Partager cette page sur

rouge Statut rouge (Niveau 5/10)

marmotus

marmotus

Lecteurs satisfaits: 55 membres
Voir les statistiques du membre

Sur Ciao, j'ai rencontré le plus talentueux, le plus adorable, le plus incroyable des ciaonautes. Solangejazz est décédé le 2 janvier 2011 à 45 ans. We miss you Laurent.

Avis rédigés

depuis 31/07/2000

47

Tortugero, Costa Rica 15/05/2006

Marmotus à Tortuguero

Tortugero, Costa Rica Un des musts du Costa Rica. Plus de 400 espèces d'arbres, environ 2200 de plantes, 375 de sortes d'oiseaux, 125 de mammifères, 124 de reptiles et d'amphibiens et 55 variétés de poissons d'eau douce. L'entrée dans le parc coûte 7 dollars pp/1 jour ou 10 dollars pp/3 jours. Accès : Nous avons pris le premier bus à Manzanillo à 5:00 du matin. Le bourg est encore tout sombre, les chiens même pas réveillés, le chauffeur à peine. L'express renie son nom et s'arrête dès qu'une silhouette apparaît sur la route. Les arrêts ne sont pas centralisés et il n'est pas rare de stopper trois fois sur 100 mètres. De plus, les suspensions ont rendu l'âme depuis longtemps. Pas de pitié pour les lombaires fragiles. Dès l'arrivée à Limon, nous descendons du bus à l'entrée de la ville pour minimiser le trajet jusqu'au terminal de bus (astuce tica !). Le bus part à 8:00 à Guapiles où sitôt arrivés, nous sautons dans un autre pour Cariari. Là, une navette (1000 colons pp) nous emmène à l'embarcadère. Ce trajet soit disant court dure plus d'une heure sur des chemins de campagne adorables. Le trajet en bateau (10 dollars pour le touriste, 1000 colons pour les locaux) dure encore trois quarts d'heure. Nous nous enfonçons dans le parque nacional Tortuguero. Imaginez le rayon des plantes tropicales de Truffaut vu par une punaise d'eau. Mais pourquoi, ne manquerez-vous pas de remarquer, ne pas avoir voyagé directement en bateau de Moin, à 5 km au nord de Limon ? Question de coût (20 euros pp de ...

Général Argentine 10/10/2005

Voyage sensuel en Argentine

Général Argentine De Buenos Aires, vibrante et encore stigmatisée par la crise de 2001, à l'infinie Pampa, des glaciers grandioses aux souriantes et surprenantes contrées indiennes du nord ouest, l'Argentine émerveille le voyageur par l'accueil de ses habitants et ses paysages superbissimes (je pèse mes mots) Invitole a descubrirla LES PORTUGAISES Les chants, les danses endiablées au son du charango (instrument en carapace de tatou) Le nom de la ville de Jujuy que je m'amuse à prononcer «Coucouille» Les craquements du glacier Perito Moreno, l'écho du fracassement des seracs s'affaissant lourdement, puis le grand silence Le tango dans la rue, le tango dans les cabarets : Carlos Gardel, Tita Merello ou Astor Piazzolla. Langoureux tango Les cris lors des manifs «reembolse nuestro dinero, reembolse nuestro dinero» (Remboursez notre argent) Le piaillement criard des perruches à La Reserva Ecologica Les sorties de boîte bruyantes sous la fenêtre de notre hôtel à Mendoza Les CDs écoutés et réécoutés avec nostalgie. Du rock avec Patricio Rey «Oktubre» et «Luzbelito» et la voix envoûtante de Mercedes Sosa LES PAPILLES Le goût légèrement amer du maté dans la bombacha d'un chauffeur de taxi Le tour des bodegas à Mendoza au hasard des parcours de bus... Hic ! Le regret d'une bouteille de Malbec que, faute de tire-bouchon, nous laissons dans une guesthouse La tendresse de la viande de boeuf a punto con una ensalada mixta (salade de tomates, laitue et oignons) L'empanada des gares ...

