Hôtel La Liberté, Ouagadougou

Images de la communauté

Hôtel La Liberté, Ouagadougou

> Voir les caractéristiques

60% positif

1 avis de la communauté

Désolé, nous n'avons pas trouvé d'offre correspondante

Avis sur "Hôtel La Liberté, Ouagadougou"

publié le 20/02/2014 | madmike
Membre depuis : 16/06/2000
Avis : 4374
Lecteurs satisfaits : 69
Plus à mon sujet :
30/01/17... Pénélope Fillon aurait été payée par La revue des deux mondes presque sans écrire, alors que les ciaonautes devraient écrire sans être payés... Cherchez l'erreur ! ;o(
Bien
Avantages Un hôtel propre et correct...
Inconvénients ...surtout pour une simple étape.
exceptionnel
Rapport qualité prix
Situation Géographique
Accueil et Service
Confort
Propreté

"Liberté, j'écris ton nom"

Hôtel La Liberté, Ouagadougou - Chambre 203, côté lit

Hôtel La Liberté, Ouagadougou - Chambre 203, côté lit






Préambule




Les destinations africaines accessibles au touriste se réduisent comme peau de chagrin, au fur et à mesure de l’extension des guerres et troubles de par le continent, et le choix d’une destination nécessite désormais de potasser longuement les conseils aux Voyageurs du Quai d’Orsay et/ou le Monde diplomatique, afin d’être sûr de ne pas tomber en plein conflit.


Le Bénin est l’un des rares havres de paix qui ressortait à l’issue de ce soigneux criblage, et j’avais donc décidé d’aller le découvrir, puis réalisé que la géographie très particulière de ce pays, étiré sur une bande étroite de près de mille kilomètres, faisait qu’il était plus intéressant d’atterrir au Burkina Faso pour y rentrer par la frontière Nord et ensuite le traverser du Nord au Sud.


L’itinéraire était tout à fait envisageable, Air France faisant des billets open jaw entre Ouagadougou (au Burkina Faso) et Cotonou (au Bénin) à un prix tout à fait décent (NdR : un billet open jaw, c’est-à-dire littéralement mâchoire ouverte, est un billet où l’on fait l’aller sur un aéroport et le retour depuis un autre, ce qui sur certains itinéraires est intéressant pour éviter des allers-retours fastidieux).


Et c’est ainsi que j’atterris un soir à Ouagadougou , ce qui nécessitait donc de passer une nuit d’appui sur place avant de se lancer à la découverte (la prudence commande en général de ne pas rouler de nuit en Afrique, et de toute façon il n’aurait pas été possible de voir quoi que ce soit). En l’occurrence je passais ladite nuit à l’ Hôtel de la Liberté , ainsi nommé d’après l’avenue (récemment re-)bitumée voisine…





Un accueil nocturne




L’arrivée fut du coup assez tardive, le vol d’Air France, déjà prévu le soir, ayant pris une heure de retard suite à un problème technique et les contrôles policiers à l’arrivée s’étant avérés particulièrement inefficaces.


Le bâtiment ne paye pas de mine, un immeuble ocre de trois étages plongé dans la plus parfaite obscurité, et je commence à me demander où je suis tombé. Le chauffeur gare le 4x4 tant bien que mal dans la place restante devant l’hôtel, plus dimensionnée pour une Clio que pour un Landcruiser de belle taille, et là je vois apparaître un homme avec une lanterne.


L’explication est simple, il y a une panne de courant (c’est l’Afrique), d’où cette obscurité incongrue ! Je suis un peu rassuré, d’autant plus que le français qui m’a accueilli est à la fois gérant de l’hôtel et responsable de l’agence locale à qui a été confiée l’organisation du périple qui me mènera jusqu’aux côtes béninoises, plus de mille kilomètres plus au sud.


L’accueil est du coup d’une efficacité inhabituelle en Afrique, la clef étant déjà prête et le porteur étant d’emblée mobilisé pour monter les valises dans la chambre, mais ce ne serait pas forcément aussi simple pour quelqu’un qui prendrait l’hôtel indépendamment du reste du voyage.


Ceci étant, le réceptionniste le lendemain matin se révélera charmant et disponible, ne serait-ce que pour aider à porter les impedimenta dans le véhicule, tandis que la jeune femme qui s’occupait du petit déjeuner était souriante et disponible. Bref, le personnel semble à bonne école, gentil sans verser dans l’inefficacité chronique.




Une chambre simple, mais correcte




La chambre 203 est située au deuxième étage, ce qui témoigne d’une logique de numérotation hôtelière classique. Il s’agit d’une chambre climatisée , ce qui correspond aux meilleures chambres de l’hôtel, qui dispose également par ailleurs de chambres ventilées, de plus petite taille et situées au premier étage.


Le vaste lit de 180 centimètres est en fait composé de deux matelas de 90 centimètres juxtaposés, matelas un peu rudes. On sent qu’on est en Afrique , et loin du moelleux auquel l’occidental décadent que je suis est habitué ! Ceci étant, c’est propre, et il y a même un petit effort de décoration avec le dessus de lit frappé de motifs africains, ainsi qu’à un mur un tissu avec des éléphants et à un autre une photo de Mopti, la Venise malienne (ce n’est pas à côté, mais comme l’agence de voyages qui gère l’hôtel couvre une demi-douzaine de pays de l’ancienne Afrique Occidentale française, elle en profite pour faire sa pub).


