Partager cette page sur

vert Statut vert (Niveau 2/10)

Neary

Neary

Aucun profil de membre disponible. La personne que vous recherchez n’est plus membre de Ciao.

Avis rédigés

depuis 30/09/2000

26

Une rose au paradis - René Barjavel 15/04/2002

Paradis, enfer, à vous de choisir

Une rose au paradis - René Barjavel Comment réagiriez-vous si on vous annonçait la fin du monde, et qu'en plus, on vous proposait de faire partie des rescapés? Là encore, Barjavel nous livre un univers complètement fictif, fidèle à son imagination débordante. Le style est clair, violent, beau, voire drôle selon les situations. L'histoire est bien ficelée, les personnages sont emprunts d'humanité, et d'incompréhension. Ils sont vivants, tout simplement. Mais ils évoluent ailleurs. Là encore, Barjavel nous livre un univers dont il est le seul à connaître les failles. Il les utilise pour retourner contre ses personnages une condition proche du paradis. Ce qui semble beau, éternel, ne l'est jamais. La question à se poser alors, c'est de quelle manière les personnages vont s'en sortir. Vont-ils atteindre le paradis, ou l'enfer? Ne vous privez pas de la réponse.

Le Grand secret - René Barjavel 15/04/2002

Trésor, ou cadeau empoisonné?

Le Grand secret - René Barjavel "Le grand secret" est probablement un des plus grands romans de Barjavel. Outre ses qualités d'écriture, ses repères historiques, et ses personnages criant de vérité, ce roman est un hymne à la vie, à l'amour, à la mort. Une vision du monde retravaillée par un auteur au talent inestimable. L'histoire est magnifique, inquiétante et.... fictive. Car c'est bien là que réside l'intérêt du "grand secret". Barjavel a fouillé notre histoire, les grands événements de son époque pour en faire SON histoire. Les relations sont si troublantes qu'on a du mal parfois à distinguer le vrai du faux. Tout a été parfaitement travaillé, avec précision. Aucune fausse note. Sachez tout de même qu'après une première lecture, une seconde s'imposera naturellement. Et pour les plus courageux, le livre d'histoire sortira poussiéreux de sa bibliothèque pour cerner les éventuelles failles d'un livre teinté de rêve et de réalité. Bref, un récit à lire, un secret à découvrir.

Le Voyageur imprudent - René Barjavel 15/04/2002

Un univers utopique et dérangeant

Le Voyageur imprudent - René Barjavel On se demande, en lisant "Le voyageur imprudent" si l'auteur ne se trouvait pas dans des conditions de délire total. La description de notre planète est particulèrement troublante, et on a aussi du mal à y croire. Comme si dans quelques centaines de milliers d'années, l'homme serait réduit à une condition d'animal domestiqué, vivant comme un automate. La femme disparaitrait au profit d'immenses utérus qui produiraient des êtres humains à volonté. C'est une vision plutôt...hum... dérangeante, non? Pourtant, Barjavel a cette capacité à nous plonger dans des univers bien à lui, et tellement réalistes dans leur logique qu'on pourrait presque y croire. Il peut nous amener à penser que ce qu'il décrit peut arriver. C'est vrai, après tout, pourquoi pas? On n'ose pas y croire, on est persuadé que Barjavel délirait, mais qui pourrait apporter la preuve qui réfuterait chacune de ses théories? Heureusement, "Le voyageur imprudent" ce n'est pas qu'une utopie humaine dans laquelle l'homme serait dépourvu de tout raisonnement, c'est aussi une histoire d'amour, une réflexion sur le temps, la vie et la mort. Je crois que c'est cela qui est vraiment merveilleux dans les romans d'anticipation, cette possibilité de conserver des sentiments des envies, de savoir que la mort fait partie de la vie. Barjavel n'oublie pas ces valeurs. Il les aménage seulement à sa sauce et les sert avec ses propres rêves.