Patagonie, Argentine 05/10/2005

Glaciers et condors

Patagonie, Argentine A mon retour de Patagonie, à la question traditionnelle «As-tu vu Florent Pagny ?», je réponds : Non, désolée, mais j'ai beaucoup MIEUX : Ma liberté de voyager au sein de l'un des plus beaux paysages du monde en el Parque Nacional Los Glaciares». A l'atterrissage s'offre l'un des plus paysages qu'il m'ait été donné d'admirer d'un hublot : le turquoise du lago Argentino, le brun de la cordillère des Andes recouvertes d'une calotte neigeuse et le grand bleu d'un ciel froid. Pour se rendre à El Calafate situé à 30 km, à l'aerobus, préférez le taxi, plus fréquent et moins onéreux si vous vous regroupez à plusieurs voyageurs. El Calafate est aux glaciers ce que la cambodgienne Siem Reap est à Angkor, une ville essentiellement touristique, grouillante de restaurants américanisés, de magasins de souvenirs et de pensions aux hôtels de grands luxes. Nous logeons à 500 mètres à l'extérieur du village à l'auberge de jeunesse Hostal del Glaciar (www.glaciar.com). Ambiance très routarde à l'intérieur de la grande cuisine. Deux argentins grattent la guitare et des parisiennes en goguette nous briefent sur Puerto Madryn. EL LAGO ARGENTINO (1 journée - mise en bouche au Perito Moreno) Après quelque 3 heures de navigation en bateau (excursion assez onéreuse mais inoubliable), nous arrivons au glacier Spegazzini, au pied duquel flottent de gros glaçons. Plus loin, lors d'un accostage dans la baie Onelli , au lieu de s'enterrer dans le restaurant, nous traversons une forêt ...

Snow Canyon State Park, St George 28/06/2005

Coup de foudre à Snow Canyon

Snow Canyon State Park, St George Moins vous serez nombreux à lire cet avis, plus vous pourrez vous vanter d'être des privilégiés. Snow Canyon est en effet, un de ces lieux magiques et secrets puisqu'il ne figure dans aucun guide de voyage, pas même dans le Guide du Routard qui a pourtant l'habitude de dégoter des lieux hors des sentiers battus. Cherchant un lieu de transit sur la carte du sud-ouest américain, entre le fameux Zion National Park et la ville non moins connue de Las Vegas, distants de 252 km, notre doigt a atterri dans le Nevada sur le symbole d'une tente flanquée de «SP», initiales de State Park. **************LES STATE PARKS Un bon plan ces State Parks ! Nous avons ainsi découvert Valley of Fire (prés de Las Vegas) et Kodachrome (près de Bryce Canyon). De dimension modeste, ils sont des lieux de villégiature de fin de semaine pour les américains et des hâvres de paix pour touristes curieux et flâneurs. L'entrée du parc s'élève à 5-6 dollars par voiture. Le National Parks Pass n'est pas accepté. Ces parcs sont sillonnés de nombreux trails (= chemins de randonnées). Les campings comprennent en général une trentaine de place et sont encore mieux aménagés que les National Parks : sanitaires modernes avec douches chaudes à volonté, places très larges, eau potable. Le forfait de 14 dollars (17 $ avec branchement eau et électricité) inclut l'entrée du parc (ce qui est -j'insiste- réellement un bon plan hébergement dans un cadre enchanteur). **************SNOW CANYON Après des ...

Lac Inlé, Myanmar 09/04/2005

Marmotus au Lac Inlé

Lac Inlé, Myanmar 1 kyat = 0,12 euros Le 22 février 2002, nous quittons le village tranquille de Kalaw en bus (80 kyats pp) qui, 2 heures après, nous laisse à une intersection à Shwenyaung. Moult taxis et pick-ups se pressent pour nous proposer leurs services. De 2000 kyats, nous négocions facilement un taxi à 200 ! Sur les conseils d'autres routards, nous choisissons Remember Inn 2 à Nyaungshwe. Pour un minimum de 3 nuits, le prix d'un bungalow était de 6 dollars la nuitée avec petit-déjeuner. Incontestablement, notre plus grande et belle chambre au Myanmar avec air conditionné, ventilo et salle de bains. Après avoir occis 45 moustiques, nous en gardons 3 pour l'ambiance. Le marché de Mingala à 2 pas, est charmant. Une vieille paysanne édentée me vend des avocats à prix d'or. Nous complétons notre collection de sacs shans colorés (600- 900 kt pièce) à porter sur la hanche à la façon des écoliers birmans. Et pour fêter notre sédentarisation de quelques jours, nous achetons un gros bouquet de jasmin dans le but de fleurir, embaumer la chambre et peut-être d'en éloigner les moustiques. Les birmanes me pressent de l'offrir à Bouddha. Je comprends alors que ces bouquets servent non à l'embellissement des intérieurs mais à des offrandes. Tant pis, j'instituerai un sanctuaire dédié à la marmotte dans la chambre. Nous déjeunons en terrasse sur le canal au Shanland Restaurant. L'accueil y est très agréable. Nous remontons le Mong Li Chaung, en parallèle du Nan Chaung (canal principal). ...

