Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel

Avis sur

Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel

Evaluation générale (1): Evaluation totale Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel

 

Tous les avis sur Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


Une bonne aquarelle

5  25.02.2012 (27.09.2014)

Avantages:
présence de nouvelles couleurs et qualité de l'aquarelle

Inconvénients:
suppression de certaines teintes de l'ancienne gamme

Recommandable: Oui 

jacquesherve

Plus à mon sujet: Millième Avis !

Membre depuis:25.11.2003

Avis:1011

Lecteurs satisfaits:66

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 30 membres de Ciao en moyenne: exceptionnel

Il y a plus de 125 ans que Gustave Sennelier fabrique des couleurs pour les peintres.

A) La marque Sennelier :

Tout avait commencé en 1887 dans une petite entreprise parisienne. Il y avait deux adresses à l'époque , l'une au Quai Voltaire à proximité du Palais du Louvre et une autre adresse à Rue de la Grande Chaumière à proximité du quartier Montparnasse.

Le fabricant a su développer une gamme de couleurs de qualité pour artistes, que ce soit pour les couleurs à l'huile, la commercialisation de pigments en poudre pour tous ceux qui souhaîtent préparer eux-mêmes leurs couleurs , les pastels et les aquarelles.

Actuellement, l'entreprise Sennelier dispose d'une usine en Bretagne dans les Côtes d'Armor et la boutique historique devenue "Couleurs du Quai" existe encore et continue à vendre les produits de la marque.

Pour fêter ses 125 ans d'existance, Sennelier a innové en nous proposant une nouvelle gamme d'aquarelle extra-fine au miel, tout en reprenant les meilleures couleurs de l'ancienne gamme auxquelles s'ajoute près d'une trentaine de nouvelles couleurs.

A travers mon avis, j'ai effectué une analyse de la gamme de couleurs , leur composition , leur texture et mon point de vue, les images jointes ne servant uniquement pour illustrer mon avis et faire découvrir certaines couleurs tout en mettant en valeur mon talent artistique.


B) Présentation de la gamme Aquarelle au miel Sennelier :


La gamme comprend 98 couleurs toutes disponibles en 1/2 godet (5 ml environ), godets, tubes de 10 ml ou en 21 ml. Chaque tube est présenté avec un dégradé de couleur se rapprochant le plus possible de la couleur réelle contenue à l'intérieur. On a droit à une très jolie présentation très colorée qui donne envie pour les godets de conserver l'emballage !

Le fabricant mentionne "French Artist Water Colours" en vue d'insister sur le fait que ce soit une aquarelle de fabrication française . Mais il existe d'autres fabrications dans notre pays du côté de la concurrence.

On voit aussi sur l'emballage la présence d'une abeille pour appuyer sur le fait qu'elles soient réalisée avec du miel, soit un mélange de pigment(s) broyé(s) finement et humectés par de l'eau purifiée sans sels minéraux et d'un liant comprenant du miel et de la gomme arabique.

Comme toutes les couleurs de la marque on note la présence d'un logo ancien sous forme de sceau avec les initiales du créateur de couleurs pour artistes "G-S" Gustave Sennelier.

L'opacité, la composition chimique (sous forme de Color Index international) et la permanence sont mentionnées dans tous les tubes ou godets.

Les coordonnées du fabricant :

Max Sauer S.A.S

2, Rue Lamarck

BP 204

22002 Saint Brieuc Cedex

Téléphone : 02 96 68 20 00

Site : www.sennelier.fr

L'entreprise semble avoir suivi le même parcours que celui des autres marques françaises Lefranc & Bourgeois et Pébéo en se délocalisant d'une grande ville au profit d'une ville moyenne.

C) Les couleurs classiques:

Je cite ici les couleurs qui font partie des plus connues ou des plus utilisées par les artistes et que j'ai eu l'occasion de tester.


1) Les couleurs de Cadmium

On note sept couleurs de cadmium - dont un vert (mélange de jaune de cadmium et de vert phtalocyanine), deux rouges , trois jaunes allant du citron au foncé et un jaune de cadmium orangé très vif - d'une grande luminosité, moins transparentes que les alternatives azoïques ( comme les Jaunes d'appellation Sennelier ), mais colorantes.


