Partager cette page sur

rouge Statut rouge (Niveau 5/10)

Demoniaque54

Demoniaque54

Aucun profil de membre disponible. La personne que vous recherchez n’est plus membre de Ciao.

Avis rédigés

depuis 30/11/-0001

80

Le Ciao Café 18/01/2009

Après tout

Le Ciao Café Le ciao café est mon principal lieu d'expression. Non pas que la consommation ne m'intéresse pas, bien sur je suis une consommatrice, mais je n'ai que peu l'envie de m'exprimer, ce n'est pas pour cela que je l'ignore. D'ailleurs j'ai fait confiance aux avis sur ciao pour acheter un téléphone, ce n'est pas franchement une réussite loin de là, enfin ça peut l'être pour écourter une conversation !! (lol). Hier j'ai été faire des achats avec mon époux et mon fils, des yeux se baissaient, d'autres sont lourds et insistants. Une dame n'a pas détourné les yeux, et a fait de la place. Je l'ai remerciée. Quel Intérêt pour vous chers membres, chers lecteurs ? Aucun ne pourriez vous dire ? Et bien non c'est intéressant, peut être n'êtes vous pas concerné mais là c'est ce que vous croyez, d'autres sont conscients, bien qu'ils ne soient pas "concernés". Mon précédent avis qui n'est que vérité et constat a déclanché les "foudres" de certain(e) s, mes lecteurs sont souvent peu nombreux car je dis ce que je pense. Quelques fois il est bon de ne pas dire toute vérité, il paraît, c'est peut être vrai, mais moi je suis vraie, même si ça dénote des fois. Ma vie, je ne vais pas la raconter encore, (pour ceux qui pourraient être intéressés il y a des avis) m'a appris ce qui suit : - Je ne supporte pas le mensonge, donc je ne mens pas. - Le vol m'est insupportable, donc je ne vole pas. - Rire me fait un bien fou. J'aimerai que tout le monde apprenne ...

Par B 14/01/2009

Bienvenu

Par B Etonnante découverte, Une Maman ne pas être. Aux yeux d'un "petit" être, N'être que son mal être. Horreur, ton enfant te rejette, Mais qu'ai-je fait ou pas fait, il me jette. Incompréhension, ce dit ma tête. Je savais que je n'étais pas à la hauteur. Oui, pas sorcière mais Lucide, pas de leurre. Etre maman n'est pas un jeu, ce doit être un bonheur. Aucune leçon à donner ni à recevoir, Juste un constat devant l'innocence, savoir. Je savais que je ne donnais pas, un vrai loire. Un caprice, je veux un enfant, envers et contre tous. Oui personne n'était en accord avec moi : contre tous. La science (chère science), elle était en accord : contre tous. J'ai pu t'avoir, ma caille, oui je sais tu es un garçon. Mais je me suis éclatée dans mon boulot, un boulot con. Alors aujourd'hui le boulot fini, le fauteuil, mais où est mon garçon ? Malgré quelques minces très minces efforts, j'ai entendu. Les mots d'un enfant « pré ado », les mots d'un père inattendus. Le papa ne voulait pas de toi, toi tu dis la pension t'aurai plue Je suis perdue, fausses idées, tes parents tu n'en veux plus. Bataille, encore, et toujours, le papa aime c'est sur, Toi mon grand Bébé il va falloir que je brise ce mur. Si tu avais idée de ce que tu fais à nos cœurs durs. Tu recommencerais ; nous réagissons, nous n'en avons cure. Remettons tout à plat, mais attention toi aussi tu vas devoir. Faire du ménage dans tes désirs, tu ne peux tout avoir. Finalement nous ...

Fantastique 09/01/2009

Pourquoi ?

