Village sans people

4  17.03.2011

Avantages:
Un superbe panorama de l'artisanat burkinabé .  .  .

Inconvénients:
.  .  . dans un village artificiel .

Recommandable: Oui 

madmike

Plus à mon sujet: 28/03/14... Birmingham met en service des bus hybrides électriques, alors que Paris, pourtant codiri...

Membre depuis:16.06.2000

Avis:4125

Lecteurs satisfaits:55

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 17 membres de Ciao en moyenne: exceptionnel

...


Préambule



L'artisanat du Burkina Faso est plutôt riche, et je voyais les valises se remplir et les francs CFA se dissoudre au fur et à mesure de mon périple burkinabé, de statuettes en bronzes et de textile en poteries, au point d'ailleurs que je commençais à me demander comment boucler tout cela in fine pour que cela tienne sans m'obliger à un bagage supplémentaire (auquel j'avais certes droit, Air France offrant deux bagages en classe économique sur la liaison Paris-Ouagadougou et un troisième aux membres Elite Plus de son programme de fidélisation, mais je n'avais pas envie d'arriver à la douane avec un chariot trop rempli).

Je pensais avoir à peu près fait le tour des possibilités artisanales au cours du voyage, mais le chauffeur/guide n'arrêtait pas de me dire au fil du circuit que je n'avais rien vu tant que je n'avais pas vu le village artisanal de Ouagadougou . Je profitais donc de la dernière journée à Ouagadougou avant de rejoindre l'aéroport pour aller faire un tour à ce fameux village artisanal...


Sur une avenue de Ouagadougou



Le village artisanal de Ouagadougou ne se situe pas dans le centre colonial, que je n'ai d'ailleurs pas eu le temps d'aller voir, mais le long d'une de ces grandes avenues qui semblent caractériser le reste de la cité, et dont j'ignore si elles furent tracées par les colonisateurs de jadis ou par les burkinabés nouvellement indépendants.

L'on trouve non loin de là le SIAO , Salon International de l'Artisanat de Ouagadougou, jugé suffisamment important pour avoir droit à des bâtiments permanents (ce qui est un peu curieux pour un salon par définition éphémère, même s'il revient tous les ans), et un peu plus loin se trouve l'autre centre de présentation de l'artisanat, le fameux VAO.

Le 4x4 se gare perpendiculairement à la clôture, dans ce qui constitue le parking de l'endroit. Un homme s'empresse d'ailleurs de remettre un ticket au chauffeur/guide : au moins cela constitue-t-il un petit métier, et assurera la sécurité des bagages dans le coffre durant ma visite...



De vastes bâtiments



Je m'attendais à une vague boutique du genre de celles dans laquelle on arrête trop souvent les touristes en goguette (comme par exemple les innombrables African Curio Shop kényans), avant de découvrir qu'en fait il y avait toute une série de bâtiments regroupés autour d'une cour.

Une bâtisse ronde abrite le magasin officiel, le seul à accepter les cartes de crédit (Visa & Eurocard/Mastercard seulement), qui propose une sélection de ce que l'on peut trouver ailleurs, mais facilement deux fois plus cher que dans les autres échoppes - autant dire que je l'ai vite zappé, et que seuls les plus pressés y trouveront leur compte en pouvant visualiser un échantillon de la production locale sans y passer trop de temps.

Une autre bâtisse ronde héberge le bar, qui propose, outre un choix de boissons, une petite restauration bien pratique : vu le temps finalement passé dans ce village artisanal, je serai bien content après visite et emplettes de pouvoir manger ici une omelette avec des frites, faute d'avoir le temps d'aller dans un véritable restaurant comme initialement prévu !

Enfin une série de galeries se déploie autour de la vaste cour, galeries dans lesquels exercent les divers artisans - et quand je dis "exercent", ce n'est pas une formule, puisqu'il s'agit d'ateliers, où les artisans sont à l'œuvre, parfois visibles en plein travail, et non pas de simples boutiques revendant une production venant d'ailleurs...


On trouve de tout à Ouagadougou



Les galeries abritent plusieurs dizaines d'échoppes, chacune ayant sa spécialité, et j'ai été assez bluffé par la diversité de la production artisanale , bien plus riche ici que dans d'autres pays africains où le touriste n'a souvent pas grand chose, en tout cas pas grand chose de qualité, à se mettre sur l'étagère à souvenirs.

La qualité d'ensemble de la production est d'ailleurs bonne, et l'on dépasse largement le souvenir attrape-touriste que l'on trouve trop souvent de par le monde ! Je me suis ainsi offert une amusante toile d'un certain Ali Kéré , très connu apparemment ici mais que je découvrais à cette occasion, et elle ne dépare pas à mes murs, au milieu d'œuvres d'art contemporain dont certaines sont pourtant mille fois plus onéreuses. L'artiste était d'ailleurs tout surpris et presqu'un peu intimidé que je le prenne en photo à cette occasion, après avoir discuté de son art et de son atelier - c'est rafraichissant de voir une telle simplicité, loin des chichis européens !

J'ai été particulièrement sensible à la peinture de cet artiste, sans doute parce que l'on se rapprochait ici plus de l'art classique, que je collectionne par ailleurs, que de l'artisanat (même en restant dans une indiscutable africanité), mais il y a vraiment des choses en tout genre ici, et, à moins d'être complètement au bout du rouleau financièrement en fin de voyage, il m'étonnerait fort que quelqu'un en reparte les mains totalement vides !

