Mlilwane Wildlife Sanctuary, Ezulwini

Images de la communauté

Mlilwane Wildlife Sanctuary, Ezulwini

> Voir les caractéristiques

80% positif

1 avis de la communauté

Désolé, nous n'avons pas trouvé d'offre correspondante

Avis sur "Mlilwane Wildlife Sanctuary, Ezulwini"

publié le 04/01/2010 | jculos
Membre depuis : 09/04/2001
Avis : 692
Lecteurs satisfaits : 150
Plus à mon sujet :
Premier diamant, tout finit par venir. Merci à tous. Rendez-vous dans 10 ans pour le second ;-) En fait non, c'est fini, lassé et démotivé, ce retour était le dernier. Désolé pour ceux qui me suivaient. Rdv sur globedecouvreur.over-blog.com
Super
Avantages la possibilité de ballades à pied
Inconvénients pas vraiment
très intéressant
Intérêt
Fréquentation et Affluence
Amplitude Horaire
Accueil et Service
Propreté

"Traversée de l'Afrique du sud (2)"

un damalisque dans la réserve

un damalisque dans la réserve

Après quelques courses à la sortie du Kruger, nous traversons les plantations de canne à sucre avant de rejoindre la frontière avec le royaume du Swaziland. Ce petit pays enclavé entre l’Afrique du Sud et le Mozambique se présente d’abord sous un aspect montagneux avec de belles prairies bien vertes et des rochers à profusion. Je retrouve aussi cette ambiance africaine qui existe moins dans cette Afrique du Sud plus « occidentalisée ». La civilisation nous rattrape à l’approche de la capitale Mbabane.

Nous poursuivons quelques kilomètres jusqu’à la réserve de Mlilwane. Celle-ci présente la particularité de pouvoir être parcourue à pied, à vélo ou à cheval, du fait de l’absence de prédateurs. En revanche, les antilopes y sont nombreuses même dans le camp. Deux nouvelles espèces se présentent. D’abord les damalisques dans la grande plaine, puis ensuite les nyalas avec leur fourrure épaisse et sombre plus près du camp, voir à l’intérieur du camp pour certaines femelles et petits. Le long des petits rubans d’eau, les oiseaux sont légions. De nombreux guêpiers à front blanc tournicotent. Les martins-pêcheurs, qu’ils soient pies ou malachites, restent fugaces. En revanche, j’ai tout loisir d’observer deux bousiers en pleine action sur un sentier. Les autres espèces semblent avoir rejoint la plaine, un peu lointaine à pied. Nous nous consolons avec quelques phacochères et nyalas.


Jeudi 29 octobre, Mliliwane Wildlife Sanctuary


Hier soir, l’orage menaçait avec ses multiples éclairs à l’horizon. En pleine nuit, il a éclaté une première fois puis une seconde sur le matin. Oublié le projet de faire une autre marche dans la réserve avant de partir. Chacun reste sous sa tente jusqu’à ce que je me lasse d’attendre en vain une accalmie. Finalement, nous plions le campement sous la pluie avant de profiter d’un petit-déjeuner dans la cuisine collective du camp. Nous sommes tous humides comme les tentes et les matelas.

Une bonne partie du trajet va se faire sous la pluie. Il s’agit de quitter le Swaziland par sa frontière sud. Après avoir traversé Manzini, capitale économique, nous filons plein est vers les montagnes qui forment la frontière avec le Mozambique. Puis direction le sud, l’absence de signalisation ou un panneautage dénué de toute logique nous conduisent à rallonger le trajet.

Vers midi, nous atteignons néanmoins le poste frontière de Lavumisa-Golela. Côté Afrique du Sud, la file d’attente est assez mystérieusement importante. Sans encombre, nous retrouvons le sol sud-africain. Grâce à de précises indications, nous rejoignons bien plus tôt que d’habitude notre hébergement près de Hluhluwe, ce qui n’eut pas été possible sans. Arrivés sur place, nos nous retrouvons devant un portail apparemment fermé et électrifié. Après tractation téléphonique et une intrusion, nous finissons par être guidés jusqu’à notre aire de camping. Nous nous installons à nos aises. Les tentes sont toujours trempées. Elles commencent à sécher après que nous les avons montées. Finalement, suite à un micmac à l’arrivée d’un camion « overlander », nous sommes transférés dans des chalets, au sec et dans un lit. « Qui se lève sous la pluie, se couche à l’abri ». Sinon, le terrain du lodge, bien qu’offrant quelques chemins ne se révèle pas des plus passionnants en dehors de la possibilité de marcher un peu dans la nature.

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 4024 fois et a été évalué à
100% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
très intéressant

Commentaires sur cet avis

  • pitchoupillou publié le 13/05/2010
    Superbe!
  • lbutin3845 publié le 17/01/2010
    je note
  • parenthese publié le 06/01/2010
    « Qui se lève sous la pluie, se couche à l’abri ».==> Qui se lève sous la pluie est douché jusqu'à la nuit ;o) j'ai l'impression que c'est bien arrosé en octobre autant au Swaziland qu'en Afrique du Sud.
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Information produit : Mlilwane Wildlife Sanctuary, Ezulwini

Description du produit par le fabriquant

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 26/12/2009