Partager cette page sur

rouge Statut rouge (Niveau 5/10)

Hermanni

Hermanni

Aucun profil de membre disponible. La personne que vous recherchez n’est plus membre de Ciao.

Avis rédigés

depuis 07/03/2009

45

Fairmount Bagel, Montréal 18/09/2009

Les bagels de l'espace !

Fairmount Bagel, Montréal En rentrant d’une journée de visite trépidante dans Montréal (beaucoup de marche, mal aux pieds…) je n’ai vraiment plus le courage de me taper toute une soirée au restaurant. Quand au fast-food, c’est vite fait mais c’est tellement pas bon ! Et puis on a les mêmes en France. On jette un coup d’oeil sur nos guides et on découvre qu’à quelques minutes de notre hôtel se trouve Fairmount Bagel Bakery. Les deux guides recommandent chaudement cette "fabrique" de bagels, d’après eux, on y fait les meilleurs de la ville ! En plus, la boutique est ouverte 24h/24 et 7 jours sur 7 d’après leur site Internet, on ne risque pas d’arriver après la fermeture ! Personnellement, je ne connaissais pas ces petits pains ronds, salés ou sucrés aux multiples saveurs. J’ai bien envie de tenter l’expérience ! En arrivant dans la boutique, on est accueillit par une délicieuse odeur de pain chaud et par une non moins adorable dame qui est chargée du service. Elle a un mot gentil pour tout le monde, compatit devant notre air fatigué et nous encourage pour surmonter notre décalage horaire (qui visiblement saute aux yeux !). Ensuite, elle prend le temps de nous expliquer les différents parfums puis nous laisse choisir (ce qui est aussi un peut long, il y a 18 variétés !) Derrière la serveuse, se trouve " l’atelier de confection". Un homme s’attaque à une montagne de pâte levée et la débite en morceaux. Un autre semble façonner les bagels et un troisième manie avec une dextérité étonnante une ...

Observatoire de la Tour de Montréal 07/09/2009

Un penchant pour la Tour de Montréal.

Observatoire de la Tour de Montréal Un penchant pour la Tour de Montréal. Cette tour bizarre, fruit de l’imagination de l’architecte Français Roger Taillibert, surplombe le stade olympique de Montréal qui a été construit pour les Jeux Olympiques de 1976. Cependant, le toit mobile du stade et la tour penchée qui le surplombe n’ont été achevés qu’en 1987. La Tour de Montréal est inclinée à 45° au dessus du toit du stade car elle est le point d’ancrage des câbles qui le soutiennent. J’en conclu que les sportifs ont du s’affronter à ciel ouvert, j’espère qu’il a fait beau ! On peut accéder au sommet de la Tour grâce à un funiculaire qui suit la pente pour monter en douceur. La montée n’est donc pas très impressionnante, et mon vertige s’en est très bien accommodé. Pourtant, cet engin est assez rapide, il met moins de deux minutes pour parcourir les 266 mètres de rails et arriver au sommet à 175m du sol. Arrivé en haut, la vue est à couper le souffle ! Tout l’Est de Montréal s’étale à nos pieds, avec le Saint Laurent qui s’étire paresseusement sur la droite et le quartier des affaires et ces buildings un peu plus loin. On voit très bien les quais et l’île Saint Hélène avec sa Biosphère dont le dôme vitré émerge de la végétation à côté du sommet des manèges du parc de la Ronde et derrière le verdoyant parc Jean-Drapeau. Je suis surprise de ne pas trop souffrir de vertige, mes jambes flageolent bien au peu mais je ne suis pas paralysée sur place, comme cela m’arrive dans de telles situations. Tant ...

Jardin botanique de Montreal 10/08/2009

Royal, le jardin de Montréal!