2) Les couleurs de cobalt :

La gamme comprend aussi sept couleurs de cobalt véritables dont le choix entre deux nuances de Céruléum, deux bleus de cobalt , un bleu turquoise, un authentique vert de cobalt remplaçant l'imitation de l'ancienne gamme, et le jaune de cobalt ou Auréoline (PY 40), un peu moins permanent mais unique, même si la Laque jaune à base d'azonickel s'y rapproche (PY 150) et peut servir d'alternative.

Seul les violets sont des imitations à base de phosphate de manganèse alors qu'un véritable violet de Cobalt - disponible dans d'autres marques - pour la nuance claire aurait été souhaitable.


3) Les couleurs de quinacridone :

Les couleurs de quinacridone (PR 206/209/122/ PV19) quant à elles permettent de disposer des tons rouges plus ou moins violacés avec une permanence élevée, comme le pourpre Helios (proche du rose tyrien), Magenta (rouge grenat), les imitations de carmin ou de laque de garance rose et aussi des bruns orangés comme l'Or de quinacridone, l'orangé de Chine et la garance brune.

Il est préférable d'employer une couleur de quinacridone à titre de rouge primaire car plus souple au niveau des mélanges.

4) Les couleurs de terre :

On a droit à cinq couleurs à base de terres naturelles comme les terres de Sienne ou d'ombre. Cependant, l'ocre jaune clair et l'ocre d'or sont des imitations à base d'oxyde de fer et d'azonickel (PY 42 + PY 150) ou de mélange pour l'ocre d'or de jaune diarylide (PY 83) , d'oxyde de fer jaune PY 42 et de brun de magnésium (PY 119). Notons aussi la présence d'une vraie terre verte (PG 23)


5) Les autres couleurs classiques :

On a droit à :

- quatre couleurs à base d'outremer (PB 29 ou PV 15) dont le violet bleu et les deux autres bleus (clair ou foncé),

- quelques couleurs d'oxyde de fer (ocre jaune PY 42, Caput Mortum violette PR101 et rouge de Venise PR 101),

- un choix entre deux blancs (zinc ou titane plus opaque)

- quatre noirs ,

....sans oublier les bleus ou verts de phtalocyanine (bleu phtalo rouge , bleu Sennelier, Vert sennelier ou Véronèse).


D) Les couleurs propres au fabricant :


Il s'agit des couleurs qui constituent l'exclusivité de la marque.


1) Un choix de gris unique :

Le fabricant propose trois gris, utiles pour casser les couleurs et idéal pour peindre des paysages marins bretons ou pour ombrer certaines façades de maisons blanches sans trop noircir.

On peut opter pour un gris froid ou bleuté (idéal aussi pour les décors enneigés à condition de l'utiliser très dilué), un gris chaud ( qui imite certaines nuances de ton sable) ou le gris

Photos pour Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel
  • Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel Quelques couleurs - Sennelier Aquarelle Extra-fine
  • Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel CCF08102012_00000 - Sennelier Aquarelle Extra-fine
  • Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel CCF24012013_00004 - Sennelier Aquarelle Extra-fine
  • Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel CCF20012013_00005 - Sennelier Aquarelle Extra-fine
Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel Quelques couleurs - Sennelier Aquarelle Extra-fine
Quelques couleurs !
Sennelier plutôt neutre.

Notons que les gris ( Sennelier ou froid) peuvent permettre d'effectuer une technique monochrome tout comme avec la couleur Sépia plus ou moins diluée .


2) Le rose Opéra, un rose unique !

La couleur est formulée avec un pigment fluorescent de type rose tyrien . La couleur a été conçue pour les peintures florales (natures mortes, paysages printaniers ou fleuris). Il est assez proche du rouge primaire (rougeâtre en profondeur).

La couleur compte tenu de sa faible permanence à la lumière est à employer de préférence pure (sans mélange avec d'autres couleurs) et avec prudence, la couleur étant difficilement effaçable.

Toute oeuvre peinte avec cette couleur devra être exposée à la lumière de manière modérée pour éviter toute décoloration.


