, en attendant mieux"

Cela fait maintenant longtemps que j'ai fini ce jeu et ses deux extensions, mais il faut avouer qu'il est vraiment pas mal.

Tout d'abord, c'est un jeu de rôle sur PC, basé sur les règles de Donjons & Dragons, pas le film, le jeu de rôle papier, ancêtre et premier de tous les jeux de rôles. Ensuite, les éditeurs ont eu la bonne idée de mettre à disposition des acheteurs un éditeur de scénarios qui permet à chacun de créer son aventure.

Ainsi, on peut être ce que l'on veut, preux chevalier toujours prompt à dégainer son épée et fondant sur l'ennemi, ou lâche se cachant dans l'ombre au moindre problème, laissant ses amis se débrouiller avec les autres. Certes, le scénario nous remet toujours dans les fils de l'histoire, mais on sent pas trop cette laisse autour du cou.

L'histoire du jeu de base est on ne peut plus classique : la ville de Padhiver (Neverwinter en VO, d'où le titre) subit une épidémie et aucun remède n'existe, même les clercs, les guerrisseurs habités par les pouvoirs que leur concèdent leurs dieux, sont impuissants. La ville recherche des héros (vous) pour l'aider et après une mise à sac de votre académie, vous êtes mandatés pour retrouver les ingrédients d'une hypothèse d'antidote au mal. S'en suivent alors de multiples combats, avec quelques énigmes (faciles), des montées de niveau, pour que fassiez tout plus facilement, et des retournements de situation, obligatoires pour ce genre de jeu. Vous rencontrerez des alliés, des ennemis, des monstres faibles ou vraiment puissant (du gobelin au dragon, il y a de tout dans ma boutique...), mais le plus souvent adapté à votre puissance, faut pas déconner non plus. On peut terminer niveau 20, mais en général, on s'arrête entre 15 et 18, ce qui n'est pas mal.

Ainsi après avoir sauvé Padhiver, j'attaque la première extension, Shadows of Udrentide (SoU). Premier inconvénient, ce n'est pas une suite, mais on recommence un personnage (on peut reprendre celui du jeu, mais c'est trop facile dans ce cas). De plus, on ne peut pas aller au delà du niveau 14, donc un petit couac pour cette extension. Mais j'ai retrouvé le même plaisir de jeu, une difficulté identique.

Vient alors la troisième extension, Hordes Of The Underdark(HotU). On prend au choix l'un ou l'autre des personnages, même si l'histoire est la suite de la première extension. On vous en évoque certains passages, on retrouve certains PNJ (personnages non joueurs, pour les non-initiés, ceux qui peuvent vous accompagner) de SoUet d'autres du jeu. Mais vous n'êtes pas reconnu comme le sauveur de Padhiver. Passons ! Nous sommes ici à Eauprofonde et des hordes de monstres attaquent la ville, vous vous précipitez donc, après avoir survécu à un rêve mortel où TOUT votre équipement disparaît, dans des niveaux souterrains pour sauver la ville. cela vous conduit d'aventures en aventures, jusque dans un monde parallèle, avec des âmes... Vous évoluez ici jusqu'au niveau 40 au maximum. Evidement, c'est un peu (voire beaucoup) plus difficile, mais toujours très jouable.

Malgré tout le bien que je pense de ce jeu, il faut quand-même signaler qu'il se répète un peu. On combat beaucoup de monstres, le début est toujours un peu difficile, et ensuite, il devient vraiment hard de se débarasser de tout son argent, étant donné qu'on retrouve plus de matériel à revendre que l'on en a besoin. Ainsi, on finit multimillionnaire (j'exagère), et avec un inventaire à faire palir des héros de légende.
De plus, pour lancer un sort sur un ennemi, il m'a fallu longtemps pour comprendre qu'il fallai pointer sur l'ennemi et choisir le sort que je lui lançais. Naïvement, je faisais comme dans BG, je ME pointais et demandais à lancer le sort, je pensais qu'alors seulement on me demanderait la cible du sort. Enfin, j'ai fini par comprendre, mais surtout par laisser tomber en jouant un voleur/rôdeur.

Et maintenant, le meilleur pour la fin !

Ce jeu n'est jamais fini, car il est possible de trouver d'autres modules solos sur Internet. Et il en existe de très bons, comme ceux du Bâtard de Kosigan, une saga (non terminée) de déjà 6 modules, vraiment complets et interressants. J'oserais même dire plus interressants que les originaux, tellement ils sont biens. Et je vous jure que je ne connais pas leur concepteur.

Ainsi, si vous aimez le jdr, n'hésitez pas, foncez... en attendant le 2, à venir cet automne.

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 879 fois et a été évalué à
100% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
très intéressant

Commentaires sur cet avis

  • amundain publié le 21/08/2006
    Je ne l'ai curieusement jamais essayé, alors que je suis plutôt friand du genre, va falloir que je m'y penche...
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Produits similaires les plus recherchés

Information produit : Neverwinter Nights (Mac)

Description du produit par le fabriquant

Apres Baldur's Gate, le développeur Bioware décide de passer a la 3D avec ce nouveau jeu de rôle basé sur les regles de Advanced Dungeons & Dragons. Tout en proposant une aventure solo, ils ont aussi décidé de se lancer dans le jeu online massivement multijoueurs... Voila qui promet !

Caractéristiques Principales

Nom: Neverwinter Nights

Genre: Action, Jeu de Rôle

Console: Mac, PC

EAN: 4041377001463, 3546430130674

Marque: Macsoft

Type de Public: 12+

Editeur: Atari

Date de sortie: 2002

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 06/04/2009