Partager cette page sur

violet Statut violet (Niveau 4/10)

barbaturick

barbaturick

Aucun profil de membre disponible. La personne que vous recherchez n’est plus membre de Ciao.

Avis rédigés

depuis 31/07/2005

68

Pome - Marie Despleschin 07/08/2008

Pome verte

Pome - Marie Despleschin 1997 nous découvrions Verte, une jeune apprentie sorcière de 11 ans, dont le seul désir était de ne pas devenir une sorcière... Mais la nature étant mal faite et l'hérédité irrémédiable, Verte a bien dû composer avec ses pouvoirs envahissants et indésirables... 10 ans plus tard, 2007, revoilà Verte. Enfin, 10 ans plus tard en librairie. Marie Desplechin nous livre la suite des aventures de sa petite sorcière. Car si "Pome", suite de "Verte", est parue en 2007, Verte elle n'a pris qu'un an. Verte a donc 12 ans, elle est en 6ème et sa vie de sorcière en herbe se partage désormais entre le collège, sa mère Ursule, sa grand-mère Anastabotte qui lui apprend les rudiments de la sorcellerie, son meilleur ami Soufi, as du foot qui n'est plus dans le même collège qu'elle et son père finalement retrouvé (ça a du bon parfois la magie...),Gérard l'entraîneur de foot de Soufi. Gérard a même gratifié Verte d'un grand-père Raymond, ancien comissaire de police. Verte partage donc sa vie entre les femmes sorcières et les garçons quotidiens et terre-à-terre. Elle se sent quand même un peu seule avec ce lourd secret, même si l'amitié étant ce qu'elle est, Soufi partage un peu de ses mystères magiques. Jusqu'à ce qu'elle découvre Pome devant les boîtes aux lettres en bas de l'immeuble de Gérard et Raymond. Pome, drôle de prénom, aussi drôle que Verte. Et Pome elle même est un peu bizarre... Dans son comportement, dans le fait de ne jamais vouloir (pouvoir?) amener personne chez elle ...

Hairspray (DVD) 05/08/2008

Tous à vos choucroutes!

Hairspray (DVD) "Hairspray" est un film musical de John Waters sorti en 1988. Le succès fut tel que le film a été adapté à Broadway en comédie musical puis , nouveau succès oblige, réadapté au cinéma par Adam Shankman, dans un remake de 2007, avec John Travolta en travesti (pas vu au cinéma, trop aimé la version originale, mais Travolta me laisse perplexe dans ce rôle...). L'action se passe, comme d'habitude dans les films de John Waters, à Baltimore, sa ville d'origine. Nous sommes en 1962 et la jeunesse se rue tous les après-midi devant sa télé pour danser au rythme des musiques 'in" jouées dans l'émission de danse locale. Tracy Turnblad (Ricky Lake, aussi dans "Cry Baby" et "Serial Mother", du même réalisateur), adolescente assez forte (!!), rêve de devenir une des danseuses de l'émission. Or celle-ci danse très bien et une audition a lieu vers chez elle et elle se débrouille pour y participer et être recrutée. S'en suit une rivalité entre Tracy, qui ne répond pas aux critères des canons de la beauté et est issue d'un milieu très modeste, et Amber Von Tussle (Colleen Fitzpatrick), beaucoup plus proche de ses fameux canons et d'une famille plus qu'aisée. S'ajoute en toile de fond le problème ségrégationniste de l'Amérique du début des années 60, très justement traité . Les minorités (dans tous les sens du termes : chez John Waters on ne retrouve pas uniquement les minorités ethniques, mais tous ceux qui peuvent différents de quelque façon que ce soit) sont mis en valeur, on ...

