Partager cette page sur

or Statut or (Niveau 9/10)

alain35

alain35

Lecteurs satisfaits: 519 membres
Voir les statistiques du membre

Adieu Ciao..

Avis rédigés

depuis 15/02/2006

476

Oruro, Bolivie 30/12/2016

Un carnaval réputé

Oruro, Bolivie Arrivés à Uyuni, nous avons tout de suite compris que la ville n'offrait aucune curiosité à part le "cimetière des trains" situé dans le paysage désertique qui entoure la ville . Nous avons décidé alors de ne pas séjourner très longtemps dans cet endroit peu agréable et avons décidé d'effectuer une étape à Oruro, avant d'atteindre La Paz, la capitale bolivienne . Au départ, nous pensions parcourir le trajet en train, mais il fallait partir à deux heures du matin, ce qui ne nous enchantait guère. C'est donc en bus que nous avons rejoint la ville d'Oruro, célèbre pour être le théâtre du carnaval, le second du monde après celui de Rio : c'est en février que le tarif des hébergements " flambent " et que les réservations sont nécessaires, après cette période. Nous avons décidé de prendre un bus de nuit vers 20 h du soir pour nous diriger vers le terminal de bus de Oruro ; et c'est à 7 heures du matin que nous avons rejoint le lieu d'hébergement, réservé deux jours auparavant. *************** *************** ************* 1 - Le lieu d'hébergement : C'est à l'hôtel Graziella que nous avons élu domicile : nous avons prix un taxi pour nous rendre à l'établissement, mais vu la distance, nous aurions pu y aller à pied. C'est chaleureusement que nous avons été accueillis par le personnel qui, tout de suite, nous a présenté la chambre située à l'étage. Dotée d'une fenêtre donnant sur la rue et d'une salle de bains carrelée très propre, cette chambre double était vraiment ...

Salar d'Uyuni, Bolivie 28/12/2016

La plus vaste réserve de sel au monde

Salar d'Uyuni, Bolivie Arrivés à l'hôtel Los Salares de Tupiza le mardi , nous nous sommes renseignés très rapidement sur le jour de notre départ de quatre jours et de trois nuits pour effectuer l'excursion dans le Salar d'Uyuni avec l'agence Turistour dont le responsable était le patron de l'établissement familial où nous étions hébergés. Le jeudi matin, au petit déjeuner, nous avons appris que deux femmes belges, l'une pédiatre et l'autre rhumatologue, participaient à la même excursion que nous. Il fallait être prêt à 8 heures pour entreprendre l'expédition en 4/4 dans le Salar d'Uyuni . *************** *************** ********** Le 1er jour : Après avoir quitté Tupiza, cernée par les rochers rougeâtres dignes du Far West, nous nous sommes arrêtés à l'endroit où la route franchit une crête étroite entre deux vallées : comment ne pas être charmé par cette forêt de pierre constituée de cirques accidentés taillés à flanc de montagne ? On croit pénétrer dans une forêt pétrifiée ( photo n°1) en voyant ces roches découpées sous l'influence du vent et de la pluie . Nous avons pu contempler des cactus face au panorama grandiose de cet univers rocailleux ressemblant à des aiguilles qui se déploie devant nous ( photo n°2) Que c'est vraiment enchanteur ce spectacle visible au détour de la route ! Avec ces couleurs rouges, vertes ou ocres, on peut imaginer que ce sont des endroits d'extraction des minerais ( photo n°3) . Nous nous dirigeons, après une longue route, à la " Ciudad del Encanto " la ...