Jardin botanique de Montreal Le jardin botanique de Montréal Ceux qui me lisent depuis quelques temps déjà savent que j’adore visiter des jardins. Aussi ai-je sauté sur l’occasion de découvrir le jardin botanique de Montréal. Ce fut une après-midi fantastique et une excellente surprise. Je ne m’attendais pas à un jardin de cette envergure et de cette beauté. Je vais donc essayer de vous faire partager mon enthousiasme et le ravissement ressenti en parcourant les allées de ce jardin hors du commun. Histoire et missions du jardin C’est en 1920 que le frère Marie-Victorin (Conrad Kirouac de son nom laïque), jeune professeur de botanique, eu l’idée d’offrir à la ville de Montréal son jardin botanique. Le frère Marie-Victorien confie son projet à Henry Teuscher, horticulteur Allemand, jardinier au Jardin botanique de Berlin, qui a émigré aux États-Unis. C’est lui que imagine les plans du jardin botanique de Montréal. Las, la Grande Dépression, des élections municipales et de la Seconde Guerre mondiale, retardent la concrétisation du projet. Le jardin est officiellement fondé en 1931 mais les bâtiments administratifs ne seront érigés qu’entre 1936 et 1939 et la construction des serres devra attendre 1956. C’est dans les années 1970 que le jardin botanique de Montréal prendra sa véritable envergure avec des activités de recherche et le succès des Floralies internationales de 1980, la rénovation des serres, de nouvelles installations, la coopération avec l'Université de Montréal, et la mise ...

Chutes de Montmorency, Québec 08/08/2009

A tomber à la renverse!

Chutes de Montmorency, Québec En quittant la ville de Québec pour se rendre à l’île d’Orléans ou pour longer le Saint-Laurent en remontrant la côte Beaupré (rive gauche) vers Charlevoix, on est saisi par un paysage naturel magnifique qui se déroule tout au bord de l’autoroute coincé entre le fleuve et la colline. Il s’agit d’une immense chute naturelle, fumante et écumante, qui dévale la falaise pour se jeter dans le fleuve. Pour y accéder par l’autoroute 440 Est, on prend la sortie île d’Orléans et c’est tout de suite à gauche. Il faut faire attention car, en cas d’erreur, on se retrouve sur le pont pour aller sur l’île ! Et là, on ne peut pas faire demi-tour tout de suite ! Un vaste parking est aménagé mais, mauvaise nouvelle, il est payant ! Donc pour les personnes disposant d’un petit budget et qui souhaitent se rendre au sommet de la chute, il faudra peut-être faire l’impasse sur le téléphérique qui vous épargne les 487 marches pour arriver en haut ! Après ça, on doit avoir des fessiers en bétons ! Sur le parking, la boutique du téléphérique permet d’admirer quelques belles vues de la chute en 3D. Toutes ne valent pas d’y jeter un œil mais certaines permettent d’avoir une idée de l’aspect de la chute en hiver. Il semble qu’elle soit encore plus magnifique en cette saison car elle gèle ! Une étincelante cascade de glace se forme alors qu’on peut apparemment escalader. Pour accéder au plus près de la chute, il faut franchir un pont et surtout une voie ferrée. Attention, elle est à peine ...

Hotel Plateau Royale, Montréal 29/07/2009

Un rapport qualité prix imbattable!

Hotel Plateau Royale, Montréal Hôtel plateau royal à Montréal, un rapport qualité prix imbattable ! . Bonjour, Mes prochains avis concerneront le Québec où nous sommes partis en vacances. Ceci explique mon absence sur ciao ces 15 derniers jours… Mon premier avis de cette série parlera de l’hôtel Plateau Royal à Montréal car j’ai vu que personne n’a déposé d’avis sur cet hôtel. C’est bien dommage pour tous ceux qui envisage de partir au Québec tout en limitant les frais ! Nous avons réservé depuis la France grâce au du site « voyage SNCF ». Les 3 nuits en chambre double nous sont revenues à 168 Euros soit 56 Euros la nuit ! De plus nous avons eu 4% de cashback par le site « ebuyClub » (soit 6 Euros et des cacahouètes mais c’est toujours ça de pris…). Pour ce prix, dans une grande ville touriste comme Montréal, on pourrait s’attendre à un logement un peu limite…et bien pas du tout! La chambre est impeccable, niveau propreté et hygiène il n’y a rien à redire ! Et pourtant je suis maniaque et je passe partout pour vérifier avant de poser le pied dans la douche ! La salle de bain est grande, équipée d’un lavabo, d’une cuvette de toilette et d’une baignoire qui fait aussi douche. Un mignon assortiment de shampooings, gels douches et savons en miniature vous y attend (ça change des hôtels qui se contentent de vous fournir une simple savonnette !). L’ensemble des serviettes (2 draps de bains, 2 serviettes et 2 serviettes à mains) est, bien évidemment, changé tous les jours. La ...

