Avis sur "Fabuleux destin d'Amélie Poulain (Le)"

publié le 29/04/2001 | Ayoros
Membre depuis : 04/04/2000
Avis : 120
Lecteurs satisfaits : 45
Plus à mon sujet :
Excellent
Avantages Réalisation, acteurs, comique, la musique
Inconvénients aucun
très intéressant
Rire
Occasion
Public
Must ou navet ?
Histoire

"Au petit Bonheur"

On savait que Jean-Pierre Jeunet faisait de bons films. On savait qu’il avait un tour de main typique. On savait que ses mondes regorgeaient de poésie et de personnages farfelus, qui redonnaient chacun au mot « gueule » son sens. Il suffisait de voir Delicatessen, La Cité des Enfants Perdus, ou même encore le très moderne Alien La Résurrection pour s’en rendre compte. Mais ce qu’il nous offre aujourd’hui avec Amélie Poulain va bien au-delà. Ce n’est plus du talent, mais de la maîtrise. Ce n’est plus un simple film, mais un chef- d’œuvre. Oui. N’ayons pas peur du mot…

Dès l’ouverture du film, vous êtes saisis par quelque élan nostalgique, et vous vous surprenez à observer, un sourire gravé sur votre visage, une petite fille accomplir une série de petits jeux. Pourquoi ce bonheur ? Tout simplement parce que chacun d’entre nous a déjà pratiqué ces jeux (la colle sur les doigts, les dominos, le maquillage, etc…) sans que jamais ces instants majeurs de découverte du monde n’aient été saisis avec autant d’amour par une caméra. On rajeuni lors d’un coup, et, au travers de ces moments partagés, l’identification au personnage principal, l’attachante Amélie, est immédiate.

L’histoire, si elle existe, ne suffit absolument pas à rendre le film. Si elle est belle, extrêmement bien ficelée, elle prend avant tout sa force dans le brio du mode narratif : la très comique voix-off d’André Dussolier, et bien entendu le talent inégalé de mise en scène et de réalisation de Jean-Pierre Jeunet.

Il s’agit sinon de la rencontre peu habituelle de la jeune Amélie Poulain (jouée par la ravissante et excellente A. Tautou), et d’un garçon habitué à ramasser les photos ratées sous les Photomatons (Mathieu Kassovitz). Amélie, à cause de son enfance est un peu renfermée sur elle-même, et dans le but de s’ouvrir un peu au monde, regorge de stratagèmes pour modifier la vie quotidienne des habitants de son quartier.
Ces stratagèmes sont l’occasion de nombreuses scènes absolument hilarantes : la concierge et les lettres de son mari volage, l’épicier odieux et son appartement visité, le père et son nain de jardin, etc…

Le film ne souffre d’aucune lenteur (je n’en ai recensé qu’une), et part de temps en temps dans des délires narratifs ou visuels des plus drôles (ex : visualisation des rêves ou des pensées)
Tous les personnages sont absolument attachants, depuis le petit assistant de l’épicier (Jamel), souffre douleur de son patron, jusqu’au père (Rufus) déboussolé depuis la mort de sa femme.
Le scénario déjà foisonnant du film comporte de plus quelques « fils-rouges » qui le ponctuent régulièrement : le père et son nain voyageur, l’homme mystérieux du Photomaton. Les deux sont très forts, dans deux genres différents.


La facture du film est quant à elle typique de Jeunet : image haute en couleurs, décors et costumes soignés, voire « passés au vernis », casting des personnages pointu, afin de faire de chaque scène un véritable tableau. La merveilleurse musique omniprésente de Yann Tiersen ajoute une note très romantique au récit.
Alors bien sûr cela nous éloigne du monde réel, mais c’est avec tellement de bonheur que l’on se laisse happer par ce Montmartre peint et conté !

Pourtant, dans ce film-ci, il y a de nombreux passages du « monde Jeunet » au monde réel. Les scènes alternent entre les tableaux très picturaux (très belle photo d’Amélie faisant des ricochets) et les lieux crus de vie quotidienne (la gare). Parfois le contraste semble recherché : une New Beetle bleue vif métalisée vient se placer à deux reprises des scènes pauvres en couleur.

Si certaines des autres productions de Jeunet & Caro pouvaient laisser quelques spectateurs sur la route, Amélie Poulain est un film que tous les types de publics apprécieront : certains retiendront son côté comique, d’autres son côté romantique, etc…
Le tour de force d’Amélie Poulain et qu’il ne s’agit là en aucun cas de faire un patchwork commercial de genres afin d’atteindre le maximum de spectateurs, mais bel et bien d’un scénario suffisamment précis et affûté pour permettre au réalisateur de jouer sur tout ces tableaux sans qu’aucun ne soit bâclé ou relégué au second plan.

La petite morale du film, car il y en a une, pourrait se résumer dans les expressions « carpe diem », «osez faire le saut », « prenez des risques », « vivez la vie », « soyez acteur et non spectateurs », « ne laissez pas passer les occasions » etc…, mais comme, je l’espère, vous vous en doutez maintenant, ce n’est guère quelque chose qui peut se dire ainsi en dehors du film : il faut absolument le voir, car nul autre support à ces pensées ne sera aussi magique que le film merveilleux que Jean-Pierre Jeunet nous a amoureusement concocté.

Quand un film français sait avoir une patte, sans tomber dans les excès de gras, d’insipide ou de sur-intellectualisation auxquels on nous a habitué, quand il sait vous faire rêver, rire et admirer, il ne faut tout simplement pas hésiter une seconde.

A vos cinémas !

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 2016 fois et a été évalué à
100% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
très intéressant

Commentaires sur cet avis

  • AlanBerf publié le 11/12/2005
    Comme c'est bon ce film. Un des rares films reussi de ces dérnieres année.
  • WarrenG publié le 19/09/2004
    Bravo pour cet avis
  • a2po publié le 21/12/2003
    Je vais répéter, mais ton avis est génial! j'ai vu le film, et il résume tout ce que j'ai ressenti dans le film! Félicitations et continue!
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Information produit : Fabuleux destin d'Amélie Poulain (Le)

Description du produit par le fabriquant

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 03/04/2001