Partager cette page sur

violet Statut violet (Niveau 4/10)

Gregory_Lemarchand

Gregory_Lemarchand

Aucun profil de membre disponible. La personne que vous recherchez n’est plus membre de Ciao.

Avis rédigés

depuis 26/11/2007

89

L'euthanasie active : pour ou contre? 21/08/2011

RIP Ciao (1999-2011)

L'euthanasie active : pour ou contre? Bonsoir. Suite à la mise en place de l'algorithme Panda qui l'a fait à peu près totalement disparaître des résultats du moteur de recherche qui sert à ma soeur pour aller sur facebook, Ciao, depuis longtemps déserté par sa communauté, et en passe d'être oublié même des consommateurs anonymes, s'interroge : doit-il mettre fin à sa douloureuse agonie tout de suite, ou s'accrocher jusqu'à la fin ? Malheureusement, pour répondre à cet horrible dilemme, Ciao, perdu, hébété, débile, demande l'assistance de ses membres, oubliant que c'est leur atrophie qui l'a conduit face à cette macabre question. En effet, à l'époque de sa splendeur, Ciao aurait eu pour le conseiller des génies tels que Altan, Lilas82, Alexdenice, ou encore Secretdenfance, tandis que maintenant il ne lui reste que des seconds, voire des troisièmes couteaux, que la décence m'oblige à laisser dans l'anonymat, et qui seront tout juste capables de copier la notice de wikipedia en l'assortissant d'un "oui, non, peut-être, ça dépend des cas" en guise de conclusion. Autant dire que ça n'aidera pas. C'est pourquoi, n'écoutant que le sens de l'empathie qui m'a rendu célèbre jusqu'au fin fond de l'Europe de l'est (http://www.ciao.fr/GeneralMoldavieAvis1161616), je reviens, pour éclairer de mes feux les derniers instants de ce site qui restera à jamais gravé dans ma mémoire pour m'avoir appris à me méfier de Pixmania, des morceaux de fromage qui sont en fait du shampoing fashion, et des gens qui portent un autre nom ...

L’école en France : toujours aussi efficace ? 30/03/2011

I) Oui, II) Non, III) Nouin

L’école en France : toujours aussi efficace ? Avant, pour former un prof à partir d'un idiot, il fallait une douzaine d'années, et à la fin on obtenait un hussard noir de la République, un missionnaire laïc, un héros magnifique du combat contre l'ignorance, un chevalier du tableau noir, bref, un fantassin culturel prêt à mouiller la redingote pour le rayonnement de son pays et l'élévation intellectuelle de son prochain. Aujourd'hui, pour former un prof à partir d'un idiot, il faut quinze ans, plus trois ans de fac, plus quatre ans d'IUFM (parce qu'il va nous rater le concours au moins trois fois), plus une année sabbatique à un moment donné pour entreprendre un tour du monde qui se sera limité à l'exposition de son petit nombril en milieu ensoleillé, bref, il faut deux douzaines d'années, et à la fin on obtient un jean-foutre qui a trouvé à se caser là pour des raisons de temps libre et de sécurité de l'emploi, qui lui permettront, croit-il, de percer dans quel que soit le domaine artistique dans lequel il se sera imaginé avoir du talent, projet dont l'échec évident le précipitera dans l'aigreur encore plus rapidement que son incompétence crasse. Avant, l'école servait d'ascenseur social, elle permettait aux méritants de se forger l'avenir qu'ils méritaient, elle offrait à tous les mêmes chances, et au delà de tout ça, elle fabriquait des français, grands, beaux, et fiers, avec de belles moustaches. Aujourd'hui, l'école est devenue une usine à chômeurs surdiplômés, parasites aussi ridiculement spécialisés dans des ...

Recettes pour positiver 24/03/2011

La vie en rose !

