Avis sur

Toyota Prius II 1.5 VVTi

Evaluation générale (12): Evaluation totale Toyota Prius II 1.5 VVTi

 

Tous les avis sur Toyota Prius II 1.5 VVTi

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


Un bilan mitigé

3  07.02.2010

Avantages:
Coût d'entretien/fiabilité, concept écolo, habitabilité (hors coffre), silence de fonctionnement

Inconvénients:
Moteur qui mouline, tarif, finition habitacle moyenne, citadine (?)

Recommandable: Oui 

Louloute29

Plus à mon sujet:

Membre depuis:26.11.2005

Avis:6

Lecteurs satisfaits:3

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 11 membres de Ciao en moyenne: très intéressant

Bon, évaluer la Prius n'est pas chose aisée, car c'est une auto dont les qualités (indéniables !) sont très variables selon le moment et l'endroit où on l'utilise. Il ne faut donc pas résumer mon avis à son titre ou à mon appréciation générale, car tout ceci peut paraître sévère. Mais il faut savoir raison et objectivité garder au moment de juger un produit, et résister à la tentation de se limiter au seul concept écolo qu'il représente. Précisons avant de commencer que c'est une auto que j'ai gardée un peu moins d'un an.


Evidemment, la Prius, c'est une auto (encore) à part, rare dans la jungle des véhicules motorisés à 4 roues. N'oublions pas que dans sa première mouture (à la diffusion anecdotique) elle date de plus de 10 ans maintenant, mais qu'elle a véritablement percé avec sa version II, celle qui nous intéresse ici. Je ne vais pas revenir en détail sur le procédé de locomotion de cette voiture, il faut juste retenir qu'elle dispose d'un moteur thermique classique (le bon vieux 1.5 litre déjà largement usité et fiabilisé par le reste de la gamme) et d'un moteur électrique. Les 2 fonctionnent en parfaite harmonie, tantôt seuls, tantôt de concert (la plupart du temps en réalité). Le premier moteur agit tant pour propulser l'auto que pour, entre autre, recharger les batteries, tel un immense générateur, l'autre façon de recharger les batteries étant la récupération de l'énergie, au freinage et sur les phases de décélération. Voilà pour la partie technique, sinon c'est une auto comme une autre, avec 4 roues, un volant. Ah si, dernier détail singulier : bien évidemment avec un tel engin il était inenvisageable d'associer une boîte de vitesse manuelle, c'est donc l'auto qui gère tout, un peu à la manière d'une boîte automatique dans la pratique, même si la réalité est un peu différente puisqu'elle ne dispose pas véritablement de rapports de vitesse, mais d'un système à variateur. Peu importe, sachez que le ressenti est celui d'une (bonne) boîte automatique, et que le petit levier planté au milieu de la planche de bord tombe parfaitement sous la main.

Passons brièvement sur l'esthétique de l'auto, tant décriée par certains. Certes, la Prius ne remporterait pas un prix de beauté sur ce critère, soyons réaliste. Mais sa ligne est dans l'esprit du concept, aérodynamique, visant à réduire encore un peu plus la consommation. De toute façon, ça n'est pas une auto que l'on achète pour sa ligne, et personnellement, bien que fan de belles voitures, l'esthétique de la Prius ne m'a jamais rebuté, car encore une fois ça n'est pas ce qu'on demande à une telle automobile qui se vit davantage à l'intérieur.

