Gouverneurs de la rosée - Jacques Roumain

Images de la communauté

Gouverneurs de la rosée - Jacques Roumain

> Voir les caractéristiques

100% positif

1 avis de la communauté

Avis sur "Gouverneurs de la rosée - Jacques Roumain"

publié le 15/02/2005 | Bunny.p
Membre depuis : 25/02/2001
Avis : 89
Lecteurs satisfaits : 0
Plus à mon sujet :
Excellent
Avantages Valorisation des paysans haïtiens
Inconvénients Peu connu par le grand public
très intéressant
Occasion de lecture
Qualité de l'objet
Auteur
A oublier/A relire
Public

"L'Amour d'Haïti..."

Couverture de l'édition Le Temps des Cerises

Couverture de l'édition Le Temps des Cerises

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler De Gouverneurs de la rosée de Jacques ROUMAIN.

J’ai découvert ce roman grâce à une professeur de littérature francophone qui nous a suggéré de le lire ; auparavant je ne connaissais ni le titre de ce roman ni le nom de cet auteur.
Et c’est justement pour cela que j’ai décidé de vous en parler, partant du principe que ce livre est méconnu du grand public j’ai voulu vous le faire connaître.

Pour comprendre Gouverneurs de le rosée, il faut avant tout connaître l’auteur.

Jacques ROUMAIN est né en 1907 en Haïti à Port-au-Prince, né d’une famille aisée il étudie dans des établissements privés catholiques pour, par la suite, voyager en Europe puis revenir en Haïti où il créera la Ligue de la Jeunesse Patriote Haïtienne.
Jacques ROUMAIN a une idéologie très forte qu’il clame à voix haute, pour cela il sera arrêté et emprisonné un bon nombre de fois.
Prônant l’égalité, le partage et la justice pour tous il fonde en 1934 le premier Parti communiste haïtien.
Nommé ambassadeur au Mexique, il demeure à son poste jusqu’à ce qu’il succombe à une maladie à 38 ans.
On a souvent tendance à nommé Gouverneurs de le rosée de roman posthume parce qu’il fut publié à Paris après la mort de jacques ROUMAIN, pourtant il fut édité avant sa mort en Haïti, on ne peut, de ce point vue, pas parler de roman posthume.
La vie de Jacques ROUMAIN n’aura pas été longue mais il aura été à la fois poète, romancier, ethnologue, diplomate et fondateur du Parti communiste Haïtien.


Gouverneurs de la rosée est un roman original, imprégné de la pensée haïtienne, de la culture haïtienne et surtout un roman mettant en scène le peuple haïtien que sont les paysans.
En effet, Gouverneurs de la rosée marque un tournant dans la production haïtienne puisque jusque là les personnages des romans étaient tous issus de l’élite, ici Jacques ROUMAIN donne la parole aux paysans marquant ainsi le courant de l’indigénisme.
Cette tentative d’indigénisation nous permet de lire une des premières apparitions du vaudou comme religion populaire dans un roman haïtien.
Jacques ROUMAIN nous permet grâce aux yeux du narrateur d’assister à une cérémonie vaudou durant laquelle le loa (esprit intermédiaire entre Dieu et les hommes) Legba possède une des personnes de l’assistance.


L’histoire de Gouverneurs de la rosée est une histoire banale, celle d’un homme revenant dans son pays et le retrouvant détérioré, habité par ses anciens voisins abandonnés au destin, n’ayant plus de force, plus de nourriture et surtout plus d’eau.
Manuel, fils de paysan haïtien, revenant de Cuba, trouve à son retour des gens qui ont faim et qui ne s’entraident plus.
Manuel, lui, a une autre vision d’Haïti, il va tout faire pour reconstruire son village et faire travailler les gens en « coumbitte » c'est-à-dire ensembles, dans une volonté et un partage communs.
Le credo de Manuel est « seul nous ne pouvons rien, ensemble nous pouvons tout ».
Loin d’adhérer au fatalisme des autres habitant, Manuel décide de chercher l’eau pour l’amener au village et donc faire de nouveau pousser les cultures.
Gouverneurs de la rosée peut ici être entendu comme une traduction poétique de « Mèt lawouze » qui signifie en créole haïtien « le maître de l’arrosage ».
Manuel va donc se mettre en route pour chercher et surtout trouver l’eau, symbole de vie, permettant d’étancher sa soif sous le rude soleil haïtien, mais aussi permettant aux paysans de faire pousser leurs récoltes et pourquoi pas de tous se retrouver, se réconcilier, pour s’entraider et amener l’eau que Manuel aura trouvé jusqu’au village.