Recettes pour positiver A chaque fois que j'écris un avis directement dans la page ciao, il arrive un moment où j'appuie au mauvais moment sur la touche "retour en arrière", ce qui me fait reculer d'une page, et tout s'efface. Par conséquent, je vous préviens, il n'est pas du tout sûr que vous puissiez lire ces lignes. Introduction pratique L'autre jour j'étais dans le train, le TGV qui va de Paris à Tarbes, et à Bordeaux une nana est montée et s'est assise derrière moi, côté couloir. Il s'est avéré qu'elle avait été au collège avec son voisin, côté fenêtre. Mon lecteur mp3 m'ayant lâché vers Angoulême, j'ai été contraint d'écouter leurs retrouvailles. Il démolissait, c'était son métier, il trouvait ça marrant, mais il voulait changer à cause des conditions de travail, notamment les poussières. Elle pionnait, mais c'était juste le temps de trouver un vrai travail relatif à sa formation universitaire inintéressante (langue ou tourisme ou embrasseuse de citrouilles). Il trouvait ça super qu'elle se soit orientée vers un métier qui lui permettrait de voyager (ça devait être tourisme). Ensuite ils ont parlé de leurs années collèges et elle a confirmé qu'un prof qu'ils avaient trouvé bizarres à l'époque était toujours bizarre vu d'une pionne. Bref, c'était deux personnes normales qui n'allaient pas au même endroit et ils se sont quittés sans échanger leurs coordonnées. Cependant, à un moment c'est devenu relativement intéressant : alors qu'ils évoquaient leurs connaissances communes, que ...

Les événements au Japon doivent-ils remettre en cause notre mode d’utilisation du nucléaire en France ? 16/03/2011

DON'T PANIC

Les événements au Japon doivent-ils remettre en cause notre mode d’utilisation du nucléaire en France ? Non mais attendez... Sérieusement, deux minutes... Vous ne croyez pas que c'est un peu trop tôt ? Je veux dire, Michael Jackson, on a attendu qu'il soit mort pour raconter n'importe quoi... Alors que là, les japonais, ils bougent encore... Je veux dire... C'est pas décent, quoi... D'un autre côté, je n'ai aucune espèce de sens moral, et j'adore paniquer. Guy Debord a jadis écrit, dans ses illustres "Commentaires sur la société du spectacle" : "Les pratiques nucléaires, militaires ou civiles, nécessitent une dose de secret plus forte que partout ailleurs ; où comme on sait il en faut déjà beaucoup. Pour faciliter la vie, c’est-à-dire les mensonges, des savants élus par les maîtres de ce système, on a découvert l’utilité de changer aussi les mesures, de les varier selon un plus grand nombre de points de vue, les raffiner, afin de pouvoir jongler, selon les cas, avec plusieurs de ces chiffres difficilement convertibles. C’est ainsi que l’on peut disposer, pour évaluer la radioactivité, des unités de mesure suivantes : le curie, le becquerel, le röntgen, le rad, alias centigray, le rem, sans oublier le facile millirad et le sivert, qui n’est autre qu’une pièce de 100 rems. Cela évoque le souvenir des subdivisions de la monnaie anglaise, dont les étrangers ne maîtrisaient pas vite la complexité, au temps où Sellafield s’appelait encore Windscale. " A l'aune des récents évènements, on peut affirmer que, vingt-trois ans plus tard, la situation est totalement différente. ...

Votre pseudo sur internet est-il le reflet de votre personnalité ? 19/02/2011

Bonjour, je suis Grégory et j'aime bien les gens sympas.

Votre pseudo sur internet est-il le reflet de votre personnalité ? Avant, à l'âge de pierre, il n'y avait pas internet. Il n'y avait pas non plus de personnalité : en effet, personne ne se demande si l'homme de cro-magnon était timide ou bipolaire. Par contre, il y avait déjà des pseudos. Par exemple, l'australopithèque aimait bien se présenter sous le titre de chasseurcueilleurdu54. Voilà pourquoi la question de ce débat doit être détourée avec la délicatesse extrême de l'archéologue qui met au jour une fibule néolithique pendant une fouille de sauvetage dans la meurthe-et-moselle. En effet, la moindre seconde d'inattention désintègrerait immédiatement le fruit de la réflexion. Par conséquent, ne clignez pas des yeux. N'allez pas faire de pause pipi. Fermez tous les autres onglets de firefox. On parle d'un sujet important ici : moi. Mon pseudonyme sur internet est Gregory Lemarchand, et il a la particularité d'être également mon patronyme. Je l'ai choisi -chose étonnante : j'ai choisi mon propre nom- pour la bonne et simple raison que j'ai découvert ciao juste après Facebook. Or, contrairement à ce que Hollywood, les francs-maçons illuminatis et les médiocres médias veulent nous faire croire, Facebook n'a pas été inventé par un type qui a écrit une équation sur une fenêtre pour se venger de s'être fait plaquer par sa meuf. Il a été inventé par un type qui a senti, avant tout le monde, que le virtuel était devenu une partie intégrante de la réalité. TAN TAN TAN Demandez à chasseurcueilleurdu54, à son époque reculée où n'existaient ni ...

