Avis sur

Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin

Evaluation générale (1): Evaluation totale Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin

1 annonces provenant de marchands référencés à titre payant entre 0,90 EUR à 0,90 EUR  

Tous les avis sur Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


 


*** Enchante-nous, Merlin ! ***

4  02.03.2013

Avantages:
*  *  *  cf avis  *  *  *

Inconvénients:
*  *  *  cf avis  *  *  *

Recommandable: Oui 

Nico10

Plus à mon sujet: Pas trop dans les parages en ce moment... A très vite !

Membre depuis:19.02.2002

Avis:125

Lecteurs satisfaits:119

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 25 membres de Ciao en moyenne: exceptionnel

Bonjour à toutes et à tous.

.

Aujourd’hui, comme prévu, un avis littéraire dans le veine de la légende arthurienne.

Il est ainsi moins question du légendaire roi que du célèbre enchanteur Merlin.
Qui ne connaît pas cette figure qui ne cesse d’être déformée, adaptée, surexposée, interprétée ? De Chrétien de Troyes à Disney, de Robert de Boron à Julien Jones, de Steeve Baron à Excalibur , Merlin n’a eu de cesse d’être travaillé, traité (bien ou mal) voire mésestimé.

.

Le paragraphe j’vous raconte ma vie !

.

Les mythes et les légendes ont bercé mon enfance et mon imagination. Dès la première fois où j’ai été en contact avec ces mondes merveilleux, je n’ai eu de cesse de lire tout ce qui pouvait sustenter ma soif de connaissances.

.

Arthur et la Table Ronde était pour moi un foisonnement de magie, de bataille épiques mettant en balances les valeurs de l’honneur, du sacrifice avec celles de la vengeance et de la soif de pouvoir.

.

Ce manichéisme a été pour moi assez structurant. J’y ai trouvé tout un monde peuplé de preux chevaliers, de magiciennes maudissant ceux qui les offensaient, de rois épris de justice et d’équité, de quêtes impossibles à honorer et pourtant… réalisées.

.

Ces légendes chevaleresques, j’ai pu aller les découvrir dans les textes originaux grâce au fait de mes études de Lettres pendant lesquelles j’ai pu acquérir et appréhender les langues de l’ancien et moyen français. Quoi de mieux que d’aller directement puiser à la source !!?

.

Bref, ainsi j’ai pu découvrir de grands textes de Chrétien de Troyes mais aussi, moins connu, de Robert de Boron comme Merlin .

Mais ce n’est pas de ce texte dont je veux vous parler mais une de ses adaptations éponymes de Anne-Marie Cadot-Colin.

.

ROBERT DE BORON

.

Boron est un écrivain français des XIIe-XIIIe siècles.

Il est l'auteur d'un roman du Graal le Roman de l'Estoire dou Graal en vers dans lequel il élucidé les origines du Graal. Il l’assimile à la coupe dans laquelle Joseph d'Arimathie aurait recueilli le sang du Christ qui lui en révèle tous les secrets. Joseph l’emporte en Grande-Bretagne à Avalon. Le texte de Robert de Boron christianise définitivement le Graal, devenu relique du Christ doté de dons.
Il met aussi en place la Table du Graal qui, reproduisant la table de la Cène , sera perçue comme la Table ronde. La quête sera achevée par Perceval.

L'histoire complète prendra la forme d'une trilogie. Robert de Boron, en effet, est également l'auteur d'un Merlin en vers dont il ne reste qu'un fragment. Lui sont attribués un Merlin en prose et un Perceval en prose par lequel se clôturent la quête du saint Graal et l'histoire du monde arthurien.

(Source : larousse.fr/encyclopédie)

.

ANNE-MARIE CADOT-COLIN, QUI ES-TU ?

.

Anne-Marie Cadot-Colin est parisienne. Elle enseigne à la fac la langue et la littérature du Moyen Âge , et ce, depuis une trentaine d’années.

Elle est spécialiste dans les romans dont le thème est principalement le monde celtique et plus particulièrement celui du Graal.

