Mac OS X Panther 10.3 Ensemble complet

Avis sur

Mac OS X Panther 10.3 Ensemble complet

Evaluation générale (9): Evaluation totale Mac OS X Panther 10.3 Ensemble complet

 


Apprivoisez le félin

5  15.02.2004

Avantages:
Système très stable, ergonomique, facile à appréhender pour les néophytes

Inconvénients:
Ne fonctionne que sur un Mac récent (il faut que le bus USB soit intégré)

Recommandable: Oui 

sebmetz

Plus à mon sujet:

Membre depuis:10.07.2003

Avis:9

Partager cet avis sur Google+

Ayant récemment acheté un iBook, j'ai eu la joie de le voir livré avec la dernière version du système d'exploitation d'Apple (acheté dans le commerce, il vous en coûtera 149€). Steve Jobs, le co-fondateur d'Apple et co-inventeur du Mac, a le sens de la formule. Après avoir appelé la version 10.2 de son dernier système d'exploitation Jaguar, Jobs est resté dans la savane avec Panther la version 10.3. Ajouté à cela le butineur "maison" appelé Safari et bientôt Jobs ouvrira son propre zoo...

Pour les besoins du marketing et pour bien faire comprendre qu'il s'agissait d'un changement fondamental dans l'histoire des systèmes d'exploitation de la firme, le service communication d'Apple a appelé le système Mac OS X (qu'il faut prononcer "10"). Pour ceux qui auraient quitté la terre ces trois dernières années, le système 10 d'Apple est totalement incompatible avec les précédents. En effet, suite à l'échec relatif des systèmes précédents, les têtes pensantes de la pomme ont complètement repensé leur système en intégrant un noyau Unix. A la clé, stabilité, robustesse, modernité.

Faisons un petit tour du propriétaire...

****************************************
* Le Finder *
****************************************

C'est le programme qui permet de naviguer dans le système de fichier. A gauche de la fenêtre, un rappel des disques disponibles. On y trouve :

- aussi bien les disques physiquement présents dans l'ordinateur que les disques connectés au travers d'un réseau,

- un icône permettant de naviguer sur le réseau local (entreprise, université) auquel est connecté l'ordinateur,

- les répertoires les plus utilisés : utilisateur, Applications, Documents, Séquences, Musique et Images.

On peut également y ajouter les répertoires qui peuvent sembler utiles. La présentation de la fenêtre peut prendre trois formes. Deux d'entre elles sont classiques : les fichiers sont présentés par icône ou en détail. Le troisième affichage est hérité de NeXt, le système développé par Steve Jobs pendant ses années de disgrâce loin de chez Apple. La fenêtre du Finder est divisée en plusieurs colonnes, chacune d'entre elles représentant un niveau de l'arborescence que l'on est en train d'explorer.


****************************************
* Le dock *
****************************************

Elément indissociable de l'os X, le dock est un espace dans lequel on peut placer les icônes des programmes que l'on utilise souvent. On y trouve également l'icône de l'ensemble des programmes ouverts, ce qui permet de passer de l'un à l'autre rapidement.

C'est également l'endroit où sont envoyées les fenêtres "réduites" : elles ne sont pas fermées, mais elles n'occupent plus l'écran.

Enfin c'est là que se trouve la corbeille, ce qui constitue une petite révolution dans le monde Mac, puisque celle-ci se trouvait depuis le début sur le bureau. Elle conserve cependant sa fonction d'éjection : lorsque l'on glisse dedans l'icône d'un CD, celui-ci est automatiquement éjecté.

Elément gadget : lorsque l'on place la souris sur un icône du dock, il s'agrandit, ce qui laisse baba la moitié de mes collègues de bureau, mais qui, à mon sens, relève vraiment du gadget... Heureusement, il existe une option permettant de désactiver cet effet...

Une petite amélioration depuis la version 10.2 : comme sous windows, lorsque l'on utilise la combinaison Pomme-Tabulation (Alt-Tab sous Windows), on passe d'une application à l'autre. Dans le système 10.2, cette manipulation activait le dock. Dans la version 10.3 on retrouve la présentation chère aux utilisateurs de Windows : une fenêtre flottante apparaît, laissant apparaître l'ensemble des icônes des applications ouvertes, permettant ainsi de faire son choix.


****************************************
* Le graphisme de l'OS *
****************************************

Une des réussites du système d'Apple réside dans l'aspect graphique de son système : icônes splendides et hyper détaillés, boutons des fenêtres ombrés s'activant au passage de la souris... Ce qui impressionne vraiment, c'est la gestion de la transparence sans ralentissement du système.

Une application permet vraiment de s'en rendre compte : il s'agit de Aide-mémoire. Cette petite application permet de créer des post it virtuels que l'on laisse sur le bureau de l'ordinateur. On peut leur conférer une certaine transparence ce qui est réellement impressionnant lorsque la fenêtre juste en dessous se modifie, comme lors de la visualisation d'un film ou le chargement d'une page internet. Réellement bluffant...


****************************************
* Exposé *
****************************************

Nouvel élément du système, Exposé permet de rendre les quatre coins de l'écran actifs : lorsque l'on amène la souris sur l'un d'eux une action précise, choisie à l'avance, se déclenche. On peut ainsi :

- afficher l'intégralité du bureau,

- afficher l'intégralité des fenêtres ouvertes et choisir celle que l'on veut utiliser,

- afficher l'intégralité des fenêtres ouvertes pour l'application en cours d'utilisation,

- activer l'économiseur d'écran,

- desactiver l'économiseur d'écran,

Par ailleurs, on peut définir trois touches (comme F9, F10 et F11) pour commander les trois premières actions. L'ensemble de ces actions est entièrement paramétrable : ça vous semble inutile ? Pas de problème, deux ou trois clics et le tout est désactivé. Cela semble débile comme système, je prenais même ça pour un gadget, mais à l'usage c'est vraiment très pratique.


