Partager cette page sur

vert Statut vert (Niveau 2/10)

sdaucourt

sdaucourt

Aucun profil de membre disponible. La personne que vous recherchez n’est plus membre de Ciao.

Avis rédigés

depuis 22/03/2000

47

Femmes de loi 27/06/2000

Bien dommage !

Femmes de loi Quelle déception que cette série! Pourtant, l'idée est assez ingénieuse, on se propose en effet de raconter un fait divers du début à la fin, c'est à dire qu'on suit l'enquête mais également le procès final. On voit bien le mécanisme de l'enquête, le procureur qui la lance, qui saisait et déssaisit les policiers selon les besoins etc...bref, on aurait pu s'attendre à un bon divertissement conjugué à un petit cours de culture générale sur les mécanismes de la justice. Mais c'était sans compter l'intrigue cousue de fil blanc, des comédiens qui surjouent à l'extrême, sans compter les invraissemblances: vous avez déjà vu une flic, qui muté déjà pour bavure, se rebelle en permanence contre son supérieur hierarchique, accumule bourdes sur bourdes, enfreint le réglement toutes les trois minutes? Et finalement, elles finissent, elle et le procureur, dans un bar en train de se raconter leurs histoires intimes! Dommage...

Les Racines du passé - Virginia C. Andrews 10/05/2000

Les racines du passé de Virginia C. Andrews

Les Racines du passé - Virginia C. Andrews Pour clore la série des " Fleurs captives " (l'histoire de quatre enfants séquestrés dans un grenier dans leur enfance), on retrouve les deux aînés dans la fleur de l'âge, avec les deux fils de Cathy, devenus adultes. Si le troisième tome était déjà de trop, que dire du quatrième ? On a beau aimer lire des choses légères de temps à autre, là c'en est trop...l'ancienne demeure, jadis brûlée, est reconstruite et ressemble à s'y méprendre à la précédente, un ancien oncle de l'héroïne resurgit alors qu'il était censé être mort etc...il était temps que ça s'arrête !

Le Jardin des ombres - Virginia C. Andrews 10/05/2000

Le jardin des ombres de Virginia C. Andrews

Le Jardin des ombres - Virginia C. Andrews Comme le filon de la série des " fleurs captives " est épuisé jusqu'à la corde, l'auteur trouve un stratagème : au lieu de continuer encore et encore à trouver une suite à l'histoire, elle revient des années en arrière ! Je m'explique : souvenez-vous, dans le premier tome du même nom que la série, les enfants sont séquestrés par leur mère dans la maison de leur grand-mère, Olivia Foxworth, être despotique. Or, dans son testament, Olivia a inclus un codicille, un livre à ne lire que vingt ans après sa mort. Et elle nous raconte son histoire, on revoit les personnages enfants, et vus sous un autre angle....judicieux, non ? Enfin, c'est du même style que les autres, grossier dans l'histoire, mais ça se laisse plus lire que les derniers qui étaient vraiment inconcevables !

Bouquet d'épines - Virginia C. Andrews 10/05/2000

Bouquet d'épines de Virginia C. Andrews

Bouquet d'épines - Virginia C. Andrews Des quatre enfants jadis prisonniers à Foxworth, il n'en reste plus que deux...le frère et la sœur aînés. Marqués à jamais par leur enfance, il vivent une relation incestueuse, et semblent former une famille normale, avec les deux fils de Cathy, Jory et Barth. Mais le climat est lourd...le petit Barth a de gros soucis psychologiques, Cathy aussi ; une femme vêtue de noir s'installe dans la maison voisine et les ennuis commencent... On sent que l'auteur exploite un maximum le filon et qu'elle s'est creusé les méninges pour pouvoir écrire une suite à tout prix.

Pétales au vent - Virginia C. Andrews 10/05/2000

Pétales au vent de Virginia C. Andrews

Pétales au vent - Virginia C. Andrews On retrouve la suite des aventures de Cathy, Chris, Carry et Cory, les quatre enfants séquestrés pendant plusieurs années dans un grenier par une mère cupide et une grand-mère despote. Un d'entre eux est mort, mais les autres parviennent à s'enfuir et commence pour eux une nouvelle vie. Ce second tome est moins macabre que le premier, mais tout autant saugrenu dans l'intrigue. l'ambiance demeure néanmoins, et Cathy n'aura de cesse de se venger de sa mère, en lui volant son mari et en se faisant faire un enfant par lui !