Arthur C. Clarke's Venus Prime, Vol 2 : The Classic Thriller - Paul Preuss 07/01/2011

Veni, vidi, litchi

Arthur C. Clarke's Venus Prime, Vol 2 : The Classic Thriller - Paul Preuss Après avoir sauvé une équipe d'archéologues sur Vénus grâce aux super-pouvoirs numériques dont elle avait hérité suite aux sévices infligés par ses parents psychologues dont elle n'avait aucun souvenir du fait de son amnésie, Sparta était partie vers Paris pour retrouver Kevin. Celui-ci venait d'échapper aux griffes d'une secte millénaire et nudiste grâce à un ingénieux mélange de destop et de javel plus (car lui aussi avait subi des sévices infligés par des psychologues) (mais moins) pour, hélas, tomber dans celles de la police nationale (vos papiers). Quand soudain : "-Allo ? -Agent Coucouillou ? -Colonel, les gens m'appellent Sparta. -Ah mais ça c'est parce que vous ne leur donnez pas votre vrai nom, Agent Coucouillou. -Bon, pourquoi vous m'appelez, d'abord ? Demanda Sparta en contrôlant sa mauvaise humeur grâce à ses implants digitaux situés un peu en dessous de ses autres implants. -Je vous soupçonne d'avoir des super-pouvoirs numériques dus aux sévices que vous auraient infligés des parents psychologues, Agent Coucouillou. -Moi ? Mais non, voyons, mentit Sparta. -Ah pardon, j'avais cru. Au fait, partez en mission sur la Lune, il vient d'y avoir un incident technique super compliqué. -Sur la Lune ? -Oui, vous savez, le truc que montre le sage quand l'imbécile regarde le doigt. -Oui mais non là tout de suite y a mon fiancé qui... -Sur la Lune, Coucouillou. -Mais enfin, on en est aux deux-tiers du livre et l'intrigue ne s'est pas encore nouée, je viens d'arriver sur ...

Spotify 07/01/2011

Radio ferme ta gueule

Spotify "La lala lala motherfucker ding schling love goldorak cry doubidoubidou yeah..." [Ceci est un mash-up global de ma liste de lecture, merci de votre compréhenstion] "One again one again bitch ever chupacabra love boom boom fuck femme chien." -VOUS EN AVEZ MARRE D'ENTENDRE MES INTERVENTIONS CRISPANTES TOUTES LES QUINZES MINUTES, D'AUTANT QU'ELLES SONT A UN VOLUME BEAUCOUP PLUS ELEVE QUE LA MUSIQUE QUE VOUS ECOUTEZ ? ALORS PASSEZ A LA VERSION PREMIUM. LA VERSION PREMIUM DE SPOTIFY, GRACE A ELLE VOUS NE M'ENTENDREZ PLUS, NI CA NON PLUS : [insérer ici le couinement promotionnel aussi peu retranscriptible que supportable d'une artiste qui ferait passer Carla Bruni pour Whitney Houston] "Oh yeah my love cyprès ding dang dadada di dang tears it's a saloon song." Sur la page d'accueil de Spotify, il est annoncé qu'en téléchargeant la version gratuite de cet équivalent logiciel de Deezer, l'internaute bénéficie de quelque chose comme 20 heures de streaming musical par mois sur l'ensemble du catalogue, contre l'obligation de subir régulièrement des messages publicitaires. N'ayant rien d'un altermondialiste opposé aux douches quotidiennes et à la marchandisation de la culture, j'y ai souscrit sans me douter que j'allais tomber dans un piège machiavélique. Car sachez, lecteurs mes amours, que le marché proposé par Spotify est totalement mensonger. En effet, les divers messages scandés par la voix féminine qui nous propose de nous abonner à la version payante pour ne plus avoir à ...