Tupiza, Bolivie 26/12/2016

Un cadre digne du Far West

Tupiza, Bolivie Après Tarjja, nous avons décidé de nous rendre à Tupiza, la route considérée la plus périlleuse de Bolivie . En s'informant sur les conditions offertes par le réseau routier, on a tout de suite compris que, malgré l'amélioration des infrastructures routières, un tronçon était encore dans un état pitoyable : nous pensions que la meilleure solution était de prendre un bus pendant la journée, mais malheureusement pour nous, ce ,n'était pas possible ; il fallait se résoudre à réserver un bus qui allait nous emmener dans la cité de Tupiza, point de départ du Salar le plus réputé du monde: celui d'Uyuni . Naturellement, nous nous sommes renseignés sur la compagnie la plus fiable . Nous avons effectué la réservation pour le lendemain soir avec la compagnie Juarez. A 20 h30, le départ a eu lieu et guère rassuré, je regardais de temps en temps à travers les vitres pendant la nuit le comportement du chauffeur sur la route : j'ai tout de suite ressenti un soulagement quand j'ai vu le bus s'arrêter lors du croisement d'un camion ou même reculer quand le besoin s'en faisait sentir. Il faut dire que la route parfois étroite dominait un ravin de plus de huit cents mètres de profondeur. Et, contrairement aux neuf heures de trajet prévu, nous sommes arrivés à 2h du matin à la station de bus de Tupiza. *************** *************** *************** 1 - Le lieu d'hébergement : Arrivés à Tupiza, situé à 3000 m d'altitude, nous avons pris un taxi pour rejoindre le lieu d'hébergement, ...

Tarija, Bolivie 22/12/2016

Le vignoble: un atout de la ville

Tarija, Bolivie Après le séjour à Potosi, nous avons décidé de nous rendre à Tarija par un bus de nuit, mais auparavant il faut rejoindre en taxi le terminal situé à plus de 5 km du centre-ville où nous étions hébergés. Dès notre arrivée sur les lieux, nous avons été surpris par la richesse et la somptuosité digne d' un aéroport ultramoderne ( photo n°1) : nous sommes étonnés de voir une telle débauche de confort dans un quartier si misérable, cerné de maisons en tôle délabrées et qui inspire plutôt la désolation . Après avoir quitté le taxi, nous pénétrons alors à l'intérieur de l'édifice circulaire à l'intérieur duquel des plans inclinés permettent d'accéder à l'étage supérieur du bâtiment . Les guichets avec les diverses destinations sont placés autour de cette rotonde du plus bel effet comme vous pouvez le constater sur la photo 2 . On se demande comment la Bolivie peut se payer un tel luxe, tant le niveau de vie est l'un des plus faibles d'Amérique Latine. Après qu'on nous ait délivré les tickets, nous nous dirigeons vers le bus qui va nous emmener pour une dizaine d'heures vers Tarija, notre prochaine destination . C'est à 6 heures du matin qu'on parvient au terminal bus de Tarija ; nous allons ensuite prendre un taxi pour nous rendre à notre lieu d'hébergement que nous avions prévu, mais sans réserver. Nous avons été déçus , car le veilleur de nuit de l'établissement nous a prévenus que l'hôtel affichait complet ; c'est alors que le chauffeur de taxi nous a conseillés un ...

Potosi, Bolivie 19/12/2016

Une matière première convoitée

Potosi, Bolivie Après plusieurs jours passés à Sucre, nous avons pris un bus de la compagnie " 6 de Octubre" pour nous rendre dans la ville voisine de Potosi , située à une centaine de kms de Sucre et l'une des villes les plus hautes du monde, à 4100 m d'altitude. . Nous nous rendons en taxi à la nouvelle gare routière flambant neuf et on nous délivre en montant dans le bus les tickets en échange des 20 bolivianos par personne requis pour ce trajet. Une demi-heure après, nous voila partis pour la célèbre ville minière dont les "conquistadors" se sont emparés . C'est au XVI ème siècle que les mines furent découvertes et très rapidement, l'argent extrait finança l'empire espagnol. L'expression proverbiale " vale un Potosi" qui signifie "ça vaut un potosi" s'applique très bien aux contrats rentables et lucratifs négociés. Du reste, dès notre arrivée , nous nous trouvons en face du " Cerro Rico" le Mont riche d'où on extrait ce minerai ( photo n°1) . Nous nous apercevons que le bus s'arrête à l'entrée de la ville : heureusement que nous demandons s'il faut descendre à cet arrêt sur la route principale, car nous apprenons que le bus part directement pour Uyuni sans passer par le terminal. C'est alors qu'en taxi, nous nous dirigeons vers notre lieu d'hébergement réservé deux jours auparavant par internet situé en plein cœur de la ville antique et à un kilomètre environ de la gare centrale. *************** *************** *************** ********** 1 - Les lieux d'hébergement : Dès ...