Général Irlande du Nord 19/03/2005

Marmotus en IRLANDE

Général Irlande du Nord « Celui qui créa le temps en créa une infinité » ... mais mon voyage ne dura hélas que 14 jours ! Je pourrais ajouter "celui qui créa le temps le fit capricieux en Irlande" car entre deux averses point toujours un rayon de soleil. Munissez-vous de cirés, de pellicules photos, de bonne humeur et découvrez un des plus beaux pays de l'Union Européenne. Etant donné que j'y étais voilà 9 ans, je ne vous parlerai pas de coût de la vie, des pubs à la mode mais du parcours suivi avec mes coups de coeur. J'avais combiné un vol sec A-R Shannon, location de voiture avec, un hébergement en B&B ou Auberges de Jeunesse. Ces dernières sont facilement accessibles à tout âge, pas onéreuses et offrent des facilités (cuisine, salon, infos touristiques…). J'avais été déçue par les B&B où l'accueil était souvent impersonnel, le décor des chambres stéréotypés (napperons en macramé, poupées de collection aux 1000 volants sur le lit, rideaux à falbalas...) Si vous débarquez à Shannon, un bon point de chute est l'AJ de Corofin : chambres petites mal sonorisées mais cuisine super équipée. Bon accueil. Et aux portes du Burren ! LE BURREN La côte de Doolin (embarquement pour les îles d'Aran)à Ballyvaughan via Black Head est fantastique avec ses immenses blocs de calcaire ! Un paysage chaotique et sauvage à ne pas manquer aux confins du Burren, vaste région désertique de pierres. La corsa de location se transforme en jeep sur les routes oubliées. (Attention, aux chutes de pierre des murets ! ...

Keetmanshoop, Namibie 04/02/2005

you know kokerboom ?

Keetmanshoop, Namibie La ville de Keetmanshoop (15.000 habitants) en elle-même n'est pas très séduisante. A vrai dire, nous n'avons fréquenté que le Southern Tourist Forum situé dans la Kaiserliches Postamt (poste impériale), où nous n'avons obtenu, après beaucoup d'entêtement, que quelques renseignements lapidaires. Nous avons dîné au Bird's Nest B&B dans un cadre agréable, avec un très bon rapport qualité/prix ; de plus, un cybercafé jouxte cet hôtel / restaurant. Le camping municipal n'est ni attrayant, ni sécurisant. Il est paraît-il en plus très bruyant. Nous avons préféré le Lafenis Rest Camp à 5 km sur la route d'Afrique du sud, près d'une station-service. Le resto y est agréable, l'environnement un peu moins. Si on vient à Keetmanshoop, ce n'est pas pour fréquenter ses nombreuses stations-service -la ville étant une plaque tournante dans le sud de la Namibie et un centre industriel de la laine des moutons karakul -, c'est pour admirer cet arbre étrange qui pousse sur terrain rocheux, plats ou pentus : Le KOKERBOOM (nom latin : aloe dichotoma) fait partie de la famille des liliacées. Cette succulente vivace a un feuillage persistant et peut atteindre 9 mètres. Elle fleurit de couleur jaune en hiver à l'âge de 20 - 30 ans. L'écorce était utilisée par les chasseurs san pour la fabrication de leurs carquois (koker), d'où son nom (arbre à carquois). Les feuilles juteuses ainsi que le tronc et les branches ont la particularité de retenir l'eau. Une couche cireuse sur les feuilles et ...