3) Autres couleurs de la marque :

a) les verts :

On dispose d'un large choix de verts en dehors de celui de cadmium et du vert véronèse dont :

- une Terre Verte brûlée qui imite approximativement la teinte d'origine par mélanges (un vert noirâtre conçu avec du bleu indanthrène PB60 + noir de carbone PBk7+ jaune diarylide PY83)

- un vert sapin (oxyde de fer PY 42+ phtalo PG7+ noir PBk7) conçu pour les feuillages sombres et légèrement plus bleu que l'imitaiton Terre Verte Brûlée,

- le vert olive (plus chaud et plus transparent),

- un choix entre deux verts anglais (bleuâtre et jaunâtre), la version foncée étant très voisine d'un vert de phtalocyanine bleu et la nuance claire offrant un vert printanier,

- un vert de Vessie (mélange d'outremer et de jaune) et un vert de Hooker plus vif (plus chaud que le Vert Sennelier et de type vert moyen si on le dilue un peu),

sans oublier un vert brillant jaunâtre plus vif que le vert anglais clair.


b) L'orangé :

Sennelier propose en plus de l'orangé de cadmium les coloris suivants :

- l'orangé de Saturne (PY 154 + PO 43) qui peut être considéré comme une variante chaude et transparente,

- l'orange Sennelier(PO 73) qui est plutôt proche du Vermillon et moins transparente. Notons qu'on peut avec la laque jaune réaliser une nuance jaune orangé plus chaude.

- n'oublions pas l'orangé de Chine , très chaud et à fort pouvoir colorant à tendance brun rouge.

c) Les autres inédits :

On note un jaune moyen colorant appelé jaune Sophie et aussi une nuance "Laque de Garance foncée" assez chaude, la couleur ayant été formulée avec un peu de pigment jaune (Py 83 diraylide) dans sa composition.

Cette dernière remplace avantageusement l'ancien carmin de cochenille ou extra-fin de l'ancienne gamme. Le Marron de Pérylène de même composition chimique est une variante plus chaude.

La garance rose dorée tend quant à elle à ressembler à un rouge vermillon (Pyrrole Pr 255) et est assez colorante, tandis que la garance rose contient du quinacridone. On pourrait reprocher un choix de vermillons assez ressemblants avec le rouge vermillon Pr 242 ou la laque écarlate Pr 188.

Notons que la gamme prévoit un choix entre trois bruns de type Sépia ( deux variantes de sépia dont la colorée plus chaude et un brun bitûme comprenant un mélange de terre naturelle et de noir de carbone) et comprend aussi trois couleurs primaires monopigmentaires.

N'oublions pas le Bleu Royal et la cendre de bleue qui font partie des bleus contenant un pigment blanc. Si ces couleurs peuvent s'avérer utiles, elles perdent en transparence à cause du blanc. Cependant, leur pouvoir teintant étant réduit, on peut les utiliser sans problème.

E) Les couleurs primaires :

Elles comprennent un jaune azoïque (PY 74), un rouge de quinacridone (PR209) et un bleu de phtalocyanine nuance verte (PB 15:3).

Mais il existe quelques alternatives comme le jaune de cadmium clair, la garance rose (PV 19) plus bleuté que le rouge primaire existant ou la variante rouge du bleu de phtalocyanine ou Bleu Sennelier. N'oublions pas non plus le jaune Sennelier clair (PY 154) qui tend à rivaliser le jaune azoïque PY 74. Le jaune Sophie (PY 93 Azo) est un peu plus chaud

Les jaunes citrons (azo PY3 ou de cadmium PY35) peuvent aussi servir d'alternative plus vive que le jaune primaire. Les trois primaires mentionnées étant transparentes, les superpositions peuvent permettre la réalisation de couleurs secondaires.

F) Les couleurs secondaires mono pigmentaires :

Il s'agît ici de mentionner les couleurs qui se rapprochent des mélanges réalisés avec les primaires, mais fabriquées avec un seul pigment.

- orange Sennelier (PO 73)

- vert Sennelier (phtalocyanine vert-jaune PG 36) bien que très colorante,

- violet bleu (à base d'outremer violet PV 15).

