Juste avant le crépuscule - Stephen King

Avis sur

Juste avant le crépuscule - Stephen King

Evaluation générale (2): Evaluation totale Juste avant le crépuscule - Stephen King

8 annonces provenant de marchands référencés à titre payant entre 1,50 EUR à 22,30 EUR  

Tous les avis sur Juste avant le crépuscule - Stephen King

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


 


Un livre King size

4  03.09.2010

Avantages:
Parfois prenant, vicieux et méchant

Inconvénients:
Parfois long

Recommandable: Oui 

sacha74

Plus à mon sujet: Rien se perd, rien ne se crée, tout se transforme... GROOOOAAAAAR je me transforme!

Membre depuis:05.01.2009

Avis:72

Lecteurs satisfaits:33

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 19 membres de Ciao en moyenne: exceptionnel

Lecteurs lectrices si avez du temps, prenez un thé et des gâteaux ça pourrait être long!


Pour ce 50 ème avis je m'attaque à un avis lecture "comment ça elle pète les plombs?!" "tu crois Ginette qu'elle aura assez de vocabulaire?" "le gros défis va-t-elle rester sérieuse?"

Dans la bibliothèque de mes parents avaient toujours traîné ce gros livre bleu, pfff qu'est-ce qu'il était gros, en plus il était à côté de la trilogie "le seigneur des anneaux" alors encore moins envie quand on ouvre le livre qu'on voit la taille des lettres et l'écart entre les lignes, allez j'ai 14 ans quoi j'ai encore le temps de me manger des "chair de poule" en toute innocence.

En cours de français, le prof avait instauré des fiches de lecture, on devait lire un livre et faire un exposé devant toute la classe une fois par mois. J'étais déjà timide à fond et ça me gonflait de me forcer à lire des choses qui ne m'intéressaient pas, je voulais faire médecine ou archéologue alors le tsouin tsouin des penseurs c'était pire que de se taper question pour un champion alors qu'il y a des dessins débiles sur cartoon network.

Mais dans la liste des livres proposés il y avait ce livre bleu énorme et personne ne le choisissait, ils prenaient tous des petits livres avec des histoires d'ado ou d'amûûûr, pouah pire que tout, mais ce prof de français je l'aimais bien il m'ouvrait l'esprit j'avais envie de lui faire plaisir, j'ai levé la main pour signaler que je prenais ce livre.

1 mois plus tard, lors de l'exposé, j'ai eu 16/20, moi la sale gosse qui reprenait des cours de français, de latin et du soutien scolaire car je ne savais pas faire une phrase sans 15 fautes en tout genre. Ce jour là j'ai compris dans les commentaires des gens qu'ils me pensaient encore plus bizarre voir dérangée, j'avais lu Shining et j'avais adoré ça.

A chaque nouveau livre, j'ai mon petit rituel, non je ne cours pas dans le rue toute nue, je lis la dernière page. C'est plus fort que moi, Stephen King applique une certaine technique : celle de brouiller les pistes. En lisant cette dernière page vous ne saurez jamais ce qu'il s'est passé et par la force des choses la curiosité vous emporte, il faut que vous sachiez et je commence le livre.

Je ne vous fais pas le traditionnel topo sur l'écrivain si ça vous intéresse, une petite recherche et vous savez tout sur lui.

Ce recueil de nouvelles est en réalité une réédition de ses écrits parus dans divers magazines, on notera que seulement "N." est toute neuve et "le chat d'enfer" parue en 1970. D'ailleurs pour les amateurs ce chat fait parti du film "les contes de la nuit noir" de John Harrison mais ça c'est une autre histoire.

13

Ouaip 13 nouvelles, ça fout les pétoches déjà là!
  • Willa (Willa)
  • La Fille pain d'épice (The Gingerbread Girl)
  • Le Rêve d'Harvey (Harvey's Dream)
  • Aire de repos (Rest Stop)
  • Vélo d'appart (Stationary Bike)
  • Laissés pour compte (The Things they left behind)
  • Fête de diplôme (Graduation Afternoon)
  • N. (N.)
  • Le Chat d'enfer (The Cat from Hell)
  • Le New York Times à un prix spécial (The New York Times at special bargain rates)
  • Muet (Mute)
  • Ayana (Ayana)
  • Un très petit coin (A Very tight place)

J'ai acheté ce livre pour 22 € et à ce prix vous voyez enfin à quoi il ressemble ce cher Stephen.J'ai mis pas mal de temps avant de me lancer dedans, comme un pressentiment ou flemmardise, pourtant j'en ai passé des aprèms à lire en plein soleil alors que d'autres filles se faisaient toucher le maillot dans la piscine mais là non je remets à plus tard.