Créance de sang - Michael Connelly 09/07/2009

On n'est pas toujours redevable envers qui on croit…

Créance de sang - Michael Connelly Michael Connelly, « Créance de sang. » Aujourd’hui un avis sur un polard. Mon auteur préféré de « Rompol » est Fred Vargas, mais il faut bien bouquiner entre deux aventures de l’inspecteur Adamsberg et cette semaine c’est un Connelly qui m’est tombé sous la main. J’ai déjà lu du lui « Le Poète » qui se laisse lire mais ne m’a pas laissé un souvenir inoubliable. J’ai tout de même retenté l’expérience avec « Créance de sang » et voici mon avis : . Quelques mots sur l’auteur Né à Philadelphie en 1956, Michael Connelly a ensuite grandit et fait ses études en Floride. En 1980 il est diplômé de l’université de cet état et obtient un bachelors degree en journalisme. C’est à l’université qu’il décide de devenir écrivant en découvrant les ouvrages de Raymond Chandler. Il suit donc parallèlement à ses études de journalisme, des cours d’écriture dont un des enseignants est le nouvelliste Harry Crews. Il devient journaliste à Daytona Beach et Fort Lauderdale en Floride et figure parmi les finalistes du prix Pulitzer en 1986. Il devient alors chroniquer judiciaire pour le Los Angeles Times. Il reçoit (avec d’autres journalistes avec qui il a collaboré) le prix Pulitzer pour ses reportages sur les émeutes de 1992 à Los Angeles. Son expérience de journaliste va lui servir pour la rédaction de ses romans, en effet, un de ses personnages principaux est journaliste (« le Poète »). De plus, il aborde parfois le monde judiciaire, par exemple dans « la défense Lincoln ...

Fort de Bouc, Martigues 01/07/2009

Un fort qui résiste à l'assaut de la pétrochimie!

Fort de Bouc, Martigues Quand on arrive par bateau dans le golfe de Fos, on a soudain une impression de fin du monde ! On se retrouve dans un paysage dantesque car la côté est parsemée d’usines pétrochimiques : Port saint Louis, Lavera… et plus loin, invisibles mais dont l’air alourdit par les émanations rappelle la présence : La Mède et Berre, tapies en embuscade au bord de l’étang de Berre. Le Golfe est une sorte de garage pour les supertankers et les porte-conteneurs qui attendent de charger ou de décharger au port autonome. Vive la mondialisation ! Pour peu qu’on contemple cette scène au coucher du soleil, on se retrouve dans l’enfer de Dante avec les torchères qui illuminent le ciel tout poudreux de l’éclat rougeoyant du soleil qui décline ! Pourtant, surmontez votre aversion et approchez-vous… Là, ramassé sur un coin de rocher, faisant bravement face aux assauts de la mer et à l’encerclement des usines, se trouve un petit fort, qui fait le fier comme il peut, assaillit par la technologie moderne. De la mer on le repère, en cherchant bien, par sa tour qui est transformée en phare. De la terre, il est presque invisible est reste la plupart du temps inaccessible car dans une zone SEVESO du fait de la proximité des usines. Il est oublié et pourtant il fait fièrement front en brandissant l’étendard de son long passé dont certaines bribes furent illustres. C’est le fort de bouc ! C’est de lui que je voudrais vous parler car la région où il se trouve est ingrate, vous ...

Variations - Yaron Herman 03/06/2009

Mon pianiste préféré du moment.

