Parc archéologique des tours palatines, Turin

Images de la communauté

Parc archéologique des tours palatines, Turin

> Voir les caractéristiques

80% positif

1 avis de la communauté

Désolé, nous n'avons pas trouvé d'offre correspondante

Avis sur "Parc archéologique des tours palatines, Turin"

publié le 24/07/2008 | madmike
Membre depuis : 16/06/2000
Avis : 4373
Lecteurs satisfaits : 69
Plus à mon sujet :
30/01/17... Pénélope Fillon aurait été payée par La revue des deux mondes presque sans écrire, alors que les ciaonautes devraient écrire sans être payés... Cherchez l'erreur ! ;o(
Super
Avantages Un parc sympathique et des ruines intéressantes...
Inconvénients ...même si ce n'est pas le forum romain.
très intéressant

"Des ruines Rome antique"

La grille du parc des tours palatines

La grille du parc des tours palatines




Préambule



La ville de Turin fut fondée en 25 avant Jésus-Christ par le premier empereur romain, Auguste , et la colonie alors baptisée Augusta Taurinorum a depuis prospéré, devenant l'une des principales villes de l'Italie du Nord, au point d'ailleurs d'être plus aisément identifiée aux usines FIAT qu'à son patrimoine historique pourtant loin d'être négligeable.

Le centre historique vaut cependant le détour, non seulement en raison des réalisations architecturales datant des splendeurs de la monarchie de Piémont Savoie , mais également pour quelques ruines romaines miraculeusement préservées , abritées désormais dans le Parc archéologique des tours palatines ou à ses environs immédiats…


L'empereur est près du roi



Les vestiges conservés marquaient la limite de la cité impériale romaine , puisque le plus spectaculaire est en fait une ancienne porte, et paradoxalement cette limite se retrouve désormais en plein cœur de la ville, non loin du palazzo Reale , ce palais royal qui abrita la maison de Savoie avant qu'elle ne fit de Rome la capitale de l'Italie unifiée.

L'on est ici dans l'hypercentre turinois, un peu au-delà du terme de l'axe central constitué par la mussolinienne Via Roma, qui relie la gare de Porta Nuova au Sud au Palazzo Reale au Nord en passant la majestueuse plazza San Carlo , et lorsque l'on est arrivé au bout de cet axe, il suffit de ressortir de la cour du palais royal par le côté pour arriver devant les ruines du théâtre romain…



Un parc insolite

Le parc archéologique des tours palatines est librement accessible , et son entrée est marquée par une grille dont les piliers de brique miment les colonnes romaines, un peu comme si l'on avait voulu reconstituer ainsi la colonnade d'un forum romain. Ceci étant, le parc est à cheval sur l'ancienne enceinte, et sa grille ne matérialise aucun ancien tracé, elle est un simple artefact architectural, assez réussi ma foi, évocation moderne qui ne jure point avec les ruines antiques, mais au contraire les rehausse.

Les panneaux explicatifs du parc ne donnent aucune indication sur les vestiges archéologiques visibles, et expliquent au contraire les différents jeux possibles. Un jeune s'entraîne à jongler à l'ombre de la séculaire muraille, pendant que deux amoureux préfèrent s'y embrasser, couchés dans l'herbe avec les briques pour témoin. Plus loin une italienne bronze consciencieusement, en maillot de bains deux pièces sur deux fauteuils devenus transats faute de plage aux environs ! Le parc est visiblement populaire, et les turinois s'y reposent sans prêter plus attention aux vestiges environnants, tandis que les touristes trouvent sur les bancs de bois l'occasion d'une pause agréable entre deux visites.

Le fragment de muraille au sein du parc ne manque pourtant pas d'allure, et la hauteur de l'appareil de brique et de pierre , une mixité de matériaux typique de l'architecture romaine, indique assez l'importance qu'avait la ville fondée par Auguste , et la nécessité de la protéger du mieux que l'on pouvait de barbares audacieux. L'Italie n'ayant été menacée que tardivement, j'inclinerai à dater cette muraille elle-même du IVème ou du Vème siècle, peu avant la chute de l'empire romain en 476 après Jésus-Christ, lorsque l'ultime empereur Romulus Augustule fut déposé par Théodoacre .