Il a bien fallu commencer début juillet...

Willa

"La gare était un étroit goulet en bois. Sur toute sa longueur, les gens erraient sans but."

David a une nenette dans sa vie un peu désinvolte et capricieuse, toujours en train de la chercher. En plus d'être paumé dans cette gare il se doute bien que mademoiselle est encore allée s'amuser dans le bled d'à côté, il décide d'aller la chercher mais ses amis lui déconseillent... Il faut traverser la forêt et le train va bientôt arriver.


*Willa est la première et comme une première fois ça se passe bien ou mal. Tout comme les gens dans cette gare, je me suis sentie perdue. Comme
Photos pour Juste avant le crépuscule - Stephen King
  • Juste avant le crépuscule - Stephen King IMGP4489 - Juste avant le crépuscule - Stephen Kin
  • Juste avant le crépuscule - Stephen King IMGP4492 - Juste avant le crépuscule - Stephen Kin
  • Juste avant le crépuscule - Stephen King IMGP4496 - Juste avant le crépuscule - Stephen Kin
Juste avant le crépuscule - Stephen King IMGP4489 - Juste avant le crépuscule - Stephen Kin
Juste avant le crépuscule - Stephen King Non vous ne rêvez pas l'illusion est normale
les couleurs d'une gare, le récit était monotone. J'aurai voulu être tenue et être lâchée au dessus du vide pour avoir cette impression d'horreur, de surprise, de folie mais rien de ça. On se retrouve dans quelque chose de très conventionnel.
Peut être que j'ai mal pris la nouvelle et que j'aurai dû appréhender ce premier récit plus légèrement comme l'explique l'auteur dans ses notes.

5/10


La fille pain d'épice.

"Après la mort du bébé, Emily s'était mise à courir."

Le titre en français ne vous dira presque rien si on n'explique pas. Le bonhomme de pain d'épice est un conte où refusant de se faire manger il s'échappe et court. Un survival uhuh.

La mise en place est un peu longue aux premiers abords mais il faut qu'on se mette dans la tête d'Emily, elle vient de perdre son bébé et son mari ne l'aide pas vraiment faisant plutôt office de psychologue que de mari. On fini par ressentir sa tristesse et sa rage quand elle décide de recommencer sa vie à zéro dans un petit village là où se trouve la maison de vacances de son père. Elle court toute la journée et fait la connaissance des habitants puis passe devant une voiture rouge, rouge comme le sang qu'elle trouve dedans.


*J'ai dû attendre le lendemain pour avoir assez de recul sur cette histoire. La première partie n'amène pas à la suivante cependant on peut interpréter ça comme la continuité de son combat dans son deuil. Donc je réitère, la mise en place de l'action est un peu longue et c'est dommage.

6/10


Le rêve d'Harvey

Ca ne vous est jamais arrivé de vivre une scène en ayant l'impression de l'avoir déjà vécu. Rêve prémonitoire ou système cérébral qui joue des tours?

"Heureusement que tu ne dormais pas avec moi la nuit dernière, Jax. J'ai fait un mauvais rêve. En fait ce sont même mes propres cris qui m'ont réveillé [...] Il paraît que si on raconte ses rêves, ils ne se réaliseront pas."

Mais Janet réalise que les détails du rêve d'Harvey concordent avec sa matinée. Eux qui ne communiquaient plus depuis des années, un échange se crée sur un simple rêve et loin d'être d'un rêve bleu.


*Ben voilà du Stephen King comme on l'aime ou presque. On sait que les chutes de l'auteur ne sont jamais réellement en faveur des protagonistes, je m'attendais à une fin plus explosive, plus vicieuse et tordue mais non, ce n'est pas exploité.

6/10


Aire de repos

Il y a quelques semaines, mes voisins d'en dessous de disputaient, les sons montant énormément j'ai préféré fermer la fenêtre mais au moment où j'ai eu la poignée dans la main monsieur ce grand courageux a commencé à insulter madame et à dire qu'il avait envie de "baffer sa tête de salope". Uhuh la seule dans l'immeuble c'est moi à ce moment comme par hasard, j'ai donc laissé la fenêtre ouverte au cas où il passerait à l'acte parce que j'aurais certainement eu mauvaise conscience de croiser ma voisine le visage défait alors que je l'avais entendue se faire menacer, il ne s'est rien passé heureusement car je ne sais pas si j'aurai été capable de descendre. Vous auriez fait quoi à ma place?

