Partager cette page sur

bleu Statut bleu (Niveau 3/10)

Megghan

Megghan

Lecteurs satisfaits: 3 membres
Voir les statistiques du membre

Rien de nouveau dans mon petit monde, pas beaucoup de temps, mes deux loupiottes m'occupent pas mal !

Avis rédigés

depuis 14/03/2004

31

Hotel Zur Krone, Auggen 15/11/2012

Le paradis sur terre existe, il est là

Hotel Zur Krone, Auggen Ma société a des accords avec cet hôtel de sorte que j'y vais de façon assez régulière. A la première réservation, lorsqu'on m'a communiqué l'adresse, je dois avouer avoir un peu "flippé". L'hôtel était-il au milieu de nul part, loin de toute civilisation ?? En fait tout va bien une grande route passe non loin et il est très facile d'accès. Un peu difficile à trouver dans le petit village, une fois localisé, quelques difficultés de parking, le parking de l'hôtel est minuscule, arrivez tôt ou chercher une place alentour. (on en trouve facilement). j'ajoute au sujet de la localisation, qu'on se trouve à 10 minutes à pied des vignes et que de belles ballades sont à faire (mais je n'ai jamais vraiment eu le temps de tester je suis là pour raison pro). je vous recommande d'essayer un winzer Stube, petit restaurant au milieu des vignes. L'accueil est chaleureux, le hall un peu chargé, la maison vend des confitures maison et des produits locaux qui sont exposées dans le hall. Point positif, le fils des propriétaires parle français et travaille à l'hôtel. La chambre est grande, propre, décoration un peu datée, mais cela donne du cachet à l'ensemble, tout l'hôtel est décoré dans cette tendance bois. Possibilité de se faire servir un petit plateau repas léger dans le jardin au milieu des fleurs, dans un calme absolu, avec wifi pour les mordus de la communication/ Un vrai moment de plaisir, qu'on peut faire suivre d'un petit plongeon dans la piscine, facile à trouver, avec serviettes ...

Fnac 15/11/2012

Quand on achète parfait, quand on a un souci NUL FNAC SPB

Fnac On ne présente plus cette grande enseigne de distribution de produits culturels et électroniques. Très fidèle cliente de la FNAC depuis des années, j'avais jusqu'à présent toujours été très satisfaite des produits achetés là-bas. Il y a un peu plus de deux ans de cela, j'achète donc un petit netbook avec les conseils d'un vendeur très sympathique. Il me propose alors de prendre la prolongation de garantie, ou plutôt une assurance échange à neuf. Après quelques hésitations, la chose vaut quand même 99 euros, ce qui est une somme conséquente. Je me décide à prendre cette garantie. Mon mari est effectivement un grand adepte de la prolongation de garantie et me le recommande chaudement. L'appareil bien fonctionnée pendant plus de 2 ans, et il y a quinze jours, la panne, impossible de redémarrer l'ordinateur. Heureuse de mon choix de prolongation de garantie, je me lance dans une folle mission contacter l'assurance. Après plusieurs coup de fils infructueux, je finis par tomber sur un Monsieur sympathique, qui lit (c'est évident) une série de question bateau, ce qui donne des dialogues amusants : Moi "mon ordinateur refuse de démarrer" FNAC SAV "Appuyez sur le bouton marche" Moi " oui Monsieur c'est fait, ça ne démarre pas" FNAC "que voyez vous a l'écran" Moi " rien puisque ça ne démarre pas" Fnac SAV "d'accord éteignez l'ordinateur" Moi "mais il n'est pas en marche" FNAC SAV "ca ne fait rien, appuyez sur le bouton arrêt" .... 25 minutes ubuesques pour une conclusion sans ...