Variations - Yaron Herman Deux avis pour le prix d'un ! Tout d'abord, le mien qui suis un vraie profane en jazz, puis celui de Mon Amoureux qui est un vrai amateur et qui le pratique par le biais de la basse et de la guitare. Tout d'abord, je tiens à préciser que mon pseudo n'a rien à voir avec le nom du pianiste virtuose qui nous fait partager son art dans ce CD. Mon pseudo vient du nom de la Tortue de Hermann qu'on trouve encore à l'état sauvage en Provence, j'aime bien cette petite bête qui se croit bien protégée dans sa carapace...mais qui en réalité est très vulnérable, elle me fait penser à Don Quichotte! Bref, pour en revenir à Yaron Herman, j'ai admiré son talent pour la première fois il y à 4 ou 5 ans. Il participait à un concert sur l'île du Frioul en rade de Marseille avec notamment le saxophoniste Raphaël Imbert. Il se trouve que le professeur de basse de Mon Amoureux jouait aussi ce soir-là. Mon amoureux et moi y sommes donc allés pour l’écouter... Et là ce fut pour moi une révélation! Il faut dire que le piano est mon instrument préféré, mais ce pianiste est tout simplement génial. Depuis, nous avons suivit sa carrière avec beaucoup d'intérêt: concerts dans les carrières de Rognes, au Cri du Port à Marseille... A chaque fois, c'est un ravissement de l'écouter faire parler son instrument. Il arrive qu'on soit saisit dès la première note! Faire passer autant d'émotion dans une seule note me parais tellement incroyable! Enfin, vous l'aurez compris, j'adore cet ...

Abbaye de Fontfroide, Narbonne 25/05/2009

Fontfroide : Des Bénédictins aux Cisterciens

Abbaye de Fontfroide, Narbonne En rentrant de vacance dans les Pyrénées, nous avons décidé de faire un petit détour dans les Corbières pour visiter une Abbaye indiquée sur notre guide. Cette Abbaye était notre première, nous ne savions pas trop à quoi nous attendre, mais la découverte s’est révélée si passionnante qu’elle a déclenché un intérêt, qui ne s’est plus démenti par la suite, pour l’histoire des abbayes et la vie dans les monastères à l’époque de leur tout puissance. Des lectures et d’autres visites ont donc suivi et je voudrais vous faire découvrir dans cet avis l’Abbaye qui est à l’origine de mon amour pour ces monuments. Fontfroide est nichée dans un vallon, elle semble lovée, telle une couleuvre des garrigues pour profiter du soleil du printemps qui vient doucement réchauffer ses vieilles pierres. Le lieu tire son nom d’une source (« font » pour fontaine) dont les eaux sont très fraîches (froide). Elle n’est visible que lorsqu’on est presque dans ses murs (mais le chemin est bien indiqué). C’est une des plus grandes abbayes cisterciennes en France, cependant elle n’abrite plus de moines mais est la propriété d’une famille privée qui l’a rachetée pour la sauver de la ruine et qui maintenant se démène pour la faire vivre. Je dois dire que si cette visite m’a enchantée, je le dois autant à la beauté et à la magie des lieux, qu’à la clarté, la gentillesse et la passion de notre guide qui, non contente de posséder un savoir encyclopédique sur le sujet, a su nous faire partager sa ...

Malevil - Robert Merle 10/05/2009

Mal et vil, le propre de l'Homme?

Malevil - Robert Merle MALEVIL L’auteur : Robert Merle Robert Merle est né en 1908 à Tébessa en Algérie (où son père était officier). En 1918, il suit sa famille en France car son père est rapatrié en raison d’une fièvre typhoïde. Après les classes préparatoires hypokhâgne et khâgne au lycée Louis le Grand, il obtient une licence de philosophie et une agrégation d’anglais avant de passer sa thèse (consacrée à Oscar Wilde) de doctorat ès lettres. Il enseigne en lycée, à Bordeaux, Marseille puis à Neuilly-sur-Seine où il croise Jean-Paul Sartre, professeur de philosophie à l’époque. Il est mobilisé en 1939, comme agent de liaison avec les forces britanniques mais il est fait prisonnier jusqu’en 1943. Il met à profit ces années d’enfermement pour écrire son premier ouvrage, un roman, « Week-end à Zuydcoote ». Ce livre, remporte le prix Goncourt en 1949. A la fin de la guerre, il devient Maître de conférence d’anglais à l’université de Rennes puis est promu professeur 5 ans plus tard. Il est muté successivement à Toulouse, Caen, Rouen, Alger et enfin Nanterre où il vit les évènements de Mai 68 qui lui inspireront le roman « Derrière la vitre », publié en 1970. En 2003, Robert Merle reçoit le Grand Prix Jean Giono pour l'ensemble de son œuvre. Il décède en 2004 dans son domaine de La Malmaison dans les Yvelines. Œuvres littéraires de l’auteur Robert Merle est l’auteur d’une intense production littéraire parmi laquelle on trouve des romans d’anticipation (dont Malevil fait ...