Juno (06 Février 2008) 13/02/2008

Coup de coeur cinéma

Juno (06 Février 2008) Juno MacGuff a 16 ans. Elle est au lycée et comme toutes les ados elle est un peu paumée. Donc quand elle s'ennuie un soir où elle traîne avec son meilleur ami, Paulie Bleeker, elle décide de coucher avec lui. Manque de pot elle tombe enceinte. "Juno" retrace sur presque un an, en 4 saisons (ça commence en automne ça finit l'été suivant) la grossesse de cette jeune fille atypique, franche, drôle et très attachante. Après avoir pensé à se faire avorter mais ayant reculé de peur, elle cherche avec l'aide de son amie Leah une famille adoptive pour le bébé dans les petites annonces du journal local. Bingo, la première annonce est la bonne : un couple (Vanessa et Mark Loring, Jennifer Garner et Jason Bateman) riche et parfait, propre etc, en mal d'enfant a fait passer l'annonce idéal. Mais il s'avèrera qu'il faut se méfier des apparences, comme souvent! Juno qui vit dans une famille recomposée cherche l'idéal d'amour éternel pour son enfant. Mais ces idéaux et convictions vont se trouver ébranlés et elle devra mûrir plus vite qu'une autre adolescente. La famille adoptive idéale est surtout la mère idéale, car certain adultes n'ont pas toujours fini leur adolescence... Ecrit par la scénariste Diablo Cody et réalisé par Jason Reitman, on découvre la jeune Ellen Page (déjà apperçu dans "X-Men 3") absolument parfaite de justesse. Les personnages naviguent entre les clichés américains moyens mais sans tomber dans la caricature car tout est vu et dépeint par Juno, ...

I'm Not There (05 Décembre 2007) 10/12/2007

A la recherche de Bob (Zimmerman) Dylan

I'm Not There (05 Décembre 2007) Après la période glam avec "Velvet Goldmine" en 1998, Todd Haynes s'attaque à la légende Bob Dylan. Mais ce film n'est pas du tout, très loin de là, un vulgaire "biopic" (=biographie filmée). A travers des faits réels (la réaction lors d'un festival Folk suite au passage de Dylan à la guitare électrique, son accident de moto...), les chansons du Zim et tous les fantasmes que ses mystères et changements apparents de personnalités au cours de sa carrière ont suscité chez le réalisateur, Todd Haynes brosse une sorte de portrait halluciné et fantasmagorique de Bob Dylan séparé en six personnages. Bob Dylan a muté au cours de sa carrière publique? Soit Todd Haynes crée un personnage par facettes, soit six personnages pour sept périodes, grosso modo. La fin des années 50 est incarnée par un jeune garçon de 11 ans (Marcus Carl Franklin) qui se surnomme Woody Guthrie en hommage au chanteur de folk, héros de Bob Dylan. Délinquant juvénile en fuite de son état d'origine, Woody voyage dans les wagons de marchandises des trains et chante à l'occasion du blues sur sa guitare au fil de ses escales en direction de New-York, de l'hôpital où vient d'être hospitalisé le vrai Guthrie. Le début des années 60, Greenwich Village et les protest-songs sont incarnés par Jack (Christian Bale), qui deviendra 20 ans plus tard (mais revirement catholique de Dylan des années 70) pasteur John dans une église de Californie. Un journaliste est parti à sa recherche sous forme d'un reportage ...

Verte - Marie Despleschin 05/12/2007

Sorcière malgré elle

Verte - Marie Despleschin Verte est une petite fille de onze ans. Une petite fille qui va à l'école comme tous les enfants de son âge. Mais Verte n'est pas une petite fille ordinaire. Outre son prénom plus qu'original, Verte est une sorcière. Oh d'accord son pouvoir ne s'est pas encore manifesté mais en tant que fille première née de sorcière, elle sera forcément une sorcière. Cependant, Verte s'en fiche d'avoir des pouvoirs magique, Verte veut juste être "normale", comme tout le monde, que des garçons sympas comme son ami Soufi s'intéresse peut-être, pourquoi pas à elle, se marier, avoir des enfants, etc... Surtout ne pas ressembler à sa mère... Donc Verte en veut à sa mère Ursule, de lui avoir donné un prénom si ridicule, de lui mettre la pression pour montrer des signes de magie, pour avoir fait d'elle contre sa volonté quelqu'un de différent et surtout surtout d'avoir supprimer depuis longtemps un père de sa vie. Il faut dire qu'Ursule n'est pas une sorcière très rigolote : Ursule passe son temps à concocter des mixtures nauséabondes pour embêter ses voisins. Ursule a décrété aussi puisque les hommes, n'ayant aucun pouvoir magique, les sorcières étant forcément des filles, qu'un mari et donc un père était tout à fait inutile et encombrant. Que du négatif... Ursule vit seule, donc, avec Verte. Pas besoin de s'encombrer d'un mari inutile, donc... Mais quand même Verte devrait bien accepter de s'occuper un peu plus de sorcellerie et un peu moins des garçons de son âge, et surtout de ce ...