L'on passe du papier artisanal, mélange de papier recyclé et de fibre végétale esthétique mais sans doute peu pratique, aux sculptures de bois et de bronze - les tailleurs de bois s'affairent sous les regards des rares passants, les moules des bronziers attendent la cuisson, et leurs nombreuses créations ont de quoi tenter bien des gens, autant par la grâce des bois que par l'élégance des patines des bronzes.

Les facteurs d'instrument de musiques proposent aussi bien d'encombrants balafons que de plus transportables idiophones, tandis que les récupérateurs en tout genre font preuve d'un véritable génie : les canettes de boissons sont sculptées en voitures ou motos, les carters de motos deviennent de véritables sculptures, les bouchons métalliques des sodas composent des plateaux, les enseignes métalliques sont forgées en de véritables meubles. On n'a pas de pétrole ici, mais on ne manque pas d'idées, et il est assez fascinant de voire cette ingéniosité inversement proportionnelle à la richesse locale !

Les touaregs venus du nord alpaguent le touriste pour tenter de placer leurs boîtes de cuir et autres étuis de poignards, les vanniers et les artisans du textile sont beaucoup plus sereins, attendant une éventuelle marque d'intérêt...


Marchandage et paperasse



Les prix demandés ici ne sont pas délirants, mais il existe quand même une petite marge de négociation sur les pièces les plus importantes, de 10 à 20 % apparemment. Le vendeur annonce un prix, on demande un petit effort, fait mine de partir, explique que l'on n'a plus beaucoup de liquide en fin de voyage, et après ces quelques figures imposées du marchandage, le prix diminue un peu - à la limite, c'est pour le fun, les sommes n'étant quand même pas colossales ici (par exemple les peintures s'expriment en dizaines de milliers de francs CFA, soit en centaines de francs, ou bien encore en dizaines d'euros).

L'on est cependant censé demander un bordereau prouvant l'achat à remettre à la sortie, en tout cas pour les objets ne pouvant point se dissimuler dans un sac : le bordereau est en principe collecté au guichet à la sortie, et les artisans payent ensuite des taxes en fonction de leurs ventes enregistrées. Si j'ai passé à l'as une moto en cannettes, il m'a bien fallu demander un bordereau pour la peinture, qui dépassait la taille de mon sac pourtant imposant... et à la sortie le fonctionnaire chargé de récupérer le double du bordereau n'était pas là ! Etonnez-vous après devant un tel laisser-aller que parfois l'Afrique aille à vau-l'eau, même si en l'occurrence le peintre a dû se réjouir d'éviter un reversement à l'état...


En conclusion



Le village artisanal de Ouagadougou est une belle étape en fin de voyage.

Passé l'architecture anonyme de ce village artificiel, l'on découvre la richesse de l'artisanat burkinabé, proposé ici directement par les artisans sans intermédiaire, ce qui assure des tarifs tout à fait raisonnables au regard de la qualité de la production proposée. Et vu la variété de ce que l'on trouve ici, on est à peu près certain de repartir avec quelque chose que l'on aime !

Note : 8/10


* Village Artisanal de Ouagadougou
- Village artisanal ; 01 BP 6442 Ouagadougou 01 ; Burkina Faso (West Africa)
- Tél. : +226 50 37 14 83
- Fax : +226 50 37 14 59
- Mél : village.artisanal@fasonet.bf
- Web: http://www.villageartisanal-ouaga.com

Photos pour Village Artisanal de Ouagadougou
  • Village Artisanal de Ouagadougou Village artisanal de Ouagadougou
  • Village Artisanal de Ouagadougou Village artisanal de Ouagadougou
  • Village Artisanal de Ouagadougou Village artisanal de Ouagadougou
  • Village Artisanal de Ouagadougou Village artisanal de Ouagadougou
Village Artisanal de Ouagadougou Village artisanal de Ouagadougou
Village Artisanal de Ouagadougou - Une statue dans la cour du village
Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
jacquesherve

jacquesherve

18.07.2012 01:20

Merci pour la découverte.

dobru

dobru

19.03.2011 12:22

Une visite très intéressante. j'aime bien acheter à des artisans que je vois travailler. L'achat à plus de sens, il est aussi le souvenir de quelque chose de vrai. Je privilégie toujours cela. C'est rare de le trouver dans un centre artisanal. J'ai eu cela autour du lac Atitlan au Guatemala, aussi au marché artisanal d'Antigua, sinon pratiquement uniquement dans mes pérégrinations. Une belle initiative.

parenthese

parenthese

18.03.2011 23:32

Une belle découverte et un réel plaisir d'admirer ces artisans travailler la matière , que ce soit le bois, le cuir, le bronze, les fibres et sans avoir l'impression qu'un vendeur vous saute dessus pour vous vendre quelque chose comme dans d'autres pays.

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire


publicité
Evaluations d'avis
L'avis sur Village Artisanal de Ouagadougou a été lue 1783 fois et a été évaluée:

exceptionnel (76%) par:
  1. dobru
  2. parenthese
  3. chouchou1234
et aussi par 10 autres membres

"très intéressant" (24%) par:
  1. jacquesherve
  2. frolap
  3. superphanie
et aussi par un autre membre

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Tags en relation avec Village Artisanal de Ouagadougou
publicité