Sucre, Bolivie 16/12/2016

Une cité pimpante

Sucre, Bolivie Après nos trois jours passés à Cochabamba, nous avons pris le bus de nuit en direction de Sucre, l'une des villes les plus réputées de Bolivie . Contrairement aux informations des différents guides en notre possession, les routes se sont améliorées et notre arrivée dans la métropole s'est effectuée deux heures plus tôt que prévu . C'est à 5 heures du matin que le bus "semi-cama" nous a déposés à la station terminale . Comme nous savions que l'établissement hôtelier réservé à l'avance n'ouvrait qu'à 7 heures, nous nous sommes armés de patience pour prendre un taxi vers 6h30 qui allait nous mener à notre lieu d'hébergement . *************** *************** *************** 1 - Le lieu d'hébergement : Nous nous sommes rendus en taxi vers l'hôtel " la dolce vita ", tenu par un couple franco-belge qui nous a accueillis à bras ouvert dès notre arrivée? Après avoir effectué les formalités nécessaires, on nous a présenté la chambre en empruntant un escalier extérieur qui donnait sur le patio intérieur agrémenté par des plantes tropicales du meilleur effet . Nous avons pu apprécier le charme et le confort de cette chambre lumineuse et spacieuse. Nous avons pu constater que les gérants de l'établissement très chaleureux étaient toujours prêts à nous rendre service et à fournir toutes les informations pour une visite de tous les coins sympathiques de l'agglomération. Une véritable chaleur humaine se dégageait de cette pension où de nombreux français avec qui nous avons noué ...

Cochabamba, Bolivie 12/12/2016

Une cuvette fertile et verdoyante

Cochabamba, Bolivie Après un retour par Santa Cruz, après la visite des missions jésuites, nous nous sommes dirigés vers Cochabamba : nous nous sommes rendus à la gare routière appelée "bimodal", car elle accueille trains et bus longue distance; Nous avions réservé une journée auparavant auprès de la compagnie Transcopacabana qui proposait des bus "cama " ( bus-couchettes) le soir très prisées sur cette distance avec toutes les prestations requises à bord du véhicule et la sécurité assurée. Nous avions déboursé la veille 131 bolivianos ( 18 € par personne) pour parcourir la distance de 500 km . C'est à 19 h que le départ était fixé pour une durée d'environ 10 heures.. Qu'ils sont luxueux ces bus longues distances où on est allongé confortablement comme dans un lit ! Nous n'avons pas vu le temps passer, car le sommeil est arrivé sans tarder . Nous avons été surpris, quand on nous a annoncé notre arrivée à la station de bus de Cochabamba et que le soleil orangé commençait à poindre à l'horizon à 6h du matin Nous avons pris un petit déjeuner à la cafeteria de la station de bus avant de prendre un taxi pour nous rendre au lieu d'hébergement réservé depuis la France par internet . *************** *************** *************** ** 1 - Le lieu d 'hébergement : C'est au " City hotel" , en plein centre-ville,( photo n°1) que nous avons décidé d'élire domicile pour un séjour de deux jours. Comment ne pas succomber au charme de cet hôtel au hall si accueillant et muni d'un ascenseur qui va nous ...

Concepcion, Bolivie 05/12/2016

L'une des plus réputées des missions

Concepcion, Bolivie De San Javier, nous avons décidé de nous rendre pour la journée à Concepción, seconde mission jésuite, la plus visitée parce qu'elle située à l'extrémité de la route asphaltée. Comme soixante kilomètres séparent les deux cités, il faut un peu plus d'une heure pour parcourir la distance . Nous attendons une demi-heure avant que le minibus nous prenne et nous dépose sur la voie principale de la cité jésuite. Au cours de ce trajet, nous sommes charmés par le paysage superbe de collines de part et d'autre de la route. *************** *************** *************** ******* 1 - La visite de la ville: Arrivés à la mission, nous nous renseignons sur l'endroit où est située l'église ; nous nous rendons compte très rapidement que nous allons être obligés de marcher pendant plus d'un kilomètre avant de rejoindre la place principale. . Qu'elle est longue la ligne droite quelque peu poussiéreuse qui va nous mener jusqu'à un rond-point avant de bifurquer à gauche et d'atteindre le centre religieux de la mission ! Comment ne pas tomber sous le charme de ce village quelque peu assoupi et endormi où la sérénité est le maître-mot ? En arrivant sur la place, nous côtoyons des enfants portant l'uniforme blanc souriants, heureux de nous accueillir et de venir à notre rencontre. ( photo n°1) Nous constatons que les places principales de ces missions sont aménagées suivant le même modèle et que le complexe a été édifié par le même architecte que celui qui a œuvré pour construire ...

