Avis sur "Naples et Pompéi, Italie"

publié le 24/02/2017 | mythiquesolsen
Membre depuis : 21/02/2010
Avis : 722
Lecteurs satisfaits : 122
Plus à mon sujet :
DODO....
Excellent
Avantages Unique au monde
Inconvénients Rien
exceptionnel
Rapport qualité prix
Transport
Culture et découverte
Sécurité
Hospitalité

"Quand la tragédie des uns fit le bonheur des archéologues"

Naples et Pompéi, Italie

Naples et Pompéi, Italie

Pompéi

Pompéi est une ancienne ville de l'Empire romain qui se trouve actuellement en Campanie, c'est-à-dire dans la région de Naples. Elle a été fondée au 6e siècle avant J.-C. et détruite en l'an 79 lors de la tristement célèbre éruption du Vésuve qui a également détruit les villes d'Herculanum, d'Oplontis et de Stabies.

Totalement cachée par les sédiments volcaniques, Pompéi n'a été redécouverte qu'au 17e siècle, de façon fortuite. Le site, incroyablement bien conservé grâce à ces sédiments, a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997.


Accès

Le site de Pompéi se trouve à 25 km de Naples environ. Il est accessible par le train « Circumvesuviana » qui passe régulièrement à la gare Garibaldi et qui va jusqu'à Salerne.

Le billet ne coûte que quelques euros et, si vous optez comme nous pour la « Arte Card», vous ne paierez pas votre billet tout comme vous ne paierez pas les transports en commun à Naples. Cette carte nous a coûté 32 euros chacun pour une durée de 3 jours : en plus des transports en commun, elle donne accès à 2 sites au choix dans la région (il y a aussi une carte à 21 euros pour Naples uniquement mais vous n'aurez dans ce cas pas accès à Pompéi) ainsi qu'à une réduction de 50% sur une 3ème visite.

La Arte Card est très intéressante financièrement, d'autant plus que Naples est une très grande ville et qu'on n'a pas lésiné sur le métro, bien qu'on adore marcher. Cette carte nous a permis de visiter Pompéi, Herculanum puis d'avoir nos entrées au Musée Archéologique de Naples à 50%.


Le site où tu en prends plein les mirettes

Difficile de décrire ce qu'on ressent quand on visite Pompéi. Ce qui m'a surprise dès le départ, en tout cas, c'est l'immensité des lieux : j'avais déjà vu des reportages sur le site et pourtant, je n'aurais jamais cru qu'il était si grand. La dame à l'entrée à qui nous avons demandé combien de temps durait la visite environ nous a répondu en rigolant « 3 jours », et en fin de compte elle n'avait pas tout à fait tort. Même en restant toute la journée, vous ne verrez probablement pas tout à Pompéi, à moins de courir et de ne pas profiter de la visite. Nous sommes restés 6 ou 7 heures là-bas et nous n'avons pas tout vu. Totalement subjugués par les lieux, nous en avons même oublié la célèbre « Villa des Mystères » qui est très excentrée du reste du site et qui vous fera marcher un peu. Déçus ? Même pas. La Villa des Mystères est sûrement magnifique mais tout le site l'est, alors qu'importe.

Certains endroits du site étaient fermés aux visiteurs, ce qui arrive sans doute fréquemment vu que les lieux sont toujours fouillés, mais là encore qu'importe. J'ai juste été un peu déçue de ne pas voir la boulangerie qui est notamment connue pour sa représentation de phallus porte-bonheur : car oui, les phallus portaient bonheur à l'époque et si vous ouvrez bien les yeux vous verrez même peut-être ceux qui, dans la ville, indiquent la direction pour aller au « lupanar » ou, n'ayons pas peur des mots, au bordel !

Bordel, boutiques, amphithéâtre, théâtre, thermes, demeures de différentes tailles, il y a de nombreuses choses à découvrir à Pompéi et le tout donne vraiment une image impressionnante de ce que devait être la vie à l'époque. Nous avons pris des audioguides (5 euros chacun si je me rappelle bien) et nous ne l'avons pas regretté car les nombreuses informations données étaient très intéressantes. Sur ce point, j'ai par contre préféré l'audioguide d'Herculanum qui met bien davantage l'accent sur le quotidien des habitants et qui offre un tableau plus vivant des lieux.

On ne manquera pas aussi de faire mumuse avec les passages piétons d'antan et d'admirer le Vésuve depuis Pompéi : bon, pour tout avouer, on a eu du mal à le différencier des autres collines et montagnes au début (pas moquer pas moquer !). Là encore, c'est plus intéressant à Herculanum où le Vésuve est beaucoup plus proche et où il a l'avantage de se présenter sous un profil complètement raplapla : impossible de ne pas comprendre que c'est un volcan et pas une colline sous cet angle !


