Eglise Santa Maria Assunta, Venise

Images de la communauté

Eglise Santa Maria Assunta, Venise

> Voir les caractéristiques

80% positif

1 avis de la communauté

Désolé, nous n'avons pas trouvé d'offre correspondante

Avis sur "Eglise Santa Maria Assunta, Venise"

publié le 11/11/2009 | madmike
Membre depuis : 16/06/2000
Avis : 4373
Lecteurs satisfaits : 69
Plus à mon sujet :
30/01/17... Pénélope Fillon aurait été payée par La revue des deux mondes presque sans écrire, alors que les ciaonautes devraient écrire sans être payés... Cherchez l'erreur ! ;o(
Super
Avantages Une superbe église baroque dans une ville où le style est peu représenté...
Inconvénients ...qu'il faut chercher un peu à l'écart du reste de la cité des Doges.
très intéressant
Rapport qualité prix
Transport
Culture et découverte
Sécurité
Hospitalité

"Je pense, donc jésuite"

Eglise Santa Maria Assunta, Venise - La façade de l'église, édifiée de 1715 à 1729

Eglise Santa Maria Assunta, Venise - La façade de l'église, édifiée de 1715 à 1729




Préambule



La riche famille vénitienne des Manin est célèbre pour avoir compté dans ses rangs Ludovic Manin , le dernier doge de la Sérénissime République qui abdiqua en 1797 devant les troupes de la République menées par le général Bonaparte , et également Daniel Manin , son petit-fils, leader du soulèvement anti-autrichien de 1848, lorsque les vénitiens tentèrent vainement de retrouver leur indépendance.

Elle se signala aussi pour avoir généreusement contribué à la construction de l’église des Jésuites, édifiée au XVIIIème siècle après le retour dans la cité des Doges de l’ordre fondé par Saint Ignace de Loyola , église peu connue de beaucoup de touristes en raison de sa situation légèrement excentrée dans Venise mais pourtant digne d’intérêt.

L’appellation officielle de cette église est Santa Maria Assunta , soit Sainte Marie de l’Assomption , mais elle est plus connue sous son surnom d’ i Gesuiti , évoquant l’ordre en charge jadis de l’église…


Du côté des Fondamenta Nuove



L’île principale de Venise, qui est d’ailleurs plutôt un archipel d’îles progressivement reliées entre elles au fil des siècles, est centrée autour du Grand Canal , et la partie la plus éloignée de ce Grand Canal ne fut aménagée que tardivement. Les quais de ce côté-là, face à Murano (l’île des verres) et San Michele (l’île cimetière) furent du coup baptisés Nouveaux Quais (Fondamenta Nuove), et c’est de ce côté que se trouve l’église des Jésuites.

La solution la plus facile pour la trouver est donc de prendre un vaporetto passant de ce côté-là et de descendre à l’arrêt Fondamenta Nuove , qui doit se trouver à peu près à une centaine de mètres de l’église (en descendant de l’arrêt, il faut suivre le quai direction gare puis prendre la rue sur la gauche).

Il est également possible de s’y rendre à pied, et c’est beaucoup plus amusant, en gagnant d’abord San Zanipolo , cette grande église assez nue située à côté de la statue équestre d’un condotierre, puis en se dirigeant de là dans le lacis de rues et de canaux, une promenade agréable à condition cependant d’avoir un certain sens de l’orientation vu le côté labyrinthique de la cité des Doges….



Une façade baroque sans excès



La façade de l’église est assez imposante, et l’on manque même quelque peu de recul pour l’apprécier pleinement, l’espace disponible ici étant trop compté pour que l’on y ait aménagé un de ces vastes campi sur lesquelles se dressent nombre des églises vénitiennes (le campo dei Gesuiti étant quelque peu succinct !).

Le mélange de la tradition classique et des brisures baroques est réussi, en donnant à la fois monumentalité et rythme à cette façade : les colonnes corinthiennes rythment la façade, et conduisent le regard vers un fronton triangulaire que n’eût pas renié Andrea Palladio , le grand architecte du renouveau classique à la Renaissance , mais en revanche les décrochements qui rompent la planéité de la façade et l’arrondi qui joint les deux registres sont typiquement baroques – l’architecte Giambattista Fatoretto a ainsi réalisé une heureuse synthèse des deux veines.