San Javier, Bolivie 28/11/2016

La première mission jésuite

San Javier, Bolivie Après notre séjour à Samaipata, nous avons regagné par minibus la métropole de Santa Cruz. Après une nuit passée dans la " Jara Backpacker hostal " , lieu d'hébergement évoqué dans le premier avis et qui nous avait entièrement satisfait, nous avons décidé de nous rendre le lendemain dans une région méconnue et qui est resté très longtemps dans l'ombre : le circuit des "missions jésuites" . Deux cents kilomètres séparent la mission jésuite de la grande cité trépidante et c'est en minibus que nous avons rejoint la ville de San Javier. Nous avons pris conscience que cet itinéraire ne faisait pas partie des circuits habituels proposés par les agences de voyages.. L'histoire de la région fut divulguée au public en 1986 grâce au film de Roland Joffé " Mission" dont le principal acteur fut Robert de Niro. Comment ne pas penser à ce film, palme d'or au festival de Cannes qui racontait les derniers jours des prêtres jésuites de la région? Au début du XVIIIe siècle, le frère jésuite Gabriel fonde une mission sur les terres des Indiens Guaranis.. Dans les mêmes lieux, sévit Mendoza, aventurier mercenaire. Ces deux hommes vont se retrouver pour lutter contre la domination espagnole et portugaise. L'intérêt croissant pour la culture unique en Amérique du Sud qui rassemblait Jésuites et Chiquitanos, l'un des peuples indiens qui vivaient dans la région à l'est de Santa Cruz va inciter l'Unesco à inscrire en 1991 ces missions au patrimoine mondial . Je vais vous faire découvrir ...

Samaïpata, Bolivie 21/11/2016

Un lieu de repos en altitude

Samaïpata, Bolivie Après un séjour de deux jours à Santa Cruz, nous avons décidé de nous diriger en minibus vers Samaïpata,, localité située à 1650 m d'altitude. Deux heures et demie de route et nous voilà arrivés sur la place de l'église de Samaîpata Nous nous sommes rendus alors à notre lieu d'hébergement, réservé depuis la France par internet. *************** *************** *********** 1- Le lieu d'hébergement : C'est à pied que nous avons rejoint la guesthouse "Casa Linda", situé à quelques centaines de mètres du centre du village. Mais il fallait auparavant s'informer du lieu de l'hébergement pour trouver la direction. Après avoir arpenté une rue pavée en forte pente, sous la chaleur, nous atteignons l'établissement et nous sommes accueillis par le gérante de l'établissement, d'origine allemande, qui nous présente la chambre donnant sur la cour fleurie et ombragée. Comment ne pas être sensible au charme de la propriétaire très accueillante qui va être toujours prête à nous rendre service ? Nous avons pu profiter du calme du lieu et du cadre très agréable du jardin surélevé qui nous permettait de bénéficier d'un panorama très étendu sur le village . Le matin, la propriétaire de l'établissement nous a concocté un petit déjeuner très délicieux, composé de fruits, de viennoiseries, accompagnées du thé ou du café, suivant le désir des hôtes., pour 26 € la nuit . Le désir de la propriétaire était d'augmenter la quantité de prestations offertes au niveau de l'aménagement des salles ...