Années 2000 01/01/2011

Mon à peu près Top 2010

Années 2000 Vraisemblablement, la prolifération de tops/flops à chaque fin d'année sur Internet a pour but de bien vérifier que chacun a vu, lu, ou écouté à peu près la même chose que les autres. N'éprouvant personnellement aucune excitation particulière à l'évocation du statut de nouveauté, je me sens systématiquement exclu de cette célébration culturelle. Par conséquent, pour une fois, et parce que je n'ai absolument rien envie de faire en ce premier janvier, j'ai décidé d'établir quelques listes préférentielles des choses que j'avais découvertes en 2010, sans prendre en compte leur date de parution. Catégorie livres : 1 – Le Comte de Monte-Cristo. Lu entre les trois mousquetaires et sa suite. Je n'ai pas écrit d'avis dessus, parce qu'il se serait limité à quelque chose comme "putain mais c'est absolument génial, appelez le GIGN !" déroulé sur une page et demie, ce qui n'est pas très constructif. D'un ton général beaucoup plus sérieux que les tribulations de d'Artagnan et ses copains, le Comte de Monte-Cristo n'a pourtant rien à leur envier, que ce soit au niveau de l'intensité des aventures ou des invraisemblances. Jalonnée des coups d'éclats déments comme des facilités narratives caractéristiques de ses auteurs, la vendetta d'Edmont Dantes transcende pourtant le cadre du feuilleton et ... c'est absolument génial, appelez le GIGN. 2 – Dashiell Hammett J'aurais bien du mal à déterminer ce que j'ai préféré parmi les deux romans et la dizaine de nouvelles que j'ai lu de l'inventeur ...

Amerika ou le Disparu - Franz Kafka 29/12/2010

Disparaissez là-bas

Amerika ou le Disparu - Franz Kafka Cet avis est dédié à Fuchinran, qui a, elle aussi, disparu. "-Vous êtes étudiant ?" Demanda Karl à l'homme assis à une table de travail sur le balcon d'à côté. Le faisceau de la lampe quitta les pages annotées d'un gros volume pour aveugler le jeune homme. "-Oui, et vous ? -Non moi je suis séquestré. C'est des gens que j'ai croisé une fois dans une auberge, ils ont réussi à me faire perdre mon emploi, pour que je devienne leur domestique, et quand j'ai essayé de m'enfuir tout à l'heure ils m'ont roué de coups jusqu'à ce que je m'évanouisse. -Ah, tant mieux, j'avais peur que vous ne soyiez de leurs amis. -Non non, c'est juste que..." Karl faillit laisser échapper qu'il était recherché par la police pour une absence de crime qu'il n'avait pas commis. "-Vous dites ? Demanda l'étudiant. -Et donc vous êtes étudiant ? -Oui, la nuit. Le jour, je travaille dans un magasin. Et vous, que faisiez-vous avant d'être asservi ? -J'étais liftier dans un hôtel géant, répondit Karl. Mais avant ça j'habitais chez mon riche oncle industriel, qui m'a mis à la porte parce que j'ai accepté une invitation à dîner de l'un de ses meilleurs amis. -Ce sont des choses qui arrivent. -Mais bon c'est pas trop grave, parce qu'encore avant j'habitais en Europe mais mes parents m'ont mis dehors après que je me suis fait violer par la bonne. -Moi je bois du café, dit l'étudiant en buvant du café. Pour tenir le coup, puisque je ne dors pas. -A propos, vous pourriez m'y faire rentrer, dans votre magasin, pour ...

Les Mystères de Paris - Eugène Sue 18/12/2010

Existe aussi en version chinoise

Les Mystères de Paris - Eugène Sue "-Mais pourquoi pleures-tu, Fleur-de-Marie ? Demanda un personnage secondaire qui aurait mieux fait de se taire. -Ce n'est rien... rassurez-vous, personnage secondaire, je vais bien, dit la Goualeuse en séchant ses larmes pures mais souillées, un peu comme son âme, et à moitié comme sa chatte. -Vous pouvez tout me dire, Fleur-de-Marie, insista le personnage secondaire, absolument inconscient de la chance que venait de lui laisser la Goualeuse. -C'est tout ce bonheur qui me rend... si malheureuse ! fondit alors en larmes cette dernière. Elle s'effondra sur sa couverture de gros tissu fatigué, mais propre et bien entretenu. -Ok, j'aurais mieux fait de la fermer, comprit trop tard le personnage secondaire. -Avant, j'étais une pute à trois sous, mais n'ayant rien connu d'autre que la misère, l'esclavage et la faim, je ne pouvais savoir à quel point c'était mal ! -Ah. -Après que la Chouette a voulu m'arracher les dents pour me punir de ne pas être morte de froid en vendant des allumettes pieds nus dans la neige sur un pont pendant qu'elle me jetait des cailloux pour me réchauffer, la prostitution, je n'y avais pas trouvé grand mal ! -C'est sûr, vu comme ça. -Mais depuis, monsieur Rodolphe m'a tirée des griffes de cette vieille borgne et du Maître d'Ecole pour m'emmener dans cette petite ferme non loin de la capitale, et là, parmi les gentils fermiers et les durs mais honnêtes travaux champêtres, j'ai rencontré Jésus et mon âme s'est révélée à elle-même ! Gémit de plus belle ...