Fantastique J'aurai aimé que ce ne soit que de l'imaginaire !! La vie, ma vie, ne serait-elle que question ? Les batailles, ont été livrées, mais pas de limitation ! J'étais petite je vivais derrière, pas importante, J'étais petite pas d'appétit, les prémisses d'une constante. Une pré - adolescence il n'y a pas de grands évènements, Une ouïe mais faisant de moi une absence, c'est aimant. A l'adolescence !!! Un rêve plus « d'amis », plus rien A quelle joie, un déménagement, maman a un cancer du sein. L'opération, la chimio, les rayons, Maman ça fait mal Neuf mois la durée des soins, une grossesse, banal. Vingt ans mamie s'en va, c'est la vie, la mort. Maman est enfermée dans son deuil, la mort. Whysky mon compagnon, mon frère, mon chien, Toi aussi la mort t'appelle, Papa est triste, son chien. Quelle horreur non, pas possible, « Mamie reviens !! » Un instant croire que c'est possible, rompu le lien. Aujourd'hui j'ai 40 ans, les 20 dernières années ? La rencontre, le départ de la maison, vie d'adulte entamée. Ces 20 dernières années, j'ai travaillé, c'est fini. J'ai entendue des tas, de mots inhumains, une colonie. J'ai été opérée à plusieurs reprises, laideur, J'ai eu droit au coma 7 jours, la douceur. Pas d'enfant non pas possible, tout va péter, Et pourtant presque 13 ans mon fils inespéré. Aujourd'hui comme un médecin me l'avait dit il y a 19 ans C'est « la petite chaise », oui il avait raison, le fauteuil roulant. Qui sait ce ...

Entrées 04/01/2009

Tarte Ardenaise

Entrées La Tarte ardennaise, Voilà une recette que je n'ai jamais trouvée ou retrouvée dans un livre. Maman nous a souvent fait cette tarte, maintenant souvent j'en fais, et quand je reçois certains amis ils me demandent de leur en faire. Moi qui veux varier les menus, mais je leur fais plaisir il faut bien se sacrifier ! Voui j'en suis capable. Et toc !!! Alors les ingrédients : • Une pâte feuilletée • Un paquet de lardons natures • Une boite de champignons émincés • Trois échalotes émincées • 2 tomates • 2 œufs • de la crème fraîche liquide • du lait • sel, poivre • Un peu de noix de muscade (facultatif) • Du fromage rapé J'allume mon four sur 7, il préchauffe ainsi le temps de la préparation. Bon une fois assuré de tout avoir figurez vous que vous allez pouvoir commencer. La pâte il est clair que je ne m'enquiquine pas à la faire, j'achète une pâte feuilletée étalée. Je la met dans un plat à tarte avec le papier sulfurisé, je la pique avec une fourchette un peu partout. Dans une poêle je fais revenir les lardons, avec les échalotes et les champignons. Je fais bien dorer ce mélange, ainsi la graisse des lardons est enlevée. Pendant ce temps je nettoie et coupe en rondelles mes tomates. Je les réserve. Je casse mes œufs, je sale et poivre, un peu de noix de muscade. Je bats tout ça en omelette, à laquelle je rajoute de la crème liquide (à 3% de mg), et du lait. La quantité ...

Votre avis : les "Rapports" Ciao 03/01/2009

Compréhension / Incompréhension

Votre avis : les "Rapports" Ciao Non il n'y a pas d'erreur de rubrique, c'est bien les rapports et non rapports ciao, qui m'ont inspirés ce texte. Début d'année fêté, Fin d'année fêtée, Un chiffre a changé. La vie, ta vie, la mienne, Est-ce, ce quantième, La solution, l'énième. Douceur accordée, Croyance rêvée, Dure, pas la réalité. Vérité quand tu viens, Tu fais mal au bien, Espoir, déçu, ce n'est rien. La vie continue, il y a pire, Penses y toi tu peux rire, Crois tu que tu es pire ? Non, mais qui l'est ? Qui peut graduer ? C'est grotesque que de l'imaginer !! Juste ces quelques mots, Afin d'admettre les maux, Mais pas gradués les maux, mots. La souffrance n'est pas quantifiable, La souffrance n'est pas désirée, La souffrance n'est ni à jauger ni à juger. Si une chose pouvait être comprise, Ce serait celle si il n'y a pas de prise, Le bonheur ne passe pas par une crise. Merci à ceux qui liront ce texte de comprendre, qu'il ne s'agit pas d'un choix, la maladie quel quelle soit est douleur, la façon de la vivre est elle différente, mais dépend aussi de l'image que l'on vous renvoi. Je suis comme tout le monde, et pourtant ……….., le regard est important, je ne me sens ni inférieure, ni supérieure à quiconque. On ne peut vivre dans cette société qu'en étant montré du doigt. Des fois je pense à une forme de « racisme » qui serait naturelle. Merci de vos lectures.