Santa Cruz, Bolivie 14/11/2016

La destination principale de Bolivie

Santa Cruz, Bolivie C'est vers la Bolivie que nous vous invitons à nous suivre : partis le 13 septembre de l'aéroport d'Orly rejoint en bus avec "Isilines" depuis Rennes pour 12€, nous nous sommes envolés pour Santa Cruz de La Sierra, l'une des destinations les plus prisées de Bolivie afin d'éviter le choc de l'altitude: en effet, l'aéroport de la capitale de La Bolivie , La Paz est située à plus de 4000 m d'altitude, plus précisément à El Alto, l'une des villes les plus élevées du monde. Arrivés à l'aéroport international Viru-Viru de Santa Cruz vers 5h30 du matin, nous nous sommes dirigés en taxi vers le lieu d'hébergement réservé à l'avance depuis la France. *************** *************** ************** 1 - Le lieu d'hébergement: C'est à l'hôtel "la Jara hostel Bachpackers" que nous nous sommes rendus pour élire domicile. Arrivés très tôt le matin, nous avons été surpris de pouvoir prendre possession de notre chambre dès 6 heures, sans payer de frais supplémentaires, ce qui nous a permis de pouvoir profiter de ces bons moments pour nous installer confortablement dans notre chambre. Et quelle chambre ! Avec patio extérieur, hamac , fauteuils et une salle de bain partagée en face de notre appartement, nous ne pouvions qu'être satisfaits des conditions offertes pour le prix de 25€, incluant le petit déjeuner . Nous nous sommes très vite rendus compte que le choix de nos dates était judicieux, car la salle de bain n'était guère utilisé et comme elle était située en face de la chambre, ce ...

Bago (Pégou), Myanmar 23/05/2016

Une capitale religieuse birmane

Bago (Pégou), Myanmar De Maylamyline, nous avons décidé de nous rendre à Bago, l'une des plaques tournantes entre le sud et le nord de la Birmanie, située à 80 kms de Yangon, la capitale économique de la Birmanie. En taxi, réservé par l'hôtel, nous nous sommes dirigés vers l'arrêt de bus : il est dix heures quand le véhicule s'arrête pour nous conduire en quatre heures vers la ville de Bago. Nous demandons au conducteur de nous déposer en centre-ville, car le bus poursuit sa route vers Yangoon. Nous allons ensuite en tuk-tuk rejoindre notre lieu d'hébergement réservé à l'avance par l'intermédiaire de Booking.com. *************** *************** *************** *************** ****** 1 - Le lieu d'hébergement:: C'est à l'Amara Gold hôtel, situé à la périphérie de la ville, que nous avons décidé de séjourner deux nuits : le décor dans lequel est bâti l'établissement est agréable et charmant : comment ne pas apprécier l'installation dans les bungalows du rez-de chaussée- ( photo n°1) proche du jardin ? Après nous avoir conduits à notre chambre située dans une cour à l'arrière , nous nous sommes rendus au hall d'accueil pour les formalités d'usage. Pour le tarif de 20 € pour la nuit, y incluant le petit déjeuner, nous avons tout de suite compris que les réservations doivent s'effectuer assez tôt pour ne pas être pris au dépourvu : l'établissement affichait " complet" dès notre arrivée. Il faut dire que l'accueil est très avenant : le propriétaire de l'hôtel nous a proposés de nous conduire en ...

L'Ile des Ogres, Mawlamyine 16/05/2016

Un caractère ilien

L'Ile des Ogres, Mawlamyine Posée le long du large fleuve: le Salouen qui coule à ses pieds, Mawlamyline exerce un attrait indéniable. Les amis français nous ont suggéré de se joindre à eux pour nous rendre pour la journée sur l'île de Bilu Gyun, mais le départ était prévu à 10h15. Or, j'avais pris rendez-vous avec un médecin de l'hôpital pour refaire mon pansement au doigt l'après- midi à 14h . Cependant, nous avions envie d'effectuer l'excursion jusqu'à l'île et c'est alors que nous avons pris la décision de rejoindre l'hôpital public en tuk-tuk et de tenter notre chance pour anticiper le rendez-vous . Quelle fut notre surprise de nous rendre compte que le médecin , étonné pourtant de notre présence à ce moment-là, a compris tout de suite la situation et est venu immédiatement pour s'occuper de nous ! Arrivés à 9 h, nous avons été pris en charge de suite par le médecin et à 9h30, nous étions dans le tuk-tuk pour regagner l'embarcadère et rejoindre nos amis qui attendaient le départ du ferry, surpris de notre retour si rapide . Du reste, ce n'est que dix minutes après notre retour que nous avons été sollicités pour monter dans le ferry, accompagnés de nos amis. C'est depuis peu que les étrangers sont acceptés sur ces bateaux, alors qu'autrefois, il fallait emprunter les petites embarcations à moteur privatisées et ne pas côtoyer les birmans. Tous les embarcadères permettent de rejoindre l'île . Nous empruntons la passerelle qui va nous mener sur le pont : on est obligé de se frayer un passage ...

