Vincent Delerm - Vincent Delerm

Avis sur

Vincent Delerm - Vincent Delerm

Evaluation générale (16): Evaluation totale Vincent Delerm - Vincent Delerm

8 annonces provenant de marchands référencés à titre payant entre 3,69 EUR à 25,00 EUR  

Tous les avis sur Vincent Delerm - Vincent Delerm

 Rédigez votre propre avis

annonce


 


 


Lui, moi et Fanny Ardant...

5  07.10.2008

Avantages:
*  *  *

Inconvénients:
*  *  *

Recommandable: Oui 

Détails:

Textes

Chant/voix

Musique

Arrangements

Créativité


ptitjulien03

Plus à mon sujet: cool un pds que j'ai :)

Membre depuis:20.10.2004

Avis:475

Lecteurs satisfaits:180

Partager cet avis sur Google+
Cet avis a été évalué par 25 membres de Ciao en moyenne: très intéressant

.
.
.

Vincent Delerm et moi (et Anne-So, et Psycho)


Avec ces deux filles là, on se suit du tac o tac sans aucuns soucis sur Cali, Bénabar, Les Têtes Raides et autres groupes cultes de la chanson française. C'est simple, à nous trois, on remplit aisément les trois quarts des avis sur Cali du site. Et le quart de tous les avis de la nouvelle scène française (bon j'exagère peut-être un peu). J'ai même (presque) rencontré Anne-so sur un live de notre cher Bruno. Bref, on se suit et se comprend sur presque tous les groupes, tous les artistes. J'ai bien dit presque. Car si l'une adore Fersen, moi il me laisse un peu de marbre, je tilte pas quoi. Si l'autre est dingue de Bénabar, moi j'aime beaucoup mais j'en raffole pas non plus. Mais j'apprécie quand même.

Puis il y'a Delerm. Vincent Delerm.

Celui qui, comme le dit si bien Psycho, jette un froid quand on balance son nom dans une foule. Et avec Delerm je tenais enfin l'artiste qui me mettait en désaccord total avec ces deux greluches. Car, oui Delerm, je pouvais pas le blairer. Monocorde au possible, non merci. Sauf que finalement j'étais resté sur des souvenirs d'il y'a trois ans. Et en quelques années, on évolue très vite. J'étais donc resté sur une image très négative du chanteur. Peut-être même trop négative. Reste que je le supportais pas il y'a encore 4 jours et que ces deux greluches, surtout une, en sont particulièrement dingues.

Puis il y'a eu ce vendredi 3 octobre 2008.

Jour où Psychomachine publie son avis sur cet artiste que je m'apprête à tacler de tout cotés. Et, d'un sourire en coin, je me dis qu'elle a vachement bien trouvé son sujet de PDSP…qu'on aime et que tout le monde déteste. Et comme je fais les choses bien, j'ouvre mon lecteur pour mettre du Delerm en fond sonore, tout en lisant l'avis de Sir PsychoSexy. Et au moment ou je m'apprête à faire mon premier commentaire bien vachard sur le type, résonne dans mes oreilles, la première chanson de l'album : Fanny ardant et moi.

.
.
.

Qu'on me donne une clope et un piano !


Et c'est à ce moment là, que j'ai du revenir doucement et délicatement sur mon commentaire avec la touche « effacer » de mon clavier. Car sur le moment il m'est arrivé quelque chose d'assez rare et qui n'arrive pas souvent en terme de musique : le coup de foudre immédiat. J'ai à peine le temps de prendre conscience que j'apprécie, que je suis déjà, dans ce salon, a coté de Delerm, de son piano et de son portrait de Fanny Ardant. J'imagine déjà l'étagère et cette carte postale. Je vois ce piano, ces cordes qui résonnent dans ma tête, cette trompette… Je fonds littéralement sous cet air de musique, ce piano si malicieux et piquant, contrastant avec cette voix, si grave et chaude.

Et c'est ainsi, qu'au lieu de mettre un premier commentaire bien piquant sur l'artiste, j'ajoute un simple merde la première chanson me plait bien...

.

Un éclair de lucidité me vient entre la première et deuxième chanson. Rapide l'éclair, mais très réel : attention, méfie-toi, c'est peut être la chanson single, celle qui sert de piège facile à toutes les oreilles qui passent par-là. Dès le deuxième morceau tu va déchanter mon coco

.