Aux fruits de la passion - Daniel Pennac 18/08/2007

Dernier tour de piste pour Benjamin et les siens

Aux fruits de la passion - Daniel Pennac 1999, Daniel Pennac livre ce qui est le dernier tome de la saga Malaussène, entamée 14 ans plus tôt. Roman le plus court de la série aussi. Comme pour boucler la boucle, un personnage qui avait plutôt été en retrait dans les autres volumes se retrouve poussé en avant : Thérèse Malaussène. Pour vous donner une idée, voici l'invitation en quatrième de couverture : "La tribu Malaussène et ses proches ont le regret de vous annoncer le mariage de Thérèse Malaussène avec le comte Marie-Colbert de Roberval conseiller référendaire de première classe." LES PERSONNAGES : 1/ La Tribu : Benjamin Malaussène : grand-frère de famille, père de substitution pour ses nombreux frères et soeurs et père tout court de Monsieur Malaussène (sic). Démissionne de son boulot de bouc-émissaire aux éditions du Talion, tellement habitué à concentrer tous les soupçons de la terre dès qu'une infraction est commise qu'il préfère se préparer à finir sa vie en prison. Louna Malaussène : celle qui d'habitude n'est jamais là, vu que mariée, infirmière et mère de jumelles, mais cette fois-ci pas mal présente aux repas familiaux et aux reproches, apparemment relativement délaissée par son médecin de mari. Thérèse Malaussène : extralucide versée dans les astres et tous les moyens possibles et imaginables pour prédire l'avenir. A ouvert une caravane tchèque sur le boulevard Ménilmontant, où les gens se pressent pour se faire faire des prédictions. Ne fait ça que pour dispenser un peu de ...

Monsieur Malaussène - Daniel Pennac 17/08/2007

Benjamin au pays des illusions

Monsieur Malaussène - Daniel Pennac Il faut attendre 1995 pour que Daniel Pennac donne une suite aux aventures de Benjamin Malaussène et sa tribu. Ce sera "Monsieur Malaussène", copieux livre de plus de 600 pages. LES PERSONNAGES : 1/ La Tribu : Benjamin Malaussène : le grand frère responsable, ou qui tente de l'être. Je-narrateur, bouc-émissaire professionnel et innocente victime parfait suspect de tout ce qui arrive autour de lui. Louna Malaussène : la moins présente de la famille, car infirmière mariée à son médecin Laurent et maman de jumelles. Thérèse Malaussène : versée dans les astres rationnels. Continue de prédire l'avenir. Et de s'opposer dans une sorte de relation amour-haine à Jérémy. Clara Malaussène : maman du petit C'est un Ange. Se remet doucement de la mort de son futur, père de son fils, mort dans la nuit précédent le mariage. Toujours photographe au regard inégalable. Jérémy Malaussène : après les innombrables bêtises, tente une reconversion dans le théâtre et l'écriture. Ne se contente plus de prénommer les nouveaux-nés, surnomme aussi les connaissances. Le Petit Malaussène : derrière ses lunettes rose. Influencé par Jérémy. Faiseur de cauchemars annonciateurs de catastrophes. Verdun Malaussène : caractère aussi explosif que son prénom. Veille sur C'est Un Ange. C'est Un Ange Malaussène : aussi souriant que Verdun est renfrognée. Maman Malaussène : éternelle amoureuse. De retour de son escapade vénitienne avec l'ancien flic Pastor, triste et pour la ...

Etoile Eternelle 13/08/2007

Etoile montante

Etoile Eternelle Adanowsky, c'est Adan Jodorowsky, fils d'Alexandro Jodorowsky, le dessinateur de BD, qui sort en 2006 un premier album aux accents latino rock clinquant. "Etoile éternelle", c'est douze chansons et un peu moins de trois-quart d'heure de musique. Adanowsky s'est constitué un groupe de base, aggrémenté de cordes et cuivres sur certains titres. Les musiciens récurrents sont : Franck Vaillant à la batterie, Giovanni Mirabassi aux claviers en tout genre (piano, rhodes,...), Jérôme Goldet à la contrebasse, Yarol Poupaud (à qui Adanowsky a également confié la réalisation artistique, et la prise de son de quelques titres) aux guitares etc. Les musiciens épisodiques sont : Fab aux percussions, Jon Handelsman aux cuivres divers, Daniel Zimmermann au trombone, Steve Argüelles à la batterie, Laurent Griffon à la basse, Fernando Samalea au bandonéon, Czerkinsky au vibraphone, Charlie O à l'orgue, Franck Guicherd à la trompette, Jean-Marc Apap au violon alto, Hervé Cavelier au violon, Jérôme Lefranc au violon et Lionel Schmidt au violoncelle. Mélange d'ancien et de nouveau, on voyage dans le temps et l'espace. Accent funky 80 ("Poudre d'ange", "Tuez-vous! Tuez-vous!", "Chanteur à bobos" à la limite rythme and blues tous cuivres dehors), bluesy ("Compagnons du ciel", le solo de guitare de "No") aussi bien que latino ("L'idole" avec une touche orientale et grand orchestre crooner, "Maman t'as pas fini?"), tango argentin mélancolique ("Yo soy" limite valse, "El muerto ...