Un autre pan de mur, quasiment arasé, est visible une vingtaine de mètres plus à l'intérieur de la ville, et j'avoue ignorer sa destination. S'agissait-il du mur de quelque palais ou basilique ? C'est là que l'on se dit qu'une petite explication n'aurait pas été de trop pour mieux situer les vestiges dans leur contexte, et éclairer le promeneur ou le visiteur sur le sens de ces pierres…



Une porte impériale



Le plus important des vestiges est paradoxalement en dehors du parc, même si elle est largement visible depuis le parc, et si on en a une belle vue d'ensemble à travers la grille, il faudra ressortir dudit parc pour franchir la porte impériale.

La haute silhouette rappelle celle de la célèbre Porta Nigra de Trèves , mais la porte est ici de brique, un matériau moins noble et moins impressionnant, et il est assez visible qu'elle a été largement restaurée. Il faut dire que la porte fut transformée en prison par les autorités ecclésiales, et qu'il y eut donc un travail de restauration certain pour la restituer à peu près dans son état romain !

Les vestiges ont en tout cas acquis une lisibilité grâce à cela, et la porte impressionne par sa taille et sa hauteur. Les romains ne faisaient pas dans le petit, et cette porte en est un exemple fort parlant ! Les deux statues de bronze de Jules César et d' Auguste sont des répliques mussoliniennes de marbres antiques, mais il faut bien avouer que le régime du Duce eut là une belle initiative.

La rue qui passait sous l'arche était jadis le cardo , cet axe principal nord-sud de la ville romaine, et elle est aujourd'hui encore une des rues du quadrillage urbain du centre, à seulement cent mètres de l'actuel axe central, la via Roma : l'axe n'aura finalement bougé que 5 centimètres par an, si l'on considère qu'il aura fallu 2000 ans pour qu'il se déplace de d'un hectomètres, ce qui illustre la constance remarquable du viaire urbain…


En si on allait au théâtre ?



Le Parc archéologique des tours palatines est séparé de l'aile XIXème siècle du palais Royal par la rue du XX Septembre, et a priori il semblerait n'y avoir rien de commun entre cette extension palatiale assez banale et les vestiges romains du parc. Et pourtant les travaux d'aménagement de cette nouvelle aile ont révélé les ruines d'un hémicycle romain , encore partiellement visibles aujourd'hui.

Une partie des ruines est en fait désormais englobée sous le palais, et visible seulement lorsqu'on visite cette partie dédiée à des expositions, mais le reste, soir grosso modo un quart de cycle, se trouve à l'air libre, et est donc parfaitement visible, même si de loin on ne voit rien, en raison de sa présence en contrebas du niveau urbain actuel.

Les vestiges ne sont que partiels, il n'y a plus les gradins proprement dit, mais l'on reconnaît quand même aisément la forme caractéristique d'un théâtre romain, avec une scène au fond et un hémicycle correspondant au public…



En conclusion

Le Parc archéologique des tours palatines est fort agréable.

Turin n'est point connu pour ses ruines romaines, et d'ailleurs celle-ci sont à peine indiquées dans l'elliptique guide vert Italie, mais ce parc qui mêle de façon assez insolite repos public et ruines antiques est bien sympathique, même si évidemment l'on est très loin ici de vestiges pompéiens.

Cela vaut le coup d'aller y jeter un petit coup d'œil, et de s'offrir ainsi une petite pause tranquille tout en regardant l'impressionnante porte, dont les restaurations permettent d'apprécier la taille conséquente…

Note : 7/10


* Parco Archéologico Torri Palatine (Parc Archéologique des tours palatines)
- Piazza San Giovanni ; Torino
- de mai à septembre :09h00 à 23h00
- d'octobre à avril : 09h00 à 20h00

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 4269 fois et a été évalué à
90% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
très intéressant

Commentaires sur cet avis

  • willymax publié le 25/03/2009
    très bonne explication
  • olivier1965 publié le 28/07/2008
    Vienne ...Turin... la lune ?
  • parenthese publié le 24/07/2008
    Dommage que tu n'aies pas mis de photos de ces beaux bruns italiens en train de discuter sur l'herbe douce et récemment semée, cela t'aurait valu un Exceptionnel. Au fait le bellissimo Rocco , est-il turinois?
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Information produit : Parc archéologique des tours palatines, Turin

Description du produit par le fabriquant

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 23/07/2008