Mawlamyine (Moulmein), Myanmar 09/05/2016

Une situation exceptionnelle

Mawlamyine (Moulmein), Myanmar Après trois nuits passés à Hpa An, nous avons décidé de nous rendre dans la capitale de l'Etat Mon : Mawlamyaine, appelée autrefois Moulmein, quatrième ville la plus peuplée de Birmanie . C'est en bus local que nous avons parcouru le trajet menant de Hpa An à Mawlamyaine, distant d'une cinquantaine de kilomètres. Arrivés à la station de bus de la ville, nous avons demandé à un tuk-tuk de nous emmener à notre lieu d'hébergement, réservé à l'avance de France par mail. *************** *************** ********* 1- Notre lieu d'hébergement : C'est à l'hôtel OK, en bordure du fleuve, que nous avons élu domicile pour trois nuits ( photo n°1) . Nous sommes accueillis par la gérante de l'établissement qui nous indique le tarif pour la chambre double qu'elle nous propose . On trouve que le prix de 37 € par nuit, incluant cependant le petit déjeuner, est un peu excessif par rapport aux prix pratiqués dans les autres villes du nord de la Birmanie; mais nous nous rendons compte très vite que, vu l'affluence récente dans cette ville devenue touristique, les hôtels à petit budget se font rares. Nous sommes conduits alors dans la chambre située au second étage en passant par un couloir extérieur qui donne sur un balcon et qui offre une vue admirable d'un côté sur l'embarcadère et de l'autre sur le marché . Un panorama exceptionnel, surtout au coucher de soleil ! ( photo n°2). Nous avons tout de suite compris que, vu son emplacement, face au port et au coucher de soleil, le tarif se ...

Pics Karstiques et Grottes, Hpa-An 02/05/2016

Les alentours sublimes de Hpa An

Pics Karstiques et Grottes, Hpa-An Avec nos amis français, nous avons décidé d'effectuer une excursion organisée par l"hôtel le Galaxy où nous séjournions dans les environs de Hpa An : pour le tarif de 5000 kiats par personne ( 4€), on allait nous faire découvrir en tuk-tuk les grottes et les pics karstiques de la région . Une belle aubaine que ce tarif jugé modique pour toute une journée de balade dans la campagne birmane .! Comme le départ était prévu à 8 heures, nous avons pris le petit déjeuner dans la salle de restauration à 7h30 et nous étions prêts à l'heure dite pour le départ vers le périple tant attendu. Pour la première étape de notre excursion, guidée par le chauffeur du tuk-tuk, nous nous sommes rendus au site le plus proche de notre lieu d'hébergement, à une dizaine de kms du centre de Hpa-An : la grotte de Kaw Ka Thaung : nous sommes arrivés très rapidement à la grotte : nous avons été frappés par le Bouddha allongé qui se dressait à l'extérieur de la caverne, puis nous sommes rentrés à l'intérieur de l'orifice qui recèle une cinquantaine de petits bouddhas blancs ( photo n°1) . Qu'elle est paisible et fraîche, empreinte d'une atmosphère mystique cette grotte bordée de bouddhas qui, grâce à un boyau, conduit à une petite salle plongée dans la pénombre ! On ne peut que succomber au charme de ce lieu dont se sont emparés les bouddhistes pour en faire un endroit de recueillement . Après avoir pu admirer les Bouddhas de couleur debout ou allongé qui bordent l'entrée de la caverne, nous ...
Voir plus d'avis Haut de page