Le Musée Archéologique

Je pense qu'il serait dommage de visiter Pompéi et / ou Herculanum sans compléter sa visite par celle du Musée Archéologique de Naples. Ce musée nous a quelque peu déçus, avant tout parce qu'on en a vite fait le tour et que plus de la moitié des salles étaient fermées (mais pas celles qui nous semblaient être les plus intéressantes, heureusement) : normalement, on passe facilement des journées entières dans les musées or là on a été très surpris de n'y rester qu'une heure et demie à peine.

Pour autant, les pièces proposées dans ce musée sont très importantes pour se faire une meilleure image de Pompéi ou Herculanum : toutes les fresques, les mosaïques et les objets qui s'y trouvaient sont aujourd'hui là-bas, d'où le côté incontournable des lieux. A dire vrai, on a même été déçus de ne pas voir de reproductions sur les sites archéologiques, ou alors extrêmement peu : peut-être que ça coûterait beaucoup trop cher, mais dans tous les cas ça donnerait très certainement une meilleure image des lieux. On a d'ailleurs du mal, en parcourant le musée, à s'imaginer toutes ces somptueuses œuvres d'art sur place, dans leurs bâtisses d'origine, ce qui est un poil dommage.

Nous ne regrettons pas cette visite pour autant car les pièces qui y sont exposées sont magnifiques. Certaines d'entre elles sont très connues, comme la mosaïque représentant la bataille d'Alexandre le Grand par exemple. Moi qui adore les mosaïques, j'ai été servie, Ravenne n'a qu'à bien se tenir !

Et pour revenir aux zizis, vous ne serez pas déçus au Musée Archéologique non plus où une pièce entière est entièrement consacrée à l'art érotique. Il y a des objets vraiment farfelus comme ces clochettes en forme de phallus avec des ailes et des pattes (si si !), de quoi voir l'art romain tout autrement !


Napoli

Naples est la capitale de la région Campanie. Avec près d'1 million d'habitants, c'est la 3ème ville du pays après Rome et Milan. Son aire urbaine compte quant à elle près de 4,5 millions d'habitants, ce qui en fait la 2ème du pays après celle de Milan.


Mon premier séjour dans le Mezzogiorno

Avant d'aller à Naples, je n'étais jamais allée dans ce que les Italiens appellent le « Mezzogiorno », soit le Midi. La ville la plus méridionale que j'avais faite, c'était Rome.

De nombreux Italiens m'avaient dit que le Nord et le Sud, ça n'avait rien à voir, que c'étaient même deux mondes à part. Un Sicilien m'avait par exemple expliqué que déménager à Bologne, ça avait été comme « changer de pays » pour lui, qu'il avait d'ailleurs toujours « l'impression de vivre à l'étranger », et rebelote avec un Napolitain qui avait élu domicile à Vérone !

Ça faisait donc longtemps que j'espérais voir cette différence de mes propres yeux un jour et, pour être honnête, le choc a été rude. Tout cela peut paraître cliché mais ma première réaction en débarquant à Naples a été grosso modo : « Oh put*** que c'est sale ! Et ce bruit ! Et cette circulation, ils sont vraiment tarés ici ! »

Bon, pour ma défense, je vis dans un pays très calme où on pourrait manger par terre tant les rues sont propres : l'Autriche. Une jeune Berlinoise que nous avions hébergée avait même été choquée par la propreté de nos rues. « Mais c'est pas censé être la même chose en Allemagne ? Ou dans les pays scandinaves ? » / « Ah non, en Allemagne c'est pas propre comme ça, et dans le nord du pays et les pays scandinaves encore moins ! C'est vraiment hallucinant ici, ç'en est presque flippant ! » Donc voilà, forcément, venant d'Autriche, la tronche des rues de Naples ne pouvait que me choquer. Monsieur et moi n'avons pas du tout réagi de la même façon lors de notre séjour et c'était très amusant :

- Madame : « Punaise mais si j'habitais ici je deviendrais complètement folle ! »
- Monsieur : « Ah mais moi je trouve ça super, j'adorerais vivre ici, c'est génial ! »

Ce qui m'a le plus dérangée, au final, c'est vraiment la circulation. Parce que ça casse les oreilles, d'abord, mais aussi parce que j'ai plusieurs fois eu l'impression que j'allais mourir écrasée par un scooter (ils sont innombrables et font absolument N'IMPORTE NAWAK !). A certains moments, j'osais à peine traverser, ce qui faisait bien marrer Monsieur.

Pour autant, Naples est quand même une ville qui m'a plu et que j'ai trouvée attachante. Le centre historique, classé à l'UNESCO, est très mignon et incroyablement vivant. J'ai juste regretté le nombre effarant de boutiques souvenirs qui gâchent un peu le paysage. Le reste de la ville est sympa aussi. J'ai été particulièrement étonnée par la taille de Naples et on a donc pas mal pris le métro : une bonne idée puisque ça nous a permis de découvrir que le métro napolitain était connu pour ses amusantes stations colorées. Ça n'est pas le cas partout mais certaines valent vraiment le coup d’œil. A la station de l'université, par exemple, il y a un je-ne-sais-quoi de old school dans les teintes qui nous a donné l'impression d'être, je cite, « dans un sex-shop des années 80 ».