****************************************
* La gestion du pdf *
****************************************

Le pdf est devenu un standard de présentation, utilisé par l'édition professionnelle. L'avantage principal de ce système est que la mise en page du document ne bouge pas, quelques soient le système (Windows, Mac, Linux...) et le logiciel utilisés pour le lire. Dans le monde Windows, il faut acheter un programme pour pouvoir créer de tels documents. L'os X gère de matière native ce format : à partir de n'importe quelle application, on peut créer un document pdf.

Il suffit simplement d'imprimer le document que l'on souhaite créer : la fenêtre d'impression dispose d'un bouton "Enreg comme PDF" qui conduit à une fenêtre d'enregistrement. Il suffit de choisir le nom et l'emplacement pour le nouveau fichier et c'est réglé.


****************************************
* Dans le moteur : Unix *
****************************************

Le choix technique des concepteurs de Mac Os X s'est porté sur l'utilisation d'une architecture du système basée sur FreeBSD, un système Unix connu. Pour la majorité des utilisateurs, ce moteur n'est pas visible puisqu'il est habilement caché sous Aqua, le moteur graphique qui gère l'affichage des fenêtres, du bureau...

Cependant ce choix technique conditionne plusieurs avancées pour le système par rapport aux versions précédentes :

- une gestion des droits d'utilisation : mon fichier est à moi et ne peut être ouvert par les autres utilisateurs de mon ordinateur seulement si je le décide. Ce principe de fonctionnement permet une protection accrue du système. On peut ainsi créer basiquement deux types d'utilisateurs : les administrateurs et les utilisateurs standards. Globalement, un utilisateur standard peut lire ses fichiers mais ne peut pas installer ou éliminer de programmes. Un administrateur peut le faire, mais contrairement au monde Unix et Linux, il doit retaper son mot de passe à chaque fois qu'il modifie

- une gestion efficace de la mémoire : quand une application s'arrête brusquement, elle n'entraîne pas dans sa chute les autres applications en fonctionnement, ni le système qui reste parfaitement stable. Comme c'est le système qui se charge intégralement de la mémoire, il n'est plus nécessaire de définir soi-même la mémoire allouée à chaque application;

- la possibilité pour les utilisateurs "avancés" de retrouver un environnement plus proche de ce que propose Unix et Linux avec la possibilité d'intervenir au coeur du système à l'aide de commandes tapées dans un terminal. Un exemple : dans l'utilisation normale du système, les répertoires personnels sont dans le même disque que le système. On peut modifier ceci à l'aide d'un programme appelé Gestionnaire NetInfo, mais seulement au coup par coup, pas de manière globale. Pour pouvoir l'appliquer à l'ensemble des utilisateurs, il faut passer par le terminal et connaître les fonctions Unix de base.

- le développement de X11 qui est livré avec le système 10.3 permet maintenant d'utiliser les programmes développés pour Linux : plein de logiciels libres sont en phase de recompilation pour permettre aux utilisateurs de Mac de les installer sur leur ordinateur, permettant ainsi d'accroître sensiblement la logithèque possible du Mac.

****************************************
* Conserver ses vieilles *
* applications : Classic *
****************************************

Certains éditeurs de logiciels n'ont pas encore fait migrer leurs applications vers Mac Os X, ce qui pourrait poser problème sans l'existence de Classic. Il s'agit tout simplement du système 9, qui se charge dans le système 10... C'est un peu lourd, mais ça permet de ne pas se priver des vieux programmes qui marchent bien : j'ai ainsi pu installer Stella et Vensim, deux logiciels de modélisation qui ne fonctionnent que sous le système 9, sans que cela me pose le moindre problème. D'autant plus que Classic se lance automatiquement dès que l'on lance un programme qui en a besoin.

****************************************
* L'arme absolue : le glisser-déposer *
****************************************

Je pense vraiment que c'est la meilleure illustration de la simplicité du système : de nombreux logiciels s'installent par un simple copier-coller. On insère le CD d'installation, une fenêtre apparaît et on copie le programme à installer (juste un icône) à l'endroit voulu, et voilà !! Pas besoin de passer par cinq étapes, pas besoin de relancer l'ordinateur... Si on se trompe dans l'installation, pas de problème : il suffit de prendre l'icône du programme pour la mettre ailleurs et ça fonctionne... Vraiment à la portée de tout le monde.

La désinstallation d'un programme est aussi simple : on prend le programme ou le dossier qui le contient, on le passe à la corbeille et c'est fait ...


****************************************
* Pourquoi utiliser os X ? *
****************************************

Ayant travailler sous Windows (98, 2000 et XP) et Linux (Mandrake 7 et 9), je trouve que le système d'Apple se distingue par ses graphismes travaillés et par sa simplicité d'utilisation, ce qui en fait à mon sens le meilleur système d'exploitation pour les utilisateurs basiques (courrier électronique, surf sur interent, photos du mariage et vidéos des vacances...). Pour les utilisateurs avancées, je pense qu'il s'agit d'un problème culturel (voire éthique dans le cas de l'utilisation de Linux), le système de Mac étant à mon avis tout à fait opérationnel pour la programmation.

Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires

Ecrivez le premier commentaire pour cet avis!

max. 2000 caracteres

Postez votre commentaire


publicité
En lire davantage sur ce produit
Evaluations d'avis
L'avis sur Mac OS X Panther 10.3 Ensemble complet a été lue 2030 fois et a été évaluée:

"très intéressant" (100%) par:
  1. laloui
  2. Kallenovsky
  3. oliver23
et aussi par un autre membre

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Mac OS X Panther 10.3 Ensemble complet
publicité