La solitude 30/12/2008

Amie, Soeur, c'est égal

La solitude Lourde chape tu tombes sur mes frêles épaules. Voila à peine cinq minutes tu as repris ton envol. Egoïste tristesse tu m'envahis, mais tu as un nid. Et quel nid !! Oui je suis égoïste, m'en fou, un vide ! Moment où je deviendrai méchante de cet égoïsme. Mais qui je dérange ? Personne je suis seule !! Mauvaise humeur, tristesse, pas de souffre douleur, Enfin si : le clavier, là je déverse la peine, avec pudeur. Inexplicables sentiments, mais le cœur l'est-il ? Irrationnel, inimaginable, insoupçonné mais bien là. Une seule certitude une amitié intense, Indéfectible, innée même si pas de naissance. Une certitude, elle est là bien vivante, si intense. Le Cœur a fait un choix, je lui fais révérence. Avoir une amie comme toi est un bonheur, Si l'Homme savait, il y ferait honneur. Même si j'ai mal, je suis heureuse, Ma vie est bouleversée, une amie Chaleureuse. Ma Sœur de cœur est là, je le savais, Ce que j'ignorais : Que j'aurai le bonheur de la trouver dans ce monde. Tu me manques déjà …….. Merci de vos lectures. ...

Déclaration 23/12/2008

Non tu ne gagneras pas

Déclaration ♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫ϗ 5;♫♫♫♫ En cette fin d'année Mon cœur se met à saigner. Je n'arrive pas à penser, Il paraît qu'il faut fêter. ₤₤₤₤₤₤₤₤₤&# 8356;₤₤₤₤₤₤₤₤₤ ₤₤₤₤ Ah oui fêtons la Nativité Et puis par la suite la nouvelle année. Changement soyons émerveillés. Mais de quoi ? Qu'ai-je à fêter ? €€€€€€€€€€€€€€€ €€€€€€€€€€€€€ Rien ! Non vraiment, faudrait-il en avoir l'envie. Souhaiter quoi ? Plus de batailles de vie ? Oui je sais, je ne suis pas seule à mener telle vie. En toute franchise, ces jours ne devraient être, pas envie. ☻☻☻☻☻☻☻☻☻&# 9787;☻ C'est ainsi que je perçois les « fêtes », Le fauteuil, c'est du constant, la jambe est défaite, Il ne s'agit là que d'une conséquence, ne fais pas la fête. Même si mon corps se perd, ma tête est là, pas de défaite. Tu as réussi je ne peux plus marcher, fais la fête, Tu n'arriveras pas, ça non, à m'ôter ma pensée, alors fais la fête. Merci de vos lectures.

Comique 18/12/2008

Ce n'est pas contagieux

Comique Une petite histoire aux abords naturels pas du domaine du comique. Mais voilà (toujours ce mais, richesse de la langue Française), il se trouve que malgré son côté banal, c'est devenu comique 'pas à vivre). Depuis trois ans j'ai du aller 3 fois chez le coiffeur. (Mon Mari nous coûte plus cher en coiffeur que moi, ironique quelque part. Sans aller dans le détail (il est déjà dans d'autres avis), j'ai perdu mes beaux cheveux (oui ils étaient beaux ma fierté !), pas de cancer, non c'est étonnant d'ailleurs comme la perte des cheveux est associé au traitement de cette maladie (que je connais d'ailleurs aussi, non pas moi !, des êtres chers). Aujourd'hui ça fait trois ans que ça dure. C'est un gros bleu à l'âme, mes cheveux étaient ma fierté. Chacun la sienne. Imaginez vous vous coiffez et des tas de cheveux viennent. Mais j'avais un tel volume que je ne voyais pas. A chacun chacune de savoir ou d'imaginer ........... Non je ne voyais pas une "superbe pelade", qui c'est fini par quelque cheveux qui restaient sur un côté du crâne. On avait juste omis de me le dire !!! Foulards, bandanas, bonnet, pour cacher. Un matin mon fils m'a dit tournes toi Maman, c'est moche. Au bout de trois ans une partie a bien repoussé (bien sur j'ai fait des tas de soins inutiles et onéreux. Aujourd'hui il n'y a plus de "trous" en partie repoussés, mais je n'ai pas l'épaisseur, loin de là, mais j'arrive à bien me coiffer. Donc direction le coiffeur. Une envie, une peur, ...

