Lucky You (09 Mai 2007)

Avis sur

Lucky You (09 Mai 2007)

Evaluation générale (6): Evaluation totale Lucky You (09 Mai 2007)

 

Tous les avis sur Lucky You (09 Mai 2007)

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


Lucky Huck

4  11.05.2007

Avantages:
Du poker

Inconvénients:
Du poker

Recommandable: Oui 

daubet

Plus à mon sujet: twitter: @WildGunslinger blog: www.wildgunslinger.com

Membre depuis:14.09.2000

Avis:247

Avis vidéo:2

Lecteurs satisfaits:214

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 79 membres de Ciao en moyenne: très intéressant


Les bons films ne se bousculent pas au portillon depuis plusieurs mois, et peu de sorties me tiennent en haleine. Ma fréquentation des salles obscures s'en ressent et peut-être aussi mon rythme de rédaction des avis ciné.
Mais « Lucky you » était pourtant l'un des rares films scrupuleusement noté sur mes tablettes. Le cinéma a tenté à quelques reprises de retranscrire à l'écran l'univers fascinant du poker, avec plus ou moins de réussite (« L'arnaqueur » avec Paul Newman, « Maverick » avec Mel Gibson, « Les joueurs » avec M. Damon, « Les maîtres du jeu » avec S. Stallone), mais jamais dans le but de dévoiler l'aspect compétitif de ce sport, malgré quelques passages du film de John Dhal (« Les joueurs »).
Depuis quelques années, le poker est davantage exposé sur la scène médiatique, les affluences aux World Series Of Poker sont de plus en plus importantes (elles ont été multipliées par 10 en l'espace de 3 ans) et devant cet engouement, le cinéma ne pouvait pas rester de marbre.
Il fallait un film sur le poker.

Huck Cheever est une jeune homme d'une trentaine d'années, qui rêve de participer et de remporter les World Series of Poker, la compétition la plus prestigieuse de ce sport qui a lieu chaque année à Las Vegas. Plusieurs tournois sont organisés, dont le Main Event, qui depuis 1970 décerne au vainqueur le titre de champion du monde le plus couru. L.C. Cheever, le père d'Huck (les deux hommes sont brouillés parce que L.C. a abandonné la mère d'Huck), s'est imposé par deux fois dans ce Main Event, égalant ainsi les performances de deux légendes du poker : Johnny Chan et Doyle Brunson, les deux seuls joueurs ayant été sacrés deux fois, cette fois-ci dans la réalité.
Seulement voilà, pour participer à cette prestigieuse compétition, chaque joueur doit s'acquitter d'un buy-in (droit d'entrée) de 10 000 dollars. Huck se retrouve donc dans l'obligation de réunir la somme pour marcher sur les traces de son père et ainsi pouvoir l'affronter s'il veut devenir à son tour champion du monde.
Parallèlement à cela, il trouvera sur sa route Billie, une chanteuse aussi rousse que sexy, qui changera quant à elle sa façon d'aborder ses relations avec les femmes.

♠ ♠ Le casting ♠ ♠

C'est Curtis Hanson (« L.A. Confidential », « 8 miles ») qui a obtenu la réalisation de ce film, sans doute pour ses capacités à recréer une ambiance particulière au travers de ses films.
On retrouve dans la peau du héros Eric Bana (« Hulk », « Munich »), dans celle de son père l'excellent Robert Duvall ( « Apocalypse now », « Jours de tonnerre ») , et Drew Barrymore (« Le come-back », « E.T. », « Drôles de dames »).
A noter également une apparition de Robert Downey Jr (« Pour une nuit », « Wonder boys », « Zodiac »).

