Naissance et enfance volées - Faustine Fernandez

Images de la communauté

Naissance et enfance volées - Faustine Fernandez

> Voir les caractéristiques

40% positif

3 avis de la communauté

Avis sur "Naissance et enfance volées - Faustine Fernandez"

publié le 12/02/2012 | Bellifontaine
Membre depuis : 12/02/2012
Avis : 1
Lecteurs satisfaits : 0
Plus à mon sujet :
Excellent
Avantages Histoire vraie. Des mots simples.
Inconvénients Une partie des détails concernant la maltraitance n'a pas été écrite.
pas encore évalué
Occasion de lecture
Qualité de l'objet
Auteur
A oublier/A relire
Public

"moi, Nathalie, sa fille"

Je suis très fière de toi, Thomas. Surprise... je le suis, en voyant que tu es allé t'exprimer sur ce sujet-là.
Pour ma part, j'ai dit il y a des mois et des mois que je ferai un commentaire et le temps est passé, je n'ai rien écrit à ce sujet. Alors, je me décide enfin.
Tu as raison de dire que ta Mamie, à savoir ma mère, n'a pas été à l'école alors ça aurait été bien difficile pour elle que de corriger le texte du livre bien qu'elle en soit l'auteur. Tu as largement raison de dire également que ma cousine qui a fait son long commentaire critiquant l'orthographe et niant certains épisodes qu'elle sait pourtant vrais,a elle-même fait de jolies fautes. Nul n'est parfait, il faut simplement s'en souvenir. Toi aussi tu as fait des fautes, mais tu n'as que 13 ans et tout le temps devant toi pour te corriger.
Concernant le fait que tel ou tel enfant ou petit enfant protège les pensées que l'on puisse avoir sur notre grand-mère (la mère de ma mère) c'est légitime ! Mais, la correction serait que chacun puisse prendre un peu de recul et faire le point.
Pour ce qui est de moi, je suis très bien placée pour en parler. Alors juste un petit éclaircissement : Ma mère a énormément souffert dans sa vie, comme elle a pu l'expliquer dans son livre. Certains de ses frères et sœurs ont soufferts aussi. D'autres ont eu la vie belle : le droit d'aller à l'école, de faire le mur, de profiter d'argent de poche (voir plus). Ma mère, en tant que l'aînée des filles était considérée comme l'aînée des enfants de la famille même si elle avait un frère plus âgé qu'elle. Bref, je traduis, elle a été considérée comme la femme de ménage de la famille, la mère de ses frères et sœurs cadets (là pour les cajoler, leur changer les langes, les nourrir parfois même). Elle était interdite d'aller à l'école, heu...enfin si, elle a eu le droit une fois mais juste pour faire le ménage chez la maîtresse et non pas pour y apprendre quelque chose ! Je pourrais épiloguer "éternam" sur le sujet ! Quoiqu'il en soit, je dis un énorme merci à ma mère car dès mon plus jeune âge elle m'a expliqué très clairement son vécu, sans jamais me "monter" contre notre grand-mère. Et donc, de toujours, j'ai fait la différence entre ma grand-mère (mémé) et la mère de ma mère (son bourreau). "Mémé" et bourreau : La même femme avec des traits différents car un rôle différent. Alors merci Maman, car tu ne m'as enseigné ni la haine, ni la méchanceté, ni la violence, ni la colère... et ça, ça n'a pas de prix. Te concernant, ma cousine S. ou shelly (comme tu préfères), tu resteras toujours ma cousine. Je veux simplement que tu n'oublies jamais, que lorsque ta mère (la plus jeune sœur de ma mère et donc la plus jeune fille de "mémé") ne pouvait te garder lorsque tu était enfant, tu vivais chez Mémé. Manière différente de vivre que lorsque ma mère y vivait. Et là, tu as eu une chance inouïe : tu as eu de quoi manger dans ton assiette, tu as eu de beaux habits, de beaux cadeaux (vélo ou autre). N'oublies jamais non plus, que lorsque tu regardes ta mère, tu ne vois pas de marques physiques sur elle. Pour moi, c'est différent. J'ai 42 ans, et sur le corps de ma Maman, je peux y voir quelques marques de coups de couteaux, de brûlures, je peux y voir certains de ses doigts écrasés... ah pardon...il ne faut pas brouiller les belles images que tu as voulu montrer ! les pouces écrasés ce n'était ... "presque rien" ! : juste sa mère (notre "mémé) qui les lui a écrasés avec des pierres ! Le discours de "nous-autres les non-victimes" serait de dire : Allez, F. change toi les idées. Arrêtes d'y penser. Tournes la page ! " Moi, à ta place je n'y penserai plus !" Et bien, non, nous ne sommes pas à sa place. En écrivant, son livre, elle a pu mettre noir sur blanc son ressenti et on ne peux pas la juger pour cela. Et puis, très important aussi, pendant des années ma mère a voulu écrire cet ouvrage. Et si elle a attendu le décès de sa mère pour le faire, ce n'était ni par manque de courage, ni par irrespect, mais simplement parce qu'elle ne voulait en aucun cas qu'on puisse un jour lui reprocher que la lecture du livre ait pu "tuer" sa mère. ça aurait été tellement facile de trouver que la date de sortie du livre soit en correspondance avec la date du décès de sa mère. Ce n'est pas du tout le cas. le livre est sorti bien après ! Et encore une fois, que chacun d'entre nous apprenne à ne pas jouer d'interprétations car ça ne sert strictement à rien, si ce n'est à donner peut-être une forme apparence : ce faire passer pour un adepte de la science infuse ! Encore une fois, je ne suis "presque" personne pour jouer le rôle de moraliste si ce n'est la fille d'une femme qui a énormément souffert et qui pourtant a su donner, et continues de donner beaucoup d'amours aux gens qui l'entourent. Nathalie : la deuxième née sur 26 petits enfants.