Cadeaux de Noël, comment s'y prendre ? 05/12/2010

Comme l'an dernier.

Cadeaux de Noël, comment s'y prendre ? Le sous-titre est nul. Ignorons-le, et passons directement aux blagues. "Plaisir d'offrir, joie de recevoir". Les cadeaux de Noël n'ont rien à voir avec ça. Il s'agit d'une gamme diversifiée d'armes socio-familiales, dont voici les principales variétés : UN. Le cadeau rationnel : La méthode est pratique, infaillible, raisonnable, et destinée à maintenir la paix dans le monde. Il s'agit de d'annoncer à l'avance ce qu'on désire, et de demander au destinataire ce qu'il désire. Son seul défaut, c'est de ne pas prendre en compte la nature humaine. DEUX. La surprise : Les femmes adorent les surprises. Une femme qui dit ne pas aimer les surprises est une femme totalement résignée (fuyez). Dans le cerveau féminin, la zone du langage occupe environ 98% de l'espace. C'est pourquoi la femme parle continuellement. Cependant, la finalité du langage féminin est entièrement sociale, pratiquement jamais factuelle. C'est pourquoi une femme ne dira jamais clairement ce qu'elle veut, ni ce qu'elle a. Ainsi, de la même façon qu'elle exigera de la part de son compagnon du moment qu'il devine de façon magique la raison pour laquelle elle s'est subitement mise à faire la gueule, la femme voudra qu'il lui offre l'objet de ses convoitises sans avoir besoin de le demander. Comment y parvenir ? Evidemment, l'homme le plus amoureux du monde n'en devient pas pour autant télépathe. La solution nous vient des dragueurs, ces statisticiens qui s'ignorent. En effet, à l'inverse des hommes, les ...

Vingt ans après - Alexandre Dumas 26/11/2010

Cent soixante ans avant

Vingt ans après - Alexandre Dumas "-J'en reviens pas qu'on soit de nouveau envoyés dans ce pays, dit d'Artagnan, en foulant de son pied gascon le sol d'Angleterre. -J'ai faim, répondit Porthos. -Et j'en reviens encore moins qu'on doive affronter le fils de Milady, ni qu'il soit à Cromwell ce que sa mère était à Richelieu. -Il fait froid, dit Aramis. -Vous vous rendez compte que si ça continue à ce train là, on va se retrouver une nouvelle fois à affronter ensemble un cardinal ? -Je savais que vous alliez changez d'avis, se réjouit Athos. Tous contre Mazarin ! -Ah mais non, c'est pas du tout ce que je voulais dire ! Sérieusement, vous trouvez pas ça bizarre que l'histoire se répète, comme ça, vingt ans après ? Pendant ce temps-là, en France, le vicomte de Bragelonne draguait une enfant de sept ans et mangeait une pomme." Bigger and louder. Cet adage, descriptif des suites-remakes dont Hollywood abreuve le lecteur depuis son premier coca , s'applique parfaitement à la suite des Trois Mousquetaires. Ecrit pratiquement dans la foulée du premier épisode, Vingt ans après reprend les mêmes ingrédients, mais en version plus. Plus de combats, plus d'évasion, plus de crise politique, plus d'Angleterre, plus de gouaille dans les dialogues, plus de diaologues, plus de coïncidences délirantes, plus d'Angleterre, plus de princes, et même plus de mousquetaires. Comme si ça ne suffisait pas, on a également droit à un faux pitch super original qui sera abandonné aussi vite que possible pour que l'histoire puisse se ...

Substance rêve - Philip K. Dick 12/11/2010

En attendant l'année dernière

Substance rêve - Philip K. Dick Le Dr Eric Sweetscent greffe des organes synthétiques sur un riche capitaine d'industrie qui refuse de mourir, alors qu'à une année-lumière de là la guerre fait rage entre un peuple d'humanoïdes et des insectes géants sympas, jusqu'au jour où le dictateur de la Terre lui demande de l'euthanasier et que sa femme psychopathe découvre une drogue qui permet de voyager dans le temps. A partir de ce moment-là, une brûlante question se pose à lui : doit-il demander le divorce ? Naguère, au temps insouciant de ma jeunesse, j'essayais de classer l'oeuvre foisonnante de Philip K. Dick : j'ai tenté d'y déceler des périodes, selon les dates de publication, puis d'écriture, de trier par thèmes, de conjecturer des cycles, de lire son évolution sous l'éclairage de la dialectique matérialiste... En fait, j'ai même lu un roman d'Emmanuel Carrère à rebrousse-chapitre pour tenter d'y voir plus clair. Et puis, la raison venant avec les années, je suis maintenant catégorique. Les romans de Philip K. Dick se divisent en deux catégories : les publiés en poche et ces putains d'omnibus. Je n'aime pas les omnibus : je lis à peu près couché, et c'est trop lourd, je sais pas comment les tenir. Je lis aussi dans les salles d'attente, et c'est trop grand, ça rentre pas dans la poche dans ma veste. Les pages sont tellement fines que je les tourne par quatre. J'aime bien savoir où j'en suis dans un bouquin rien qu'à la position du marque-page, et c'est difficile quand on lit un truc noyé au milieu de ...

