Life on Mars

5  31.03.2008

Avantages:
.  .  .

Inconvénients:
.  .  .

Recommandable: Oui 

Lublalaby

Plus à mon sujet:

Membre depuis:01.01.1970

Avis:15

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 6 membres de Ciao en moyenne: exceptionnel

Cinq heures du matin, le plafond accusait le même air sombre, le lit n'était guère plus avenant, longtemps que cette chambre n'avait souffert d'aucun chahut.
Les murs retenaient de longs soupirs, le chevet supportait les humeurs de l'habitante, s'y entassaient pèle mêle, une méthodologie du sommeil, un carnet à spirale, trois photos sépia et un texte à rallonge.

Un an déjà, le temps restait de plomb, chaque chose à sa place, chaque regret bien dosé et ce souffre remugle qui ne cessait de taquiner sa langue.
Elle observait patiente, ne se plaignait de rien, ses jambes ramenées sous son cou, de cette position ovoïde de laquelle on renaît. Elle se lovait obstinément contre ses frêles mémoires, les promesses que lui laissait entendre ce regard, cette voix comme la plus belle des tentations, et Satan à sa porte, lequel faisait les cent pas.
Le fruit défendu, l'Eden à l'est et lui si proche, qu'avait- elle à craindre ?
Les foudres célestes ? L'idée du châtiment divin la rendait insolente. Elle laissait volontiers le vent s'amuser sous son corsage, mille mains invisibles, mille désirs chuchotés le long de son échine, tout le courroux de dieu sur ces lèvres bigotes dont la forme pincée s'entêtait à l'aigreur.
Il lui tendait son rire, la chaleur de son torse, deux bras tels un navire, des mots où s'évader.
Elle s'aimait impudente, dénudée jusqu'au cœur, la faim au bout des doigts, la soif en épicentre. Trois jours, trois nuits, une mise en quarantaine.

Un an déjà, la peste était en elle, lui s'en était allé.
Elle attendait l'oubli, comme d'autres attendent l'espoir. Son esprit devenait peu à peu sélectif, il discernait le fond de la forme, focalisait sa logique sur cette heure mobile, l'heure de ses ultimes tentatives, celle où le train resta en gare, celle où le peu en valait la chandelle.
L'hiver siégea à quai, elle enfanta le vide dans la plus grande douleur.
Lui s'en était allé.

Mars et son cortège de larmes, ces giboulées chagrins qu'écoulaient les nuages, ces quelques minutes en moins et ce manque à gagner.
Dans un coin de sa chambre un lamellé collé de papiers gisait à terre, ces lettres non affranchies, écrites, stockées à demeure, de ces tentatives à radouber la structure laquelle s'effondrait un peu plus chaque jour.
Elle se leva enfin, l'absence martelait ses tempes de coups sourds, ses jambes la portaient à peine. Il lui fallait pourtant exécuter ce geste, celui la même qu'ils avaient ignoré puisque aimer ne se préoccupe guère des gains d'énergie, des aiguilles trotteuses, et d'avril à venir.
Elle souffla longuement, ajusta avec froideur l'horloge selon le goût des autres.
Elle précipitait mars, cette gare et l'oubli vers le gouffre printemps.
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
Sybille-L

Sybille-L

18.06.2008 00:51

Des mots choisis avec art et intelligence!!!

y00pala

y00pala

07.04.2008 19:12

lecture attentive, très touchant

cbyt

cbyt

06.04.2008 23:58

A chaque saison suffit sa peine .....

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
En lire davantage sur ce produit
Evaluations d'avis
L'avis sur Lettres restées sans envoi a été lue 392 fois et a été évaluée:

exceptionnel (100%) par:
  1. Sybille-L
  2. y00pala
  3. cbyt
et aussi par 4 autres membres

Comprendre l'évaluation de cet avis.
publicité