Témoignage 11/12/2008

Un lèche vitrine spécial

Témoignage Cette rubrique paraîtra certainement peu appropriée sauf à la lecture des derniers mots il se peut. Pouf, fais chier, il veut m'amener faire les boutiques. Franchement c'est pénible non? Combien de filles ou femmes en seraient heureuses, et moi la Bougon de service, je râle. Le pire c'est que c'est vrai !! Oui j'ai de la chance !!!!!! Je sais. Donc samedi matin, vous devez vous en douter boutiques Pffffff. J'avoue madame chance est passée et la dernière boutique, et bien fermée !!!!. Joie dissimulée !!! Hi hi hi Et bien ma grande, non il n'a pas oublié !!! Merdum!! Bon allons y ! Personne dans la boutique, c'est déjà bien pas d'attente. Le choix et rapide, quelques mesures prises, et hop l'essayage. Bon pas mal, un tour, deux tours, et hop emballé c'est pesé !! Pas si long finalement de "choisir". L'accessoire, allez il faut encore avoir une idée. Le vendeur fort malin, me propose un accessoire au "design" sympa. Je l'essai sympa, allez hop emballé c'est pesé. Oups j'allais oublier, j'ai acheté un Déambulateur, et un fauteuil roulant. Merci de vos lectures

Poésie sur l'absence 04/12/2008

Une place de choix

Poésie sur l'absence Une source est tarie, celle d'un lien. Une source permettant, j'en avais si peur, de perdre tout lien. Me voilà enfermée dans ma solitude, et pourtant je voulais partager !! Mon enfermement je l'ai voulu pourrait-on penser, mais m'a-t-on remarquée ? Oui comme une pleureuse donneuse de leçons, je pourrais en rire, Ô mais quelle erreur !! Je ne suis pas professeur, j'ai juste eu envie de vivre. Ce n'est pas ainsi, que je dois essayer de refaire partie de la société, Comment faire alors ? Quelle est ma place ? Pas de place ? Ne pas me montrer. Souvent j'ai entendu « il faut regarder les choses en face » Soudainement je les regarde, oui c'est ça il ne faut pas déranger. Alors, la conclusion est simple, arrêter de croire, pitoyable pensée. Alors, je réalise enfin, oui j'ai mis le temps, enviée je reste enfermée. Merci de vos lectures.

Par E 04/12/2008

Erreur

Par E Amertume, tu es là, mais as-tu ta raison d'être ? Bonne question, il est possible qu'elle ait sa raison d'être. Cheminant en pensée, non ce sentiment, honneur de ne pas le connaître. De quel horizon c'est il présenté ainsi au bout de mes doigts? Ecueil d'une réflexion obligée émanant de mots déposés par d'autres doigts. Frénésie de doigts amers, en chaîne, l'amertume seule fait s'agiter ces doigts. Grandeur de ces êtres au besoin de faire mal : la Bêtise Honneur de ces personnes, seuls ils n'existent : la Traîtrise Illusion, imposture, ignorance, invalides de matière Grise. Jalousie ? Peur ? Ignorance (Ô mais sans innocence) ? Est ce le guide ? Kermès, ne permettant pas aux autres d'être, qui sont ces frigides ? Laideur de ces esprits, surs de leur grand savoir, pas même une bride ! Mesdames, Messieurs, je n'ai pas le savoir, mon avantage ? La conscience. Non de face voilée je ne veux pas. Entendre, savoir, les mots de la science. Ô de leçon je n'ai à donner, mais surtout pas à Recevoir. Quelle inconscience. Partager, un vœu, un souhait, innocence de croire, entendre ? Trop d'amertume. Quarante ans de croyance en l'Homme, erreur, il est pétri d'amertume. Rares de belles âmes voient, éclairées elles ne connaissent pas l'amertume. Savoir partager, aimer, regarder les autres, échanger, est ce si difficile ? Ternir égoïstement, la vie des autres, sa propre vie, à priori très facile. Ubuesque si des vies n'en étaient blessées, être amer ...