Général Islande 25/08/2004

Marmotus en ISLANDE

Général Islande ** PROLOGUE MALCHANCEUX ** Si je me suis fait gentiment hué à l'aéroport d'Orly ce samedi 7 août 2002, vers 00:45, à l'annonce de l'annulation du vol de Reykjavik, c'est parce que je jouais le rôle volontaire de bouc émissaire d'oiseau de malheur. En effet, 3 jours avant, une escapade bovine sur les rails à Laval avait retardé mon TGV de 4 heures. 3 semaines avant, notre voyage au Yémen avait été annulé par Nouvelles Frontières car nous étions malheureusement les seuls dans toute la France à fronder d'éventuels terroristes. Et la veille, j'avais vécu une autre avatar qui si longtemps après, a fondu dans mes neurones. Peut-être une grève de RER. Banal quoi. Toujours est-il que au lieu de dormir étagé dans l'auberge de jeunesse de Reykjavik, nous nous retrouvions, seuls individuels, avec les groupes de rando NF dans un hôtel au pied de l'aéroport d'Orly. ** NOS TERRIERS EN ISLANDE ** Au moins avions-nous une chambre confortable bien au chaud à nous tous seuls. Quoique les auberges de jeunesse que nous avons assidûment pratiqués en Islande étaient confortables et dans de superbes sites. C'est la formule la plus économique (environ 35 euros pour 2 sans petit déjeuner) et la plus sympa. Nul besoin de réserver sauf peut-être pendant la haute saison touristique qui doit bien occuper 3 semaines de juillet. En août, nous nous retrouvions seuls dans les chambrées (6 lits max.) avec quelquefois même l'auberge pour nous tous seuls. La voiture est quand même bien utile pour ...

Par V 27/07/2004

Vacances en vrac

Par V Mes pensées de juillet vont à ceux qui se prélassent sur le bord de la mer. C'est l'image type des vacances auxquelles j'ai si longtemps aspiré enfant, et que j'ai fuis dès que j'ai eu l'âge d'oublier l'enfance. Vacances de lieux communs dans le Midi, de siestes crapouilles, d'exotisme rosé du cheveu paille, pommadé, dégoulinant d'huile d'œil assoupi, waterproof, photographié, amouraché et sous verre coloré du nez brûlé, anisé, ensablé et frémissant de la bouche en coeur de cul-de-poule mordillant le crayon des sacro-saintes cartes postales du mot éclat, rieur, tapageur d'une épaule brûlée sous taches de son et provocante de seins faussement pudiques : pomme poire vertes d'effronterie et prêtes à être cueillies d'une langue curieuse, traînant sur des lèvres fruits rouges des papilles taboulé, ti punch et pan bagnat d'un nombril magnet qui se veut centre du monde d'un sexe en alerte, avide de connaissances fugaces du doigt courant sur une carte, sur une cuisse brune, sur une grille de mots fléchés de fesses vanille/cuivre au rythme samba du pied parasol, pataugeant, traçant son destin aoûtien sous un genou écorché de l'orteil bronzé, sucé, verni égaré dans une tong-string et fuyant les pataugas-parka corps barbecue doré poulet pile/face/pile --------------- --------------- --------- Une autre pensée pour les vacances-séparation, étapes de vie En juin le dernier jour d'école : le pied gauche une dernière fois dans la classe – le pied droit 3 mois ...

Parc national d'Etosha, Namibie 11/06/2004

Super zoo-m

Parc national d'Etosha, Namibie Le parc national d'Etosha s'étend sur plus de 20.000 km2 et offre un spectacle animalier formidable : lions, zèbres, éléphants, girafes, springbocks, impalas, bubales, kudus, oryxs, antilopes, autruches, dik-diks ; 340 espèces d'oiseaux (autruches, calaos, outardes koris...) et 16 variétés de reptiles et d'amphibiens. Au nord du parc, l'Etosha Pan forme un désert de sel de plus de 5.000 km2 entouré d'une savane semi-aride et de broussailles épineuses. Trois rest camps proposent camping et hébergement individuel.. Sur place, il est facile de réserver des nuitées supplémentaires. Le resto d'Okaukuejo propose un buffet (env. 10 euros) à volonté délicieux. On trouve également un magasin, très peu ravitaillé, une poste et une station-essence. Si vous campez, prévoyez des sardines solides car le sol est de pierre à Okaukuejo ! Ce qui ne semble pas être le cas dans les 2 autres rest camps, Halali et Namutoni, moins bondés et où l'environnement camping est aussi plus accueillant. Méfiez-vous des vacances sud-africaines : invasion de caravanes ! Dans les parcs, on ne paye pas, contrairement en France, au nombre de personnes, mais à l'emplacement qui est bien investi par 4x4, caravanes ou tentes sophistiquées des sud-africains. Un soir, nous avons eu maille à partir avec un touriste arrogant qui voulait nous piquer notre place car avec notre tente de poche, nous n'occupions qu'un huitième de notre emplacement ! Avons dû prouver que nous avions payé chèrement tous nos m2 ...