La Petite marchande de prose - Daniel Pennac 09/08/2007

Benjamin et Zabo marchande de prose

La Petite marchande de prose - Daniel Pennac "La Petite marchande de prose", troisième volet de la saga Malaussène de Daniel Pennac, paraît en 1989. On retrouve tous les ingrédients des deux premiers : les personnages (les déjà connus et des petits nouveaux), l'humour, l'intrigue policière, les virées dans Paname,... LES PERSONNAGES : 1/ la Famille Benjamin Malaussène : je-narrateur, chef-grand frère de tribu en l'absence d'un mère amoureuse. Métier : bouc-émissaire, actuellement employé aux éditions du Talion, éditeur littéraire, sous les ordres de la Reine Zabo. Louna Malaussène : 2ème enfant de la tribu, mais ne vit pas avec tous les autres, mariées à Laurent, médecin et mère de jumelles. Elle-même infirmière. Thérèse Malaussène : raide, toute en os, droite comme la justice. Spécialiste des astres pour prédire l'avenir. Clara Malaussène : soeur préférée de Benjamin, sa Clarinette. Photographe tout juste majeure. Jérémy Malaussène : très fort pour se mettre dans le pétrin mais aussi pour sauver les cas désespérés voués à être débranché à l'hôpital. Le Petit : avec ses lunettes rose. Prédit les catastrophes , d'une certaine façon, car ses cauchemars se réalisent. Verdun Malaussène : dernière née de la tribu, baptisée par Jérémy, A aussi bon caractère que le laisse présager son prénom! La mère : partie avec Pastor, un ancien flic de Coudrier, qui a démissionné pour l'occasion. ne donne pas nouvelles depuis son envol pour Venise. Julius le chien : épileptique, ses crises n'arrivant que ...

La Fée carabine - Daniel Pennac 02/08/2007

Benjamin et les fée à la carabine

La Fée carabine - Daniel Pennac Deux ans après "Au bonheur des ogres", en 1987, Daniel Pennac nous livrait la suite des aventures de Benjamin Malaussène et sa grande tribu (famille, ami, flic, médecin, petits vieux...). Parce que forcément Benjamin le Saint ayant un grand coeur, que dis-je grand, immense coeur, la tribu s'aggrandit. LES PERSONNAGES : 1/ La Famille : Benjamin Malaussène : toujours je-narrateur, grand frère chef de famille nombreuse. Toujours bouc-émissaire mais désormais dans la maison d'édition les Editions du Talion, sous les ordres de la reine Zabo. A perdu ses galons de raconteur d'histoire du soir en chef auprès des enfants. Louna Malaussène : maman de jumeaux, vit de nouveau avec son médecin Laurent et appelle tous les soirs à heures fixes pour prendre des nouvelles de tout le monde. Thérèse Malaussène : toujours versée dans les astres et leur interprétation, passée experte en remontage de morale des anciens grâce à la lecture des lignes de la main pour leur donner un avenir. Jérémy Malaussène. Après la bombe artisanale fabriquée au collège, il se lance dans la rédaction de fausse lettre officielle. Faussaire! Et kidnappeur à ses heures! Devient le baptiseur officiel des nouveaux bébés Malaussène. Le Petit Malaussène : a arrêté de rêvé d'ogres Noël. Mais voit maintenant des "fées transformer des mecs en fleur". la mère Malaussène : enceinte de 10 mois, sereine, calme, tranquille. Julius le chien : sent toujours mauvais, sa langue désespéremment pendante ...