Nous avons beaucoup aimé nous promener au bord de la Mer Tyrrhénienne ainsi que sur les hauteurs de la ville. D'un point de vue architectural, je n'ai pas été spécialement subjuguée mais Naples m'a quand même paru être une ville agréable - si on fait abstraction de la circulation - et j'aimerais beaucoup y retourner, ne serait-ce que pour faire tout ce qu'on n'a pas eu le temps de faire : les autres sites archéologiques par exemple ou l'île de Procida qui me tentait beaucoup (il y a aussi Ischia et surtout Capri mais cela me tentait beaucoup moins). Nous y sommes restés 5 jours et j'ai trouvé que c'était bien trop court : les sites archéologiques demandent beaucoup de temps donc si on veut vraiment profiter de la ville et du reste 10 jours ne seraient pas de trop.


Manger une pizza napolitaine et mourir

Impossible de passer par Naples sans se goinfrer de pizzas : celles-ci ayant été inventées à Napoli, c'est ici qu'il faut en manger à s'en faire exploser la panse !

Les pizzas napolitaines coûtent environ 5 euros : une raison de plus pour ne pas s'en priver. On nous a plusieurs fois conseillé la pizzeria Sorbillo, dans le centre historique, mais à chaque fois que nous avons voulu y aller des gens faisaient la queue dehors alors que ça n'était même pas encore ouvert.... Je suppose que les lieux sont bel et bien réputés, du coup, néanmoins nous n'avions pas envie de faire la queue pour manger et nous sommes allés voir ailleurs (si je me rappelle bien, Sorbillo n'accepte pas les réservations pour ne rien arranger). Qu'importe, puisque les pizzas sont bonnes partout ! Nous n'avons pas été déçus où que nous allions en tout cas et Monsieur se plaint aujourd'hui encore que les pizzas napolitaines lui manquent énormément : « Je veux retourner manger des pizzas à Naples ! C'est vraiment trop triste qu'on ne puisse pas se les faire livrer jusqu'ici ! »


Une destination dépaysante et très riche culturellement

Ce voyage a été notre tout premier séjour sans notre fille qui est restée avec ses grands-parents une semaine. Au début, nous avons eu un mal de chien à choisir une destination : Monsieur n'aime pas voyager et le simple fait de partir ne le tentait guère. Et puis d'un jour à l'autre, pouf, voilà qu'il me dit qu'il veut « aller à Naples » et « retourner à Pompéi » où il était allé avec l'école quand il était jeune. Ses souvenirs étaient vagues, pourtant, mais il a fait un bon choix car il a adoré ce voyage et Naples en particulier dont il a beaucoup apprécié le côté joyeusement frappadingue.

Pour ma part, j'ai été plus dubitative au début mais j'ai finalement beaucoup aimé Naples aussi, même si je dois admettre que je trouve le nord du pays beaucoup plus reposant (qui eût cru que je trouverais quelque partie que ce soit de l'Italie « reposante » un jour, hum....). Nous avons rencontré un acteur originaire de Milan qui nous a dit adorer Naples parce que, je cite, « c'est un théâtre à ciel ouvert », et que regardez comment les gens parlent dans la rue, et que regardez comment ils sont ouverts aux autres, etc. Ce dernier point, j'en avais déjà entendu parler : le Sicilien qui a déménagé à Bologne et que j'ai mentionné plus haut m'avait dit que cela lui manquait énormément, « dans le Nord », que chez lui, les gens se parlaient spontanément dans la rue, alors qu'à Bologne « ça ne se fait pas ». J'ignore jusqu'à quel point cela est vrai, néanmoins nous avons beaucoup ri à Naples lorsqu'on observait l'architecture d'un bureau de poste et qu'un vieux monsieur est venu nous voir, surpris, pour nous dire que « euhhhh, c'est la poste ça ! ». Grazie mille Signore !

Evaluation de la communauté

Cet avis a été lu 206 fois et a été évalué à
88% :
> Comprendre l'évaluation de cet avis
exceptionnel

Commentaires sur cet avis

  • jacquesherve publié le 04/05/2017
    Concernant le métro de Naples, on note au nord une ligne de type RER appelée linea arcobaleno partant de Piscinola à Aversion centro qui présente la particularité de disposer des stations aux couleurs de l'arc en ciel comme la station en correspondance avec la ligne 1.
  • maya2014 publié le 01/04/2017
    merci pour cet avis qui nous donne un avant goût de nos prochaines vacances je vais me renseigner pour la carte card. c'est bien ce qui me semblait , naples mérite à elle seule plus de 3 jours
  • maya2014 publié le 01/04/2017
    merci pour cet avis qui nous donne un avant goût de nos prochaines vacances je vais me renseigner pour la carte card.
  • Vous avez apprécié cet avis ? Vous avez une question ? Identifiez-vous avec votre compte Ciao pour laisser un commentaire à l'auteur. Se connecter

Information produit : Naples et Pompéi, Italie

Description du produit par le fabriquant

Ciao

Référencé sur Ciao depuis: 24/04/2000