Fleurs captives - Virginia C. Andrews 10/05/2000

Fleurs captives de Virginia C. Andrews

Fleurs captives - Virginia C. Andrews L'histoire de ces quatre enfants séquestrés dans un grenier a fait un tabac dans les années 80. J'étais jeune adolescente à l'époque, mais je garde le souvenir d'avoir été un peu traumatisée par cette histoire des plus macabres. Ayant retrouvé par hasard dans une bouquinerie les cinq tomes de cette saga (les fleurs captives) dont celui-ci est le premier, je les ai relus par curiosité et vous les conseille pour la plage ou pour décompresser après un ouvrage difficile. Certes, ce n'est pas de la grande littérature, l'histoire est à dormir debout, mais de temps en temps, on peut s'octroyer un peu de détente, non ?

Jeux interdits (DVD) 25/04/2000

Jeux interdits

Jeux interdits (DVD) Personne n'a oublié la musique si triste....le film l'est aussi. Comment pourrait-il en être autrement ? On suit l'histoire de cette petite fille durant l'exode de 1940, qui perd ses parents lors d'un bombardement, est recueillie par des paysans avant d'être finalement placée dans un orphelinat. Entre temps, la petite, incarnée par Brigitte Fossey enfant, aura joué avec Michel à des " jeux interdits " mais surtout macabres, comme si même les jeux d'enfants sur fond de seconde guerre mondiale ne pouvaient pas être gais. Un film d'une rare émotion qui émeut toujours autant malgré les années.

Ours (L´) 25/04/2000

L'ours

Ours (L´) Une merveilleuse fresque sur la nature, pratiquement sans aucun dialogue, avec pour héros un petit ourson que des chasseurs ont rendu orphelin. Un ours adulte le prend sous sa coupe et les voilà partis pour de nouvelles aventures, avec toujours les mêmes chasseurs à leurs trousses. C'est un pari extraordinaire que Jean-Jacques Annaud a relevé là, car on ne s'ennuie pas une seule seconde, on s'émerveille devant les magnifiques paysages, devant les jeux et les maladresses de ce jeune ourson. Réalisé avec des moyens considérables et sur de longs mois, ce film, dont on se demandait si il plairait au public de par sa spécificité, eut un succès phénoménal.

Monde sans pitié (Un) 25/04/2000

Un monde sans pitié

Monde sans pitié (Un) Dans le film, Hippolyte Girardot est un fumiste professionnel ; il vit avec son frère, étudiant, dans l'appartement que leur loue leurs parents, il joue au pocker, truque le compteur électrique, fume toute la journée, n'a aucune envie, aucune ambition sinon celle de se laisser vivre. Il n'a même pas le courage de mettre fin à sa liaison avec Francine qu'il n'aime pas. Il traîne avec son ami (Yvan Attal), jeune homme du même acabit que lui, et c'est ainsi qu'il rencontre une jeune femme qui est tout son contraire. Brillante, cette dernière est à Normal Sup et regorge de projets professionnels. Ce film est assez amer, car il porte un regard assez dur sur la société du début des années 90.

Marche à l´ombre 25/04/2000

Marche à l'ombre

Marche à l´ombre Le premier film en tant que réalisateur de Michel Blanc, qui eut un succès retentissant à sa sortie. En effet, le duo Lanvin/Blanc est irrésistible car il joue sur les contrastes : à côté du beau gosse musclé, on a le petit gringalet hypocondriaque et malchanceux à qui il arrive tous les déboires possibles et inimaginables. Leurs disputes sont électriques et le scénario est fait pour qu'elles éclatent entre eux le plus souvent possible : les deux héros vivent de petits boulots et vont de galères en galères. Les répliques sont géniales, les seconds rôles sont excellents également et puis, on le sait, Michel Blanc excelle dans le rôle du pauvre mec qui n'arrive pas à séduire les femmes !