A la folie pas du tout 15/04/2002

Monde réel, monde imaginaire

A la folie pas du tout C'est vraiment troublant cette manière de penser, d'agir. Etre persuadé de vivre une grande histoire d'amour, qui n'en est pas une. Et surtout, de la vivre loin de l'autre qui ne se doute de rien, qui ne voit rien. Audrey TAUTOU incarne un personnage à l'opposé de ce que l'on attendait. Elle est tour à tour épanouie, heureuse, fragile, inquiétante, effrayante, mais toujours convaincante. Elle fait penser à ces jeunes de "L'appât" qui ne réalisent pas la gravité de leurs actes. Elle est enfermée dans son amour et ne reçoit plus rien du monde réel. Elle se crée un univers où seule sa passion peut survivre, et qu'importe le reste, elle fera tout pour la protéger. Je dis bien TOUT. "A la folie pas du tout" est une pièce en deux actes complètement opposés, remarquablement bien ficelée, parfois trompeuse, parfois prévisible, mais qui se suit avec intérêt.

Stratégies 11/06/2001

THE magazine de référence dans la communication

Stratégies Le secteur de la communication vous intéresse? Lisez Stratégies! Quoi de mieux que le numéro un pour se tenir au courant des dernières campagnes publicitaires, des nouveaux produits phares, des politiques mises en place par les entreprises, des dirigeants très in.... Car en plus de nous présenter le milieu avec clairvoyance et des articles vraiment intéressants, Stratégies est aussi une source riche pour les demandeurs d'emploi. Dans le milieu, les offres ne manquent, les opportunités sont nombreuses. Le site est aussi très riche. Tout y est. Vraiment, si vous hésitez encore, c'est que vous n'êtes pas passionné.

Angel, Saison 1, 1Ère Partie (DVD) 11/06/2001

Le vampire change de décor, mais pas de destinée

Angel, Saison 1, 1Ère Partie (DVD) Que faire quand un personnage a la côte auprès du public au point de faire de l'ombre au vrai héros? Réponse : on lui offre sa propre série. Logique après tout! Bon, mais après, qu'est-ce que ça donne? Un personnage qui s'en va, change de décor pour apparaître un peu plus loin. Le créateur d'Angel étant le même que celui de Buffy, il était aussi logique que les ingrédients restent identiques. Pour ma part, je pense que ça fonctionne assez bien. La série est prometteuse, mais il ne faut pas s'attendre à de grandes frayeurs. Juste quelques moments de dégoût. Les monstres sont differents de ceux de Buffy. Cependant, les adversaires principaux d'Angel (les avocats de Wolfram & Hart)sont plus subtils. Il est vrai qu'il y a de quoi faire avec un personnage aussi ... plein. J'entends par là qu'il y a tellement de choses à découvrir sur le personnage que les téléspectateurs en redemanderont sûrement. De plus, les interventions des personnages de Buffy (Buffy, Faith, Oz, Spike, Darla et quelques autres) contribuent à faire de la série quelque chose de vivant. Ces personnages qui viennent le temps d'un épisode, le téléspectateur sait qu'ils ont leurs aventures dans une autre série. Enfin bref, tout ça pour dire qu'Angel est une bonne série, mais elle ne renouvelle pas le genre.

Roberto Succo 11/06/2001

Un antihéros qui a du charme

Roberto Succo Roberto Succo est un film documentaire à la fois neutre et particulièrement prenant. La longue cavale de ce psychopathe tueur ainsi que sa liaison avec la jeune Léa fait froid dans le dos. Une des questions que je me suis posée en voyant ce film est : qu'a ressenti Léa en apprenant que le garçon qu'elle a aimée pendant un an est un meurtrier sauvage? Le choc a dû être violent. Il l'a été aussi pour moi en pensant que cela aurait pu m'arriver, comme à n'importe qui. Bien sûr, Roberto Succo ne lui a fait aucun mal, il lui a tout de même caché qui il était. Il n'était pas lui. Léa a aimé un homme qu'elle ne connaissait pas. Et sans doute lui-même ne se connaissait pas. Mais sa personnalité complexe est aussi ce qui le rend attachant. L'affiche reflète bien l'image du personnage. La définir est déjà un exercice difficile. Pour ma part, je le trouve simple, mais avec un regard d'acier, terriblement perturbant, mais avec un charisme étonnant. Trop de contradictions finalement. Quant à la réalisation, elle est efficace, sans parti pris. Chacun est à même de se forger sa propre opinion. C'est pourquoi je me suis permise de dire qu'il s'agissait d'un film documentaire. Un film à voir en somme, pour se faire une idée, et pour découvrir un jeune acteur dans son tout premier rôle.