Venons donc à l'habitacle. Il est un peu dans l'esprit des monospaces Renault (affichage digital central), mais en plus poussé. Il intègre en effet en sus un écran central regroupant toutes les fonctions de l'auto
Photos pour Toyota Prius II 1.5 VVTi
Toyota Prius II 1.5 VVTi IMG_3098 (Small) - Toyota Prius II 1.5 VVTi
Toyota Prius II 1.5 VVTi
: ventilation/clim, radio, GPS (dans ma version Sol Pack), modes de conduite. Cette dernière fonction vous permet de visualiser de jolis graphiques et schémas sur le mode de conduite (électrique, thermique, les 2) ou votre consommation instantanée, moyenne ou par tranches de 5 minutes. Tout ceci est assez ludique mais un peu lassant avec le temps. Sachez enfin que cet écran est tactile. C'est très fun à la manière des i-pod, mais personnellement je ne suis pas fan de tout ça car l'écran est, en fin de compte, toujours plein de traces de doigts. Et puis il faut se décoller légèrement de son siège pour le manipuler pendant la conduite, ça n'est pas très sécurisant.
L'habitabilité de l'auto est bonne, notamment à l'arrière. Le coffre, un peu moins, même s'il est, en définitive plutôt logeable puisque on peut le remplir jusqu'à la "cassure" de la lunette arrière, c'est à dire au dessus du couvre bagages. La modularité par contre est basique, avec une simple banquette rabattable 2/3 1/3.
Ce qui m'a déçu en revanche dans cette auto, c'est sa finition, et les plastiques employés, très variables. Si ceux recouvrant la planche de bord, moussés, sont d'honnête facture, la plupart de ceux situés plus bas sont moches, sensibles aux rayures, et ne sont absolument pas dignes d'une auto de près de 30 000 € en finition Sol Pack ! Enfin les ajustements entre les différentes pièces de la planche de bord sont tout juste moyens. Globalement on constate la baisse de qualité ressentie à l'intérieur des autos de la marque depuis quelques années, alors qu'il s'agissait d'un point fort auparavant. Attention, il est temps de réagir messieurs de chez Toyota, car une auto se vit de plus en plus à l'intérieur, surtout quand elle est fade à l'extérieur.
Sinon, niveau équipement, la Sol Pack (haut de gamme de l'époque) est à peine correctement équipée : GPS, vitres électriques, système audio de qualité (JBL 9 HP sur ma version Sol Pack JBL, sachant qu'il y avait alors le choix dans la version haut de gamme entre ce système hi-fi performant et le système IPA avec caméra de recul pour se garer "sans les mains"), régulateur de vitesse,.... Mais l'auto présente des lacunes difficilement admissibles de nos jours sur une auto de ce tarif : pas de radar de recul, ni les feux/essuie-glace auto, et encore moins de rétros rabattables électriquement ou de rétroviseur intérieur électrochromatique ! Petit désagrément également la nuit : l'éclairage de l'affichage digital de reflète partiellement sur le pare-brise, gênant ainsi un peu la vision.

Venons en à la conduite de la Prius, car c'est sur ce point là qu'elle est le plus attendue. Le moteur thermique démarrera toujours à froid pour être à température, ça il faut le savoir. Mais selon l'utilisation, il se coupera ensuite pour n'évoluer qu'en électrique : un régal il faut le dire, car vous n'avez alors pas un bruit dans l'habitacle, sauf des bruits de roulement et aérodynamiques qui viennent troubler votre quiétude à mesure que vous prenez de la vitesse. En définitive, l'agrément de la Prius est exceptionnel en ville, et ce d'autant plus que la coupure du moteur thermique, et surtout sa remise en route, est presque imperceptible, et qu'on ne se lasse pas de cette gestion extraordinaire des modes de propulsion. En tout électrique vous pourrez faire quelques kilomètres (elle est annoncée pour 2 km mais j'ai déjà fait davantage, 4 ou 5) à vitesse réduite (surtout à moins de 50 km/h). Si vous roulez beaucoup dans les bouchons, vous apprécierez également beaucoup la Prius, car vous ne consommerez alors pas de carburant pour rien, et en plus l'auto est un anti-destressant naturel : vous ne jurerez plus (ou en tout cas beaucoup moins !) envers l'automobiliste voisin, vous verrez. Vous pourrez alors jouir de la formidable installation JBL si votre auto en est dotée. Je comprends à cet effet tout à fait la pertinence du choix des taxis parisiens qui ont opté pour cette voiture pour leur travail, car la ville est indéniablement son domaine de prédilection. C'est bien là un paradoxe, puisque sa taille (4,50 m), à mi-chemin entre une compacte et une familiale, son prix également comparable à une familiale, devrait la mettre à l'aise également hors des agglomérations. Et là ça coince un peu.
En effet, si sur route départementale, l'agrément est encore de très bon niveau, celui-ci se dégrade sur 4 voies et surtout sur autoroute, où l'auto est mal à l'aise. Pas tant au niveau de la puissance combinée des moteurs, car, c'est assez surprenant, quand vous "appuyez" sur la pédale de droite vous avez de la ressource croyez-moi. Mais l'auto semble paresseuse, peu coupleuse, et il faut franchement appuyer pour disposer de cette puissance. Et c'est au prix de l'un des défauts majeurs de l'auto, à savoir un bruit de moteur thermique qui hurle. Bien sûr, tout est relatif, l'habitacle est bien insonorisé. Mais ce bruit de moteur est d'autant plus gênant que l'auto est très silencieuse en mode électrique ou lorsque le moteur thermique tourne à la bonne "vitesse" (la plupart du temps rassurez-vous). Ce phénomène est lassant par exemple lorsque vous évoluez, régulateur en fonction, sur une portion d'autoroute vallonnée, où vous passerez du plus grand silence (dans les descentes, le plus souvent en mode tout électrique y compris à des vitesses de plus de 100 km/h parfois) à ce bruit de moteur qui mouline dans les montées. Dommage ! Un petit mot rapide sur la tenue de route, très satisfaisante (l'auto prend peu de roulis et vire à plat, sans doute à cause de son centre de gravité bas compte tenu de l'installation des batteries), et le freinage, bon dans l'absolu, même s'il donne l'impression de ne pas être efficace. Ca reste heureusement une impression.