Général Myanmar 30/03/2004

Réveil des sens

Général Myanmar Avant de vous noyer de détails pratiques, des sensations à chaud (certains ironiseraient "réchauffées"). Donnez-moi le temps d'émerger de ma torpeur et de secouer mes 5 sens. LES NARINES Le bouquet de jasmin du marché de Nyaugshwe dans notre chambre du Lac Inlé. (Les fleurs sur le marché sont destinées essentiellement à fleurir les bouddhas) Le poisson séché, lors d'un trajet de bus de 15 h. Presque supportable puis émétique quand mêlée à celle du gaz-oil. La même odeur persistante sur nos vêtements les jours suivants. Le tabac doux des cheerots Le crottin de cheval de notre horse car louée pour la journée à Old Bagan L'incontournable encens dans les pagodes Des relents de friture et de pots d'échappement dans les rues de Yangoon Le pschiitttt antimoustique au Daddy's Home qui nous a dissuadé d'investir les lieux pendant 30' Mon écran solaire 60 Avène Le goudron fumant et la poussière des cailloux (travaux de forçat exécutés le plus souvent par des femmes et enfants) Les épices et herbes aromatiques sur les marchés LES PORTUGAISES Le réveil à 4h du mat' à Yangoon par les ventes aux enchères sur le marché puis l'appel du muezzin quand nous commencions à nous rendormir Les cris mélodieux au petit matin des vendeuses de (on n'a jamais su) Les bandes de chiens bagarreurs et malheureusement insomniaques puis le molletonné des boules Quies dans le bus et dans les grandes villes Tubes d'Elvis dans le bus (au départ seulement occupés par une poignée de ...

Colonia del Sacramento, Uruguay 28/03/2004

A l'ombre des sycomores

Colonia del Sacramento, Uruguay Colonial del Sacramento. Un petit bout de ville sans histoires miraculeusement protégé, et si riche d'Histoire. Une escapade à partir de Buenos Aires engoncés dans de vieux fauteuils de ferries qui font la traversée en 3 heures ou 45' si on aligne plus de pesos. Fondée en 1680 par les portugais, et plus spécialement par le senor Manuel Lobo, capitaine général de Rio de Janeiro, Colonia a été tiraillée pendant presque un siècle entre sièges, alliances, traités et conflits portugais et espagnols. Au 18e siècle, sous l'égide portugaise, la ville connut son heure de prospérité. Retour de situation en 1777 quand par la signature du traité de San Ildefonso, Colonia passe au pouvoir espagnol pendant un peu plus de 30 ans pour finalement être partie intégrante de l'Uruguay. Située sur la péninsule de San Gabriel à 177 km à l'ouest de Montevideo, la capitale uruguayenne, Colonia se love sur le Rio de la Plata. Déclarée Patrimoine historique de l'humanité par l'UNESCO, son paysage urbain préservé, mélange de solennité et d'intimité, est un exemple de la fusion réussie des styles portugais -dans la pierre-, espagnol -dans la brique- et le raffinement postcolonial. ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ La demoiselle de l'office de tourisme est aussi jolie que désagréable. Mais l'itinéraire décrit dans le prospectus suffit largement à se débrouiller dans le menu dédale. Entrons par la Porton de Campo, un pont-levis portugais de 1745. Tout de suite, on se ...

Swakopmund, Namibie 18/03/2003

Histoire de se dépoussiérer...