Elle ne fait pas qu’enseigner mais tente de faire partager sa passion de cette littérature à son public universitaire mais aussi aux jeunes lecteurs. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages de littérature jeunesse dans lesquels elle adapte le plus fidèlement possible de grands textes patrimoniaux médiévaux.

On peut citer entre autres :
  • Merlin inspiré des textes de Boron
  • Yvain, le chevalier au lion inspiré de Chrétien de Troyes
  • La Chanson de Roland chanson de gestes mettant entre autres en scène Charlemagne
Tous ses textes sont publés dans des éditions destinées aux publics scolaires , témoignant ainsi de sa volonté de voir nos chers bambins étudier, découvrir ou simplement lire ce qui constitue une mythologie aussi vivace que passionnante.

.

L’OBJET STAR DE CET AVIS…

.

Notre Merlin est édité aux éditions Livre de poche, collection « jeunesse », section « Historique ». Il se compose de 288 pages dont 266 pour le texte en lui-même et a une couverture souple.


La première de couverture présente sur un fond sombre et forestier le protagoniste tel qu’on se l’imagine, c’est-à-dire proche de Gandalf, tenant un bâton dans la main gauche, arborant une longue barbe blanche et grise, et complètement recouvert d’une cape capuchonnée dans les tons verts foncés.


Le titre et le nom de l’auteur se situent juste au-dessus de ce grand personnage.


La quatrième de couverture est rouge avec le bandeau vert rappelant la section « historique » et le public visé : « collège ».


Un rappel de la première de découverte est mise en page à côté d’un texte titré « Merlin » que je vous recopie tel quel :


«
Photos pour Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin
  • Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin Première de couverture
  • Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin Quatrième de couverture
  • Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin Prologue
  • Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin Dossier pédagogique
Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin Première de couverture
Première de couverture - Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin
Magicien et devin, Merlin, l’enchanteur de Bretagne, est un personnage mystérieux qui peut changer d’apparence à tout instant, un sage qui connaît les secrets du passé comme de l’avenir. D’où lui viennent ses pouvoirs hors du commun ? On murmure qu’il est le fils du Diable… et pourtant, il protège les rois de Bretagne et incite Arthur à fonder la Table Ronde. Merlin deviendra ainsi l’allié de tous les chevaliers lancés dans la quête du Saint-Graal. »


Dès ce texte, on s'imagine que l'histoire nous permettra de répondre à chacune de ces questions, ce qui est, pour notre plus grand bonheur, exactement le cas !


Juste en dessous de ce texte, l’adresse internet du site nous est donnée afin de nous inviter à aller voir ce que les éditions font pour la littérature jeunesse.


Je ne pourrais pas vous donner le prix dans la mesure où mon exemplaire est réservée aux enseignants et que je l’ai trouvé, comme nombreux autres, dans mon casier au collège…

.

MERLIN AU SERVICE DES ROIS – ET NON LE ROI (EN DEUX MOTS !) MERLIN !!

.

Avertissement !!!

.

Attention !! Cette partie résume l’histoire dans son intégralité, chapitre par chapitre. Donc, si vous ne voulez pas tout savoir, je vous laisse le soin et la possibilité de passer à la partie suivante !!

.
L’histoire :

.

Ce livre contient, en plus du prologue, vingt chapitres qui suivent chronologiquement les aventures de Merlin, d’avant sa naissance jusqu’à sa « mort ».


Prologue


Cette courte partie nous donne à lire les mots de Robert de Boron, auteur du premier Merlin au Moyen-Âge et qui ancre son récit dans une pseudo réalité puisqu’expliquant qu’il en fait le récit à partir d’une source très proche de Merlin, Blaise, qui a consigné toutes les confidences de l’enchanteur.


Chapitre 1 : « Le projet diabolique »


Le premier chapitre nous raconte le projet de Satan de supplanter Jésus, grâce à qui les hommes ne vont plus automatiquement en enfer du fait qu’il ait vécu la Passion.

Ce plan est simple : faire en sorte qu’un incube, un démon des airs ayant la faculté de procréer en visitant des mortelles, aille faire son œuvre auprès d’une vierge vertueuse, ce qu’il fait.