Moevenpick Hotel, Prague 21/04/2011

Excellent hôtel, proche autoroute, métro et centre ville

Moevenpick Hotel, Prague Avide de faire découvrir Prague à ma petite famille, je me suis mise en quête d'un hôtel qui conviendrait. Mon choix s'est porté sur le Moevenpick de Pragues, nous avons reserve une chambre executive. Arrivée tardive à l'hôtel, l'accueil était tout à fait correct, il nous a fallu rejoindre le niveau executive par un funiculaire. L'hôtel est en deux parties, une partie en bas et une partie sur la colline. La vue sur Prague de nuit était magnifique. L'acceuil pour les "executives" se fait donc en haut. L'hôtel est en travaux, mais je n'ai rien remarqué ni visuellement, ni auditiviment. Les chambres sont refaites, donc totament neuves, relativement spacieuses avec une salle de bain assez grande également. Point plus pour la salle de bain, une grande baignoire qui permet aux personnes dépassant le 1,70 de prendre un vrai bain, ceux qui connaissent ce problème apprécieront j'en suis certaine ! Wifi gratuit dans la chambre, petit chocolat, la météo di lendemain distribué tous les jours font partie des petites attentions sympathiques. Le petit-dejeuner est juste fantastique, il y en a pour tous les goûts, du champagne au saumon fumé, en passant par l'omelette, la brioche,... Un vrai régal Le service est très sympathique. Idéalement situé si vous venez en voiture vers une autoroute mais non bruyant, à quelque mètres d'une station de métro, vlatva accessible à pied pour les plus courageux. Proche d'un grand centre commercial et un petit restaurant sympathique a cote en ...

Hotel Santa Costanza, Rome 29/08/2008

Costanza ouvre les portes sur Rome

Hotel Santa Costanza, Rome Ayant profité d'un bon plan sur vueling pour des vols Paris-Rome, je me suis lancée à la recherche de l'hôtel. Je me suis rapidement rendu compte que le defi était difficile à relever. Hôtel en centre ville à des prix très trop élevés. Hôtel en périphérie mal desservi. je commençais à me résoudre à aller camper, quant au hasard de mes recherches je suis tombée sur l'hotel santa Costanza. Le prix était abordable 220 euros pour trois nuits en chambre double petit-déjeuner compris en hôtel trois étoiles, rien à redire. Nous voici donc en route, commençons par évoquer l'accès à l'hôtel, la station de métro la plus proche est accessible après un changement depuis l'aéroport, relativement simple, nous n'avons eu aucune difficulté à y accéder. Ensuite petit point négatif il faut marcher une 15aine de minute pour accéder à l'hôtel. Je commencais à me poser des questions sur ce que nous allions trouver, mais la heureuse surprise, une réception impeccable, une grande chambre, avec un balcon, un bar, une salle de bain. La chambre était impeccable, aucun reproche à faire. De l'eau chaude à volonté, un service de chambre très rapide, du personnel chaleureux sont indéniablement les points forts de cet hôtel. Le petit-déjeuner a été une moins bonne surprise, c'était un buffet. Le jus de fruit était une infâme mixture rappelant le jus en poudre de mon enfance, le jambon était plutôt de l'épaule premier prix. Bref le sucré est à recommander. Je dirais que pour le prix que nous avons ...

Les secrets des Enfoirés 2008 - Les Enfoirés 08/03/2008

Soyez un enfoiré aussi !

Les secrets des Enfoirés 2008 - Les Enfoirés Après les cons les enfoirés, je me spécialise dans les spécimens sympathiques ;-) Oui mais cela sont de faux enfoirés, mais de vrais généreux ! Avis court, pas grand chose à vous dire, juste lisez cet avis et : ALLEZ Y FONCEZ, ACHETEZ ce disque, vous ferez du bien autour de vous ! Le spectacle est toujours merveilleux, un grand moment de rêve et de créativité: Des artistes qui semblent accessibles et qui s'amusent, pas de vraie pression de résultat pour eux, des décors somptueux, une ambiance excellente : un plaisir à regarder Comme d'habitude un mélange joyeux d'anciens et des nouveautés de l'année, il faut ratisser large. J'avoue que certaines têtes ne me causent pas du tout, je vieillis, il faut vraiment que je me tienne au courant. Ceci dit certaines des têtes qui ne me reviennent pas, m'agressent un peu le tympan ;-) Non car soyons honnête, que celui qui achète le disque des enfoirés pour sa valeur musical lève la main. OK il doit y en avoir mais bon pas beaucoup. Ceci dit cela demeure agréable à écouter en voiture, ca s'approche pour moi du easy listening, idéal pour faire le ménage ou des activités fascinantes, où du son joyeux ne peut que rendre la tâche plus gaie. Voilà, un moment agréable, qui devient encore plus agréable quand on sait qu'on va nourrir une personne plusieurs jours de suite. Alors si vous avez les moyens, achetez ce disque, cela ne peut que vous mettre du baume au coeur. Une BA est toujours récompensée. En tous cas c'est ...