Lettre de rupture 29/11/2008

Une communauté

Lettre de rupture Définitive. Celle là est définitive je ne reviendrai pas. Ma ou mes raisons, ai-je besoin de vous les donner ? Seraient-elles, ne seraient pas lues ? En toute sincérité je ne crois pas, quelques uns (rares) "comprendraient" (décidément je déteste ce mot), d'autres prendraient pitié un temps. La vie n'est pas là, non, c'est vrai quoi !! j'ai un enfant au collège, c'est glacial quand je lis les avis, de personnes "se présentant" comme étant du corps enseignant. Il y à ceux qui étalent grassement leur "agréable" vie que cette merveilleuse retraite permet de mener. (J'oubliais ils ont cotisé pour ça.....). Certains délirent, mais là au moins on sait ce que l'on va lire. D'autres écrivent bien, très bien, trop bien pour que leurs textes soient lus dans leur globalité. Enfin une petite communauté, qui n'est que le reflet de cette société égoïste où il faut être le plus fort, et là les moutons suivent. (Bien heureusement il n'y a pas que des moutons, mais leur nombre est limité) Tous les coups sont permis, même les plus bas. Décidément je ne peux accepter, des donneurs de leçon, et puis croyez le ou pas je m'en fou je sais ce qui est vrai (c'est déjà bien), oui c'est vrai je suis enfermée dans la maladie, alors vous devez vous en douter, je dois me préserver (certains le savent), je vous dis donc Ciao ...

Par Q 23/11/2008

Quiproquo

Par Q Un mot parmi tant d'autre pointé de la mine. Un terme pouvant mener à des situations causasses ou coquines. Ô mais attention !! Peut être aussi l'augure d'une mauvaise mine. Ou bien d'un tonnerre grondant, et là non on ne Badine. Il arrive que son origine soit un rire, un fou rire Innocence, l'origine, alors soyons fous il faut rire. L'incompréhension non ! Les explications oui ! Quel qu'il soit, apprivoisons le, reconnaissons le et rions, Que faire d'autre, belle erreur, extraordinaire rions. Rire de nos erreurs, Rire non ce n'est pas un leur. Pas besoin de chercher, de créativité, un Quiproquo, Prendre le temps, voir, et naît un rire naturel de ce Quiproquo. "Le quiproquo, c'est d'abord la vie même qui en est un, et le plus compliqué de tous." "Luigi Pirandello " Merci de vos lectures. ...

Angoisse 19/11/2008

L'indifférence

Angoisse Un étonnant réveil, lourd le sommeil, Une drôle de révélation, une certitude déjà en veille. Une vérité oubliée, mais il est là, il rappelle, le réveil. Ô peu surprise, mais un instant, j'ai cru. Otons cette croyance la vérité revient crue, Omniprésente et pourtant, voilée, la vue. Comment se tromper ainsi ? Croire en l'espoir ; Cette naïveté de penser, d'imaginer un soir, C'était stupide très stupide, combien sont ceux capables de voir ? S'il n'était pas question, d'une maladie, ce pourrait être comique ! Seulement, le rire n'est pas permis, des vies, Iniques. Sincèrement, leurs vies, leurs problèmes, quelle éthique !!! Pour l'Homme, l'importance c'est son petit nombril. Parmi eux quelques "E.T", mais pas suffisant, ce mince fil. Pourquoi ce rêve fou ? Simplement un rêve abaissons nos cils. Merci

Les préjugés 18/11/2008

Une maladie l'Epilepsie

Les préjugés Mes sources explicatives : http://www.gsk.fr/gsk/votresante/epilepsie/symptome.html "Il n'existe pas " une maladie épileptique " uniforme, mais plusieurs formes d'épilepsies avec des causes et des signes cliniques différents, l'ensemble formant un éventail très large d'épilepsies. La classification internationale des épilepsies et des syndromes épileptiques (1981) prend en compte différents paramètres : d'une part le type et le mécanisme des crises et d'autre part, la cause de l'épilepsie et les données « électroencéphalographiques. » On distingue deux grands types de crises d'épilepsies : les crises généralisées (30% des cas) et les crises partielles ou focales (60 %), auxquelles il faut ajouter 10% d'épilepsies cryptogéniques. Les crises partielles sont plus fréquentes chez l'adulte et le sujet âgé et les crises généralisées sont plus fréquentes chez l'enfant Les crises généralisées : Elles mettent d'emblée en jeu les deux hémisphères du cerveau. Il existe au moins trois types de crises rencontrées chez l'adulte : Les crises tonico-cloniques très impressionnantes, (autrefois appelées " grand mal ») se manifestant par une perte de connaissance avec chute accompagnée de mouvements convulsifs et parfois de perte d'urines. Les myoclonies qui sont des secousses isolées massives bilatérales et brèves sans perte de conscience. Les absences se traduisant, comme leur nom l'indique, par une brève rupture du contact, typiquement isolée. Les ...
Voir plus d'avis Haut de page