Ces couleurs présentent l'avantages d'être plus vives comparées aux résultats obtenus par mélanges. Je recommande le violet bleu par rapport au violet de dioxazine, ce dernier étant trop colorant et moins tolérant en cas d'erreur.

On peut pour l'orangé opter pour celui de Saturne plus chaud mais bi-pigmentaire (PO 43 + PY 83)

G) les noirs :

Ce sont les couleurs les plus difficiles à utiliser. Je m'en sers rarement. Toutefois, on peut obtenir du noir par mélange des trois primaires ou avec un mélange de bleu outremer et de terre d'ombre brûlée.

- noir d'ivoire :

c'est le plus foncé des noirs. A éviter avec les couleurs claires car on obtient très vite des couleurs sourdes. On peut cependant le mélanger à petites doses avec le bleu outremer, le bleu indanthrène, les terres de Sienne ou d'ombre brûlées.

- noir de bougie :

moins intense que le noir d'ivoire, la couleur contient un pigment de terre, ce qui le rend plus chaud, tout en rendant les mélanges un peu plus souples.

- Gris de Payne :

noir bleuté idéal pour casser les couleurs froides, mais qui reste à éviter avec les teintes claires.

- Teinte Neutre :

un noir un peu plus violacé voire légèrement rouge. A utiliser à petite dose en raison de son pouvoir colorant.

======

Notons toutefois une erreur de la part du fabricant sur les noms des pigments concernant certains jaunes ou verts , vu qu'il y a eu une interversion des noms.

Ex : le jaune Sennelier est mentionné comme étant composé d'un pigment PY 153. Or, en réalité, celui-ci contient le benzimidazolone PY 154 plus clair alors que le PY 153 est un jaune à tendance orangée à base d'azométhine.

Le vert anglais clair ne peut contenir du PY 153, ce qui lui aurait donné une tonalité légèrement olive et contient en réalité du PY 154.

******************

===========
H) mon point de vue :
=================

a) ce que j'apprécie :

Je trouve que cette aquarelle dispose d'une excellente texture : on a droit à une pâte souple et homogène concernant les couleurs en tube et les godets se diluent assez facilement à l'eau.

La texture n'a rien à voir avec les aquarelles bon marché et on note une très grande finesse des couleurs.

J'apprécie son assortiment équilibré avec un large choix de coloris que je trouvais assez limité dans l'ancienne gamme et aussi sa brillance. La texture contenant du miel apporte de la souplesse et la peinture dans les godets ne peut être dure comme de la pierre.

b) ce que je serai amené à regretter :

Je serai toutefois amené à reprocher un choix trop limité concernant les nuances brun rouge dont le véritable ocre rouge (PR 102) qui a disparu dans la nouvelle gamme.

On a uniquement droit qu'à un seul rouge de Venise, opaque et à base d'oxyde de fer synthétique et qu'on retrouve mélangé avec du pigment noir dans le Brun Van Dyck..

Une couleur comme le rouge indien (version foncée du rouge de Venise) ou le maintien du brun de Madère (PBr 23) auraient été souhaîtable.

On note aussi l'absence d'un véritable violet de cobalt clair (PV 14) dont l'éclat et la pureté de la couleur ne peut être égalés par une imitation, y compris celle conçue par Sennelier, ce qui peut nous amener à porter intérêt sur les autres marques.

Notons que aussi que le fabricant n'apporte pas de précisions quant aux couleurs qui permettent des effets granuleux comme les couleurs de cobalt (PB 28/ PB 72/ PB36/ PG50) ou de terre véritable (PY43 ou Pbr 7), ce qui aurait permis une approche au niveau choix notamment lorsqu'on opte pour du papier aquarelle de type "torchon" où le relief est plus accentué et renforce les écarts de couleurs, les dépôts de pigments pouvant se nicher sur les parties creuses du papier.

On a d'ailleurs aucune information quant à leur pouvoir colorant qui peut être élevé pour les couleurs comme le violet de dioxazine, les couleurs de phtalocyanine, les cadmiums, le bleu de Prusse, les quinacridones ou le Rose Opéra.

c) quelques conseils

- Afin de ne pas être déçu de voir son oeuvre ressembler à une esquisse peinte à la gouache, autant privilégier les couleurs les plus transparentes ou sans adjonction de blanc, permettant aussi la création de teintes par superposition après séchage de la première couche. Se méfier toutefois des couleurs super teintantes.