♠ ♠ Le décor ♠ ♠

Le décor est rapidement planté, l'action prend rapidement pied au Bellagio, casino phare de Las Vegas, où Huck se livre à quelques parties acharnées de cash-game pour tenter d'augmenter petit à petit sa bankroll. Les producteurs, aidés par Doyle Brunson himself notamment, sont parvenus à recréer à la perfection l'univers et l'ambiance des plus grands casinos. Huck passe de table en table et joue autant ses adversaires que ses cartes, sans tomber
Photos pour Lucky You (09 Mai 2007)
  • Lucky You (09 Mai 2007) Photo 43461866 tb
  • Lucky You (09 Mai 2007) Photo 43461921 tb
  • Lucky You (09 Mai 2007) Photo 43461959 tb
  • Lucky You (09 Mai 2007) Photo 43462030 tb
Lucky You (09 Mai 2007) Photo 43461866 tb
Papa LC au centre, bien entouré
dans la psychologie de comptoir habituelle aux films hollywoodiens.
La production, qui a pu racheter des éléments de décoration véritable du célèbre casino en cours de rénovation à l'époque du projet, a réussi un tour de force en plongeant le spectateur dans l'univers des salles de poker. Le rendu est saisissant, j'avais personnellement l'impression de me trouver au milieu des parties, et ayant déjà disputé un tournoi dans une salle de ce type en France, je trouve que l'atmosphère est particulièrement réussie.
Les créateurs ont décidé d'implanter l'histoire en 2003, année selon eux où le poker a commencé son nouvel essor. C'est à partir de ce moment-là en effet que les sites de poker en ligne ont permis une ouverture à un public plus large, notamment avec les qualifications par le biais d'internet pour les pus gros tournois jusque là trustés par les joueurs professionnels. Cette année-là, dans la réalité, c'est d'ailleurs Chris Monneymaker, un joueur jusque là inconnu qui s'est imposé au Main Event des World Series. Les personnages du film font allusion au phénomène de l'ouverture plus large des tournois. C'est d'abord Sam Farha (joueur pro) qui fera remarquer qu'il s'est fait sortir par un joueur venu d'internet et disputant son premier tournoi en réel. Ce sera ensuite L.C., le père du héros, qui se plaindra de l'augmentation de la part de chance nécessaire pour gagner le Main Event, du fait de l'augmentation notable du nombre des participants. Sans critiquer le phénomène comme peut parfois le laisser sous-entendre notre champion français P. Bruel, les personnages évoquent les changements dans le monde du poker, mais avec pour ambition de s'adapter.

♠ ♠ L'environnement ♠ ♠

Les scènes se déroulant au Bellagio, en plus de bénéficier de décors originaux, voient leur réalisme renforcé du fait de la présence de nombreux pros dans le casting. Que ce soit au cours de parties de cash-game, au cours desquelles Huck va croiser à sa table de grands noms comme Daniel Negreanu, Ted Forrest, Erick Lindgren, ou encore Jennifer Harman notamment lors du tournoi satellite, ou au cours du Main Event où on apercevra Antonio Esfandiari jouer habilement avec ses ch'tons, Doyle Brunson se faire éliminer et acclamer, Johnny Chan déambuler, le champion John Juanda notamment. Mais il faut à ce stade du film avoir l'œil exercé et être un habitué des retransmissions télévisées de Poker after Dark, du World Poker Tour, des High Stakes of Poker, du Professional Poker Tour ou d'une autre émission de ce style. Pour pouvoir distinguer les vrais pros des acteurs ;-)
Je me suis d'ailleurs demandé si le choix du prénom du héros n'était pas un clin d'œil. Il s'appelle en effet Huck (pour Huckleberry), comme le joueur pro Huck Seed, qui a remporté un Main Event des World Series en 1996.

En plus de ce casting 4 étoiles, les scénaristes se sont apparemment penchés sur les tendances des joueurs de poker et sur leur mode de vie, puisqu'on retrouve plusieurs aspects caractéristiques des gamblers, sans tomber dans les clichés absolus ou enfoncer des portes ouvertes.
Huck se livre ainsi à des paris insensés, se révèle être un excellent golfeur (comme le sont Doyle Brunson, Negreanu ou Phil Ivey).
Il ne peut s'empêcher de parier sur des choses qui ne le méritent pas au premier abord et est un compétiteur né. Cela peut paraître excessif au spectateur, et Billie, l'amoureuse de Huck le traitera d'ailleurs de joueur obsessionnel…ce qui est sans doute un peu vrai.
Mais dans l'ensemble, le personnage est très crédible et ressemble à un véritable pro de poker, un peu drogué par le jeu, accro aux sensations fortes et aux paris.
Quand on sait qu'un Phil Hellmuth (vainqueur lui aussi en 1989 du Main Event) a perdu un demi million de dollars en une nuit à Monaco en jouant au poker chinois contre Phil Ivey, en marge du tournoi de l'European Poker Tour après son élimination….tout ça est finalement très crédible.
La personnalité et les traits de caractère du héros sont donc soigneusement travaillés et permettent d'offrir un personnage authentique, qu'on pourrait presque imaginer joueur de poker.
Le personnage de Huck, en proie à une lutte contre ses vieux démons, et qui devra accomplir un parcours aussi bien personnel que sportif pour triompher, est certes un classique au cinéma, mais correspond bien à l'esprit du film.


