Alicante

Images de la communauté

Alicante

> Voir les caractéristiques

92% positif

6 avis de la communauté

Désolé, nous n'avons pas trouvé d'offre correspondante

Avis sur "Alicante"

publié le 19/08/2017 | magalas
Membre depuis : 21/03/2014
Avis : 480
Lecteurs satisfaits : 21
Plus à mon sujet :
Super
Avantages La température clémente toute l'année, les plages, la lumière
Inconvénients Le bruit, la circulation, le trop plein de restos touristiques
exceptionnel
Rapport qualité prix
Transport
Culture et découverte
Sécurité
Hospitalité

"Alicante, une des villes les plus ensoleillées d'Espagne........"

Le mois dernier, je suis partie 4 jours à Alicante, curieuse de redécouvrir cette ville dans laquelle je n'étais pas retournée depuis plus de 20 ans.

Loin de moi l'envie de passer un séjour balnéaire, je voulais parcourir la ville et ses environs, la plage n'était pas dans mon programme.

Même si elle est proche de Bénidorm et de nombreuses plages défigurées au cours des années 60/70, Alicante reste une ville habitée toute l'année, en mouvement, et en partie préservée des buildings construits à l'arrache sur les côtes.

Située sur la Costa Blanca, au sud de Valencia, elle est désservie par l'autoroute, elle possède également un aéroport et en ce qui me concerne, je m'y suis rendue en train, depuis la frontière c'est plus simple.

Cette ville de 325 000 habitants (en hiver), possède un centre-ville très agréable même si la circulation est intense.

Elle ne possède pas, comme la plupart des grandes villes espagnoles, un espace piétonnier très important et je l'ai bien regretté.

Animée toute l'année, elle possède une plage longue de plusieurs kilomètres (la plus prisée est celle de San Juan), un port en plein centre et une belle esplanade bordée de palmiers sur laquelle il est agréable de déambuler jusque tard le soir, et aux heures les plus chaudes de la journée.

Son histoire

Comme de nombreuses villes du sud de l'Espagne, elle fut ibère, puis romaine, et catholique.

De son passé reste aujourd'hui son château perché au pied du Macho et qui domine la ville.

L'église Santa Maria fut construite sur l'emplacement de l'ancienne mosquée, et la Place Santissima Fa accueillait au Moyen-Age les souks arabes.

Alicante est devenue prospère au cours des XVIème et XVIIIème siècles, grâce à un commerce florissant et une importante immigration italienne, originaire principalement de la Ligurie.

C'est au XIX ème siècle que la ville devient -déjà- une station balnéaire, et en 1858, elle sera la première cité de la côte espagnole à être reliée à Madrid par le train.

Ce qu'il faut voir

:

Alicante n'est pas la ville que j'ai préféré, je dois bien l'avouer, comme je le disais auparavant, elle est très bruyante et il y a peu de places piétonnes contrairement aux nombreuses autres villes espagnoles que j'ai visitées.

Le château mérite une visite, ne serait ce que pour la vue qu'il offre sur la ville et la mer.

Le Castillo de Santa Barbara est accessible à pied (attention, il faut grimper et quand il fait chaud, c'est très pénible) ou via un ascenseur payant (2.40).

Il ne reste plus que les fondations. Il y a un petit snack sur place.

Ce château, fondé par les Arabes, fut reconquis par les chrétiens au XIII ème siècle.

De style Renaissance, il est perché à 166 m d'altitude (je vous disais qu'il fallait grimper!).

Le Casco Antiguo

Pour le découvrir, il faut partir depuis l'Hôtel de Ville (Ayuntamiento), et ensuite, grimper dans des petites ruelles étroites, on découvre des maisons colorées, des plantes grasses, c'est un quartier habité, loin des buildings et du bruit, avec des placettes parfumées de jasmins, de petites terrasses, c'est vraiment un endroit à voir mais ne faites pas comme moi, attendez la tombée du jour pour y aller, à 18 h, le soleil était de plomb et ce fut pour moi un vrai chemin de croix!

Ensuite, il y a ces grands boulevards sans charme, bordés souvent de beaux immeubles et ces petits commerces improbables qu'on ne trouve plus ici, le mieux est de se perdre au hasard, il y a toujours une petite terrasse pour se poser, et comme souvent en Espagne, prendre un verre n'est pas ruineux, il faut compter entre 1 et 2 euros une consommation, loin des lieux touristiques évidemment.

Ceci dit, dans le vieux quartier où je logeais et où se retrouvaient tous les touristes, j'ai découvert une gélatéria qui servait des glaces à tomber par terre à des prix dérisoires (1 euro la boule), j'ai ainsi pu découvrir des parfums aussi différents et insolites que rose et jasmin, citron vert et basilic et huile d'olive et romarin.

Je vous donne son nom, si vous passez par là, n'hésitez pas :

Livanti Gelato di Sicilia C/ Munoz, à côté de la Cathédrale San Nicolas.

Autres points d'intérêt que je n'ai pas visités

:

MARQ

: Musée archéologique, situé derrière le château, entrée 3 euros.

Museo de Bellas Artes Gravina

: près du port, il regroupe des artistes locaux, entrée gratuite.

Museo de Hogueras

: Collection de sculptures en carton, en papier et en bois. Entrée gratuite.

Musée Taurin

, comme son nom l'indique, consacré à la tauromachie, entrée gratuite.

A tous ces lieux, j'ai préféré, les petites rues, le port, le marché artisanal du bord de mer.....