Bio Beauté by Nuxe Déodorant Fraîcheur 09/05/2009

Deodorant bio tonique

Bio Beauté by Nuxe Déodorant Fraîcheur Déodorant Bio beauté by Nuxe Je suis "passée" aux cosmétiques bios depuis un an environ suite à la campagne de pub cosmetox de Greenpeace. Mais au début, il était difficile de trouver tous les cosmétiques en bio, heureusement que l'offre se développe! La gamme Nuxe m'a, en général toujours satisfaite et je me félicite qu'ils produisent enfin du bio. Pour faire du cardio, il faut un déodorant qui tienne la route (surtout quand la salle est surchauffée!). Celui-ci s'est accroché et a très bien rempli son office. Attention, c’est un déodorant et pas un anti transpirant (ça n'existe pas en Bio car il faut des produits chimiques pour bloquer la transpiration). Son odeur est très sympathique et stimule bien pendant toute la séance de sport. Elle est très fraîche et on sent son efficacité jusqu'à la fin. Un seul bémol, comme souvent avec cette marque, la liste des composants qui n'en finit pas. On devrait arriver aux mêmes résultats sans une surabondance d'ingrédients parfois présents en très faibles quantités. Modification de l’avis « Ah, non, c’est un peu court jeune »…fille ! Ceci est un avis de jeunesse ! Je dois le modifier, moi qui râle toujours quand il n’y a pas la composition sur les avis cosmétiques ! Je laisse donc en l’état le début de l’avis, et je rajoute ce qui suit : La marque Nuxe est une marque qui utilise beaucoup de composants naturels. Elle a donc rapidement créé une filière bio : « bio-beauté by Nuxe ». Bio-beauté s’engage (selon ...

L'Affaire Nicolas le Floch - Jean-François Parot 06/05/2009

Intrigues policières au siècle des lumières.

L'Affaire Nicolas le Floch - Jean-François Parot L’Affaire Nicolas Le Floch A la suite de deux téléfilms passés sur France 2 : « L’Homme au Ventre de Plomb » et « L’énigme des Blancs-Manteaux », ma maman a trouvé le personnage principal, l’enquêteur Nicolas Le Floch, commissaire du Châtelet dans le Paris du siècle des lumières, très intéressant. Je savais que ces téléfilms étaient adaptés d’une série de romans policiers, les ayant déjà croisés dans ma librairie préférée, sans toutefois jamais les avoir achetés. J’ai donc fait l’acquisition de « l’affaire Nicolas Le Floch » pour ma maman. Malheureusement, le volume lui est tombé des mains… pour atterrir dans les miennes. L’Auteur L’auteur est Jean-François Parot. Il est né en 1946, il est titulaire d’une licence es Lettres, d’une maîtrise en Histoire et d’un diplôme d’étude supérieure en Ethnologie (excusez du peu !). Il est spécialiste des techniques de momification dans le monde égyptien, des mythes des sociétés océaniennes, et surtout du Paris du XVIIIème siècle, connaissances qui lui servent pour recréer une ambiance réaliste dans ses romans policier historiques. Il a exercé les fonctions de consul et vice consul à Kinshasa, Saigon, Athènes, de conseiller d’ambassade dans différents pays d’Afrique notamment, ainsi que de conseiller au ministère de l'industrie. Il est, depuis 2006, ambassadeur en Guinée-Bissau Il a publié une série de romans policiers historiques mettant en scène l’inspecteur breton Nicolas Le Floch dans le Paris du XVIIIème ...