Au bonheur des ogres - Daniel Pennac 01/08/2007

Bienvenue dans la famille Malaussène

Au bonheur des ogres - Daniel Pennac En 1985, Daniel Pennac publie ce qui deviendra la première aventure de son héros, Benjamin Malaussène, et de sa nombreuse tribu (famille, amis, flics,...) gravitant autour de lui dans son quartier de Belleville (Paris) et un peu plus loin. On découvre à travers une histoire remplie d'humour sur fond d'intrigue policière une galerie de personnages haut en couleurs et tous plus différents les uns des autres. Avec son style qui lui permet de caractériser des personnages en peu de phrases, ce qui donne un rythme assez enlevé aux livres, sans grandes descriptions, ni psychologiques ni géographiques, Daniel Pennac donne vie aux gens aussi bien qu'aux lieux. LES PERSONNAGES : 1/ La famille : Benjamin Malaussène : héros narrateur-je, grand frère de la vaste tribu Malaussène. Son travail : bouc-émissaire, se faire engueuler et endosser la responsabilité pour les erreurs d'autrui. Remplace la télévision chez les enfants : leur raconte leurs histoires du soir, histoires littéraires, ou pures fictions, ou enfin fictions très très teintées de la réalité des événements, comme des explosions dans un Grand Magasin par exemple. Louna Malaussène : tout juste majeure, ne vit plus avec la tribu. Infirmière amoureuse et enceinte de Laurent qui ne veut pas d'enfant. Thérèse Malaussène : élève secrétaire, raide et droite comme un piquet, tout en os, toujours perdue dans les astres et les thèmes astraux. Clara Malaussène : lycéenne préparant entre deux photos son bac de ...

Le Vol du Cri, Serge Annequin et Jean - Luc Jullian 19/07/2007

Enquète étrange pour Louison et Chandel

Le Vol du Cri, Serge Annequin et Jean - Luc Jullian "Les très étranges et très inopinées aventures d'Auguste-Louis Chandel" volume 3 : "Le Vol du cri". Etranges c'est le moins que l'on puisse dire! "Le Vol du cri" est la troisième BD de cette série co-écrite par Jean-Luc Jullian (scénario) et Serge Annequin (dessins), narrant les avantures du journaliste Auguste-Louis Chandel, parue en juin 2006. Tout commence simplement : Auguste-Louis Chandel a décidé d'emmener sa nièce Louison au musée des Beaux-Arts de Lyon, le palais Saint-Pierre, histoire de lui montrer qu'on ne s'ennuyait pas dans les musées, qu'ils pouvaient être des lieux magiques. Et effectivement... Un tableau volé depuis déjà deux ans à Oslo, "Le Cri" D'edvard Münch réapparaît mystérieusement aux bras d'un personnage haut en couleurs, paraîssant sorti d'une gravure du XIXème siècle. Tout commence comme une intrigue policière : qui est ce mystérieux individu? Comment ce fait-il qu'il ramène à Lyon un tableau volé en 2004 à Oslo? Est-il le voleur? Et tout bascule dans un engrenage fantastique quand le mystérieux personnage, à la faveur d'une coupure de courant se volatilise, se dématérialise littéralement, entraînant à sa suite Louison. Un marabout africain tente à l'aide d'un micro-onde (les feux sont interdits dans les musées...) un désenvoûtement vaudou, des ondes négatives émanant puissamment du tableau de Münch... Et Auguste-Louis Chandel entend la voix de Louison et se retrouve sur ses traces... à l'intérieur des tableaux. Le ...

Le Ciel est à nous 26/06/2007

Lenny et Juliette

Le Ciel est à nous Lenny a toujours eu de la chance. Déjà tout petit, âgé de quelques mois, un an tout au plus, des méchants hippies armés de très gros calibres (euh???) ont tout dévasté chez lui, mais l'ont épargné. Faut pas tué un bébé, c'est mauvais pour les ondes du karma... 22 ans plus tard. Londres. Lenny a beau être un loser avec les nanas, son éternel costard jaune moutarde pas terrible terrible sur son T-shirt tout droit issu d'un comics et ses cheveux dégoulinant sur ses épaules, grand échalat ne sachant pas trop quoi faire de sa carcasse, Lenny a une idée de génie pour se faire un max de tunes. Enfin, idée de génie..., idée de Lenny plutôt! Acheter 10 grammes de coke à des dealers anglais, partir dans sa caisse déglinguée sur Paname ou sa banlieue et refourguée non pas 10 mais 1000 grammes de coke au caïd local. Infaillible! Qui se rendra compte que la coke est coupé avec du tabac bon marché? Oui mais Lenny étant Lenny, rien ne marche comme prévu. sauf que sa bonne étoile le protège. Le deal n'est pas conclu par le caïd en personne mais par sa copine, Juliette, qui jamais ne sniffera un milliardième de poudre, ça la rend malade. Chance encore. Sauf que la dope est revendu à un bon client pour son petit protégé footballeur... qui s'effondre sur le terrain, crise cardiaque. Le pot-aux-roses n'est pas loin d'être découvert. Course-poursuite fuite, mais Juliette change de camp, le grand échalla lui a tapé dans l'oeil à elle qui avait pourtant tout sur un plateau d'argent. Elle ...