Pour John Dykstra c'est le même problème sur l'aire de repos. Dans les toilettes un homme et une femme se disputent sauf qu'ils en viennent aux mains, il frappe sa femme enceinte, pour John passablement éméché c'est trop il doit intervenir.
Nous sommes tous capables de passer de l'autre côté, un nerf qui lâche ça arrive même aux meilleurs d'entre nous.


*Âmes sensibles s'abstenir, c'est violent. Si vous connaissez bien Stephen King, il aime bien décrire ce qu'il y a de plus tabou. Vous aurez la nausée à chaque coup porté, vous aurez la haine pour chaque insulte pour, chaque cri vous vous direz "vas-y défonce le!" mais auriez-vous le courage d'intervenir réellement? Et si c'était vous finalement le plus violent?


9/10


Vélo d'appart

« Passé quarante ans, Richard, la graisse vous colle aux fesses comme de la merde de bébé au mur de la chambre . »

C'est vrai pour les hommes, les femmes hein nous sommes des warriors, la graisse dans le fionfion ça nous connait. Sauf qu'ici Richard il a du cholestérol et s'il continue à ignorer tout ça, il va avoir des problèmes.
Il décide alors d'installer un vélo d 'appartement dans un coin sans vie de chez lui : le sous-sol. Petit à petit Richard va prendre conscience de son corps et se créer un monde grâce à une carte affichée devant lui et ces ouvriers dans son corps, jusqu'où va-t-il aller?


*Et la pif paf pouf on tombe dans le déjà vu. Lisez « la ballade de la balle élastique » dans Brume, la faucheuse, en y ajoutant « le raccourci de Mme Todd » et vous obtiendrez ça. Comment est-il capable de nous pondre un truc aussi insipide? C'est comme la purée maison, sur le coup on se dit vive la patate, dès le lendemain la purée a un vieux goût.
Ok je ne suis pas objective ça fait des années que je lis ses livres alors il y a du déjà vu, des personnages se croisent, oui oui dans différents livres vous trouvez des personnes qui existent dans d'autres livres, un vrai petit monde parallèle.
Et puis si je suis objective, c'est quand même un recueil paru en 2010 chez nous réédité de 2000, c'est comme Sardou qui nous ressort « femmes des années 80 » version moderne, ça va bien ouai, un peu d'imagination.

4/10

Laissés pour compte

« Les objets dont je souhaite vous parler -des objets laissés pour compte- ont fait leur apparition dans mon appartement en août 2002 ».

Je garde dans une boîte tous mes cadeaux d'anniversaire depuis mon enfance, j'aime l'ouvrir et me souvenir, comme parfois je me refais les génériques des dessins animés de club Dorothé. Je sais que la plupart de ces personnes m'ont oubliée et ne se souviennent pas des booms de notre enfance, mais en y remettant la tête dedans, ça me rattache à une certaine innocence, une légèreté et à tout ce qu'on pouvait s'enfiler sans se soucier des calories... Ok je m'en fous toujours autant.


*Dans le cas de Stephen King, ça n'a rien de léger. Américain il a été touché par l'attentat du 11 septembre, c'est sa manière à lui d'exorciser ses démons. Si pour moi chaque cadeau me ramène à de doux moments, dans son univers chaque objet garde l'essence de son propriétaire.
Une nouvelle pleine de tristesse, de douleur et de culpabilité.

7/10


Fête de diplôme

Diplôme, plôme!

Un groupe d'étudiants fêtent leurs exams dans une grande maison surplombant Manhattan, imaginez par là une vision panoramique. Tout se passe normalement jusqu'à une explosion au loin.

*Nouvelle assez courte et dur dur de ne pas spoiler si j'en dit trop alors chut. Cependant j'ai ressenti cette nouvelle comme le film Cloverfield, inattendue! Puis j'ai pensé au « radeau » nouvelle ou l'issue se résume au bruit d'un plongeon au loin

8/10


N.

« Il a vu que je regardais. Cette saloperie m'a alors souri, et ses dents étaient des têtes. Des têtes humaines vivantes ».

Bienvenue en enfer!

N. est un patient souffrant de TOC et de paranoïa qui va être pris en charge par le docteur Johnny Bonsaint. N. est persuadé que dans un champ des pierres forment une porte où un démon essaye de passer.