Sous le soleil de Satan - Georges Bernanos 08/11/2010

Six six six sex and sun

Sous le soleil de Satan - Georges Bernanos "-Alors, votre jeune abbé, là, il donne quoi ? demanda le père Mission qui portait une soutane. -Il est nul, répondit le père Ditadurango qui portait des bésicles. -Comme vous y allez... Vous savez que c'est à cause de ce manque de tact que vous n'avez jamais réussi à percer au hit-parade des abbés ? -Non mais sérieusement, il est nul, nul, nul ! -Mais, enfin... Bon, je veux bien admettre qu'il n'a pas l'air dégourdi, mais je suis sûr que vous exagérez. On en a vu d'autres... et des pires... -Pas l'air dégourdi !? Mais enfin, même pour un péquenaud il est tout merdeux ! Il sait à peine lire ! En plus de ça, il est timide ! Complètement ahuri ! Regardez-le dans les yeux, cherchez la lueur de l'âme au plus profond de sa pupille, vous aurez l'étrange impression de dévisager une bûche ! -Une bûche ? -Oui, une bûche, je vous dit ! Y a pas à tortiller de l'encensoir, Donissan, sa conseillère d'orientation, en 4ème techno, elle s'est foutue de sa gueule ! Abbé ? Mais comment diable a-t-il pu sortir abbé du séminaire ? -Eh bien...J'ai entendu dire que niveau flagellation, il est vachement impressionnant... Il vous fait de ces flaques de sang... Du jamais vu. -Je vois vraiment pas ce qu'on va pouvoir faire de lui.... Ou alors.... -Ou alors ? -Bon, je vous préviens, c'est une idée à la con... Mais, vu l'énergumène, peut-être qu'on pourrait en faire un saint. -Vous déconnez ? Vous croyez pas qu'on a déjà assez de pédophiles comme ça pour s'encombrer de saints, par-dessus le marché ...

L' Adversaire - Emmanuel Carrère 11/08/2010

C'est arrivé près de chez lui

L' Adversaire - Emmanuel Carrère Jean-Claude Romand ment. Emmanuel Carrère ère. Le lecteur aurait mieux fait de regarder "Faites entrer l'accuser". Car Jean-Claude Romand mérite absolument le 'coup d'oeil paralysant' (tm) et la 'réprimande interrogative' (tm) de Christophe Hondelatte : c'est lui qui a buté toute sa famille (parents, femme, enfants, le chien), pour ne pas avoir à leur avouer que sa vie professionnelle était un mensonge total. Pendant ce temps-là, Emmanuel Carrère faisait de la pâte à pain. En ce qui me concerne, j'ai jeté mon dévolu sur ce livre, qui n'est pas plus un roman qu'une enquête, après être tombé sur son adaptation cinématographique (signée Nicole Garcia, avec Daniel Auteil) alors qu'à des centaines de kilomètres de là Emmanuel Carrère repassait ses chaussettes (les bleues, celles qui font gamin). Cependant, ce n'est pas la qualité du film qui m'a incité à passer au bouquin, mais plutôt son incroyable vacuité, puisqu'il se contentait de raconter platement les faits du point de vue du criminel et se gardait bien d'explorer le seul élément intéressant de cette affaire, à savoir la complicité inconsciente de l'entourage. En effet, Jean-Claude Romand n'est ni Frank Abagnale, ni Bernard Madoff, ni Christophe Rocancourt (ni même Emmanuel Carrère, malgré le fait qu'ils aient eu tous les deux pendant des années la même vieille cassette audio de Pow-Wow en train de pourir sous le siège passager de leur voiture). C'est juste un malade mental assez insignifiant. On peut même aller jusqu'à ...
Voir plus d'avis Haut de page