Gouverneurs de la rosée est un roman d’amour pour la terre, d’amour pour les hommes, d’amour pour le travail, d’amour pour l’espoir.
Commençant sur une pointe de désespoir « elle répète : nous mourrons tous, - et elle appelle le bon Dieu. Mais c’est inutile, parce qu’il y a si tellement beaucoup de pauvres créatures qui hèlent le bon Dieu de tout leur courage que ça fait un grand bruit ennuyant et le bon Dieu l’entend et il crie : Quel est, foutre, tout ce bruit ? Et il se bouche les oreilles. C’est la vérité et l’homme est abandonné. » le roman se termine par une note d’espoir « Une mince lame d’argent s’avançait dans la plaine et les habitants l’accompagnaient en criant et en chantant […] Elle prit la main de la vieille et la pressa doucement contre son ventre où remuait la vie nouvelle ».
Un seul homme, tel un messie venant d’ailleurs, a pu, grâce à un peu de volonté, redonner le sourire à tout un village en lui apportant l’outil nécessaire à son travail : l’eau.
Ce roman se termine donc sur l’espoir en disant que si on veut on peut, c'est-à-dire qu’il ne faut pas attendre que Dieu nous vienne en aide, il faut nous même tout faire pour nous en sortir, qu’il ne sert à rien d’attendre que notre destin se produise.
Il ne faut pas oublier ici les idéologies politiques de Jacques ROUMAIN qui a fondé le Parti communiste haïtien, cette idéologie est palpable tout au long du roman, Manuel prône le combat aussi bien contre les esclavagistes que contre le fatalisme qui annihile tout.

Finalement je dirais que ce roman est un roman emplit d’émotions mettant en scène un peuple haïtien réel avec ses coutumes, ses religions, ses difficultés, sa vie.
C’est à la fois intéressant pour connaître et comprendre les haïtiens mais aussi prenant du point de vue fiction, on s’attache aux personnages, on souhaite qu’ils s’en sortent, on pleure même quand l’un d’entre eux vient à mourir.
Finalement ce roman est un petit bijoux qu’il ne faut pas manquer.

Si acheter ce livre vous intéresse, sachez qu’il n’existe qu’en édition Le Temps des Cerises, il s’agit d’un petit éditeur, il faut donc parfois le commander.
Cependant étant toujours édité il n’est pas difficile à trouver, ce qui n’a pas toujours été le cas puisque jusqu’à ce que Le Temps de Cerises choisisse d’éditer ce roman, il n’était plus disponible en France.


Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 6466 fois et a été évalué à
84% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
très intéressant

Commentaires sur cet avis

  • Koulibri publié le 09/03/2005
    très bon avis!! tu oblitères slt une partie de l'enjeu du texte: "Pour comprendre Gouverneurs de le rosée, il faut avant tout connaître l’auteur", certes, mais il faut aussi et surtout connaître les pbématiques de la littérature Haitienne, antillaise voire négro afircaine... en intégrant ça, et en examinant comme Roumain se place par rapport à ses contemporains, par rapport au mouvement de la négritude aussi, tout un pan du livre s'ouvrira ;-)
  • sopham publié le 08/03/2005
    TB avis, @ +, ça fait plaisir de voir des gens s'intéresser à Haïti
  • Cherry_Icegloo publié le 03/03/2005
    merci pour cette présentation !
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Produits similaires les plus recherchés

Information produit : Gouverneurs de la rosée - Jacques Roumain

Description du produit par le fabriquant

Caractéristiques Principales

Titre: Gouverneurs de la rosée

Auteur: Jacques Roumain

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 15/02/2005