- D'une manière générale, les couleurs opaques dans une aquarelle n'ont pas un pouvoir couvrant très élevé, y compris le blanc de titane, l'aquarelle étant par nature transparente ou semi transparente, ce qui fait que - contrairement à la gouache - le blanc ne peut être utilisé pour corriger une erreur mais plutôt pour éclaircir.

- Eviter le fiel de boeuf lorsqu'on débute. Ayant effectué un test avec celui-ci, j'ai pu constater qu'il avait tendance à renforcer l'adhérence des couleurs, ce qui rend difficile voire impossible toute correction d'erreur au même niveau que les couleurs les plus teintantes.

- Eviter si possible pour démarrer avec les couleurs trop colorantes qui - comme le fiel de boeuf - ne pardonnent pas la moindre erreur (ex : violet de dioxazine, cramoisi d'alizarine et rose opéra).


- Il est préférable d'opter pour un crayon HB à 2H et d'éviter surtout les crayons gras qui ne tolèrent pas les erreurs et peuvent abîmer le papier quand on veut effacer une erreur.

- Il est préférable aussi que le crayon soit taillé assez fin afin d'être discret par rapport aux couleurs de l'aquarelle.


I) Ma sélection de couleurs :

Je recommanderai les couleurs suivantes :

a) Pour démarrer :

On note des couleurs classiques. Cependant, j'ai aussi sélectionné d'autres couleurs en raison de leurs caractéristiques comme l'auréoline ou la laque jaune où la teinte varie d'une tonalité "moutarde" en épaisseur en jaune vif une fois diluée.

Je préfère le violet bleu à celui de dioxazine car le pigment à base d'outremer est plus souple et moins teintant. C'est aussi pour les mêmes raisons que je recommande le vert émeraude par rapport au vert anglais foncé ou au vert Sennelier trop teintants.

J'ai sélectionné trois couleurs à base de terre car même si elles sont granuleuses, on note une certaine souplesse par rapport à certaines alternatives à base d'oxyde de fer ou organiques trop colorantes.

- jaune citron
- laque jaune ou auréoline
- orange de Saturne
- garance rose dorée (variante de rouge vermillon)
- carmin (à base de quinacridone donc plus vif)
- violet bleu (à base d'outremer)
- outremer clair
- bleu de cobalt clair
- vert émeraude véritable (moins dense que le Vert Sennelier)
- ocre jaune (éviter la version claire trop jaune, l'ocre jaune normale étant à base de terre naturelle )
- terre de Sienne brûlée
- terre d'Ombre naturelle.

b) Idées de couleurs pour les paysages bretons :

- gris Sennelier (ou froid)
- bleu de cobalt véritable
- terre d'ombre brûlée

c) Pour les fleurs :

- garance rose
- magenta
- pourpre Hélios
- rose opéra
- violet bleu
- vert olive
- ton violet cobalt clair

d) Paysages italiens :

- rouge de Venise (façades de maisons)
- gris chaud
- orange de Chine (idéal pour les façades de maisons, quoique très teintant)
- Or quinacridone ou ocre d'or (façades de maisons)
- Garance brune
- vert de cobalt véritable (volets)

e) Maisons ou paysages basques :

- Marroon de Pérylène - qu'on peut mélanger avec de la garance brune- (pour les colombages)
- gris froid
- vert de cadmium (pour les colombages)
- bleu de cobalt véritable
- teinte neutre (noir légèrement violacé)

f) Les crépuscules ou ciels au lever du soleil :

- orange Sennelier (très dilué)
- gris froid
- bleu de cobalt

g) Pour le portrait :

- à défaut de teinte rose portrait, on peut utiliser l'orange Sennelier (Pyrrole PO 73) dilué et casser avec une nuance de terre. Pour une finition précise, opter pour du papier lisse.

h) Pour les calanques de Cassis :

- vert de Vessie, vert olive ou vert sapin pour les feuillages
- gris chaud ou gris Sennelier pour ombrer certaines roches
- terre d'ombre naturelle pour les ombres plus importantes

i) Pour l'Estérel :

- Sienne brûlée
- rouge de Venise
- orange de Chine dilué

j) pour peindre un Shih-Tzu dans les tons de Caramel :

- ocre d'or
- terre de Sienne Naturelle
- terre de Sienne brûlée
- gris chaud


J) Que penser des couleurs multipigmentaires ?