Travailler avec des cons - Tonvoisin Debureau 07/03/2008

Pensée à tous nos cons de bureau

Travailler avec des cons - Tonvoisin Debureau A T.S. : mon ancien con de bureau à moi, toutes mes pensées ont été vers vous durant la lecture de ce livre ! Avertissement : ce petit commentaire contient des mots qui peuvent heurter les plus sensibles, et de ceux qui vivent en présence d'un con de bureau !!!! Chéri hospitalisé des collègues de bureau sympathiques ou haineux, selon votre point de vu, lui ont offert en venant le voir ce petit ouvrage issu d'une recherche pointue en « conologie », « travailler au bureau avec des cons » du célèbre Monsieur Tonvoisin Debureau ». Après quelques recherches il semble que Tonvoisin Debureau soit un nom d'emprunt (quoi ? Il fallait vérifier tout de même) et que sous ce charmant et innocent pseudo se cache un collectif qui lutte activement contre la connerie au bureau. Les pleutres refusent de dévoiler leur identité, je ne vous en dirais donc pas plus sur les auteurs de ce petit ouvrage, publié chez « Privé » et qui se vend la modique somme de 13 euros. Ces petites informations pratiques données, venons en au contenu de cet ouvrage dont le but avoué est de nous apprendre à reconnaître un con et à vivre avec lui au bureau. Déjà avouons le, le sujet nous parle, le con de bureau c'est comme le caddy de supermarché qui roule en crabe : tout le monde en a côtoyé un jour, à moins de travailler à domicile et seul. Que trouve-t-on dans ce magnifique ouvrage : 9 petites leçons pour : 1) Reconnaître son con : une petite leçon qui peut servir, mais que je trouve ...

Maktub - Paulo Coelho 28/02/2008

Spiritualité quand tu nous tiens !

Maktub - Paulo Coelho Lors de ma dernière sortie shopping livre, Maktub m'a tapé dans l'œil, l'occasion de lire enfin une œuvre de Paulo Coelho dont on entend tellement parler. Le résumé semble prometteur et correspondre à ce pour quoi Coelho est connu : le spiritualisme. Vendu ! Qui est l'auteur ? Je ne vais pas vous faire la bio complète de l'auteur, il suffit de taper son nom sur un moteur de recherches et tout tout vous saurez tout sur Coelho.- En résumé c'est un brésilien qui a fréquenté une école de jésuite enfant. Cette éducation religieuse a laissé des traces dans son œuvre c'est le moins que l'on puisse dire. On a affaire à un écrivain en quête de spiritualité, Maktub en est la preuve. Le livre en lui-même, aux éditions Anne Carrière, le prix aucune idée j'achète mes livres d'occasion, sauf envie incontrôlable ;-), sur la couverture on voit en ombre chinoise un homme assis en tailleur avec un oiseau sur la main, dont on imagine que c'est une sorte de sage. Le livre compte 190 pages. Voici pour les informations pratiques. Passons au contenu, qui me paraît plus important que le contenant. Ce livre de 190 pages se décompose en environ autant d'histoires, ce format s'explique par le fait que celles-ci étaient publiées comme des chroniques dans un journal brésilien. Chacune de ses histoires est un apprentissage de la vie, une sorte de développement spirituel. Bien souvent il s'agit d'un maître qui parle à ses disciples, et leur donne une leçon grâce a un événement de leur vie, ...

Je vais bien, ne t'en fais pas - Olivier Adam 19/02/2008

Je n'accroche pas, je n'y reviendrais pas !

Je vais bien, ne t'en fais pas - Olivier Adam Je viens d'acquerir et de lire dans la foulée « je vais bien, ne t'en fais pas », d'Olivier Adam aux éditions pocket. L'auteur : un Breton né en 1974, qui a également écrit « À l'ouest » L'histoire : une sœur en déroute suite à la disparition de son frère, cherche à savoir ce qui lui est arrivé. La fin d'une évidence tel que c'en est décevant. Je vous l'épargne pour ceux qui pensent que ce peut être une surprise. Le style, ca pourrait donner ça : « Elle a vu ce livre au Leclerc où elle fait ses courses. Elle a eu envie de le lire, elle a en beaucoup entendu parler, ou était-ce plutôt du film. Elle s'approche du rayon, tend la main et se saisit du roman convoité. Elle passe à la caisse, bip lessive Ariel, bip jambon Herta, pâte barilla, Mayo maille, livres « je vais bien ne t'en fais pas » Pocket. Elle paie, saleté de pouvoir d'achats en berne tant que ça ? Elle n'aurait pas dû le prendre ce livre à 5 euros, il a intérêt á être bien ! » Elle prend le métro pour aller au boulot Denfert, Châtelets, Pyramides, Madeleine, enfin les Galeries Lafayette et le boulevard Haussmann. Elle a lu le petit ouvrage. Vincent et Paul sont déjà là, devant la machine à café. Elle échange quelques amabilités. Sortie ce soir, bonne idée ! » Ca permettra à l'auteur de caser quelques gros mots dans son récit, une pipe (il adore ca l'auteur la pipe mais faut avaler). Non je ne suis pas vulgaire, je précise messieurs-dames. J'arrête là ma parodie, pas très bonne reconnaissons le, ...