L’on remarque au-dessus de l’entrée une inscription rappelant la générosité de la famille Manin , mais surtout le monogramme IHS (Iesus Hominum Salvator) popularisé par Saint Bernardin de Sienne , symbole fréquemment utilisé par la Compagnie de Jésus : l’église affiche ainsi d’entrée son sponsor et ses tenanciers ! Les statues de saints qui complètent la façade sont en revanche plus anodines, et peu lisibles compte tenu de l’absence de recul…


Un intérieur somptueux



La façade pouvait passer pour simple, mais l’intérieur est tout bonnement somptueux , avec sa décoration de marbres blancs et verts qui court sur toute l’église, jusqu’à la chaire et au maître-autel. C’est là un bel exemple de l’œuvre d’art totale, idéal du baroque, sans verser dans les surcharges de dorure comme le baroque centre européen, et cet ensemble est absolument époustouflant .

Le maître-autel est surmonté d’un baldaquin à colonnes torses, à l’image de celui de Saint-Pierre de Rome mais en plus aérien et léger, grâce à la finesse des colonnettes de marbre vert et à la beauté de la matière, tandis que la chaire se pare d’un drapé en trompe-l’œil, illusion magnifique qui démontre la virtuosité des artistes de l’époque.

L’autel lui-même est de lapis-lazuli bleu, un matériau aussi spectaculaire qu’onéreux, tandis que les parois sont de véritables marqueteries de marbre. C’est splendide , d’autant plus que la construction tardive de cette église lui a permis de rester totalement homogène, sans intervention postérieure qui viendrait en briser l’harmonie, et sans même les ajouts souvent contestables du XIXème siècle…



Quelques toiles plus anciennes



Les autels latéraux révèlent quelques toiles nettement plus anciennes que l’église, récupérées d’églises précédentes et remontant au XVIème siècle, ce siècle qui vit sans doute l’apogée de la peinture vénitienne, lorsque les rivalités à Venise, pour reprendre le titre de l’exposition du Louvre, opposaient entre autres Tintoret et Titien. Et justement les deux maîtres sont représentés ici…

Ainsi L’assomption de Jacopo Robusti , plus connu sous son surnom du Tintoret , témoigne-t-elle de la maîtrise des coloris de celui dont le père était teinturier (ce qui lui valut son surnom signifiant littéralement le petit teinturier), mais aussi de sa maîtrise de la composition, avec des apôtres qui expriment leurs émotions par différentes attitudes devant la montée au ciel de la Vierge.

Au contraire Le martyre de Saint-Laurent (1548-49) de Tiziano Vecellio , dit le Titien , est une scène nocturne et sombre, annonçant la seconde partie de la très longue carrière du maître vénitien, beaucoup plus tournée vers des œuvres aux tons assourdis. La scène de martyre fournit le prétexte d’une scène caravagesque avant l’heure, aux antipodes de la toile de son concurrent...


En conclusion



L’ église des Jésuites est aussi intéressante que méconnue .

Cette église un peu hors des sentiers battus du tourisme vénitien n’est que peu visitée, ce qui a évité la tentation de la rendre payante comme bon nombre d’églises, mais elle se révèle un exemple superbe et élégant d’un baroque heureux, abritant de plus quelques toiles dignes d’intérêt…

Note : 8/10

* Eglise Ste Marie de l’Assomption, dite des Jésuites (i Gesuiti)
- campo dei Gesuiti ; Fondamenta Nuove n 4585 ; 30121 Venezia
- vaporetto : Fondamenta Nuove
- tél : 041 5231610
- entrée libre


Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 3740 fois et a été évalué à
67% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
très intéressant

Commentaires sur cet avis

  • jacquesherve publié le 26/04/2010
    Venise reste un classique de même que son patrimoine !
  • willymax publié le 23/11/2009
    et dire qu'elle est moins touristique que certaines
  • muriel123 publié le 14/11/2009
    Encore un avis qui fait rêver et donne envie de visiter ce lieu
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Information produit : Eglise Santa Maria Assunta, Venise

Description du produit par le fabriquant

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 02/08/2009