♠♠ Le scénario ♠ ♠

C'est peut-être là que le film trouve sa « faiblesse », puisque l'histoire autour du personnage peut sembler un peu trop classique et pourrait être vue comme un simple prétexte pour emmener le héros jusqu'au Main Event des World Series.
On nous place au coeur d'un conflit père / fils très classiques, d'une histoire de rédemption et de rivalité. A cela s'ajoute l'inévitable histoire d'amour, au déroulement assez classique et attendu du début à la fin. Seuls quelques beaux plans au moment du baiser, avec un arrière-plan magnifique grâce aux majestueux jets d'eau du Bellagio, et une entrée en matière sympathique relèveront le niveau de cette love-story parallèle qui n'a rien de transcendant.
Alors qu'on utilise le filon de la rivalité père / fils pour expliquer le parcours de notre héros jusqu'au tournoi, le scénario va devenir assez malin dans le final, offrant une jolie surprise au spectateur.
Il ne faut cependant rien attendre de magistral dans le scénario global du film, de ce point de vue, le film « Les joueurs » était peut-être plus excitant.

Mais c'est sur l'aspect technique et l'inventivité du scénario au cours des parties que « Lucky You » montre sa supériorité par rapport aux films cités plus haut.
Ici pas de quinte flush royale contre carré comme dans « Maverick », pas de Quinte flush contre fulls de tous les côtés comme dans le dernier 007, mais des paires contre des paires, des bluffs réalistes et des mains au final qu'on peut raisonnablement toucher au cours d'un long tournoi. La participation de joueurs pros à ce niveau a sans doute été cruciale à la réussite du film et le rendu est très appréciable pour les spectateurs qui jouent au poker.
Les réactions et attitudes des personnages sont presque parfaites, on subit une tension en suivant les mains à l'écran, qui si elle n'est forcément pas comparable à celle subie au cours d'une partie où l'on est soi-même impliqué, rend le suspens du film réel. Les acteurs sont en ce point très bons, puisqu'ils adoptent chacun un style particulier aussi bien dans le jeu que dans leur comportement, ce qui rend le tout encore une fois réaliste.
Curtis Hanson a choisi de situer l'action en 2003 puisque c'est cette année-là selon lui (mais je ne suis pas convaincu, si un spécialiste peut m'éclairer sur la question…) que les caméras ont été disposées de manière à dévoiler les deux cartes fermées des joueurs. Seuls quelques personnages dans le film refusent de se prêter à ce jeu, dont notre héros.
Utilisant cette astuce, le réalisateur ne nous montre que la main de départ du héros, et quand il n'est pas engagé dans l'action, on ne connaît pas les mains des joueurs. Cette technique permet de ménager un très bon suspens, puisqu'on ne peut suivre que les mises des joueurs et les cartes communes disposées sur le tapis, ce qui nous force à essayer de deviner le jeu possédé par les joueurs, comme si on jouait finalement…


♠ ♠ La réalisation ♠ ♠

Curtis Hanson livre un film très réussi du point de vue technique, de la réalisation en elle-même. Le travail semble avoir été méticuleux et le réalisateur soucieux de restituer une atmosphère fidèle au monde qu'il décrit.
Le tout est léché, l'image, les couleurs et les décors sont très beaux, et l'ensemble est vraiment agréable à regarder.
C'est sans doute sur cet aspect que Hanson a voulu mettre l'accent, pour ne pas trahir les aficionados, et cela se ressent.
C'est ce qui permet à ce « Lucky You » d'être une réussite et un très bon long-métrage, qui sera probablement une référence dans le genre.
Mais on ne pourra pas pour autant crier au chef d'œuvre, malgré toutes ces qualités.
Reste que le choix de Hanson a été le bon selon moi, là où un réalisateur aurait seulement exécuté un plan précis et livré un film sérieux mais sans génie, Hanson apporte son brio et parvient à manipuler des personnages bien croqués.