Tous les fabricants prévoient dans leur gamme des couleurs multipigmentaires. Cependant, il ne faut pas oublier que les possibilités de mélanges sont moins étendues.

Notons qu'on peut imiter le vert de vessie par mélange de bleu outremer et de laque jaune ou d'auréoline et le vert jaune avec du jaune citron et du vert de phtalocyanine.

On note aussi d'autres couleurs qu'on peut réaliser soi même comme le violet avec de l'outremer et du carmin quinacridone ou avec du magenta quinacridone et du bleu de cobalt. Mais il ne faut pas oublier que les couleurs mélangées perdent aussi en intensité.

On peut aussi créer un orangé sanguin avec du carmin et de la laque jaune ou faire du rouge brique avec du carmin et de la terre de Sienne Brûlée.

Cependant, les gris clairs que la marque a mis au point - bien qu'il existe dans la concurrence un gris à base d'ardoise - peuvent permettre à l'artiste de disposer des teintes claires prêtes à l'emploi pour ombrer les parties blanchâtres.


K) Choix du papier :

Ayant eu l'occasion de tester de nombreuses variétés de papier, j'ai une préférence pour les papiers épais qui permettent de travailler avec des couleurs très diluées

Le papier lisse permet de réaliser une oeuvre précise ou détaillée du fait qu'on ne soit pas gêné par le relief de la feuille.

Le papier "torchon" quant à lui permet - à défaut de réaliser une oeuvre détaillée - de bien mettre en valeur la transparence des couleurs ou de faire un effet de trame avec les couleurs granuleuses.

Quant à l'épaisseur, je recommanderai pour tous ceux qui veulent effectuer des aquarelles aux tons pastels (qui nécessitent beaucoup d'eau pour diluer) ou qui optent pour la technique au cutter de privilégier le papier le plus épais afin d'éviter que celui-ci se gondole lorsqu'on le mouille ou s'abîme.

On peut aussi opter pour des papiers en version "carte postale" afin d'envoyer un courrier original à ses amis ou à sa famille. Une initiative sympa pour faire partager son talent artisitque.

Notons que Sennelier propose un choix intéressant de papier. Mais il est préférable d'opter pour un papier épais plus facile à gratter et plus résistant aux lavis.


L) Fluide pour masquer :

il permet de conserver les parties blanches. Passer avec un vieux pinceau ou une plume en métal sur les parties qu'on ne souhaîte pas peindre. Laisser sécher avant de peindre et retirer délicatement le film une fois l'aquarelle terminée à l'aide de son ongle ou d'un couteau à peindre.

Notons que l'application de ce produit reste assez difficile avec les papiers granuleux de type ''Torchon" car on risque de l'abîmer.


M) faut-il peindre directement ou faire une esquisse ?

La solution visant à peindre directement peut être intéressante et fait partie de celle que je préfère. Mais elle est loins d'être facile vu qu'il faut savoir où placer les couleurs avec son pinceau.

J'opte de préférence pour un pinceau fin et une couleur claire peu colorante au départ pour réaliser certains traits comme le gris chaud, clair et discret.

Cette technique de peindre directement au pinceau sans passer par une esquisse au crayon fin présente l'avantage de "se lâcher" dans le dessin. Encore faut-il avoir une certaine adresse.

Cependant, un choix en faveur des couleurs peu colorantes s'impose pour pouvoir rectifier en cas d'erreur.

Ne pas hésiter à démarrer son oeuvre à l'aide de couleurs diluées ou claires en évitant celles qui disposent d'un pouvoir colorant trop élevé.

On peut modifier les tonalités après séchage de la première couche ou ombrer par superposition de couleurs transparentes.