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 458 fois et a été évalué à
75% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
pas encore évalué

Commentaires sur cet avis

  • vshelly publié le 14/08/2012
    Avec le temps ça a perdu toute importance pour moi, et quand il y a peu elle m'a dit "ta grand mère ne vous a jamais aimé", je me suis dit que c'était d'ailleurs très bien comme ça. (et non je n'ai pas mal compris, ni moi ni les autres) Je ne sais pas si ça a un rapport avec la relation que j'ai eu avec ma grand mère, le fait est que je sais ce que j'ai vécu avec elle, et que n'étant plus là pour donner son ressenti, je n'accorde pas plus de crédit que ça à ce livre. Je ne dis aps que ce n'est pas arrivé, je dis juste que je ne saurais jamais le fin mot de l'histoire.
  • vshelly publié le 14/08/2012
    Pour terminer tu sais que je suis très famille, et malgré le manque de temps je suis heureuse chaque fois de vous voir, tous. Mais entre ta mère et moi, je ne sais plus depuis quand, et je ne sais plus pourquoi, c'est au delà de ça. Elle ne me disait plus bonjour, et je t'avoue que je m'y suis faite, mais ne pas dire bonjour à Romane qui avait quelques mois quand marraine et mémé la promenait, je n'ai pas toujours compris...Je pense qu'on est au delà de ce simple livre
  • vshelly publié le 14/08/2012
    Et si elle a attendu le décès de sa mère pour le faire, ce n'était ni par manque de courage, ni par irrespect, mais simplement parce qu'elle ne voulait en aucun cas qu'on puisse un jour lui reprocher que la lecture du livre ait pu "tuer" sa mère.....jusrification un peu simpliste à mon sens. C'est facile de donner sa version des faits (vraie ou fausse) sans que l'autre puisse s'en défendre.
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Produits similaires les plus recherchés

Information produit : Naissance et enfance volées - Faustine Fernandez

Description du produit par le fabriquant

Caractéristiques Principales

Auteur: Faustine Fernandez

Titre: Naissance et enfance volées

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 22/08/2010