♠ ♠ Les acteurs ♠ ♠

Eric Bana, qui me paraissait un peu fade dans la bande-annonce est en réalité parfaitement à la hauteur de son personnage, apportant une dose de charme et un physique avenant à ce héros. Il sait par ailleurs être un peu froid, impassible et dur. Il ne laisse peut-être pas paraître une rage suffisante mais après tout, chaque joueur a sa personnalité et son style. Comme le dira LC Cheever au cours du film : « Il n'y a pas de joueurs meilleurs que d'autres, chacun a un style différent ». Je ne suis pas entièrement d'accord avec cette analyse mais elle a du vrai…
Quoi qu'il en soit, le personnage campé par Eric Bana est attachant et l'acteur s'impose dans ce rôle.

Drew Barrymore quant à elle fait ce qu'elle a à faire, mais son personnage est finalement presque secondaire, malgré sa relation avec le héros. Le cœur du film reste le poker, la compétition et le rapport du héros au jeu.
A noter qu'elle interprète un ou deux titres dans le film, tout comme dans le récent « Comeback » avec Hugh Grant.

Robert Duvall est parfait dans son rôle de père rival. L'acteur, qui avoue qu'il ne connaissait presque rien au poker avant le tournage, joue à merveille le vieux joueur expérimenté, à qui rien ne fait peur et prêt à s'adapter aux évolutions du jeu et aux nouveaux joueurs.
Duvall est parfait dans son rôle.

♠ ♠ Conclouzion ♠ ♠

Je conseille donc cet excellent film sur le monde du poker, qui permettra aux aficionados de se régaler, comme aux profanes en la matière de découvrir cet univers.
Il est vrai que si vous connaissez un peu le jeu, vous apprécierez davantage le suspens des confrontations au cours des parties…


Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
prettymuse

prettymuse

03.12.2007 16:10

grande amatrice de pokEr je l'ai laissé passé au ciné!!! tant pis j acheterai le dvd, je crois qu'il est à la location en ce moment! en tout cas ton avis me rassure car mes potes pokereux me l'avaient plus ou moins déconseillé...très bel avis détaillé!!

Coeur2Loveuse

Coeur2Loveuse

16.11.2007 21:54

je ne l'ai pas vu!

nelleling

nelleling

03.09.2007 06:44

Drew Barrymore quant à elle fait ce qu'elle a à faire, mais son personnage est finalement presque secondaire, malgré sa relation avec le héros. Le cœur du film reste le poker, la compétition et le rapport du héros au jeu. A noter qu'elle interprète un ou deux titres dans le film, tout comme dans le récent « Comeback » avec Hugh Grant.--> le fameux come back... trop bien ce film

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
En lire davantage sur ce produit
Lucky You (09 Mai 2007) - avis par Eric17 Shuffle up and deal Huck !
  très intéressant
Lucky You (09 Mai 2007) - avis par xTOm-Tomx Lucky You (08/XX)
  très intéressant
Lucky You (09 Mai 2007) - avis par tigra57 Shuffle up and deal !
  très intéressant
Lucky You (09 Mai 2007) - avis par oceane1990 OoO Lucky you OoO
  très intéressant
Lucky You (09 Mai 2007) - avis par carapatte133 Lucky you
  intéressant
Evaluations d'avis
L'avis sur Lucky You (09 Mai 2007) a été lue 1550 fois et a été évaluée:

exceptionnel (46%) par:
  1. prettymuse
  2. nelleling
  3. Catherine-1965
et aussi par 51 autres membres

"très intéressant" (53%) par:
  1. Coeur2Loveuse
  2. amplitude
  3. lukay
et aussi par 60 autres membres

"intéressant" (1%) par:
  1. hpmdr26

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Lucky You (09 Mai 2007)
publicité