Quatre frères

Images de la communauté

Quatre frères

> Voir les caractéristiques

90% positif

5 avis de la communauté

Avis sur "Quatre frères"

publié le 21/10/2005 | daubet
Membre depuis : 14/09/2000
Avis : 247
Lecteurs satisfaits : 214
Plus à mon sujet :
twitter: @WildGunslinger blog: www.wildgunslinger.com
Super
Avantages Un bon polar
Inconvénients Reste une série B
très intéressant

"Quatre frères et un enterrement"

Quatre frères est un polar noir réalisé par John Singleton, responsable de « Boyz in the hood », « Shaft », ou plus récemment « 2 fast 2 furious ». Mis à part le premier film cité, Singleton est donc un habitué des séries B ou des séries A ratées (« 2 fast, 2 furious », piètre suite d'un bon divertissement).
On retrouve au générique Mark Wahlberg (« Boogie nights », « La planète des singes », « En pleine tempête », « Braquages à l'Italienne »), Andre Benjamin alias Benjamin 3000, membre du groupe Outkast ( « Revolver », « Be cool », « Hollywood homicide »), Garrett Hedlund (« Troy »), Tyrese Gibson (« 2 fast, 2 furious »), Terrence Howard (« Collision »), ou encore la pinup Sofia Vergara.

---------- L'histoire ----------

Quatre frères adoptifs, deux blancs, deux noirs, vaguement gangsters à la petite semaine et séparés par la vie, se retrouvent à la mort de leur mère. Cette dernière a été assassinée dans la petite épicerie de quartier qu'elle tenait à Detroit, apparemment sans préméditation.
Mais nos quatre héros au grand cœur ne l'entendent pas de cette oreille, et estiment que la police s'est un peu trop hâtée à classer l'enquête. Ils vont alors jouer aux justiciers dans la ville et mener une enquête dans le milieu de Detroit pour découvrir pourquoi leur mère, à la vie admirable, a perdu la vie de cette façon.

---------- Un polar moderne ----------

Singleton revient ici aux sources du polar urbain, et s'attelle à mettre en scène un film moderne et dur.
Il a sans doute compris, après le médiocre « 2 fast, 2 furious » que les films de commande ne lui allaient pas si bien que ça et qu'il devait revenir à ce qui avait fait sa renommée avec « Boyz in the hood », c'est-à-dire un film engagé et novateur.

En choisissant des héros atypiques, ouvertement malhonnêtes, et en les plaçant dans un contexte de mafia locale dirigée par un Noir aux méthodes excessives dans un Detroit pauvre, Singleton se place sur un terrain propice à l'éclosion de son talent.

Amoureux de l'univers des années 70 et des polars de cette époque, Singleton choisit une base moins folklorique et moins Kitsch que celle qui soutenait sa version de « Shaft ».

---------- La mise en scène ----------

Le film met une bonne demi-heure avant de démarrer vraiment, c'est là son premier défaut.
Le temps pour le spectateur de découvrir les héros, Singleton esquissant leur personnalité en suggérant qu'on en apprendra progressivement plus sur eux, et de nous laisser deviner que les policiers ne sont pas blancs comme neige, tandis que les quatre frères pourraient avoir un grand cœur.

Passée la mise en place des personnages, l'histoire, qu'on craint de voir s'enliser, prend une tournure plus dure quand les quatre fréros, Wahlberg en tête, commencent à malmener les petits truands locaux pour leur extorquer des informations sur le braquage qui a coûté la vie à leur mère.
On entre alors progressivement dans un film un peu plus couillu, et que le réalisateur semble maîtriser de plus en plus.

Singleton s'éloigne à merveille d'une concept basique (la vengeance de quatre justiciers dans la ville) pour s'orienter vers un polar véritable, en élargissant l'intrigue et en étoffant peu à peu tous ses personnages.

On comprend au fur et à mesure que chacun aura son rôle à jouer dans l'histoire, que chaque frère recèle des petits secrets ou des talents qui vont s'avérer cruciaux pour la suite de l'intrigue. C'est sans doute sur ce point que Singleton se singularise ici et parvient à s'extirper d'une série B molassonne et répétitive. En mêlant habilement des personnalités différentes et en laissant le spectateur s'interroger progressivement sur chacun des héros, sans coller d'étiquette définitive sur chacun d'entre eux.
Ici, pas de bons ni de méchants. Simplement des individus marqués par la vie, corrompus, aux personnalités troublées et attirés par le côté obscur de la force en quelque sorte.

Sa façon de mélanger les Noirs et les Blancs, de faire d'eux des frères ou des ennemis est peut-être une habile manière de démontrer que personne n'est blanc ou noir, au sens figuré. Ici, tout est gris, chacun a une part de bien et de mal.

En même temps que l'intrigue enfle, la violence s'installe.
On se retrouve immergés dans une enquête sans concession, dans une traque et dans des poursuites incessantes.
Singleton nous offre même quelques scènes d'une rare violence dans ce genre de film. Le style adopté rend les personnages plus humains que dans la plupart des polars contemporains, plus vulnérables aussi puisque Singleton n'hésite pas à sacrifier quelques vies au passage. On se retrouve parfois au beau milieu de ce qu'il convient d'appeler un western moderne, rythmé par des fusillades impitoyables pour arbitrer ce règlement de comptes à OK Detroit.