Il est temps d'évoquer la consommation de cette Prius II. Personnellement je ne suis pas un adepte de la conduite sportive. De toute façon cette auto n'y incite pas, et en soi c'est aussi l'une de ses qualités, puisqu'elle induit naturellement une conduite apaisée, gage de consommation contenue. En près d'un an et 20 000 km parcouru, mon épouse et moi avons à peine consommé, en consommation réelle (calculée sur chaque plein) plus de 5,00 litres / 100 km (5,05 exactement) en faisant tous types de route. Sur des parcours longs composés de routes départementales, il est tout à fait envisageable de tourner à 4,5 l si le pied droit n'est pas trop lourd. Mais la Prius consomme plus sur de petits trajets quotidiens, notamment en hiver où elle a besoin de chauffer. Vous serez alors plus près des 5,5 l ou 6 l, et là, comme vous tournez au sans plomb, le gain financier par rapport à un diesel de même catégorie s'efface compte tenu du surcoût de ce carburant à la pompe, en tout cas en France. Disons que si le concept de la Prius II était intéressant à ce niveau là à la sortie de l'auto (2003 il me semble), les progrès réalisés sur ces dernières années, notamment les par les diesels, a annihilé cet intérêt de la voiture. J'espère que la Prius III a bien progressé de ce point de vue là.
Bonne nouvelle quand même au chapitre budget : les coûts d'entretien sont plutôt réduits par rapport à une auto de même catégorie, même s'il faut passer au garage pour la révision tous les 15 000 km ou tous les ans.
Concernant le prix de vente, nous l'avons vu, il était assez onéreux dans la version haut de gamme (près de 30 000 €). Certes, il fallait déduire, en France, quelque bonus écologique, mais ça ne justifie pas tout.


En conclusion, le bilan de l'auto est plutôt mitigé. Concept révolutionnaire il y a encore quelques années, l'intérêt de la Prius a fondu comme neige au soleil à mesure que la concurrence progressait dans le rendement de ses motorisations, et que l'écart de prix entre le diesel et le sans plomb se creusait. La Prius ne manque pourtant pas de qualités, mais sa principale, sa douceur de fonctionnement, s'estompe rapidement hors des villes et des routes départementales. Sa finition médiocre et son apparente mollesse vous agaceront alors d'autant plus.
Dernier point puisque je sens poindre en vous la question : pourquoi je n'ai gardé cette auto qu'un an ? En réalité davantage pour des questions familiales (la famille va s'agrandir d'un deuxième enfant alors que le premier n'a pas 3 ans), puisque la Prius est alors beaucoup trop juste en coffre pour accueillir poussettes et autres ustensiles de voyage pour des petits bambins. Mais bien qu'écolo de la première heure, je trouve également au final que l'agrément général procuré par l'auto n'est pas à la hauteur du statut qu'elle revendique et de son tarif.

Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis voiture

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
seb1978

seb1978

08.02.2010 13:38

rien a redire

lili48

lili48

08.02.2010 00:23

bEl avis.

s.dec

s.dec

08.02.2010 00:11

Très complet.

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
En lire davantage sur ce produit
Evaluations d'avis
L'avis sur Toyota Prius II 1.5 VVTi a été lue 2739 fois et a été évaluée:

exceptionnel (55%) par:
  1. seb1978
  2. supercorso
  3. lili48
et aussi par 3 autres membres

"très intéressant" (45%) par:
  1. darkverity
  2. lilimarleen
  3. miret
et aussi par 2 autres membres

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Toyota Prius II 1.5 VVTi
publicité