Best Western Hospitality Inn, Kalgoorlie 08/01/2008

Moyen de gamme correct

Best Western Hospitality Inn, Kalgoorlie Nous avons été passé quelques jours à Kalgoorlie. Nous avons réservés un hôtel depuis la France. Kalgoolrie étant une ville minière très importante (la mine pas la ville), les hôtels ont bien souvent des coûts prohibitifs. Nous avons cherché un hôtel à prix raisonnables, notre choix s'est porté sur le best western inn, trois personnes avec un prix de 90 euros la nuit sans petit déjeuner. Commencons par la facilité d'accès, l'hôtel se situe sur la rue principale de la ville, relativement excentré, en direction de l'aéroport, très facile donc à trouver. Il peut même être accessible à pieds depuis le centre si on veut faire une sortie arrosée, même si la voiture est préférable. IL faudra certes marcher un peu, mais rien de trop long tout de même et cela peut éviter de se priver de boisson pendant la soirée. L'accueil : la personne de l'accueil était charmante, une emprunte de carte bleue pour garantir notre séjour et notre chambre prépayé était à nous. L'hôtel en lui-même ce sont des rangées de bungalow ou de préfabriqués, rien d'extérieurement beau, il y a trois ou quatre rangées. de ces chambres, nous sommes sur la dernière rangée. La chambre est correct, un peu vieillote, décoration très 60's authentique, ça ferait fureur dans une salle des ventes. La chambre est propre, trois lits, un lit double et deux lits simples, les draps sont propres. Elle est climatisée chose appréciable dans ce coin désertique, et chose encore plus appréciable la clim était réversible : ...

Black fingernails red wine - Eskimo Joe 08/01/2008

Partez à la découverte du Rock and Roll Aussie

Canberra, Australie 07/01/2008

Canberra capitale oubliée !

Canberra a une histoire bien particulière : Capitale de l'Australie, créée de toutes pièces dans ce but d'ailleurs. Melbourne et Sydney se battant le titre envié, il a été décidé de construire une ville neuve qui jouerait ce rôle entre les deux villes. Encore plus important la capitale ne pouvait se situer sur le territoire d'un des deux états, le New South Wales céda donc quelques kilomètres carrés de son territoire. La ville a été entièrement construite par un architecte américain Griffin, ce qui est très rare (peut être même unique : en tous cas je ne connais pas d'autres villes qui aient été totalement dessinée par une seule et même personne!) Elle est construite en plein milieu du territoire, rareté là encore, car souvent les villes australiennes sont côtiéres. Le choix du nom enfin Canberra signifie en aborigène "lieu de réunion". Situation géographique : Vous l'aurez noté, Canberra se situe donc à mi-parcours entre Sydney et Melbourne. A mon humble avis plus près de Sydney que de Merlbourne, mais je ne voudrais pas raviver de vieilles querelles. Elle se situe non loin des blue mountains, en plein milieu du bush, et est donc idéal pour les amateurs de grands espaces, de randonnées et de nature. La ville en elle-même est relativement banal, à mon sens, des rues rectilignes, un sentiment d'unité qui se dégage de l'esemble (et oui tout a été fait par un seul architecte), une ville plutôt verte, un grand lac autour. Pour une vue superbe sur la ville ...