*Je ne vous en dit pas plus déjà là c'est trop... J'ai trouvé ici un Stephen King en pleine forme qui m'a fait basculer dans la folie. Horrifiée par mes propres rêves je me suis demandée si cette porte existait vraiment ou si je devenais moi aussi schizophrène.
Tout est superbement écrit, détaillé. Je me suis laissée attraper par ces lignes, visualisant le champ, ce que je pourrais compter plusieurs fois par jour, trouver l'équilibre parfait, comme collée au livre je ne voulais presque pas que cette histoire se termine. Une véritable spirale infernale rédigée sous forme de rapports. C'est jouissif et on en redemande.

10/10

Le chat d'enfer

Amis des animaux, fermez les yeux! Ce chat va être exécuté pour 12 000 dollars sauf si ce chat en a décidé autrement...

« Vous avez dit que ce chat a tué trois personnes. »


*J'ai adoré! C'est méchant, c'est ignoble et vous ne regarderez plus votre chat du même oeil. On retrouve un style ancien de Stephen King, si vous avez lu Brume ou Paranoïa vous savez de quoi je parle sinon il faudra commencer à vous y mettre.
Rien d'étonnant puisque cette nouvelle a été écrite il y a 30 ans, c'est old school on rentre dans l'action immédiatement.
.
10/10


Le New York Times a prix spécial.

Annie entend le téléphone sonné alors que sa maison est rempli par la famille qui est venu la soutenir après la disparition de son mari dans un crash d'avion. Mais personne ne décroche, en catastrophe elle arrive à attraper le téléphone à peine sortie de la douche. A l'autre bout du fil, James son mari lui parle...


*A ce niveau on prend la peine d'être léger sinon on est capable de se demande si Stephen King déprime. Alors j'ai été légère et pris le récit sans attendre un monstre, du sang ou un coup de folie. Quelle bonne idée j'ai eu! Mais j'ai pleuré me projetant dans leurs conversations téléphoniques ne supportant pas l'idée de parler une dernière fois à l'homme que j'aime.
Plus objectivement fan de Stephen King ici vous serez déçus.


7/10


Muet

« Mon père j'ai commis un terrible péché »

Monette un représentant de commerce sillonne les routes du nord de la Nouvelle-Angleterre, ce lundi un peu la tête dans le pâté, rien ne va, sa femme est partie et il pleut. Sur l'autoroute, pris d'un élan de générosité il se décide à prendre cet auto-stoppeur tenant un bout de carton sur lequel est inscrit « je suis MUET, pouvez vous me prendre » et derrière « je suis SOURD »
Monette décide d'entamer une conversation, un vrai dialogue de sourd ou plutôt un monologue, de toute façon il n'entend rien alors il peut bien lui faire part de ses problèmes.


*On alterne ici entre les confessions d'un homme à un prêtre et les confessions d'un conducteur à un sourd. Au début dubitative quant à ce qui allait se passer, je l'ai lu sans grande conviction mais tout prend une autre tournure pour une fin peu engageante. Pas de gros coup de folie, pas de sueur froide ça reste timide.

5/10


Ayana

« Mon père se mourait d'un cancer du pancréas […] il a presque fini son voyage, son temps est compté »

Voilà qui est joyeux c'est alors qu'au bord de la mort, une petite fille aveugle va rendre visite au malade.


*Retour chez Willa, à prendre légèrement. C'est plus une mise en ambiance qu'une histoire, et si c'était possible? Et si ça existait? Rien de bien folichon. Peut être que des gens pourront se sentir concernés à cause de l'aspect maladie comme je l'ai été pour « le New York times à prix spécial ».

5/10


Un très petit coin

Voilà nous arrivons à la dernière nouvelle, prenez bien votre respiration ça risque de sentir mauvais.

Chez ma mère, il y a cette voisine amusante qui se plait à croire que nous sommes « ses gueux dans la fosse et du haut de ce château blanc » elle balance les crottes de son chien sur les terrasses.

« Mais les remugles de la merde en décomposition n'étaient pas le pire ; le pire était l'odeur du désinfectant. Le machin bleu. Il savait que c'était le machin bleu. »

Chez l'auteur c'est presque la même chose, sauf que nos deux voisins sont plein aux as, Curtis a perdu sa chienne Betsy et soupçonne Grunwald d'y être pour beaucoup. S'en suit une confrontation qui va mal tourner. En effet Curtis se fait enfermer dans une de ces charmantes cabines bleues
servant de toilettes aux ouvriers. Le WC n'a pas été vidangé depuis des lustres, il est en plein soleil, il faut survivre maintenant Curtis.