Cette dernière tombe enceinte et se retrouve enfermée jusqu’au sevrage de l’enfant.


Chapitre 2 : « La naissance de Merlin »


Dans ce chapitre, on assiste à la naissance et aux premiers prodiges de Merlin. On apprend ainsi que de son père, l’incube, il acquiert la science du passé et que de Dieu, le prenant en pitié et lui faisant confiance, il obtient le pouvoir de connaître, du moins en partie, l’avenir.

Et c’est grâce à ses dons, en particulier celui de parler alors encore en bas âge, qu’il parvient à sauver sa vertueuse mère d’une mort certaine.


Chapitre 3 : « La tour de Vertigier »


Ce chapitre nous appelle à apprendre un nouvel épisode de la vie de Merlin, âgé désormais de 7 ans. Vertigier, sénéchal au service du roi Constant (père de Pandragon, Uter et Moine, grand-père d’Arthur) parvient à la mort de ce dernier à se faire élire à la tête de la Bretagne.

Mais craignant que Pendragon et Uter ne reviennent de leur fuite pour le tuer et récupérer leur trône (au passage venger la mort de leur frère aîné Moine), Vertigier décide d’ériger une tour imprenable. Mais celle-ci s’effondre à chaque fois. Il réunit sept clercs astrologues pour en comprendre la raison mais ces derniers ne la perçoivent pas. Seule lecture du ciel qu’ils parviennent à percevoir, c’est qu’un enfant de sept ans né d’une mortelle et d’un père non humain viendra les tuer tous les sept. Ils se mettent alors d’accord pour dire au roi que, pour que la tour tienne enfin, il faut mélanger à ses fondations le sang de cet enfant. Le roi les croit et envoie douze messagers le trouver et le tuer.

Chapitre 4 : « L’enfant sans père »


Quatre des messagers trouvent enfin Merlin et, devant cet enfant véritablement étonnant, ils décident de ne pas le tuer mais de l’amener parler au roi comme le leur demande l’enchanteur lui-même.

Et avant de partir, il vient révéler à son clerc Blaise qu’il va devenir l’homme le plus important que la terre ait connu et qu’il continuera à lui révéler ses aventures afin que les générations futures en prennent connaissance.

Puis il le quitte ainsi que sa mère accompagné de ses quatre compagnons. Ils passent ainsi devant deux villages où il ne cesse d’épater ses compagnons avec ses connaissances et du passé et du futur.


Chapitre 5 « Les deux dragons »


Merlin, dans ce chapitre, donne à Vertigier la raison pour laquelle sa tour s’effondre à chaque fois. Il lui révèle alors la présence de deux dragons, un blanc et un roux, situés en dessous des fondations et qui bougent lorsque le poids devient insupportable.

Vertigier déloge alors les deux monstres et comme lui a prédit Merlin, le blanc tue le roux. Cependant, Merlin dévoile la signification de ce combat et son issue : le roux le représente lui, le roi, et le blanc les enfants de Constant. Et ce qui s’est passé entre les deux dragons se passera de la même manière pour Vertigier : Pendragon et Uter le tueront en enflammant la tour. C’est ainsi que finit l’usurpateur.


Chapitre 6 : « Les fils de Constant »


Ce chapitre, un peu long et qui n’apporte pas grand-chose à l’intrigue, est essentiellement axé sur la capacité que Merlin possède de changer d’apparences. Ainsi, on le retrouve sous les traits d’un écuyer, d’un berger, d’un vieillard et d’un bûcheron. Tous ces changements se font dans l’optique de se « jouer » des deux frères Uter et Pendragon, ce dernier étant devenu roi, comme il aurait dû l’être, une fois Vertigier mort.

Au final, les trois personnages deviennent amis et ce, comme l’avait prévu notre enchanteur.


Chapitre 7 : « A la cour de Pendragon »


Un chapitre dans lequel les dons de prophétie de Merlin sont mis à l’épreuve par un baron, perfide et fourbe. La triple mort que lui annonce Merlin en réponse à sa question se produit effectivement mais, de colère pour le fait qu’on ait essayé de se jouer de lui, il décide de ne prédire dorénavant le futur que de manière énigmatique.