Roswell, Saison 1 (DVD) 02/03/2001

Gentil

Roswell, Saison 1 (DVD) Roswell est une série agréable à regarder, sans prétention, sans artifice non plus. Les personnages sont à la fois originaux et intéressants. Mais le positionnement n'est pas très clair. Je veux dire : est-ce une série fantastique ? dramatique ? suspens? Il y a un peu de tout en fait. Mais le problème, c'est que la série reprend des ingrédients que l'on connaît tous, et ne laisse la place qu'à peu de surprise. Heureusement, les acteurs sont convaincants, beaux, et la série est quand même divertissante. Ceci dit, je préfère le genre de série telle que Buffy, où là, c'est vraiment de l'action, et du suspens, avec la touche d'humour.

Pacte des Loups (le) 01/03/2001

Impressionnant

Pacte des Loups (le) Des références à Martrix, des acteurs incroyables, des personnages variés, une réalisation irréprochable,... je m'arrête là. Il y a trop de choses à dire sur le Pacte des Loups. L'essentiel à retenir : un film à gros budget qui tient ses promesses, et un très bon moment à passer. Une remarque cependant : le film comporte quelques longueurs, heureusement vite oubliées. Certaines scènes auraient pu en effet être enlevées, car elles ralentissent l'action et auraient pu ennuyer le spectateur ( moi par exemple ). Voila, en tout cas, allez le voir, si ce n'est déjà fait.

Roméo et Juliette 01/03/2001

Qu'en pense Shakespeare ?

Roméo et Juliette Romeo et Juliette est un spectacle magnifique avec des décors splendides et des artistes fabuleux. Là j'abrège, car les critiques sont nombreux à ce sujet. Je voudrais juste faire remarquer que même si le projet de Gérard Presgurvic est une réussite, ce n'est pas lui qui a écrit l'histoire. Que devient Shakespeare là dedans ? Le ton et l'atmosphère ont été respectés, soit. Mais le poète ne devait pas s'attendre à une telle adaptation. Il a sûrement son idée à ce propos. Il serait intéressant de le connaître. Je sais que je parle dans le vide, mais comme dirait Laurent Gerra " Shakespeare doit se retourner dans sa tombe " ainsi qu'il l'a dit pour Victor Hugo lors du spectacle de Notre Dame. Voilà, je voulais juste souligner cet oubli.

Claudine à l'école - Colette 18/02/2001

Agréable à lire

Claudine à l'école - Colette " Claudine à l'école " est un livre qui respire la joie de vivre et se lit avec beaucoup de plaisir. Il est amusant, vivant et à la portée de tous. Le style a un certain charme, cependant, je dois dire que je préfère d'autres écrivains. L'histoire peut paraître un peu pompeuse, d'autant que l'époque est dépassée, mais le cadre et les personnages rendent le tout très agréable. Les personnages surtout sont des adolescentes les soucis ne sont pas différents de celles d'aujourd'hui. Chacune d'entre elles reflète une personnalité différente, et je pense que nous pouvons nous retrouver en partie dans l'une d'entre elles. Je parle pour les filles, bien sûr. Le récit, ça vous intéresse aussi peut-être, est celui d'une jeune fille de 15 ans, un peu délurée, qui, avec ses camarades d'école, préparent le brevet. Mais le quotidien de cette école est plutôt mouvementé, et les cours ne se déroulent pas de façon très banale. Beaucoup de " potins " comme on dirait aujourd'hui ponctuent le roman. ...