Les environs d' Alicante

:

Grâce à un tram qui peut se prendre à côté d'un supermarché face au Marché Central, je suis allée jusqu'à Villajoyosa, un vrai petit bijou.

Entre parenthèses, ce tram va jusqu'à Bénidorm, il est climatisé, vraiment pas cher (3 euros l'aller-retour) et on peut pendre son billet à l'intérieur des wagons.

Villajoyosa, j'en avais entendu parler et lorsque je suis arrivée à l'hôtel, la personne qui m'a reçue, charmante, m'a conseillé vivement d'y aller.

En fait c'est une toute petite station balnéaire mais son charme réside dans le fait qu'elle possède un Casco Antiguo (vieux quartier) et que dans ce dernier, on retrouve de vieilles maisons de pêcheurs colorées et typiques, c'est vraiment très joli.

Lorsque je suis passée là -bas, sur des marches, des enfants jouaient tandis qu'un vieux monsieur tressait des paniers en osier.

Ensuite, la plage est belle mais je ne me suis pas attardée sur cette dernière.

A Villajoyosa se trouvent également deux célèbres fabriques de chocolat, on peut visiter un petit musée qui retrace leurs histoires (il était fermé lorsque je suis arrivée, entre 14h et 18 h, rien n'est ouvert) et certains jours, il parait que le village embaume le cacao.

Elche

J'avais très envie de découvrir cet endroit, sa palmeraie de 200 000 palmiers est la plus septentionale au monde et la plus grande d'Europe.

Pour m'y rendre, j'ai emprunté le train qui se rend à Murcia,en 30 minutes, j'étais arrivée.

Difficile pour moi de m'orienter dans cette ville pourtant de taille très raisonnable car les palmiers sont partout et les gens, lorsque vous leur demandez où se trouve la palmeraie, vous envoient un peu partout dans toutes les directions (je parle espagnol pourtant).

Quoi q'il en soit, des palmiers j'en ai vu, des palmiers uniques dont un en forme de trident et un autre en forme de pipe.

Ces palmiers sont très vieux, ils furent plantés par les Carthaginois, mais ce sont les Arabes, grâce à leur technique d'irrigation, qui ont fait prospérer la palmeraie.

Pour protéger cette dernière, alors que la ville ne cesse de s'agrandir, un centre de recherche sur le palmier-dattier collabore avec l'INRA français.

La commune a qui appartient en presque totalité cette palmeraie a été récompensée en 2000 par l'UNESCO qui l'a classée au Patrimoine mondial.

Outre les palmiers, Elche possède un beau parc municipal, une basilique (Basilica Santa Maria) qui, depuis son clocher, offre une vue imprenable sur toute la palmeraie.

2 euros suffisent pour y accéder, mais si j'ai décidé de ne pas y aller, c'est parce qu'il était bien indiqué que l'accès était périlleux et lorsque j'ai vu les marches étroites, sombres et le nombre de jeunes qui descendaient à toute vitesse, j'ai préféré m'abstenir, avec regret.

A voir aussi les Bains Arabes, le Musée de la palmeraie (1 euro l'entrée) tenu par un hidalgo très séduisant ( hi, hi), sans grand intérêt (le musée), le jardin est beaucoup plus agréable.

Elche est une petite ville très agréable dans laquelle on peut se restaurer pour trois fois rien, j'ai beaucoup aimé cet endroit.

Alicante côté pratique

:

Depuis la gare RENFE, on peut se rendre aisément dans la vieille ville, soit à pied soit en empruntant le tram, le taxi n'est pas cher mais les voitures ne peuvent pas circuler dans les petites rues.

Il y a des bus qui mènent à l'aéroport et d'autres qui vont également dans les environs.

Des hôtels, il y en a pas mal, surtout du côté des plages.

J'ai opté pour un petit hostal situé devant la Basilique, c'était un peu l'auberge espagnole mais très sympa et tellement bien situé, Pension San Nicolas, facile à trouver sur Booking.

A Alicante, on mange bien, sans doute, mais il y a tant de restaurants touristiques qu'il faut vraiment faire attention même si on est dans la région de la paella, il vaut mieux s'en tenir aux tapas.

Je n'ai pas d'adresses à donner, je me suis contentée de sandwichs le midi et de portions de pizze le soir, faute de trouver un établissement à mon goût (pas trop touristique, pas trop cher, pas trop plein, etc...)

Je pense que Alicante est une ville qui mérite une visite, mais deux jours suffisent si, comme moi, on ne cherche pas à se faire dorer sur la plage.

Enfin, au moment même où je rédigeais cet avis, l'abominable se produisait à Barcelone, horrifiée encore une fois par cette barbarie, je ne ferai pas le plaisir de renoncer à mes balades en terre hispanique, j'aimerai tant que ces mots No Pasaran ne soient pas prononcés dans le vide.....

Hasta Pronto, España!

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 246 fois et a été évalué à
90% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
exceptionnel

Commentaires sur cet avis

  • celestine1 publié le 02/09/2017
    Musée Taurin: je crois que j'aurais zappé: belle découverte en tout cas!
  • europe68 publié le 30/08/2017
    (°o°°O°)Ali chante ? "Je suis déçu de voir une les artistes français connus à l'étranger en ces derniers temps soient rares." <--David Guetta, The Avener, skunk, skunks, Skungs, Daft Punk, ... pff ça en fait bcp... ;o)
  • jacquesherve publié le 30/08/2017
    Entièrement d'accord pour dire que les Arabes étaient des grands artistes !!!
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Information produit : Alicante

Description du produit par le fabriquant

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 08/10/2005