Chapitre 8 : « Le destin de Pendragon »


Dans ce chapitre, Merlin donne de précieux conseils aux deux frères afin qu’ils puissent décimer les Saxons, leur ennemi séculaire. Mais, toujours selon l’enchanteur, Pendragon mourra pendant la bataille, qu’ils gagnent.

Alors, pour lui rendre hommage, Uter et Merlin érigent une sépulture qui doit être connue et reconnue par tous et en tous temps : ainsi est expliquée l’origine de Stonehedge, bien qu’anachronique, attribuée aux faits et à la magie de Merlin.


Chapitre 9 : « Ygerne »


Ce chapitre aborde la rencontre d’Uter et de l’épouse du duc de Tintagel, Ygerne, à Carduel. Cette rencontre est un coup de foudre pour le roi. Mais, vertueuse tout autant que belle, Ygerne se défend de tous les cadeaux offerts par Uter tout au long des jours de fêtes chrétiennes qui réunissent tous les grands seigneurs du royaume de Bretagne.

N’en pouvant plus, Ygerne, follement amoureuse de son mari, décide de tout lui révéler et, furieux contre son roi, le duc décide de quitter la cour aussitôt, en grand secret.


Chapitre 10 : « La guerre »


Parce que le duc a insulté le roi en ne lui demandant pas congé pour partir, Uter lui demande de revenir avec Ygerne pour s’excuser de cette impolitesse outrancière, ce que le duc refuse. Alors le roi lui déclare la guerre.

Le duc de Tintagel part alors dans sa deuxième forteresse, laissant Ygerne seule dans leur château. Mais Uter souffre de ne pas pouvoir posséder celle qu’il aime et à cause de laquelle cette guerre a été déclenchée. Bon, là, on peut facilement faire un parallèle avec Hélène et la guerre de Troie même si les similitudes ne vont pas plus loin. Donc, il demande à Merlin, qui réapparaît pour l’occasion, de bien vouloir l’aider dans son projet. Merlin lui fait alors prendre l’apparence du duc ; ainsi Uter entre dans la chambre d’Ygerne et y reste jusqu’à l’aube. Mais sans compter le fait que, pour cette aide, Merlin a fait jurer eu roi une promesse qu’il ne connaitra qu’une fois l’affaire achevée, affaire qui aura pour fruit le futur roi Arthur.


Chapitre 11 : « Le mariage d’Uter Pendragon »


Le roi porte ce nom relativement au fait que son frère est mort pendant l’assaut qu’il a lancé contre les Saxons après avoir vu un dragon dans le ciel.

Ce mariage est bien entendu celui d’Uter et d’Ygerne, mariage possible grâce à l’ingéniosité de l’un des plus fidèles conseillers du roi, Ulfin.

En parallèle, Merlin révèle ce qu’il souhaite en retour pour son aide. Il demande à Uter de lui donner le fruit de sa nuit avec sa future épouse, ce qu’Uter accepte.
On apprend aussi qu’Ygerne et le duc avaient eu des enfants, dont la plus jeune des filles n’est autre que Morgane, envoyée par le roi dans un couvent de femmes, couvent dans lequel elle deviendra si savante qu’elle deviendra celle qu’on appelle la fée Morgane.

De même qu’on apprend que, de l’union du roi Lot et de la fille aînée d’Ygerne naîtront entre autres Gauvain, Agravain et leurs frères, futurs chevaliers de la Table Ronde.


Chapitre 12 : « La naissance d’Arthur »


Tout se précipite : Merlin fait en sorte de faire rencontrer le roi et un certain Antor, un homme loyal dont la femme vient d’avoir un fils. Sur les ordres d’Uter, il accepte de recevoir un nouveau bébé, qui n’est autre que le fameux Arthur. Ainsi, les premières heures de la vie du grand Arthur se passent dans le mystère et le déchirement d’une mère abandonnant son fils pour ne pas être déshonorée.


Chapitre 13 : « Merlin à Rome »


Ce chapitre nous fait voyager à Rome où Merlin vient aider l’empereur, perfidement trompé par son épouse. Il parviendra à faire la lumière et à faire connaître la vérité puis repartira.