FFF : Free For Fever 22/06/2007

Fièvre funk

FFF : Free For Fever La Fédération Française de Fonck, après un premier album, "Blast culture", paru en 1991 et produit par Bill Laswell, revient en 1993 avec ce "Free for fever" auto produit. Mais les FFF n'ont pas tout fait tous seuls, ils se sont aussi entourés de musiciens invités pour relever la sauce. En plus des cinq membres d'FFF que sont Marco (voix, basse, trombone), Niktus (Basse et computer sounds), Félix (claviers), Yarol (guitare et percussions) et Krichou (batterie, percussions et samples), on retrouve : Eric Mulat (trompette et buggles) Sébastien Jalier (saxophone) Antoine Pham (violons) Malik Mezzadri (flûte) Olivier Baby (chant lyrique) nm (trip ambiant) Pochette bleue et argentée. Bouddha, fleurs... Sérénité. A l'intérieur, outre les crédits et certains textes, des illustrations rappelant la pochette et des photos déformées des membres du groupe. Le calme et la sérénité de la pochette, va trancher relativement furieusement avec l'ambiance de la musique! Stone to the bone : (Marco Prince/FFF), 5'57. Intro murmurée pour mieux rebondir, toute guitare et cuivres dehors. Alternance de couplets plutôt calmes, refrains péchus et groove à fond, coupé par un pont bien violent. Ad lib interminable... Ce titre donne parfaitement l'ambiance général : groove, rock, la présence de cuivres et des couches, des couches et encore des couches d'instruments. Très travaillé aux arrangements Des illusions : (Marco Prince/FFF), 5'19. Claviers groove avant d'être rejoint par les ...

Bazbaz : Le Bonheur Fantôme 11/06/2007

Bonheur pas si fantôme que ça

Bazbaz : Le Bonheur Fantôme Mai 2007 : Bazbaz revient avec son nouvel album personnel, après avoir travaillé en collaboration sur le disque de Sandrine Kiberlain et pour le Winston McAnuff Bazbaz Orchestra, "Le bonheur fantôme". Pochette ultra sobre : juste Bazbaz de profil sur fond noir. Livret en papier dépliable : un côté paroles et crédits des chansons entourés de photos de l'enregistrement (entre Jamïque et Paris), Bazbaz, les musiciens, paysages jamaïcains, épicerie et gnole locales..., verso photo-poster de Bazbaz devant deux danseuses, images striées comme prise sur une télé, issue à priori du clip d'"Iliennes". 1/ Excès d'abus (2'34) : Philippe Tressol/Camille Bazbaz 2/ Sans toi (4'41) : Camille Bazbaz/ Jérôme Pérez 3/ C'est pas un métier (2'58) : Camille Bazbaz 4/ Mon allumette (3'43) : Camille Bazbaz 5/ Tout ce que tu veux (4'17) : Camille Bazbaz 6/ D'amour et d'eau fraîche (3'22) : Chet/Camille Bazbaz 7/ Con d'homme ( 3'10) : Camille Bazbaz/Fabrice Colombani-Jérôme Pérez 8/ "Dis-le" (3'00) :Camille Bazbaz-Pierre Salvadori/Camille Bazbaz, featuring Sly and Robbie 9/ L'égérie (4'48) :Jacques Lanzmann/Camille Bazbaz 10/ Ma belle évanouie (4'57) : Camille Bazbaz 11/ Les échecs (3'52) : Camille Bazbaz 12/ Ritournelle (4'02) : Nina Morato/Camille Bazbaz, duo avec Nina Morato 13/ Ma Maison (3'12) : Camille Bazbaz 14/ Iliennes (5'43) : Philippe Tressol/Camille Bazbaz, featuring Sly and Robbie Album dense, quatorze titres pour 54 minutes 40 de musique. on retrouve les ...
Voir plus d'avis Haut de page