Swakopmund, Namibie Je ne recommanderais pas une longue halte à Swakopmund mais une journée de pause et de lustrage après la poussière du Namib Naukluft Park, le manque d'équipements sanitaires du Spitzkoppe ou encore mieux du Kaokoveld s'impose ! Swakopmund était une des plus importantes colonies du Reich allemand début du siècle. Et nulle part dans le monde, vous ne trouverez ville plus allemande avec palmiers et spots de surf (bien que les Baléares…) en plein milieu du désert. L'architecture avec maisons à colombages, Litfasssaülen (colonnes Morris) est d'influence purement teutonne. A voir, la gare, le lycée ou la résidence d'État. Les rues portent la dénomination "Strasse" et non "Street". Et il est de bon ton de connaître la langue de Goethe au resto. Swakopmund est LA station balnéaire de la Namibie. En haute saison, elle double le nombre de ses habitants. La température de l'eau est idéalement vivifiante : jamais au dessus des 22°C (rappel : bretonne, je suis) QUELQUES ADRESSES… Habile transition d'ailleurs. Ce lavomatique (15 Swakop Strasse) n'est pas aussi intime que nos launderettes parisiennes. Café, restaurant, salle de jeux, casino le jouxtent. Bien utile pour un dépoussiérage général. Adresse sympa pour le logement : Villa Anna (1 Breite Strasse). Un peu difficile à trouver, accès par une cour. J'ai eu ainsi incidemment l'insigne honneur de rencontrer le curé de la ville ! Dans un ancien couvent, les chambres avec salle de bain, sont en rang d'oignon. La nuitée la ...

Alexandre Zouari 18/09/2002

Marmotus, Beauté d'un jour.

Alexandre Zouari J’avais encore gagné. Fin du 20e siècle, prémices du 21e, seulement quelques foyers étaient connectés à Internet et me laissaient alors toute chance de gagner. Après le tee-shirt des pacifistes, la webcam du Ciao-reporter, le pareo Fragonard, une semaine en mobil-home à Clohars-Carnoët, des BD, disques, places de ciné, une paire de lunettes et une serviette de plage Lacoste, une soirée à Bazouges-la-Pérouse, 3 bons d'achat de 500 F au Carrouf'… le magazine "Elle" me convoquait le 20 janvier 2001 pour une journée remise en beauté. La voiture avec chauffeur et la nuit au George V n’avaient pas été prévus. C’est donc du métro Pont de l’Alma, non maquillée et particulièrement mal réveillée, que je débarquais dans le luxueux salon d’Alexandre Zouari, Paris 16e. Ambiance tamisée avec staff en blouse blanche, tout sourire devant. La journaliste des pages Beauté me coinça aussitôt pour me photographier coincée. A 9:00 du mat’, les traits bouffis, les cheveux en bataille, j’étais parfaite selon elle… pour l’avant / l’après. Quoi ?! Mes copines, mes collègues, les patients des dentistes de la France entière allaient me lorgner et comparer ma tronche crue / retouchée pendant des années ! Devant mon œil torve, elle me rassura : seulement sur le site internet. °°°°°°°°°°°°°°° °°°°°°°°°°°°°°° °°°°°°°°°°°°°°° °°°°°°°°° Premier étage. Espace Corps. Couloirs blancs. Cabine de soins blanche, ...

Entrées 04/09/2002

La Marmotte raffole de la sardine

Entrées Remis à la Une car aucun ciaonaute n'a encore testé cette recette. Avis désespéré à visée prosélytique. *************** *************** *************** ***** Si on court chez l'ambassadeur pour ses Rochers Suchard, on cavale chez la Marmotte pour son pâté de sardines. Etalé sur un bon pain de campagne grillé à l'apéro ou en entrée, vous lui en direz des nouvelles… Promis ? Dans le pâté de la Marmotte, il arrive qu'un œil de sardine sautille encore. Fraîchement pêchée dans les hauts lacs, elle n'a pas le cœur de sacrifier ce frétillant cadeau de la nature. Parfois, par gourmandise, elle croque juste la queue (vous faîtes pas de même avec la baguette ?!). Mais vous inquiétez pas, la sardine gigote encore après. La Marmotte ne saurait être une sadique. Et c'est pour ça qu'elle la préfère en boîtes. Prenez donc 6 personnes et donnez leur une boîte de sardines à l'huile, 2 œufs durs (*), une boîte de Saint-Moret, un citron vert, du sel, poivre et du Tabasco (un petit piment si vs avez/désirez/aimez). Prenez l'initiative de mixer ces derniers ingrédients au préalable. Pourléchage des babines assuré. (*) pour les néophytes purs et durs, 10 minutes à l'eau bouillante suffisent. Dois-je aussi préciser à leur attention d'écaler les œufs et ne pas mixer la boîte de St-Moret ?! (Non, non, Pigou, c'est pas pour toi ! Excusez cette digression perso.) Y'a pas de sardines dans les hauts lacs de montagne ? Ok… elles viennent de ...
Voir plus d'avis Haut de page