Chapitre 14 : « L’épée dans l’enclume »


15 ans après, Uter est mourant. Il parvient malgré tout à réunifier son royaume et à repousser une nouvelle fois les Saxons. Sur son lit de mort, Merlin lui promet que son fils, Arthur, deviendra roi.

Pendant ce temps, Arthur, a été élevé par Antor et son épouse aux côtés de son « frère » Keu devenu chevalier. Lors du rassemblement pour élire le nouveau roi, le fameux perron avec l’épée (Excalibur) fichée dans l’enclume apparaît. Tous veulent l’en déloger, puisque celui qui y parviendra deviendra le nouveau roi de Bretagne. Seul Arthur y parvient, devenant ainsi, malgré des réticences qui ne persistent pas, ce nouveau roi et fait de Keu son sénéchal.


Chapitre 15 : « Révélations »


Le tableau est plutôt sombre dans les premières pages : la fille aînée d’Ygerne revient à Carduel présenter ses fils dont Gauvain, et lorsqu’Arthur la voit il en tombe amoureux. Ne sachant pas qu’ils sont frère et sœur de par leur mère, ils couchent ensemble et de leur union naîtra Mordret, celui qui fera tomber le royaume de Bretagne en blessant à mort son propre père.

S’ensuit la rencontre entre Arthur et Merlin pendant laquelle l’enchanteur révèle toute la vérité au jeune roi sur ses origines. Puis, planifiant un stratagème, Merlin et Arthur parviennent à convaincre tout le royaume que le roi est bien le fils d’Ygerne et d’Uter.

Chapitre 16 : « Arthur en Carmélide »


On nous fait la description dans ce chapitre d’une bataille pour défendre le pays de Léodagan, la Carmélide, pendant laquelle Arthur se sert pour la première fois d’Escalibur (Excalibur) et montre sa vaillance et ses prouesses.

Charmée par ces exploits, Guenièvre, fille de Léodagan, s’éprend d’Arthur, sentiment réciproque. Léodagan la lui donne alors comme épouse. Mais avant le mariage, Arthur et Merlin doivent rejoindre le royaume de Logres pour mener une autre bataille, encore contre les Saxons.


Chapitre 17 : « La guerre contre les Saxons »


On assiste dans ce chapitre à une nouvelle bataille du royaume de Logres contre les Saxons mécréants. A cette occasion, de nouveaux nobles sont faits chevaliers dont les célèbres Gauvain et Yvain. Ainsi, Arthur parvient à réunifier tout le royaume de Bretagne et vaincre les invasions.

Guenièvre rejoint enfin Arthur et ainsi l’épouser. Merlin, qui n’a eu de cesse de faire preuves de conseils avisés, se retire une nouvelle fois pour rejoindre la Petite Bretagne (Bretagne française).


Chapitre 18 : « Merlin et Viviane »


On nous raconte dans cette partie la relation entre ces deux grands pontes de la magie. Viviane, la Dame du Lac dont est éperdument épris Merlin, parvient à lui soutirer de nombreux sortilèges : créer des sources, ériger des châteaux splendides, etc. Un seul lui est encore refusé : endormir profondément quiconque et le réveiller quand on le souhaite. Merlin connaît toutes les pensées profondes de sa bien-aimée mais ne peut se soustraire aux souhaits de celle dont il est follement amoureux.


Chapitre 19 : « La Table Ronde »


Merlin revient dans ce chapitre auprès d’Arthur pour fonder la Table Ronde, fondation en vue de la quête du Graal. Des serments sont prêtés par les chevaliers, serments de loyauté, de fidélité et d’amour fraternel, entre autres.


Chapitre 20 : « Brocéliande »


Ce tout dernier chapitre nous narre les derniers instants de Merlin. En effet, une fois avoir dit adieu à Arthur et Guenièvre, il part rejoindre à jamais Viviane dans la forêt de Brocéliande où elle l’emprisonne dans une tour d’air infranchissable, comme il l’avait prédit, et ce, pour l’éternité.