Une demi-seconde plus tard, le morceau numéro deux se lance La vipère du Gabon. Et là l'ambiance et le rythme sont totalement différents. Mais la voix, toujours aussi chaude et posée, m'envoûte. Cette voix que je pensais détester il y'a encore de ça 10 minutes, me colle au sol. Et cette chanson, étrange, au style d'écriture très particulier et original : un double dialogue dans une même chanson. Reste que le talent de mise en scène est toujours bien présent. On y'est, dans ce zoo, et ces instruments, chauds et qui donnent cet effet exotique, renforcent cette idée…J'adhère totalement.

.

Mini éclair de lucidité, plus bref que le précédent, me remet en garde en me rappelant que deux titres, ne font pas un album. Mais j'ai à peine le temps d'explorer cette pensée que…

.

Le troisième morceau se met en marche. Le piano, le violon, la voix. Je suis sans le savoir, sur l'une des chansons la plus mélancolique de l'album. Le ton est lourd et pesant dès le début et quand Delerm entame son histoire, il nous faut à peine trente seconde pour se retrouver dans ce lieu. Chatenay Malabry, le titre de ce troisième morceau. L'histoire défile sous nos yeux et cette chanson confirme mes premières impressions : ce mec n'est pas un chanteur, c'est un metteur en scène. Comment retranscrire un court métrage en quelques lignes. Dur, mais pas tant que ça pour lui, il suffit de trouver les mots qu'il faut. Et il y'arrive parfaitement le bougre. Et il n'hésitera pas à ajouter quelques coups de piano un peu plus violent, pour renforcer la dramaturgie… bluffant.

.

Je suis désormais, ailleurs, je pense plus, j'écoute. J'ai beaucoup de mal à suivre l'avis de PsychoSexy en même temps. Je suis tellement ailleurs, que je m'aperçois même pas, que son avis correspond au deuxième album de l'artiste et que moi je suis entrain d'écouter le premier

.

Vient ensuite un rapide quatrième morceau Catégorie Bukowski, beaucoup plus frais, qui sert presque de transition, et très agréable pour les oreilles. Puis arrive, 43 secondes plus tard, le cinquième morceau de l'album, un coup de cœur, quelque chose de rafraîchissant, sur un fameux thème, classique quand on est en couple : Tes parents.

.

Ce morceau reprend les allures du premier morceau. Entraînant et limite trop rapide pour le chanteur. Le piano, les violons, tout est là. Je suis encore sous le charme du contraste entre cette musique légère et toute piquante, face à cette grosse voix, signature indéniable du chanteur. Le texte fait mouche, une grosse dose d'autodérision, et on passe des beaux-parents de gauche, légèrement bobo, à ceux qui passent leur temps à faire du golf au Touquet. Et lui il s'en fout, il est prêt à tout accepter. Même caresser leur chien dégueulasse.

.

Dans l'euphorie, je sais plus trop ou j'en suis. Je cherche même pas à savoir. La seule chose que je sais, c'est que je me suis retrouvé en quelques secondes, transporté de l'appartement des beaux-parents à celui d'un homme célibataire qui vient de se faire planter. Et qui se trouve seul à seul, avec son Cosmopolitan. Seule trace de son ancienne partenaire. J'accroche à fond sur ce morceau, qui joue un parallèle entre l'intérieur du magazine et la réalité des choses. Beau travail de style. Et encore une fois, par ses mots, on est dans cet appartement, un soir, sous les abat-jour, et on imagine ce type, seul à seul avec son magasine féminin…Impression renforcée par la voix féminine qui accompagne Vincent sur cette chanson.

.

Ensuite c'est le tourbillon total. Il m'emmène dans son slalom géant amoureux ou la comparaison de la relation amoureuse avec les jeux olympiques, paraît un truc un peu fou, lui il arrive à la perfection. Et ça colle, et sans fausses notes s'il vous plait ! Puis on ne respire pas et c'est avec une facilité déconcertante que je suis dans une pièce de théâtre, à regarder ce monologue shakespearien, sur une musique principalement au tuba, Delerm nous transpose à merveille sa rupture amoureuse sur sa vision d'une pièce de théâtre. Chapeau bas.

.