Le lit est entouré de deux chevets, dont un seul est agrémenté d’une lampe de chevet, tandis que sur le mur extérieur se trouve un climatiseur qui, une fois la coupure de courant quotidienne passée (c’est l’Afrique…), se révèle honnêtement efficace, quoique franchement bruyant. C’est le genre de climatiseur qu’on utilise pour rafraîchir la chambre avant de dormir, et coupe ensuite en comptant sur la relative clémence nocturne des températures pour que cela ne remonte pas trop durant la journée ! Le problème, c’est qu’une fois la froidure dissipée, les moustiques se réveillent…


Le mobilier se complète d’une armoire, d’un petit bureau et d’une télévision, non branchée à mon arrivée – et du coup je n’ai même pas tenté de la brancher, j’ai plutôt profité de la prise ainsi disponible pour recharger mon PC portable.


La salle de bains offre un lavabo, un bidet, un WC et une douche sommaire (un pommeau, mais sans que ne soit aménagée une cabine de douche spécifique, ce qui fait que l’on a vite fait de mouiller autour en se douchant) – la douche est ceci dit fort efficace, avec une eau bien chaude, et cela fait du bien après un long trajet ! Deux petits savons sont fournis, deux grandes serviettes sont à disposition, mais en revanche il n’y a pas de shampoing (faut pas rêver quand même) ni de verres à dent.


Bref, ce n’est pas du luxe mais on est loin de la chambre pour routard, et pour une nuit cela me convient tout à fait.





Un petit déjeuner buffet




Le petit déjeuner est servi, de 06h30 à 10h00, sous forme d’un buffet simple dans la cour à l’arrière de l’hôtel (le bâtiment donne sur la rue, mais une cour a été aménagée à l’arrière de la parcelle).


L’on a droit à du pain (des morceaux de baguette), du beurre, de la confiture (succulente), du miel (fort bon paraît-il), de la Vache qui rit (le fromage star de l’Afrique en raison de sa résistance à la chaleur) et enfin des demi-papayes.


Côté boisson, deux jus de fruits sont proposés en carafe, du lait chaud est à disposition, et il y a du Nescafé et de l’eau chaude en thermos.


Bref, c’est un petit déjeuner simple, mais suffisant pour démarrer la journée, et à l’aune de l’Afrique limite luxueux (j’ai connu des établissements où le café, c’était un Nescafé par personne, et si l’on demandait du rab, le gars allait en racheter précipitamment à l’Alimentation la plus proche !).




Et aussi




L’hôtel dispose d’un bar-restaurant, ouvert de 10h00 à 22h00. L’espace est le même que celui du petit déjeuner, la cour intérieure arrière, et l’endroit est assez agréable, du moins jusqu’à l’heure de l’attaque des moustiques (du coup, je sais pourquoi je me prends un antipaludéen…).


Le bar propose un choix de boissons assez varié, avec notamment de vrais jus de fruits en bouteille bien frais, et j’avoue qu’en arrivant ce n’est pas désagréable. Il y a aussi, pour les amateurs de boissons houblonnées, de la bière Heineken.


Le restaurant, que je n’ai pas testé, offre une carte assez diverse, avec des prix qui semblent raisonnables (par exemple un filet de capitaine est affiché à 3 500 francs CFA, soit 35 francs ou bien encore 5,35 euros).


Le WiFi serait paraît-il disponible gratuitement dans l’établissement, si j’en crois un dépliant. Ceci étant, comme le gérant ne me l’a pas signalé à mon arrivée, je ne l’ai pas testé (j’avais pensé qu’il n’y avait pas de WiFi), et c’est peut-être bien un réseau très virtuel.


Enfin il est possible de changer à la réception, à un taux tout à fait raisonnable (650 francs CFA pour un euro, alors que le change officiel est 656 pour un euro, il n’y a dont qu’1 % de commission), dans la limite cependant de la caisse disponible (je n’ai par exemple pu changer que trois cents euros lors de mon passage).






Un prix raisonnable




Le prix de la grande chambre climatisée (le top de l’établissement) est de 22 500 francs CFA (soit 225 francs ou bien encore 34 euros) – je ne sais pas si le petit déjeuner est inclus dans ce tarif (puisque dans mon cas tout était packagé par l’agence), mais de toute façon ça ne me paraît pas scandaleux.






En conclusion




L’ Hôtel de la Liberté est un établissement simple mais correct .

Il offre le nécessaire, mais pas le superflu, et se révèle tout à fait adapté à une étape technique, une nuit à l’arrivée ou au départ de Ouagadougou , même si je m’imaginerai guère y rester longuement compte tenu de la simplicité des lieux.


Note : 6/10


* Hôtel de la Liberté (ex Hôtel de France)
- Avenue de la Liberté – Paspenga, secteur 12 ; 02BP5098 Ouagadougou 02 ; Burkina Faso
- tél : (226) 50 33 23 63 ou 72 22 22 12
- mél : hotelliberte@gmail.com
- web : www.hotel-liberte.com

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 2042 fois et a été évalué à
87% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
exceptionnel

Commentaires sur cet avis

  • zonderk publié le 28/02/2014
    un seul mot : exceptionnel
  • vshelly publié le 28/02/2014
    Un avis sur un hôtel simple, mais faire dans le luxe dans ce pays serait un véritable affront aux populations locales :(
  • All-yan25 publié le 26/02/2014
    Rectificatif : Non, Simple et complet... Hotel simple et avis complet....
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Produits similaires les plus recherchés

Information produit : Hôtel La Liberté, Ouagadougou

Description du produit par le fabriquant

Caractéristiques Principales

Nombre de chambres: 27

Type de Budget: Budget moyen

Type d'hôtel: Hôtel

Ville: Ouagadougou

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 20/02/2014