Opificio delle Pietre Dure, Florence 05/05/2009

Des peintures en pierres semi-precieuses

Opificio delle Pietre Dure, Florence Musée des Pierres Dures Si, comme moi, vous aimez l’artisanat d’art, la géologie et les pierres semi-précieuses (si, si, on peut se passionner pour les 3), ce musée est fait pour vous… En effet, il renferme des « peintures de pierres », des œuvres très prisées à Florence depuis la renaissance. Ce sont des marqueteries réalisée grâce à des pierres marbrières et semi-précieuses comme des perles, du quartz, des lapis-lazulis etc… Cette technique allie donc la beauté de la peinture, magnifiée par le travail de la pierre. Comme les techniques et les différentes pierres utilisées sont aussi exposées, le volet scientifique n’est pas en reste. Qui a dit que l’art et la science ne faisaient pas toujours bon ménage ? Un peu d’histoire L’institut fut fondé par Ferdinand de Médicis en 1588. A l’origine c’était une manufacture située dans le couvent de San Niccolo. Elle accueillait le personnel spécialisé dans le travail des pierres rares et précieuses employées principalement pour la décoration de la Chapelle des Princes (la Chapelle des Médicis qui est en fait leur tombeau) à San Lorenzo. Pietro Leopoldo, en 1796, transféra la manufacture dans l'actuel siège de la rue des Alfani. Vers la fin du XIXème siècle, son activité c’est orienté principalement vers la restauration d’œuvres existantes car la demande en marqueterie de pierre avait presque totalement disparu. En 1975, tous les laboratoires de restauration de la ville de Florence sont réunis au sein du ...

Les Jardins de Boboli, Florence 01/05/2009

Beau, très beau le Boboli

Les Jardins de Boboli, Florence Jardin de Boboli Un des incontournables de la célébrissime ville de Florence, c’est le Palazzo Pitti qui abritât d'abord les Médicis, puis des Habsbourg-Lorraine et des Savoie . Cependant, il serait dommage de se contenter de la visite du palais et de ne pas prendre le temps de flâner dans les jardins. En effet, ces jardins se trouvent de l’autre côté du Palazzo et c’est le seul endroit où on peut avoir une vue dégagée et avec du recul sur l’édifice. En effet, côté ville, il y a bien une place devant le Palazzo mais ses dimensions sons réduites et ne permettent pas, à mon sens, de prendre un recul suffisant. Ce qui est étonnant c’est que ces jardins sont tout en montée, depuis le palais jusqu’au sommet de la colline. C’est le contraire des jardins à la Française qui sont pensés pour être admirés depuis le château. Ici, c’est le palais qui est à voir depuis les jardins qui forment, en quelque sorte, un écrin autour de ce joyau. Informations pratiques Il faut se rendre au Palazzo Pitti, on achète le ticket d’entrée aux mêmes guichets que ceux pour le palais. Le jardin est ouvert du lundi au dimanche (sauf le premier et dernier lundi du mois) de : - 8h15 à 19h en avril, mai et septembre ; - 8h15 à 20h de juin à août ; - 8h15 à 18h en octobre et en mars, - 8h15 à 17h de novembre à février. Fermé le 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. Un peu d’histoire Le Palazzo Pitti fut construit dans la seconde moitié de XIVème siècle par un banquier ...

Benavente SCD5 29/04/2009

Une basse de luthier

Benavente SCD5 Voici un avis de Mon Amoureux, le musiqueux de la famille, sur l’une des ses nombreuses basses. Le Luthier Cette basse a été fabriquée par Chris Benavente, un luthier américain dont la réputation grandit grâce à la qualité des instruments qu’il produit. Encore peu connu en France, les basses qu’il construit sont pourtant comparées au Fodera quant au soin de la construction et surtout à la sonorité. La basse Cette basse est le modèle de « série » (bizarre pour un luthier ?!) avec quelques options supplémentaires comme l’électronique active, une 5eme corde, le chevalet Badass… Les autres caractéristiques de ma basse sont : - Mécaniques hipshot - Manche vissé en érable (j’aimerais bien tester le modèle manche traversant…) avec touche palissandre (vraiment magnifique) 24 frettes - Diapason 35’’ (c’est vraiment grave !) - Corps de forme originale en frêne des marais avec une table en noyer - Finition naturelle et accastillage chromé - Les deux micros et le préampli sont fabriqués par benavente. Le confort de jeu est excellent, habitué aux basses Fender, Ibanez ou warwick, je dois dire que ça n’a rien à voir. L’action est vraiment très basse, aucune difficulté pour atteindre les notes sur le manche, même dans les aigues. Le manche est assez large et le profil est plutôt plat mais tous les bassistes qui l’on essayé l’ont trouvé très agréable et très rapide. Tout le monde est étonné de la facilité à pincer les cordes et par la définition du Si ...
Voir plus d'avis Haut de page