Gauvain, parti à sa recherche, parvient malgré tout à le retrouver mais repart seul avec les derniers mots de l’enchanteur.

.
A suivre…

.

Une fois le texte fini, on découvre une partie intitulée « Pour mieux comprendre Merlin » dans laquelle on nous explique de manière très pédagogique le but de Robert de Boron ainsi que la construction dichotomique du personnage de Merlin.

Puis s’ensuit « L’adaptation de l’œuvre », partie dans laquelle on nous livre les secrets et les choix de fabrication de cette édition qui, en fin de compte, est plurielle puisque le texte de Boron n’est pas la seule source bien qu’il soit majoritaire dans l’économie générale de l’œuvre.

Enfin, la table des matières, passage obligé, apparaît sur deux pages avant de laisser la place à un dossier pédagogique à l’attention des professeurs de 6° et 5°… Je ferai court : c’est un exemple de chapitre scolaire qui se fonde sur la lecture et l’étude de ce livre et qui nous incite, donc, à faire l’acquisition pour nos classes de ce livre spécifiquement… Toujours un outil, en plus de nous offrir le livre, des éditions pour nous amener à acheter chez eux. Je vous rassure, c’est loin d’être les seuls.

’J'avoue, pour ma part, que pour une fois, leur proposition tient très bien la route et je me vois bien équiper mes classes.

.

MON AVIS

.
  • J’ai littéralement adoré la lecture de ce texte. Il s’agit d’une adaptation, certes, mais qui est vraiment fidèle au texte d’origine.
  • En outre, ce que j’ai apprécié, c’est que tous les mots de vocabulaire difficiles sont expliqués de manière simple et compréhensible. Et ça, c’est un super bon point !
  • Par contre, je regrette l’absence d’illustrations. Les scènes de bataille auraient pu profiter de quelques dessins, esquisses ou croquis pour les illustrer.
  • Le texte, au final, n’est pas trop long et, mis à part quelques passages un tantinet lents , l’ensemble du récit est plaisant et entraînant : j’ai à chaque page voulu la tourner pour découvrir la suite du récit du fameux enchanteur.
  • Par contre, si vous souhaiter en savoir plus sur Arthur, Morgane, Lancelot ou Perceval, vous serez déçus ! L’histoire de Merlin s’arrête avant, une fois la Table Ronde fondée.

.
Les +
.
  • La fidélité au roman d’origine
  • Le style approprié
  • Le lexique expliqué
  • La narration plaisante
  • Le dossier pédagogique
  • Les articles expliquant la conception et le parti pris de l’ouvrage

.
Les -
.
  • L’absence d’illustrations
  • Les passages, rares, un peu lents et lourds

.Merci de m’avoir lu en espérant que cela vous ai donné envie d’acheter ce livre que je vous conseille à vous comme à vos enfants , livre qui existe aussi en version non pédagogique.

.

A bientôt,

Nico10 .


Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
Bacchus17

Bacchus17

13.03.2013 21:57

Je connais très peu Merlin à vrai dire .. enfin, en profondeur je veux dire, enfin .. ;o) ! Ca me donne envie de me pencher un peu plus sur lui, enfin .. ;o) !

Bacchus17

Bacchus17

13.03.2013 21:56

Ca pourrait bien m'intéresser, même s'il n'y a pas d'images ... ;o) !

uni2

uni2

07.03.2013 14:55

Encore un avis E, j'adore comme toi les contes et récits anciens.

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire
Comparez les prix Trier par Prix
Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin

Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin

Achetez ce produit et cumulez des SuperPoints à dépenser sur PriceMinister! ...

plus

annonce

0,90 € PriceMinister 535 Evaluations

Frais de port: 3,05 EU...

Livraison: 2-​5 Jours

     Plus  

PriceMinister



publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin a été lue 3233 fois et a été évaluée:

exceptionnel (92%) par:
  1. Bacchus17
  2. uni2
  3. singierlulu
et aussi par 20 autres membres

"très intéressant" (8%) par:
  1. nanou13005
  2. bikette25

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Merlin - Anne-Marie Cadot-Colin
publicité