Les taches de couleurs peintes avec beaucoup d'eau sont souvent claires avec un pourtour foncé, la couleur ayant tendance à se migrer vers l'extrêmité de la goutte d'eau. C'est ce qui fait le charme de l'aquarelle. J'utilise rarement le blanc car rien ne vaut celui du papier et préfère passer une couleur diluée pour les tons clairs.


Pour le bleu des ciels, j'opte pour le bleu de cobalt, le bleu céruléum ou le bleu outremer clair. Le bleu royal ( couleur mélangée) peut permettre des nuances de ciel moins granuleuses qu'avec les autres bleus.

Le bleu de phtalocyanine et le violet de dioxazine sont à éviter en raison de leur pouvoir colorant élevé. Cependant, la couleur Cendre bleue peut s'avérer intéressante pour peindre la mer avec un peu de vert émeraude ou de cobalt.


N ) Tubes ou godets ?

Les godets présentent l'avantage de ne pas s'abîmer pendant le transport et permet l'application directe d'une couleur au pinceau sans la galère pour ouvrir les bouchons des tubes. Cependant, ils sont moins commodes pour les mélanges sauf à bien diluer les couleurs qu'on veut utiliser sur une palette. Les 1/2 godets présentent l'avantage d'être économiques.

Les tubes sont pratiques lorsqu'on veut faire des mélanges et je conseillerai une palette en céramique ou porcelaine en forme de fleur ou de rond avec quatre cases (proposé par un autre fabricant d'aquarelle réputé) facile d'entretien et non pas en plastique qui s'abîme assez facilement avec au niveau des rayures des couleurs qui s'incrustent et qui rendent impossible l'utilisation de couleurs ou mélanges purs. La couleur s'enlève d'ailleurs plus facilement sur de la porcelaine.

Cependant, il n'existe pas de contenance inférieure à 10 ml pour les tubes , ce qui m'amène à privilégier les 1/2 Godets.

O) Mes notes :

10/10 : la texture des couleurs
9/10 : vivacité des teintes
9/10 : permanence des couleurs
7/10 : un choix intéressant et assez varié

4/10 : absence de certaines couleurs dont le violet de cobalt véritable
4/10 : suppression de certaines couleurs de l'ancienne gamme comme les ocres rouges naturels
4/10 : erreur dans la brochure au sujet de la composition chimique de certaines couleurs dont le Jaune Sennelier, le vert anglais clair ou le vert de vessie.
3/10 : absence de contenance 5 ml pour les tubes, ce qui oblige les artistes à se pencher vers d'autres marques ou privilégier les 1/2 godets

Une gamme d' aquarelle que je recommande compte tenu de l'éclat de la plupart des couleurs et de sa texture.

Prix pour un 1/2 godet : 3 à 7 € et pour un tube de 10 ml : 5 à 12 €

==================


P) Illustrations jointes :

Composition avec échantillon de tube cendre bleue et deux 1/2 godets de gris typiques de la marque

Nuancier peint avec les couleurs Sennelier mettant en avant les primaires

deux images sur une vue de Cassis dont on apprécie le choix de couleurs vives dont le crayonné

le bord de mer de Santa Margherita Ligure près de Portofino que j'ai adapté d'une photographie que j'avait prise à l'origine avec un filtre coloré en reconstituant les couleurs naturelles en aquarelle.

et une sympathique vue sur le Bosphore pour lequel j'ai écrit un avis sur Istanbul.

Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
Liliachete

Liliachete

27.09.2014 22:04

excellent avis très instructif et vraiment très intéressant!

zonderk

zonderk

16.06.2013 00:34

un seul mot : exceptionnel

sofysofy

sofysofy

01.04.2013 09:28

C'est pas le genre de produits que j’utilise mais c'est un très bel avis!

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Sennelier Aquarelle Extra-fine au Miel a été lue 4108 fois et a été évaluée:

exceptionnel (85%) par:
  1. Liliachete
  2. zonderk
  3. anneline
et aussi par 25 autres membres

"très intéressant" (15%) par:
  1. sofysofy
  2. Oo-Isis-oO
  3. nanar001
et aussi par 2 autres membres

Comprendre l'évaluation de cet avis.
publicité