Halo 06/01/2008

Un coin de paradis

Halo Attention, me voici revenu de mes vacances australiennes, vous allez profiter de mes expériences uniques. Voici pour commencer le restaurant où j'ai eu l'honneur d'être invitée à dîner en tête à tête, le "halo" à Perth. Petite notion de géographie pour commencer Perth se situe sur l'Océan Indien en Australie Occidentale (non parce qu'avant d'y mettre les pieds personnellement je ne situais pas trop bien ;-)), la ville est traversée par une rivière qui s'appelle la "swan river". Pourquoi je vous dis tout ca, parceque la hola est un restaurant qui se trouve sur la jetée du centre-ville de Perth, donc le long de cette fameuse rivière. Entre la rivière et la terrasse il n'y a rien, si vous avez la chance d'être tout au bord de la terrasse, vous disposez d'une vue merveilleuse. (romantique pour un dîner en tête à tête si si!) La vue vaut déjà le détour, passons tout de même au moment important le repas, la vue ne faisant pas tout. La carte semble prometteuse, cela nous est présenté comme de la cuisine moderne australienne. La carte n'est pas longue comme un jour sans fin, ce qui plaide plutôt pour de la cuisine fraîche. Il n'y a pas de menu, mais c'est une tradition francophone, me semble-t-il. La carte des vins est grandiose, et beaucoup de vin sont servis au verre. Je vous fais part de mon avis sur ce que j'ai mangé: trio de coquille saint jacques : un vrai régal, un carpaccio de saint jacques, une mousse de saint jacques et une saint jacques ...

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - Isabelle Stoïanov, Harper Lee 04/01/2008

L'oiseau moqueur sait être sérieux aussi !

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - Isabelle Stoïanov, Harper Lee Je viens de découvrir un livre classique, qui aurait échappé à mes profs, quel dommage, cela 'a rien à voir avec certains livres que nous avons eu à lire en traînant les pieds. Celui là est bien différent, gai et triste à la fois, drôle et sérieux, il réussit le pari de rendre l'histoire, pas si lointaine ,de la non-reconnaissance des droits des noirs aux USA intéressante. Mais laissons la les souvenirs collégiens et passons au résumé : Dans les années 30, en Alabama, un avocat défend un "nègre" qui est accusé d'avoir violé une "blanche". Scout, la narratrice est une petite fille dont le père est avocat. , qui au moment du procès est toute jeune (9 ans), L'enfant a les yeux de l'innoncence elle parvient donc à se poser les quesions adéquates et à exprimer ce qu'elle ressent sans ressentir le besoin d'être politiquement correct. La premièere partie du livre aborde la période précédent le procès. ondécouvre la vie d'une petite fille classique, dont les principales préoccupations sont de jouer avec son frère , d'espionner son voisin, et de savoir si son ami de vacances va revenir. Ils vivent entourés de quelques personnages mystérieux, dont une vieille dame exentrique et le fils d'un voisin qui ne sort jamais de chez lui... Puis, quelques mois avant le procès, elle découvre que son père est mal vu par les blancs de la ville et par sa famille car il va défendre un "Noir", un vrai déshonneur dans cette petite commmunauté à cette époque (1929). Elle ...

La dernière danse de Mathilda - Tamara Mckinley 11/05/2007

L'outback australien le vrai !

Je suis tombée sur ce livre par hasard lors d'un petit tour à la FNAC, et le chare a agit : un livre totalement dépaysant, sur la vie dans le bush australien a diverses époquuse. Le résumé Mathilda 13 ans enterre sa mère décédée d'un cancer au fin fond du Bush australien. Le père de Mathilda rêve d'une seule chose vendre Churinga, la ferme familiale, ce que la jeune fille refuse. Vengeance et alcoolisme, il fera donc de la vie de l'enfant un enfer. Sydney, 50 ans plus tard, Jenny , peintre reconnu, vient de perdre son époux et son fils dans un accident, elle ne le sait pas encore mais son destin va rencontrer celui de Mathilda. Lors d'un rendez-vous chez son notaire, elle se découvre prorpiétaire d'une ferme dans l'outback australien nommé Churinga. Que va-t-elle faire vendre cette terre au milieu de nul part ou s'installer dans ce territoire. Elle décide de se rendre sur place pour prendre une décision. Jenny découvre le journal intime de Mathilda et commence à éprouver une fascination pour sa vie, mais beaucoup de questions l'assaillent... Le domaine semble avoir connu des périodes trés sonmbres, est-ce l'endroit idéal pour se reconstruire, a-t-elle bien fait de venir s'installer à Churinga ? A mon avis cette histoire est essentiellement prétexte à découvrir l'Australie rural. Les descriptions des déplacements dans le pays, la vie des fermiers isolés, à des centaines de kilomètres du premier voisin, l'aridité des paysages sont réalistes, l'atmosphère est ...
Voir plus d'avis Haut de page