La Bête humaine - Emile Zola 18/02/2001

Violent et captivant

La Bête humaine - Emile Zola Zola reste fidèle à lui-même dans cette œuvre forte et complexe. Un style violent, des mots simples, des métaphores enivrantes. " La bête humaine ", c'est tout ça. Mais c'est surtout une histoire d'amour entre deux êtres maudits. Une femme criminelle et un homme en proie à une folie meurtrière envers toutes les femmes qu'il rencontre. Cette folie, il tente de la maîtriser, et bien qu'il ait très envie d'assouvir ses envies, il n'a jamais tué. Sa rencontre avec cette femme qui a tué va le fasciner. Mais il ne résistera pas longtemps à ses instincts, et elle sera sa première victime. " La bête humaine ", c'est aussi cette machine fabuleuse, rapide, qu'est le train. Lisez et plongez dans un monde noir et tout se confond.

Entretien avec un vampire (DVD) 18/02/2001

D'une grande beauté plastique

Entretien avec un vampire (DVD) Il est des films qu'on a du mal à oublier. Pour moi, c'est " Entretien avec un vampire ". Les acteurs sont beaux. Les décors magnifiques. La réalisation admirable. Les effets spéciaux convaincants. L'histoire bien entendu est superbement racontée et filmée. L'originalité du récit est de commencer à notre époque : un dialogue entre un journaliste et un vampire qui lui raconte toute son existence. Un vampire spécial, qui a une âme humaine. Oubliez tout ce que vous avez pu lire ou entendre sur les vampires. Dans ce film, pas de crucifix, ni de pieux dans le cœur, encore moins d'incantation. Vous ne verrez pas non plus de visage défiguré comme dans une certaine série que nous connaissons tous. Si vous ne l'avez pas vu, dépêchez vous de vous procurer le film, fermez portes et fenêtres, éteignez les lumières et entrez dans un monde rouge de sang et noir de nuit.

Outsiders 18/02/2001

Un film à la Roméo et Juliette sans les amants

Outsiders La trame d'" Outsiders " ressemble de près à celle des amants célèbres de Vérone. Seule différence : il n'y a pas d'histoire d'amour. Les personnages féminins sont peu présents. L'histoire est celle de trois frères dont les parents sont morts. Leur but : rester ensemble. Leur raison de vivre : les Greasers, une bande de jeunes venant des quartiers défavorisés. Leurs ennemis : les Socks, venant des quartiers riches de la ville. On retrouve donc ce thème des deux clans qui s'affrontent. On retrouve aussi celui du bannissement : un greaser tue un sock et est obligé de partir. Vengeance, meurtre. C'est un cercle vicieux. Et au milieu, une jeunesse en mal de vivre. Remarque : Outsiders date de 1980 et a fait connaître nombre d'acteurs devenus mondialement célèbres : Tom Cruise, Patrick Swayze, Rob Lowe, Emilio Estevez, et d'autres.

Beaucoup de bruit pour rien 16/12/2000

Un régal

Beaucoup de bruit pour rien " Beaucoup de bruit pour rien " est une des adaptations les plus réussies du cinéma britannique. Pas étonnant avec un Kenneth Brannagh brillant derrière la caméra. Il a réussi à rétablir l'atmosphère de la pièce de Shakespeare, et, aussi, bien qu'il s'agisse bien d'un film tourné pour le cinéma, la réalisation est très théâtrale. Et c'est d'autant plus agréable comme cela. Humour, dérision sont au centre de l'histoire. Les personnages sont très vivants, leur psychologie est clairement établie, et la distribution prestigieuse : Emma Thompson, Denzel Washington, Keanu Reeves, Richard Sean Leonard, et l'excellent Michael Keaton. Les costumes sont simples, les décors aussi, mais le tout reste tout de même raffiné. On se croirait dans un monde parallèle qui ressemblerait au paradis. A consommer sans modération !
Voir plus d'avis Haut de page