---------- Les acteurs ----------

Mark Walhberg semble très à l'aise dans la peau du cadet dur à cuire, prêt à prendre tous les risques pour voir la mort de sa mère vengée. Dur quand il le faut (c'est-à-dire assez souvent ici), sensible à d'autres moments, le cheveu plaqué sur le crâne et le visage marqué par quelques rides douloureuses, il incarne parfaitement son personnage.

Benjamin André se révèle comme un acteur au potentiel intéressant. Assez sceptique sur ses capacités, j'ai été séduit par son interprétation sobre et juste. De plus, ses traits accrochent de fort belle manière la lumière. Il a su ajouter à son côté beau gosse la sensibilité qu'il fallait pour construire un vrai personnage.

Tyrese Gibson est impressionnant dans son rôle de macho body buildé qui se fissure peu à peu. Un acteur sans doute sous-utilisé par Hollywood.

Garrett Hedlund, que j'ai découvert dans ce film (je ne me souviens pas de lui dans « Troy »), est parfait, un brin décalé avec son perfecto en cuir tout droit sorti des années 80 et ses mèches folles.

---------- Ce que j'en pense ----------

Ce film, que l'on aborde comme une série B sans originalité et sans âme, se démarque petit à petit des petites productions sans envergure habituelles pour se transformer au fil du film en véritable polar dur et sombre.
Quelques défauts viennent ternir un peu l'image de ce film pourtant réussi.
Les interrogatoires musclés des quatre frères tout d'abord, qui rentrent partout comme dans un moulin et parviennent à intimider n'importe quel truand en deux temps trois mouvements paraissent un peu exagérés.
Ils s'en sortent toujours facilement avec les autorités également et se livrent à des poursuites certes cinématographiques mais quelque peu irréalistes tout de même.
Quand Wahlberg annonce fièrement à tout le monde qu'un pneu éclaté, ce n'est pas si grave : « Je vais rouler sur les jantes », et que sa voiture se maintient à des vitesses vertigineuses sur la neige…on reste perplexe !

Sans être un très bon film, cet opus sort suffisamment du lot pour meubler une soirée DVD ou une soirée télé à la maison.
Je n'irai donc pas jusqu'à vous inciter à aller le voir en salles si vous ne disposez pas d'une carte d'abonnement.
Je vous garantis simplement un bon moment, si vous aimez les polars et que vous ne craignez pas trop la violence.

---------- Ils ont dit ----------

Mark Wahlberg :

« Le rôle a été écrit pour moi, ce qui m'a évidemment permis d'apporter ma personnalité et mon sens de l'humour. C'est une façon de travailler que je n'avais plus abordée depuis longtemps, mais j'ai eu la chance de pouvoir m'appuyer sur mon expérience en ce qui concerne ce personnage. J'ai moi aussi grandi dans une famille nombreuse, à la seule différence que j'étais le plus jeune de mes frères et soeurs, qui n'ont jamais hésité à me torturer et me maltraiter ! Dans « Quatre frères », je suis l'aîné, le guide... ça change de mon enfance ! »

« Les gens savent désormais ce dont je suis capable. Ils me voient différemment qu'au tout début de ma carrière. Il suffit de regarder « J'adore Huckabees » pour comprendre cela. Je peux donc tout faire, et dire non aux films qui ne m'intéressent pas. C'est une flexibilité qui intensifie aussi mon apport aux rôles. Les réalisateurs me laissent davantage l'opportunité de construire mes personnages et d'offrir mon expérience au scénario. »

John Singleton :

« Ce projet de vengeance va rapprocher les quatre hommes. Aucun n'était jusqu'alors pleinement convaincu qu'ils étaient réellement frères. La mort de leur mère agit comme un révélateur, elle leur fait mesurer la puissance de leur attachement. »

« Ce scénario fonctionne à plusieurs niveaux. Ce qui m'a vraiment plu, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un classique film de genre, mais d'une histoire qui reposait sur les épaules des personnages et qui mariait drame ET action. La combinaison de ces ingrédients rehausse Quatre Frères et lui confère une tension explosive. »

Lorenzo di Bonaventura, producteur :

"C'était essentiel de considérer les acteurs au niveau du groupe, comme un quatuor et non pas au niveau individuel (...). Ce qui est bien avec les comédiens choisis, c'est qu'ils sont non seulement talentueux mais aussi qu'ils possèdent un esprit de groupe, on dirait qu'ils sont réellement liés les uns aux autres. Nous avons été chanceux de trouver le bon groupe qui dégageait une vraie alchimie"


Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 1460 fois et a été évalué à
79% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
très intéressant

Commentaires sur cet avis

  • almaseb publié le 30/06/2006
    un film qui au premier abord ne me tenterai pas mais apparement il vaut le coup ! : )
  • romainc3 publié le 21/06/2006
    Super avis ! mais j'ai Jamais vu le film
  • hermionegranger84 publié le 06/06/2006
    très bon avis, très bon film...
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Information produit : Quatre frères

Description du produit par le fabriquant

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 08/10/2005