Grande vadrouille (La) (DVD) 25/04/2000

La grande vadrouille

Grande vadrouille (La) (DVD) Un grand classique de la comédie qui a trente ans mais dont on ne se lasse pas ! Pourtant, l'histoire se passe pendant le deuxième guerre mondiale, sous l'occupation allemande, et à priori donc, il n'y a rien de drôle ; cependant, les scènes comiques se succèdent et on s'amuse comme des fous. Et puis, d'ailleurs le film repose là-dessus, on assiste à la rencontre phénoménale entre De Funes, le petit nerveux intransigeant, et Bourvil, le gentil benêt trop conciliant. C'est donc avec un grand plaisir que l'on revoit tout ça en famille, souvent au moment des fêtes de fin d'années, car on est assuré de se détendre.

Nelly et Mr. Arnaud 20/04/2000

Nelly et Monsieur Arnaud

Nelly et Mr. Arnaud Comme d'habitude chez Sautet, toute la beauté du film réside dans la capacité des comédiens à mettre en relief les regards, les non-dits, les sentiments cachés etc...Emmanuelle Béart et Michel Serrault y parviennent à merveille ; on les regarde évoluer, lui le riche sextagénaire qui s'ennuie un peu, elle la jeune femme sans argent et en quête de reconnaissance sociale qui tape ses mémoires, on les voit jour après jour vivre leur histoire qui n'en n'est pas une, enfin on voit qu'il se passe quelque chose et pourtant il ne se passera rien...du grand Sautet, plein de pudeur et d'émotion en même temps, le scénario est plus que simple et pourtant on ne s'ennuie pas une minute ! ...

Trois hommes et un couffin 20/04/2000

Trois hommes et couffin

Trois hommes et un couffin Que se passe-t-il lorsque Michel Boujenah, André Dussolier et Roland Giraud, trois célibataires endurcis, se retrouvent avec un nourrisson sur les bras, eux qui ne savent même pas ce que le mot couche veut dire ? Et bien contre toute attente, un film plein d'émotion. C'est là sa réussite, selon moi. Colline Serreau aurait pu jouer la carte de la comédie burlesque du début à la fin, elle a choisi au contraire de dévoiler au fur et à mesure du film la féminité, la sensibilité, la fibre paternelle qui sommeille au fond de chacun de ces trois hommes. Alors on rit beaucoup, c'est vrai, mais on s'attendrit beaucoup aussi.

Crise (La) 20/04/2000

La crise

Crise (La) Vincent Lindon perd dans la même matinée sa femme qui le quitte et son emploi car son ami le trahit, il cherche dons réconfort auprès de ses amis...qui eux-mêmes ne vont pas bien du tout et ne sont donc guère disposés à l'écouter. Seul un SDF collant mais très humain l'écoute. Puis l'apaisement général s'installe, tout le monde semble changé et grandi après cette crise. Un très beau film, très vrai dans cette manière que nous avons de parler sans pour autant écouter les autres, des réflexions très justes sur la société actuelle (notre façon de manger, de voir l'étranger, de courir après l'argent etc...), et une fin plutôt optimiste.

Zèbre (Le) 20/04/2000

Le Zèbre

Zèbre (Le) Le réalisateur reprend le célèbre roman d'Alexandre Jardin, mais s'il garde l'intrigue initiale- un homme qui utilise tous les stratagèmes possibles pour reconquérir sa femme-, il y met sa touche personnelle : il modifie la fin, et introduit une bonne dose de burlesque qu'on ne retrouve pas dans le livre. Thierry Lhermitte est absolument génial dans le rôle et Caroline Cellier campe une Camille convaincante. A voir donc. Ce film fait à la fois rire, pleurer, réfléchir, et il ne faut pas oublier que Caroline Cellier a avoué que le couple qu'elle a formé de nombreuses années avec Poiret ressemblait au couple du film, ce qui laisse présager qu'ils ne se sont pas ennuyés !
Voir plus d'avis Haut de page