Avis sur "Un violon sur la mer - Gilbert Bordes"

publié le 18/08/2015 | ciaocomestai
Membre depuis : 01/10/2004
Avis : 399
Lecteurs satisfaits : 88
Plus à mon sujet :
Je n'ai jamais demandé que le soin de nuit soit lle PDS (auquel d'ailleurs je n'ai jamais participé!).... mais bon!
Excellent
Avantages DE BELLES DESCRIPTIONS DE LA MER
Inconvénients IL FAUT AIMER LIRE!
exceptionnel
Occasion de lecture
Qualité de l'objet
Auteur
A oublier/A relire
Public

"UN VIOLON SUR LA MER nous entraine en pleine tempête"

La mer.... "c'est un livre qu'il faut savoir lire si on veut échapper à ses colères",

phrase qui donne le ton au livre dont le titre est

UN VIOLON SUR LA MER

un roman de 483 pages écrit en gros caractères par

Gilbert Bordes

et publié par les éditions Libra Diffusion en 2013.

Exceptionnellement ce n'est pas la couverture de ce livre qui m'a attirée. Je n'ai pas eu le coup de coeur pour cette peinture "Pêche en pleine mer" de Georges Haquette représentant deux pêcheurs sur une barque tirant les filets, même si j'adore la mer et même si j'aime la peinture....

C'est le nom de l'auteur dont j'ai lu déjà pas mal de livres qui a fait que j'ai choisi ce livre. Le fait qu'il soit écrit en gros caractères m'a confortée dans mon choix du fait que la lecture est beaucoup plus agréable et aisée!

GILBERT BORDES

est né en 1948. Instituteur, puis journaliste et chroniqueur chez RTL, il a ensuite consacré sa vie à l'écriture et à la lutherie. Il a reçu le prix de la maison de la presse et le prix RTL grand public.

Membre de l'école de Brive, il partage sa vie entre les étangs de Corrèze et Etampes.

L'HISTOIRE

débute en 1869 à l'Ouest de Terre Neuve sur le Grand Banc, un bateau est "avalé" par la mer, c'est celui d'Eric Beaurelec....

A Paimpol, Marie Beaurelec, accompagnée de ses deux enfants, attend des nouvelles de son mari, parti en mer avec le Beau René....

1908, Yann s'étonne de voir de la fumée s'échapper d'un maison hantée, la maison des pendus. Il rencontre la famille qui l'habite, des émigrés italiens peu fréquentables qui semblent se cacher, des bourgeois en fuite. ll tombe amoureux de la fille, la belle Francesca Borelli......

Un jour, Francesca sort son violon, seul objet de valeur qui lui reste de sa précédente vie.

Les deux familles s'opposent à la rencontre des jeunes gens.

Francesca continue sa fuite avec sa famille. Elle laisse le violon en souvenir à Yann qui est hanté par son souvenir.

Yann reproche à son père le départ des Italiens. Très en colère contre lui, il s'embarque avec les Terre-neuvas à bord du Reine Marie avec pour seul bagage, le violon. Il délaisse son avenir tranquille dans l'armée pour épouser la carrière de son célèbre grand-père Eric Beaurelec. C'est alors que la vie de pêcheur commence avec le fameux mal de mer, les moqueries des marins en même temps, son amitié pour Loîc.

Je ne vous dévoilerai pas la suite...

MON AVIS

Avec de telles phrases comme

"La vague approchait comme tenue en équilibre sur la surface. Elle grossissait, devenait une montagne dont la cime se perdait dans la brume",

je vois ce livre comme un témoignage. L'auteur nous décrit la difficile vie des marins attirés par la mer qu'ils voient comme une femme et l'attente de leurs propres femmes sur le quai. A partir du moment où Yann embarque, on découvre les risques à bord du bateau, la lutte constante contre les éléments, l'angoisse de savoir si le poisson sera au rendez-vous,de voir le bateau qui chavire, de rester prisonnier de la brume, "chape impénétrable", les pieds lourds "comme des enclumes", les mains couvertes de "choux de mer" (maladie qu'attrapent les pêcheurs aux mains).....

Les descriptions en général me déplaisent. Si vous prenez Balzac que j'ai quitté en 3ème, il vous décrit la ville, puis le quartier et enfin la maison. Je trouve cela ennuyeux : que Mme K-rofesseur me contredise, si elle en a envie! Avec Gilbert Bordes, ces descriptions se vivent, on se retrouve dans l'action avec les pêcheurs en pleine tempête!. On découvre leur dure vie à bord du bateau, la mort, le traitement de la morue, le débarquement et embarquement du bateau....

Ce livre est aussi l'histoire d'une amitié et d'un amour que rien ne fera faiblir puisqu'il est la ligne conductrice du livre.

Le violon est la musique qui ouvre le coeur de ces hommes durs que rien ne semble attendrir..

Le style est fluide, les mots employés sont simples mais on les vit. Les mots techniques comme Noirot (vent du nord-ouest qui précède les tempêtes) sont expliqués en bas de page.

"Le bateau, constamment contrarié, se balançait, heurtait les vagues de biais et embarquaient d'énormes paquets de mer."...." Les lames qui déferlaient laissaient à chaque passage une couche de glace qui s'épaississait à vue d'oeil"

Mes mots sont bien faibles comparés à ceux de l'auteur qui sait suffisamment les manier pour vous entrainer à bord avec les morutiers et partager leur vie à bord, mais si vous aimez lire et si vous aimez la mer, c'est un livre que je vous conseille.

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 428 fois et a été évalué à
54% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
exceptionnel

Commentaires sur cet avis

  • dias2505 publié le 27/09/2015
    bel avis. TI
  • Silencer publié le 21/08/2015
    Très complet et qui donne envie de lire cet ouvrage et peut être les autres. Merci pour cette découverte.
  • dany67 publié le 20/08/2015
    Balzac est lourd, c'est aussi mon avis. Décrire un rideau en velours rouge sur dix pages, ça m'a très vite dégouté de la lecture. Justement, le livre dont tu parles ferait un beau film, non ?
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Produits similaires les plus recherchés

Information produit : Un violon sur la mer - Gilbert Bordes

Description du produit par le fabriquant

EAN : 9782845635937

Caractéristiques Principales

Titre: Un violon sur la mer

Editions: XO

Année de Sortie: 2013

Auteur: Gilbert Bordes

EAN: 9782845635937

ISBN: 2845635931

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 17/08/2015