Après un petit charlotte Carrington qui me laisse un peu de marbre (seul morceau de l'album), et qui me touche pas plus que ça…

….Arrive le magnifique Deauville sans Trintignant. Et on s'aperçoit que l'influence du Cinéma est bien là. Après Fanny Ardant, voici une référence à jean louis Trintignant. La musique, tout au piano, me laisse très mélancolique. Et quand arrive cet extrait de film, l'émotion se fait encore plus forte. Un peu à l'image, du final, de la dernière chanson du second opus du chanteur.


Puis l'album se clôture sur L'heure du thé. Tout en douceur, tout en mélancolie, tout en nostalgie. L'artiste clame ces derniers mots et la bobine qui s'est enclenché dix morceaux plus tôt, va s'achever sur ce onzième morceau…

.
.
.

J'ai demandé une clope et un piano !


Quand l'album touche à sa fin, je suis obligé de me rendre à l'évidence. Même en me forçant, j'aurais pas pu dire du mal de cet album. Non puisque je l'adore tout simplement. Et c'est pas l'avis qui m'en a convaincu, puisque comble du comble, j'étais pas sur l'album dont il était question dans le texte de Psycho. Non, l'avis de Mag a juste eu pour conséquence de me faire écouter du Delerm. Chose que j'aurais du faire bien avant, j'aurais du ranger mes préjugés et m'attarder un peu plus sur tout ça.

Résultat, on en est là aujourd'hui : samedi 4 octobre 2008, j'ai acheté l'album du type que je pouvais pas blairer encore le vendredi 3 octobre à 16h. Si ça c'est pas un coup de foudre musical, qu'on m'explique !

Après un merci à Anne-So, à Psycho et à Vincent,

Je vous laisse !


.
.
.

Partager cet avis sur Google+
Liens sponsorisés
Evaluer cet avis

Quelle est l'utilité de cet avis pour prendre une décision d'achat ?

Guide d'évaluations

Commentaires sur cet avis
jacnat

jacnat

08.01.2009 22:20

Excellent avis ! Je ne connais pas bien l'artiste et ses chansons mais tu en parles vraiment très bien !!!

evilash

evilash

03.11.2008 14:08

allez maintenant tu sais ce qui t'attend hein...

evilash

evilash

03.11.2008 14:08

par contre, moi en fond j'ai écouté HOLLYWOOD MON AMOUR l'album de reprises de vieux génériques de films des années 80 par le mec derrière Nouvelle Vague... FA BU LEU X

Ajouter un commentaire pour cet avis

max. 2000 caracteres

  Postez votre commentaire
Comparez les prix Trier par Prix
DELERM, VINCENT Vincent Delerm

DELERM, VINCENT Vincent Delerm

Drôle d'oiseau triste que Vincent Delerm, le chanteur « fils de » alors inconnu ...

plus

annonce

3,69 € PriceMinister 535 Evaluations

Frais de port: Gratui...

Livraison: 2-​5 Jours

     Plus  

PriceMinister

Vincent Delerm

Vincent Delerm

VINCENT DELERM

annonce

14,84 € Amazon Marketplace Musique 99 Evaluations

Frais de port: 2,49 EU...

Livraison: Expédition sous 1 à 2 jours ouvrés.​.​.

     Plus  

Amazon Marketplace Musique



publicité
En lire davantage sur ce produit
Evaluations d'avis
L'avis sur Vincent Delerm - Vincent Delerm a été lue 388 fois et a été évaluée:

exceptionnel (17%) par:
  1. jacnat
  2. evilash
  3. jiji54
et aussi par 2 autres membres

"très intéressant" (83%) par:
  1. Stuntman_mike
  2. Ririne29150
  3. Ninotte
et aussi par 21 autres membres

Comprendre l'évaluation de cet avis.
Produits intéressants pour vous
Amuse Bouches – Elodie Frégé Amuse Bouches – Elodie Frégé
(+) .....
(-) .....
4 Avis
Achetez-le pour seulement 8,92 €
Le déserteur - Boris Vian Le déserteur - Boris Vian
(+) Un chef d'oeuvre d'auteur de chefs d'oeuvres.
(-) ça plait pas aux troufions, et on ne l'entends pas à la radio.
2 Avis
Achetez-le pour seulement 1,50 €
Des roses et des orties - Francis Cabrel Des roses et des orties - Francis Cabrel
(+) textes et arrangements musicaux
(-) RAS
20 Avis
Achetez-le pour seulement 2,30 €
publicité