*Je ne dirais pas que j'ai adoré car à force de descriptions, j'ai fini par sentir un profond dégoût pour ce très petit coin, ayant même des hauts-le-coeur. C'est fort je trouve et j'ai plus qu'adoré en réalité.
Stephen King exploite ici au maximum ce qui nous répugne le plus : « la merde » des autres. Il clôt ce recueil de manière brutale, vicieuse et vulgaire mais c'est ça être le King.

10/10

Ce qui nous fait donc une moyenne de 7/10, mais c'est réducteur pour un tel écrivain. Quand pourrons-nous mettre des étoiles et demi hein?

Gros coup de coeur pour N., Le chat d'Enfer et un très petit coin.


* J'apprécie dans ses livres les petites notes à la fin. L'auteur vous explique comment les idées lui viennent, on ne tombe pas dans une espèce d'autosatisfaction, on a juste l'impression qu'il se sent proche de son lectorat et s'ouvre comme s'il était votre voisin pendant un long voyage.


*Ce recueil pourrait décevoir ceux qui ont adoré Brume car ici la part d'ombre de l'homme est plus exploitée que l'horreur ou le fantastique. Ça reste aussi inégal, quelque fois long et monotone mais le style est toujours là et il reste un grand maître dans son domaine.


*Certains pourront trouver des similitudes à Lovecraft ou Edgar Allan Poe ou faire comme moi, prendre juste ce qu'il y a de Stephen King.


*L'exercice de la nouvelle est difficile, faire court et captiver. Ca ne marche pas à tous les coups mais quand on arrive à rentrer dedans c'est une rencontre à chaque nouvelle histoire. Je refuse d'arrêter d'imaginer, je ne veux pas lâcher la main de l'enfant qui est en moi, si je savais dessiner autre chose que pas grand chose finalement, il y aurait un dessin différent pour chaque début d'histoire, j'y poserais les odeurs que ça m'inspire sauf « un très petit coin » (hein je suis pas folle non plus), les couleurs tout! C'est ce qui fait que j'aime autant cet auteur, j'ose aller plus loin qu'une simple lecture et me projette comme figurante de ses histoires (ça y est on l'a perdue). Ensuite on ne va pas explorer mon inconscient c'est le bordel je vous assure.

J'espère que vous êtes arrivés sans trop d'encombre à la fin en ayant au moins compris 50 % de ce que j'ai écrit sinon ce n'est pas grave vous pouvez toujours lire le livre et vous faire votre opinion mais attention êtes vous sûr de vouloir d'explorer le côté sombre de votre être?
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
bigboo

bigboo

21.09.2010 01:00

J'adore cet auteur !

etvlann

etvlann

15.09.2010 19:23

je suis très tentée, avis vraiment très bien écrit, merite un E : je repasserais quota déjà épuisé

K-pucine

K-pucine

15.09.2010 16:39

"Passé quarante ans, Richard, la graisse vous colle aux fesses comme de la merde de bébé au mur de la chambre" <=== et quand elle s'incruste depuis plusieurs années, on appelle ça de la graisse antique *pataper, je sors*

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire
Comparez les prix Trier par Prix
Juste Avant Le Crépuscule - Stephen King

Juste Avant Le Crépuscule -​ Stephen King

Achetez ce produit et cumulez des SuperPoints à dépenser sur PriceMinister! ...

plus

annonce

1,50 € PriceMinister 535 Evaluations

Frais de port: 3,05 EUR

Livraison: 2-​5 Jours

     Plus  

PriceMinister

Juste avant le crépuscule

Juste avant le crépuscule

Pages: 624, Broché, Le Livre de Poche

annonce

7,55 € Amazon Marketplace Livres 100 Evaluations

Frais de port: 2,99 EUR

Livraison: Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés.​.​.

     Plus  

Amazon Marketplace Livres

Juste avant le crépuscule

Juste avant le crépuscule

Pages: 624, Broché, Le Livre de Poche

annonce

7,60 € Amazon Livres 777 Evaluations

Frais de port: 0,01 EUR

Livraison: Habituellement expédié sous 24 h.​.​.

     Plus  

Amazon Livres



publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Juste avant le crépuscule - Stephen King a été lue 968 fois et a été évaluée:

exceptionnel (79%) par:
  1. bigboo
  2. etvlann
  3. K-pucine
et aussi par 12 autres membres

"très intéressant" (21%) par:
  1. watatchi
  2. centori
  3. coquinnette
et aussi par un autre membre

Comprendre l'évaluation de cet avis.
publicité